Mise en ligne : RNB | 57451 visites

  • Auteur : L’équipe du site
  • Date : 1er août 2004 (25 mai 2009)

Ecrire un article pour Framasoft

Si vous avez la plume -ou le clavier- qui vous démange, sachez que la Tribune Libre est prête à accueillir votre prose...

Comme vous avez pu vous en apercevoir, Framasoft est devenu depuis quelques mois un véritable site collaboratif. Vous pouvez ainsi proposer des notices de logiciels, des tutoriels, et maintenant des articles.

Il ne s’agit pas ici de faire un appel comparable à celui relatif à la maintenance de l’annuaire des logiciels libres, une entreprise qui était devenu bien trop gourmande en temps et en énergie pour les quelques téméraires que nous nommons entre nous Framasoft - Canal historique [1].

Ce n’est pas le cas de la Tribune Libre. Ce texte a donc simplement pour but de signaler que, si l’envie vous en prend, vous avez tout loisir de nous proposer un article [2].

Chacun aura ses propres raisons de sauter le pas : le plaisir d’écrire, la volonté de défendre une idée, pour toutes ces raisons, bonnes ou mauvaises, qui incitent à prendre la parole et à s’exprimer. Qu’elle que soit la vôtre, Framasoft vous donne la possibilité de bénéficier de son audience (une moyenne de 10 000 visites par jour).

Voyons donc comment faire en pratique.

Comment proposer une idée d’article ?

En proposant un résumé de votre idée d’article à l’adresse email "contact at framasoft.net" (remplacez évidemment " at " par "@" !).

Il est important de renseigner convenablement ce dernier champ avant de se lancer dans la rédaction pour éviter tout malentendu :

  • si le sujet ne cadre pas avec la "ligne éditoriale" du site (voir ci-dessous : Quels sujets puis-je traiter ?, vous aurez perdu du temps pour rien, car il nous sera impossible de publier votre travail.
  • si jamais un autre internaute à eu la même idée que vous, nous pourrions nous retrouver avec plusieurs textes traitant du même sujet.

Faites un résumé suffisamment détaillé pour que l’on puisse déjà envisager ce que sera le contenu de l’article. Inutile cependant de faire un synopsis d’une page. A titre d’exemple, voici l’idée d’article proposée par Hugues, un de nos auteurs :

Autre idée, la place des logiciels libres dans l’Education Nationale, le parcours du combattant des profs à mettre en place des solutions et le double discours des hautes instances qui d’un côté suggèrent l’utilisation du logiciel libre et de l’autre continuent de signer des accords avec les grands éditeurs de logiciels.

Et voilà l’article qui en a découlé : De l’avenir du libre dans l’éducation nationale [3].

Vous recevrez ensuite un courrier de la part du responsable du secteur Tribune Libre, RNB, vous confirmant, soit que votre idée est retenue et que nous attendons avec impatience de vous lire in extenso, soit que le sujet proposé ne convient malheureusement pas à la ligne éditoriale du site [4].

Quels sujets puis-je traiter ?

Comme vous devez vous en doutez, le thème principal de Framasoft reste le mouvement du libre, vaste sujet s’il en est, qui offre donc un large éventail de possibilités. En voici quelque unes, les plus évidentes, illustrées par des articles déjà publiés :

Comment rédiger un article ?

Vaste question. Pour une information générale, nous vous conseillons de fureter sur le site Rédaction.be qui vous apportera de précieuses informations sur l’art et la manière d’écrire pour le web. Ne vous attachez cependant pas trop à ces règles, qui ne sont que des conseils, et laisser le champ libre à votre inspiration. Du moment que votre texte est écrit dans un français correct...

Le plus important reste avant tout de trouver un angle à l’article, une manière d’aborder le sujet. Une idée générale ne produira jamais qu’un texte vague, brassant trop de concepts. Dés lors, même la meilleure des idées trouvera difficilement son chemin dans l’esprit passablement torturé des visiteurs (et des administrateurs) de Framasoft.

Prenons un exemple concret :
(1) Idée d’article : le fabuleux destin de Linus Torvalds, ou comment le système d’exploitation Linux est né.. En dehors du fait que ce sujet a été traité maintes et maintes fois, l’idée est trop vaste et nécessiterait l’écriture d’un texte de plusieurs milliers de mots pour espérer apporter une information substantielle à l’internaute. Pour bien faire, il faudrait :
(1a) Soit partir d’un aspect particulier du sujet : Quel fût le rôle des nouveaux moyens de communication nés avec internet (mails, liste de diffusion) dans la genèse de Linux.
(1b) Soit se poser une question simple : Pourquoi Linus Torvalds a-t-il éprouvé le besoin de créer son propre système d’exploitation ?

C’est ce qu’on appelle "donner un angle" à l’article.

Ensuite, quelques notions élémentaires à retenir :

  • Faites des phrases simples, pas trop longues.
  • Hiérarchisez votre texte en paragraphes, sous-paragraphes, avec pour chacun un titre ou une phrase qui en résume le contenu. Même si vous décidez de ne pas garder ces sous-titres dans la version finale de votre article, cela vous aidera à mieux organiser vos idées.
  • Utilisez un vocabulaire simple et n’abusez pas des formules de styles. Si vous employez des termes techniques, essayez d’en donner une courte explication dans le texte ou en annotation.
  • Lisez votre texte à voix haute. Cela permet souvent de repérer les formulations un peu lourdes ou peu claires.
  • Faites lire votre article autour de vous à une personne qui ne connaît pas particulièrement le sujet dont il traite. Si un passage lui semble obscur, vous saurez qu’il faut le modifier.

Enfin, un dernier point, la taille de l’article, qui dépendra bien évidemment de votre inspiration. Évitez cependant de faire trop court (moins de 5 000 signes) ou trop long (plus de 15 000 signes).
Pour compter le nombre de signes, c’est-à-dire les caractères alphabétiques, de ponctuation et les espaces :

  • avec Open Office Writer (Windows et Linux), allez dans le menu Fichier -> propriétés puis dans l’onglet statistiques -> nombre de caractères
  • avec Abiword (Windows et Linux), allez dans le menu Outils -> Statistiques... et lisez la valeur de l’entrée Caractères (avec espace).
  • avec Keynote (Windows), allez dans le menu Tools -> Statistics et lisez la valeur de l’entrée characters.

Les limites du contenu d’un article

Le site Framasoft ne peut être tenu pour responsable des propos ou opinions exprimés par les auteurs. Il a néanmoins une certaine responsabilité en tant que diffuseur. C’est pourquoi nous devons nous assurez d’une certaine "tenue" des articles, à savoir :

  • Ne pas recopier ou s’accaparer le texte d’un autre. Ce n’est pas parce qu’une oeuvre est placé sous licence libre qu’on peut se permettre de la publier sous son nom, en se contentant de faire un simple copier-coller et en changeant deux-trois mots de-ci de-là. Si vous avez lu un article intéressant qui aurait sa place sur Framasoft, il est simplement préférable de nous le signaler, toujours à travers ce formulaire ; nous jugerons alors si sa reproduction est opportune. S’il s’agit d’un texte en anglais (ou une autre langue), même topo. Et si vous vous sentez l’âme d’un(e) traducteur(trice), vous pourrez alors vous occupez de sa traduction [5].
  • Ne pas tenir des propos injurieux, diffamatoires, trollesques ou contraires aux lois en vigueur dans ce pays. Si vous voulez par exemple exprimer vos griefs contre les produits de la société Microsoft, évitez (là encore) les généralités qui ne veulent rien dire, du genre "Windaube, ca pue, cé pas libre !" [6]. Argumentez plutôt vos propos avec des faits précis, votre expérience par exemple, si celle-ci peut apporter des informations utiles aux internautes. Vous pouvez lire sur le site quelques articles qui évitent ce genre de maladresses : Microsoft fait-il de l’ombre aux logiciels libres ? ou Windows ou Linux - Lequel est le plus simple à installer ?.
  • Être capable de fournir la source de toute affirmation qui pourrait porter à polémique. Si vous soutenez par exemple que les serveurs de telle compagnie sont moins sécurisés que ceux de telle autre, il faut s’appuyer sur une étude chiffrée concrète, et pas uniquement sur des impressions ou des "on m’a dit que..." [7].

Comment soumettre l’article ?

Il vous suffit d’envoyer votre texte par mail en pièce attachée à l’adresse qui vous sera communiquée, avec comme titre de courrier : "article Framasoft : [titre_de_l’article]".

Privilégiez le format RTF (.rtf), pour pouvoir mettre les titres en gras, des mots en italiques, etc. Vous pouvez utilisez le format .txt si la hiérarchie du texte (titre, chapo, sous-titres, etc.) est clairement identifiée. Le format Open Office (.sxw) est toléré. Le format .doc est à éviter [8].

Mon article sera-t-il publié ?

Si vous avez suivit les quelques consignes listées ci-dessus, il n’y a pas de raisons pour qu’il ne le soit pas.

Le rythme de publication des articles est fluctuant en fonction de l’actualité. Nous essayons néanmoins de publier un texte tous les 15 jours environ. Si vous ne voyez pas apparaître votre article dans les nouveautés en page d’accueil du site, ne vous alarmez pas : il est sans doute en attente.

Vous serez de toute façon avertit par mail de sa publication.

Y a plus qu’à...

Bien : après ce long exposé, il ne reste plus qu’à se lancer.

En vous remerciant de votre attention, et de votre éventuelle participation.

Au plaisir de vous lire...

[1] Nous vous remercions d’ailleurs encore une fois d’avoir répondu à l’appel, et de permettre ainsi la pérennité du projet.

[2] Comme le reste du site, la plupart des articles publiés sur Framasoft sont placés sous licence Creative Commons By-Sa. Autrement dit : les internautes peuvent copier, distribuer et modifier ces articles en respectant les conditions suivantes :

  • By : mentionner le nom de l’auteur original et l’adresse internet de l’article sur le site Framasoft.
  • SA : publiés les éventuelles modifications de l’article sous la même licence, ou une licence qui donne les mêmes droits aux internautes.

Lire Creative Commons, soyons créatifs ensemble, pour en savoir plus sur ces licences.

[3] Il s’agit d’un exemple un peu particulier puisque l’auteur avait déjà écrit un article pour le site ; connaissant son travail, l’exposé de l’idée pouvait donc être succincte. Pour une première proposition, nous vous conseillons d’en écrire trop que pas assez :-).

[4] dans ce cas, le mail expliquera en détail le pourquoi du refus. Un refus ponctuel, sur une idée d’article bien précise, qui ne devra pas, nous l’espérons, vous dissuader d’en proposer d’autres.

[5] La reproduction ou la traduction d’articles dépendent de plusieurs facteurs, l’un d’entre eux étant de juger si sa publication sur Framasoft apporterait (1) à l’article une plus large audience et (2) aux "framasoftiens" une information qu’ils auraient du mal à trouver par ailleurs.

[6] L’inverse ("Linusque, cé que pour les geeks chevelus et mal rasés") est également vrai.

[7] Toutes vos sources d’informations ne figureront pas obligatoirement dans le corps de l’article, mais si un fait pose problème, les administrateurs du site ainsi que les rédacteurs ne manqueront pas de vous posez des questions pendant que le texte sera au stade "Proposer à évaluation" dans l’interface administrative du site. Ensuite, une fois publiée, l’article passera au crible de la sagacité des visiteurs de Framasoft via le forum attaché. Donc, autant assurer ses arrières :-).

[8] Outre le fait qu’il s’agit d’un format propriétaire non ouvert, le .doc enregistre tout un tas de données inutiles qui alourdissent le fichier.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

La version 2.2 du soft phone Open Source QuteCom de Téléphonie, Chat et Visiophonie pour les plateformes Linux, MacOS et Windows est disponible , le 4 novembre 2010 (0 rép.)

La société MBDSYS, animatrice de la communauté qutecom.org, annonce la disponibilité de la nouvelle version 2.2 de son soft phone modulaire et multiplateforme QuteCom (ex-wengophone). Les 500 programmeurs telecoms de la communauté open source Qutecom.org ont participé à la finalisation de cette nouvelle version.

La nouvelle release QuteCom 2.2 disponible http://www.qutecom.org
- Corrige plus de 500 bugs
- Traduit automatiquement, via la librairie Google, les messages « Chat »
- Intègre un webkit pour personnaliser le logiciel
- Ajoute les interfaces de « chat » pour Facebook et Twiter
- S’intègre complètement à l’environnement MacOS
- Supporte les services de messageries instantanées sur IP pour les plateformes Windows, Linux, MacOS

Vadim Lebedev, directeur technique de MBDSYS et animateur de la communauté QuteCom.org « Tous les chefs de projets VOIP multi plateformes vont pouvoir utiliser notre softphone pour développer les services de messageries instantanées. QuteCom est open source, ce qui veut dire qu’en respectant la licence GPL, ils peuvent intégrer l’équivalent d’un Skype dans leurs solutions.

Hervé Baroukh, dirigeant de MBDSYS « La version 2.2 était attendue par la communauté et va servir de point de départ à de nouvelles évolutions majeures. QuteCom travaille aussi sur des solutions équivalentes pour Tablet et Smart Phone ainsi que sur la sécurisation des communications. »

Histoire de QuteCom (ex WengoPhone) En 2005, ce logiciel de communication via Internet (téléphonie, chat, visiophonie) a été lancé par la communauté OpenWengo. En janvier 2008, MBDSYS a repris le projet openwengo en le baptisant QuteCom.

Les points forts de QuteCom Il est intégralement sous licence GPL. Il n’utilise que des protocoles standard de communication tel que SIP, t il intègre Libpurple qui lui permet d’échanger avec bon nombre de messageries instantanées.

-----> http://www.qutecom.org

Répondre à ce message

Ecrire, que signifie ce mot pour Vous ??? , le 16 mars 2010 par Faiza (0 rép.)

Ecrire, c’est prendre une plume entre ses doigts et la laisser glisser sur une feuille blanche, lui laissant le choix de dessiner avec son encre, des mots, des phrases.

Ecrire, c’est pouvoir laisser une trace, de ce que l’on ressent, de ce qui nous déchire, nous émeut, ou nous étonne.

Ecrire, c’est donner la chance à ses sentiments, d’exister, d’une façon claire, sans équivoque, ni mensonges.

Ecrire, c’est faire parler ses tripes, c’est mettre un mot sur chaque ressenti,

Ecrire, c’est concrétiser des idées passagères, en leurs donnant le droit d’exister.

Ecrire, c’est croire, que le temps puisse s’arrêter un moment, pour nous donner l’impression d’être plus libre, pour se sentir plus léger, comme si on posait un fardeau, jadis perchant sur nos épaules,

Ecrire, c’est donner une partie de soi-même aux autres, sans condition, en espérant qu’ils ont prennent bien soin.

Ecrire est avoir le courage de se dévoiler à autrui, en s’assumant entièrement.

Faiza,

Répondre à ce message

Le Bonheur est dans le Hockey ! , le 10 mai 2009 par Charlotte (0 rép.)

À regarder les Québécois ...ça va de sois que le Bonheur est dans le Hockey !

Le Hockey fait jaser...surtout pendant les périodes des séries éliminatoires. Le sujet préféré des Québécois après la température c’est le sport !

Le Hockey fait couler beaucoup d’encre. Ont n’en profitent, les journalistes, les animateurs de radios et de télés bref ! c’est payant pour tout le monde !

Mais pourquoi accorder tellement d’importance à ses "Millionnnaires" "Immatures" "Prétentieux" ses "Bébés Gâtés" qui après tout ne font que pratiquer leurs sports favoris ?

Ils ne sont ni "Missionnaires" ni "Médecins" ils n’aident ni ne sauvent personne, ils lancent une rondelle dans un filet et sont traités comme des "ROIS" !

Pourquoi dans la société ont ne remet pas les choses en places ? Pourquoi parlent-ton plus des joueurs de Hockey que des gens qui sont utiles, des gens qui méritent que l’ont s’arrêtent sur leurs vrais exploits, sur leurs vrais travails ?

Tant qu’à moi les sports professionnels n’existeraient pas. Jouer c’est jouer ! On ne devrait pas devenir riche en pratiqant un sport. Le plus que je leurs donnerais c’est la salaire minimum pour les heures qu’ils sont sur la glace.

Et je ne parle pas des autres sports...comme la Boxe que l’ont "OSENT" appeler un sport ! Se taper dessus jusqu’à saigner, jusqu’à ne plus voir clair c’est scandaleux et immorale !

Ont fais tout pour que nos enfants ne soient pas violents dans les cours d’écoles. Mais quels exemples leurs montrent-ton ?

La violence c’est la violence ! que ce sois dans la rue, dans un bar, dans une cour d’école, sur la patinoire durant une "joute de Hockey" ou sur un "Ring de Boxe", nul ne devrait encourager ses gestes.

Nous devrions faire un examen de conscience et revoir nos valeurs , les mettent en priorités, surtout en ses temps de récession ou de voir des gens gagner leurs vies de cette façon deviens presque indécent !

Merci Charlotte Leith

-----> http://cleith

Répondre à ce message

Thunderbird , le 3 février 2009 par Jacques TORRES (2 rép.)

M. Jacques TORRES Le 03/02/2009. Le Port, 52, 50480 CARQUEBUT. Tél-Rép-Fax : 02 33 21 54 09. Mobile : 06 65 00 50 97 jacquestorres@wanadoo.fr

Aberrations ( !) relevées à ce jour dans l’utilisation de THUNDERBIRD PORTABLE

A – Impossibilité d’imprimer la liste des contacts pour sauvegarde éventuelle sur papier

B – Impossibilité d’imprimer les listes de diffusion pour sauvegarde éventuelle sur papier

C – Impossibilité de copier ces deux types de listes pour sauvegarde

D – Impossibilité de copier- coller une adresse ou plusieurs adresses individuelles dans la liste des contacts ou dans les listes de diffusion

E – Obligation de saisir, caractère par caractère, les adresses de contacts constitutives des listes de diffusion, en raison du C ci-dessus.

F – Impossibilité d’exporter la liste des contacts ou les listes de diffusion de THUNDERBIRD

G – Impossibilité d’importer les listes de contacts ou les listes de diffusion d’autres messageries

H – Impossibilité de supprimer dans la liste de diffusion d’un message à envoyer une ou plusieurs adresses non souhaitées

… …

Thunderbird , le 3 février 2009

Pour accéder à la majorité des fonctions recherchées, il faut ouvrir l’interface "Carnet d’adresses", pour ce faire :

Menu outils -> Carnet d’adresses

ou

Ctrl+2

Thunderbird , le 5 février 2009 par pyg

Personnellement, j’utilise Thunderbird en version portable depuis des années (faut dire que je suis le développeur de cette version, aussi :P ) et je n’ai aucun des problemes signalés.

Répondre à ce message

Soirée du Multimédia : le numérique en liberté , le 11 juin 2008 par Le Grand Chalon - TIC (0 rép.)

La ville de St-Marcel, le Grand Chalon et ses Espaces Multimédias sont heureux de vous convier aux « Soirées du Multimédia » dont le premier rendez-vous se tiendra au Réservoir de St-Marcel le vendredi 13 juin à partir de 19 heures, en présence de Monsieur Raymond Gonthier, vice-président du Grand Chalon en charge des Technologies de l’Information et de la Communication. Nous comptons sur votre présence pour venir échanger et partager autour du thème des logiciels libres.

-----> http://www.legrandchalon.fr

Répondre à ce message

Live eTIC Party , le 14 mars 2008 par Ultima Cogito (0 rép.)

Systèmes d’Exploitation Linux et Alternatifs

Libre échange de connaissances, d’expériences et d’utilisations du numérique dans l’enseignement

Organisation de l’évènement.

Le mot de Jean-Louis MONINO : Dans le monde universitaire, personnel enseignant, administratif et technique, découvre les Technologies de l’Information et de la Communication et les utilise de façon optimale dans le contexte des ENT - Espace ou Environnement Numérique de Travail - qui permettent l’émergence de nouveaux usages de travail dans des environnements virtuels. Dans ce nouveau cadre, chacun selon son profil pourra accéder à son propre bureau virtuel accessible par un identifiant et un mot de passe uniques. Les services des ENT : services communs de gestion ; services de communication – emails, SMS, forums ou visioconférence ; bureau numérique ; services pédagogiques notamment enseignement à distance, accès au ressources pédagogiques, tutorat et assistance ou classes virtuelles ; services de scolarité ; services documentaires ; services "vie universitaire" et services dédiés au personnel administratif autorisent l’accès au partage de logiciels, au travail collaboratif à distance et à une meilleure gestion du temps.

L’arrivée des T.I.C dans l’enseignement supérieur provoque aussi de grands changements pour le métier de l’enseignant. La rencontre de ces technologies et d’enseignants pionniers ont fait expérimenter d’abord, puis se mettre en place de nouveaux usages et de nouvelles pratiques qui se généralisent. Le cas de PorTices, système d’enseignement aux Technologies de l’Information et de la Communication est intéressant à cet égard. Créé à partir de la migration sur Internet de cours traditionnel (Dimet 2005) par une évolution liée directement à l’étude des usages des apprenants (Popova 2005), il reste proche des nouveautés technologiques pour les enseigner mais également pour se les approprier. En 2003, le Ministère de l’éducation nationale mandate Jean-Louis Monino, maître de conférences en sciences économiques à l’Université Montpellier I en tant que chef de projet afin de mettre en place un dispositif permettant aux étudiants, tuteurs et enseignants de tester leurs connaissances, de s’autoformer et de se préparer à devenir un usager averti et compétent en matière de TICE. Ce projet, destiné à produire des ressources d’autoformation pour la préparation au C2i® leur donne toujours la possibilité de certifier leurs compétences quel que soit leur niveau dans les cursus LMD ou leur situation professionnelle. Mais PorTices, est avant tout un ensemble de pratiques pédagogiques innovantes : autoformation tutorée, échange de données intégrées, maîtrise par les apprenants des outils permettant une bonne utilisation de la dématérialisation des échanges. Le mot de Pascal ARNOUX : Live eTIC Party Université Montpellier est destinée à mieux faire connaître les systèmes d’exploitation Linux et alternatifs à la communauté universitaire de Montpellier. Nous nous sommes aperçus, lors de manifestations et Install Party organisées dans différents points de la ville que la population étudiante ne se sentait pas nécessairement concernées par ces journées.

Le constat est le suivant, compte tenu que les formes d’enseignement les plus courantes ne permettent pas d’aborder raisonnablement les systèmes alternatifs et open sources. Notre projet est de faciliter l’accès et l’utilisation des OS alternatifs et ainsi permettre leurs utilisations aux plus grand nombre.

Le lien de l’évènement : http://linux-live-usb.org/ip/index.php

Répondre à ce message

La clé usb peut elle tout faire ? , le 7 mars 2008 par pierre alexandre (1 rép.)

Bonjour,

La clé usb s’est imposée comme un support facile à transporter, pratique et rapide. Nous pouvons imaginer de multiples applications à ces clés surtout associées aux logiciels « PORTABLES ».

J’ai trois interrogations :

1) est-il possible d imaginer un système linux (type openCD) sur clé usb et bootable sur clé usb ?

2) est-il possible d imaginer une suite de logiciels type ubcd (universal boot cd) sur clé usb et bootable sur clé usb pour réparer son ordinateur grâce à une clé usb ?

3) Et un daemon tools pour clé usb ? pour lancer une image d’un cd sur une clé usb depuis windows, linux ou le DOS ?

De même pour flasher un bios l utilisation d un logiciel peer to peer installer les drivers spécifiques de sa machine...

Et finalement est-il possible d imaginer un monde sans disque dur mais uniquement avec une clé usb ?

Merci pour vos réponses.

Cordialement.

LAURET Pierre-Alexandre

La clé usb peut elle tout faire ? , le 7 mars 2008

1) Mandriva flash, Toutou Linux pour n’en citer que deux très différentes, mais en fait désormais tu as presque l’embarras du choix en matière de liveUSB Linux... (dont des distributions comme system-rescue-CD spécialement faites pour réparer un système entre autres)

linol

Répondre à ce message

Ecrire un article pour Framasoft , le 3 mars 2008 (0 rép.)

concerne open office org.calc Comment programmer le report automatique des valeurs des cellules B20 à M20 du premier tableau aux cellules B13 àM13 du second tableau ? Merci par avance pour votre aide.

Répondre à ce message

Documentaires professionnels libres , le 12 février 2008 par Camille Harang (1 rép.)

Depuis Elephants Dream en 2005 la scène Creative Commons de la création audiovisuelle aux exigences professionnelles est restée quasi déserte. Deux ans et demi après l’image de synthèse c’est le documentaire qui fait son baptême du feu. En effet, depuis la semaine dernière un projet présente une série de documentaires professionnels, traitant des mouvements non-violents récents et historiques en Inde. Plus précisément l’épopée de l’organisation d’inspiration gandhienne Ekta Parishad, et de son leader Rajagopal.

Face à la chasse aux sorcières menée par l’industrie culturelle à l’encontre des internautes, condamnant la volonté de de ces derniers de vouloir partager leur culture, et donnant lieu à des mesures répressives comme la loi DADVSI, les DRM ou plus récemment le rapport de la mission Olivennes (préconisant simplement la coupe de la connexion de l’internaute). L’équipe du projet défend et légitime l’utilisation naturelle d’Internet comme outil de savoir et de partage, en proposant le passage de ce contenu culturel sous licence Creative Commons.

Comme toute production professionnelle ces documentaires engendrent des coûts de production incompressibles. Mais une réduction significative du coût total de production a été permise par le travail collaboratif, le contournement de nombreux intermédiaires, et l’utilisation exclusive de logiciels libres. Le revers de ces économies est que certains contournements éloignent les possibilités de financement traditionnels, comme la redevance, la taxe sur les supports vierges, les droit d’auteurs (e.g. SACEM), bénéfices de la publicité télévisuelle, etc.

Comme ce projet défend directement le public et ses libertés, l’idée que le public soutienne directement en retour sa viabilité, sa liberté et son indépendance tombe à première vue sous le sens. Public et créateurs faisant directement équipe, chacun y trouverait son compte : une culture libre dans les deux sens du terme, libre d’utilisation par les licences Creative Commons, et libre de parole par l’indépendance des créateurs. Sans compter que les économies réalisées en contournant certains intermédiaires réduiraient aussi les munitions visant à menotter les internautes : moins de fonds pour le lobbying parlementaire (voire directement dans l’Assemblée) comme celui exercé pour DADVSI, et moins de fonds pour développer des technologies comme les DRM. 

Malgré tout le bon sens que ce raisonnement peut laisser transparaître, il y a un hic... celui de la gratuité. En effet, malgré les milliers de publicités ingurgités chaque jour par nos cerveaux respectifs, et leurs prix répercutés sur nos achats quotidiens (comparables à celui de la TVA, voire beaucoup plus (Autoplus n°939)), nous avons le sentiment que tout est gratuit. Ce sentiment nous coûte en réalité très cher ne serait-ce qu’en temps de cerveau disponible pour TF1 et en kilomètres cube de coca, car une partie infime de cet argent est destiné à ce qui nous intéresse, nous public, la création. En plus d’être contre-productif financièrement ce système l’est aussi qualitativement, car sa créativité n’est pas concentrée sur la qualité du contenu mais sur sa faculté à nous faire acheter du coca.

Paradoxalement donc, accepter l’idée que rien n’est gratuit nous ferait faire de substantielles économies ! Ajouté à cela un gain culturel qualitatif et quantitatif, en nous épargnant des dommages collatéraux liberticides. Est-il donc possible d’échapper ce système ? La grogne dissidente au modèle des majors se fait de plus en plus craintive sur Internet. Mais est-elle prête à s’engager dans des modèles économiques alternatifs viables professionnellement pour enrayer la progression des majors ? Il est sans doute trop tôt pour en juger, cela pourrait expliquer la carence d’initiatives allant dans ce sens venant du milieu professionnel.

C’est pourquoi le présent projet propose plusieurs méthodes de participation comme la promotion, la traduction, le montage, etc. et parallèlement un mode de financement original, nommé "funding and licensing" par l’équipe de Creative Commons. ce modèle à souvent été théorisé mais jamais appliqué sur un projet de cette envergure. Le budget du film a simplement été divisé en trois paliers, à chaque fois que le cumul des entrées d’argent (dons, partenariats, etc.) franchit un palier, une licence Creative Commons plus permissive est appliquée.

Lawrence Lessig, inventeur de Creative Commons soutient le projet depuis le premier jour, il a même été le premier donateur en ligne. Ton Roosendaal, créateur d’Elephants Dream a fait part des ses encouragements à l’équipe qu’il qualifie de "pionnière". Et enfin Richard Stallman, inventeur du logiciel libre et théoricien de l’encyclopédie libre devenue Wikipédia, a fait part de son intention de promouvoir le projet pour le franchissement des deux derniers paliers, plus libres. De part sa jeunesse le projet ne semble pas encore être bien connu hors du cercle des initiés, cependant la Fondation Wikimedia a fait savoir à l’équipe qu’elle ouvrirait une page dédiée à la promotion de projets de ce type cette semaine, un début.

Ce type d’initiative peut-il nous mener vers une réconciliation du public avec l’ensemble des professions de la création, entre viabilité économique, respect, qualité et bien sûr liberté ?

Visitez le site du présent projet : thenyouwin.yooook.org

Camille Harang.

Sauvons Internet

DADVSI, Voltaire nous tient à l’œil...

-----> http://thenyouwin.yooook.org/

Documentaires professionnels libres , le 13 février 2008

C’est pas ici qu’on poste les articles... pardon...

Répondre à ce message

Ecrire un article pour Framasoft , le 3 janvier 2006 par Dona (1 rép.)

Salut ! J’aimerai avoir pour demain avant midi si possible une sorte de tableau comparatif des prix ( officiel ou pas) entre logiciel libre et logiciel propriétaire.... Merci !

-----> tableau comparatif

Ecrire un article pour Framasoft , le 4 janvier 2006 par Boost

1) c’est pas ecrit "la poste"

2) ca n’a aucun rapport avec l’article

3) il faut expliquer un peu + sur ce que tu souhaites faire.

4) et on utilise le forum dans ce cas là.

Chris

Répondre à ce message

>Brevet Logiciel - Vote Contre du Parlement Europeen , le 6 juillet 2005 par anonyme (2 rép.)

Ce serait Gagné voir http://www.zopera.org

-----> http://www.zopera.org

> Brevet Logiciel - Vote Contre du Parlement Europeen , le 6 juillet 2005 par mary c, marc et raymond

c’est fantastique !!!!

ne pas oublier cependant les affres subies pendant le déroulement de cette saga qui montrent le fonctionnement de la démocratie européenne : croyez vous que sur les sujets pour lesquels nous sommes moins attentifs cela se passe pareillement avec une issue favorable ?

avez-vous remarqué que le projet de constitution récemment rejeté ne changeait rien à ce mode de fonctionnement ? une "démocratie" bridée par une commission vénale, n’hésitant pas à fouler aux pieds ses propres réglements pour faire passer les idées de "ceux qui ont les moyens" au mépris des décisions prises par une assemblée démocratiquement élue...

> Brevet Logiciel - Vote Contre du Parlement Europeen , le 7 juillet 2005 par Michaël

Si vous voulez avoir un aperçu de qui contrôle la Commission de Bruxelles, allez jeter un oeil sur le lien suivant :

Commission Trilatérale

On comprend mieux beaucoup de choses...

-----> http://www.trilateral.org/annmtgs/t...

Répondre à ce message

> Ecrire un article pour Framasoft , le 16 juin 2005 par EPI (0 rép.)

« Des logiciels libres pour l’école du cycle 1 au cycle 3... »Un article de Michèle Drechsler - IEN TICE de Moselle -

Ce cédérom comporte une trentaine de logiciels pédagogiques libres accompagnés de fiches pédagogiques proposant des scénarios d’utilisation ancrés dans les programmes 2002, au service des apprentissages fondamentaux et de la mise en oeuvre du B2i. Il a connu un excellent accueil de la part des enseignants, des collectivités locales et associations.

Une deuxième version est en cours de réalisation.

http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a0506a.htm

-----> « Des logiciels libres pour l’école du cycle 1 au cycle 3... »

Répondre à ce message

avant -propos pour un eleve de la 2ieme , le 29 décembre 2004 par eleve marocain (0 rép.)

donner moi S V P un exemple du sujet * eleve traite un sujet et voulait ecrire un avant-propos pour son professeur * sachant que l’eleve cherche sur une comparison entre deux choses présque identiques

Répondre à ce message

Nos ancètres ne seront plus à vendre , le 27 novembre 2004 par nks (0 rép.)

Exaspérés par le racket généalogique (vente sur internet d’actes généalogiques à 2 € ! ) et par la rétention d’information (interdiction de consulter certains registres existant sur CD !), les généanautes sont de plus en plus enclain à participer aux initiatives de libre numérisation, dépouillement des registres, et publication gratuite.

Dans le Cher où l’initiative "historique" et lucrative est arrivée à 1’200’000 actes payants en 30 ans, les particuliers totalisent déjà 400’000 actes publiés gratuitement en seulement un an et demi d’existence.

Le résultat est bien évidemment publié chez un hébergeur gratuit, sans pubs, avec des outils de publication libre.

http://registres18.free.fr/

-----> Dépouillement gratuit des registres du Cher

Répondre à ce message

histoire de temps , le 30 octobre 2004 par Andre pierre jocelyn (0 rép.)

Bonjour, Je suis le webmaster du site " hypothese sur le temps " http://www.letime.net et je recherche un support financier pour pouvoir créer une association développant des brevets technologiques et des publications sur notre perception du temps. C’est la raison pour laquelle je pense qu’un article de votre part sur ma démarche serait le bienvenue. J’ai déjà eu un article sur le journal des enseignants chercheurs et un texte sur France Culture science ( forum modéré). Je vous joins deux textes, laissant apparaitre les deux pôles de ma démarche. Le temps est le temps, chaque instant nous rappelle ce phénomène, mais ce que nous pouvons faire à son sujet, c’est d’observer l’action qu’il a sur les objets et la manière à laquelle il se présente à notre perception.

De l’observation des astres, il se présente d’une manière particulière, et répétitive qui provient de la mécanique céleste, qui est traduit par la rotation de la terre sur elle-même, nous avons donc mis au point un appareil de mesure particulier qui a évolué avec la science, pour mesurer cette action répétitive continue. Ceci nous permet donc dans le domaine de définition restreint de la terre d’avoir une mesure la concernant.

De l’observation de la biologie ( temps de cicatrisation en fonction de l’age, ou de la prise de poids des poulets, ou encore des réactions enzymatiques ) et de la physique ( chute des corps, loi des écoulement, ou encore décharge capacitive électrique) nous avons un temps non continue irrégulier. L’appareil de mesure pouvant mesuré ce temps n’a pas encore été créé à ma connaissance, malgré mes appels depuis plusieurs années. De fait nous sommes obligés d’utiliser un mauvais outil créer pour les planètes, et d’y associer un mode correcteur sous forme proportionnel exponentiel. Le correcteur est t = k(1-exp(-t’/jo)) avec t le temps avec t’ le temps particulier aux planètes avec k valeur du nouvel état d’équilibre avec jo nombre sans dimension, caractéristique du phénomène étudié.

De tous ceci, il appairait un temps physiologique, mais en psychologie, les choses ce compliquent, car il existe dans ce domaine trois temps.

Les trois temps psychologiques :

Le temps social utilise une norme, même incohérente nous sommes obligés de l’utiliser en attendant qu’elle soit changée, car elle nous permet de communiquer. Le temps social est le temps de la convention, le temps qui est utilisé actuellement d’une manière généralisée chose que nous ne pouvons pas faire. J’entends par ce terme le temps présenté comme une droite linéaire, mais ceci est du au fait, je pense, qu’il soit pris sur une durée très courte, je pense qu’un temps expo étudiée dans une zone particulière aura l’apparence d’une suite régulière droite, d’une droite, alors que dans sa globalité, c’est une courbe expo. Le temps qui permet d’avoir un repère commun à tous les hommes, et qui permet de se donner rendez-vous, le temps issue d’une loi sociale.

Le temps de l’évènement ( événementiel), permet à chaque instant de tendre vers l’infini, c’est celui qui nous raccroche à la vie quelque soit l’instant et l’age. Les premiers instants, comme le coup de foudre, le premier baisé, le premier emploie, la première rentrée scolaire, les premiers été de vacancier, représentent une grande quantité de temps et d’émotions, de fait, c’est le nombre d’évènements, d’expériences, qui va donner la vie et plus le temps aura d’importance, plus nous nous apercevons qu’il est court, et nous ne le voyons pas passer, car chaque début est un infini.

Le temps individuel, a plusieurs particularités, le théorique et l’appliqué, l’appliquer fait que dans ce temps nous sommes en permanence au sommet de notre vie. C’est le temps de notre age, nous nous apercevons bien qu’il est composé de paliers qui représentent plusieurs facteurs et selon le facteur dominant la courbe prendra son accélération. Ces paliers sont, de la conception à l’accouchement, de l’accouchement à la puberté, de la puberté au vieillissement final. Nous nous apercevons bien que le premier facteur a une force comparable à une explosion, le deuxième facteur nous construit comme une fleur jusqu’à l’épanouissement, après il s’estompe doucement laissant la place au troisième facteur qui nous maintient doucement, l’effet de la mémoire fausse un peu la donne et nous amène à notre apogée vers trente ans.

Le but de ce texte n’est point de parler du fonctionnement cérébrale et donc de la mémoire, pourtant celle-ci joue un grand rôle dans les interférences que vont créer les trois temps associés. De plus les actes conditionnés et les automatismes corporels qui libèrent notre pensée des actes quotidiens et nécessaires peuvent influencer ces interférences. Les interférences qui utilise la mémoire pour faire ressortir et associé le temps d’un évènement du passé au temps de l’évènement du présent, le tout mesuré à l’aube des deux autres temps, provoque une désorientation qui provient du mélange des domaines de définition, ne reconnaissant pas que chaque évènement possède son propre temps.

et le deuxième texte :

Bonjour, Après les développements présentés en science physique, en biologie et en philosophie, voici une nouvelle publication, du site " Hypothèse sur le temps", en mathématique. Cette publication est une induction en droite ligne des idées proposées lors des précédentes annonces. Pour les nommer : Le zéro n’existe pas en science, Méthode d’analyse en biologie, Les cinq lois universelles. En introduction, De Descartes " Discours de la méthode " et de Kant " tout un chapitre de la Critique de la raison pure à la discutions des mathématiques et de la philosophie.(2éme partie, Méthodologie, ch. 1)", nous trouvons " il faut distinguer deux sortes de connaissance rationnelle : la connaissance philosophique qui procède par concepts ; la connaissance mathématique, qui procède par construction de concepts." Nous trouvons dans ces termes une définition et le caractère premier des mathématiques. Ainsi nous identifions selon les domaines étudiés, les mathématiques particulier à ce domaine. De plus en reprenant l’argument de Kant pour écarter les Cartésiens, l’argument qu’un outil utilisé hors de ces bornes n’a pas de sens, nous pouvons dire que chacune de ces mathématiques, ne peuvent être utilisées en dehors de leur domaine respectif sous peine d’incohérence. En argument, je propose quelques systèmes mathématiques. a : un système issue de l’inné qui sert à compter les moutons, certains l’appellent l’algèbre. b : un système qui sert à faire fonctionner les machines type automatisme à relais, le langage booléen. c : un système qui sert à coordonner des mots ou groupe de mots en langue française, algorithme du langage. d : un système qui sert à écrire les courbes de mesure en physique et en biologie, présenté sur le site web "hypothèse sur le temps", ce système est basé sur des exponentiels proportionnels. e : un système qui permet d’essayer de prévoir le futur, les probabilités f : la géométrie ... Et il est facile d’imaginer d’autres systèmes mathématiques particuliers aux sciences humaines. Maintenant que nous avons développé plus que raison l’algèbre, que les matheux se mettent au travail pour nous indiquer les particularités et les lois de ces nouvelles mathématique

-----> http://www.letime.net

Répondre à ce message

> Ecrire un article pour Framasoft : liste modifiable de logiciels , le 19 octobre 2004 par lol laurent gire (1 rép.)

Bonjour, Je voudrai participer au “monde du libre” mais je ne sais ni programmer ni traduire alors... j’ai trouvé trés bien votre tribune libre sur "les logiciels libres que j’utilise" Seul problème c’est qu’il faut ouvrir toutes les "fenetres message" pour pouvoir accéder à l’information laissée par les visiteurs et que chacun réponde comme il le souhaite avec sa propre mise en forme. C’est pourquoi je vous demande si vous verriez une quelconque opposition à ce que je crée sur le site de Wikipédia une page avec un tableau où les logiciels LIBRES ET GRATUITS seraient classés dans une liste alphabétique avec à chaque ligne les informations suivantes :

||Nom logiciel || fonction|| nombre d’utilisateurs|| LANG ? || licence ? || os ? || Commentaires ?||Ameliorations

Chaque visiteur-utilisateur pourait modifier chaque ligne en rajoutant +1 au nombre d’utilisateurs et, si besoin, completer le COMMENTAIRE ou l’AMÉLIORATION ou rajouter un logiciel en créant une nouvelle ligne au tableau.

||Nomlogiciel ||safonction|| nombreutilisateur|| Lang ? || licence ? || OS ? || Commentaires ?||Ameliorations

En attendant j’essaie de familliariser avec le Wikicode

> Ecrire un article pour Framasoft : liste modifiable de logiciels , le 19 octobre 2004 par aKa

Pour ce qui me concerne toute initiative qui est susceptible de faire découvrir et diffuser le logiciel libre est à encourager.

A fortiori sur Wikipedia.

Je précise que la nouvelle licence adoptée par le site permet désormais la reprise sur Wikipédia (puisque la cc by-sa est compatible avec la gnu/fdl).

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Framasoft needs you !

 Vous trouverez ici une liste de logiciels qui ont fait acte de candidature et qui n’attendent que vous pour réussir avec brio l’examen d’entrée dans notre annuaire.

Informations générales

Juste une image

Annie Catches a Snowball Annie Catches a Snowball
Creative Commons BY-SA