• Auteur : Hervé Le Crosnier
  • Date : 17 février 2005 (20 février 2005)
  • Licence : Creative Commons BY-NC link_license

Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture

L’image ci-dessus est un "détournement de détourneurs" !

Elle nous a été envoyée peu de temps après la mis en ligne de cet article par un visiteur qui nous invite à la copier-coller. « Je souhaite garder l’anonymat, dans l’esprit de l’Atelier populaire. L’important est ce que l’image véhicule et ce qu’en font les gens, pas d’où elle vient ni qui l’a créée. »

Bonjour,

A l’heure où nos médias bruissent de questions de "droits d’auteurs", de lutte contre le "piratage", il me semble bien étonnant que seul le silence accompagne la violation patente du droit moral des artistes que constitue la campagne de propagande des Hypermarchés Leclerc.

Sur nos murs, dans les panneaux de quatre mètres sur trois, sont reprises et détournée des affiches de "l’Atelier Populaire" au travers desquelles le géant de la distribution engage une campagne populiste pour étendre la domination de la grande distribution sur le monde économique.

M-E Leclerc plaidait ce matin sur France-Inter pour renforcer ce secteur au nom de la "résistance" aux concentrations des industriels, oubliant au passage le rôle des hypers dans l’écrasement des paysans, des artisans, des petits industriels,... au travers des "marges arrières". Au nom du libéralisme débridé, Leclerc s’oppose au gouvernement qui a décidé, sous la pression de réglementer. Et prend les consommateurs à témoin.

Quoi de mieux dès lors que de reprendre les images du dernier grand mouvement de dénonciation de l’Etat que fut Mai 68 ?

Le problème est que Mai 68 était aussi un grand mouvement de refus de la "société de consommation". Il y a évidemment une opposition frontale entre le sens des images produites par l’Atelier Populaire et celle de la campagne Leclerc.

En droit d’auteur, on appelle cela contrefaçon et violation du "droit moral", cette partie du droit d’auteur qui vise à protéger la volonté de l’auteur pour éviter les récupérations, détournements, et usages non autorisés de son oeuvre.

Mais que font la SACEM, les Sociétés de collecte des droits, les juristes si acharnés à dénoncer les "pirates de salon" et traîner les gamins en procès pour des téléchargement sur l’Internet ? Quelle complicités ont-ils pour abandonner le "droit moral" au profit de la marchandisation de toute la culture ?

Les oeuvres de l’Atelier Populaire sont volontairement "anonymes". Artistes, simples militants, agitateurs d’idées se relayaient dans l’Ecole des Beaux-Arts de Paris pour créer ces images qui trente ans après ont un pouvoir évocatif si fort. Même si on connaît quelques uns des animateurs de cet atelier, ses travaux appartiennent à la culture commune du mouvement de Mai et de ses suites.

Mais pas à Leclerc et ses histrions propagandistes !!!

Nous sommes devant une violation du "droit moral collectif", un statut spécifique que les peuples indigènes essaient de mettre en avant pour défendre leurs cultures et leurs connaissances, qui sont elles aussi collectives. De même que les paysans du monde qui défendent les semences fermières usent cette "propriété collective" pour refuser la "biopiraterie" (c’est-à-dire la capacité des sociétés commerciales à s’approprier les biens collectifs).

C’est aussi pour ces raisons globales qu’il est nécessaire de refuser cette manipulation marchande de l’esprit culturel et artistique des travaux de l’Atelier populaire. Il faut que Leclerc soit condamné, et que l’argent soit versé aux peuples indigènes qui luttent contre la biopiraterie. Là nous serions dans le droit fil de la générosité de l’Atelier Populaire.

Reste-il des participants de l’AP (j’étais trop jeune, mais j’aurais aimé, c’est sûr) pour mener ce combat ? Des qui ne se sont pas recyclés dans le service de l’industrie du mensonge et du formatage mental ?

Et si les associations qui héritent du mouvement, qui portent encore les espoirs de liberté que celui-ci fit souffler sur la France et le monde, pouvaient s’unir pour un tel procès contre la marchandisation de nos images collectives ?

Car s’il y a bien quelque chose qu’il faut défendre dans les changements nécessaires des droits de propriété intelectuelle, c’est bien le "droit moral" des créateurs, et la notion d’"oeuvre collective", de "biens comuns de l’information".

Mais le silence assourdissant des médias sur cette violation des droits moraux collectifs des auteurs nous montre bien que ce ne sont ni les auteurs, ni la société que les causeurs veulent protéger, juste le marché, leur marché, leur supermarché, leur hypermarché.

Et l’image d’un monde-marché complètement "immoral" avec lequel ils veulent nous formatter les tranches de cerveau.

Hervé Le Crosnier

Exemples d’affiches de la campagne E.Leclerc
Site officiel

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 14 mai 2008 par lelokalmatos (0 rép.)

Quand la récupération n’a plus de limites...C’est beau la pub

-----> http://lelokalmatos.over-blog.com/a...

Répondre à ce message

pas si hors la loi que ça , le 17 avril 2008 (2 rép.)

Je me fais l’avocat du diable mais ces oeuvres sont anonymes il me semble et j’imagine qu’elles n’ont malheureusement jamais été déclarées. Si c’est le cas les agences de pub ont tout à fait le droit de réutiliser ces visuels. En tout c’est clair que c’est vraiment incohérent en tout cas comme choix.

Pour ceux qui s’y interresse : une exposition des affiches de l’époque

pas si hors la loi que ça , le 18 avril 2008 par Earered

Même anonyme, ces oeuvre sont protégé (ça fait partie du droits des artistes d’utiliser un nom de plume).

Par contre l’article est en plein décalage : les artistes de l’époque ont plus de 50 ans maintenant, ils ne sont plus révolutionnaires (Fillon a chanté l’internationale encadré de gendarmes qui le ramenait à son college, avec l’age les gens deviennent plus pondéré ^^), il n’étaient pas "anonyme" et ont simplement vendu leur droits à Leclerc (cf. archives du Canard et du Monde).

Reste l’utilisation qui est désagréable, mais ça n’est pas pire que la photo du Che comme symbole de liberté...

pas si hors la loi que ça , le 18 avril 2008 par Earered

et encore désagréable : bizarre pour moi qui est trop jeune pour avoir connu l’époque, et qui a fait sourire mon père ancien 68tard

Répondre à ce message

peut on être un résistant et avoir de l’humour ? , le 15 mai 2007 par oskar (0 rép.)

On se le demande à la lecture de cet article, tout comme des réponses très convenues qui y font suite.

Répondre à ce message

Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 25 décembre 2006 par mon pseudo ne dira rien à personne : Syrdria (0 rép.)

c’est un véritable scandale que ce qui fut un mouvement de révolte se transforme en un matraquage immonde dont le but est bel, et bien de gaver ,d’infantiliser la société et les hommes dans le seul interêt industriel

Répondre à ce message

Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 6 août 2006 par Johny Stakhanov (0 rép.)

Bien vu lulu ! Sur ce sujet, pensez à visiter polit.buro . On réfléchi à ce détournement capitaliste du détournement anti-capitaliste et on replace la pub d’Edouard L. dans une dynamique plus large, à laquelle participent diverses entreprises depuis plusieurs années. A lire et à voir !

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire : intermarché aujourd’hui , le 3 octobre 2005 par fun sun (0 rép.)

Bonjour,

Intermarché en ce moment organise une campagne publicitaire dans le même esprit que celle de leclerc il y a quelques mois. Cela ne semble étonner personne.

Il suffit de changer légèrement les images et tout le monde se tait ? Ou pensera-t-on que je fais un amalgame ?

Ici est certainement le lieu même de l’ambiguîté de la "pseudo-critique" (cela n’engage que moi ; voir mes posts sur le sujet ci-dessous) non pas qu’elle ne soit pas légitime mais si on critique une démarche, qu’on le fasse jusqu’au bout.

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 12 mars 2005 par Th. V. (0 rép.)

Une précision : c’est dans Les Echos (1er mars) que Michel Leclerc a indiqué que les droits des affiches de mai 68 avaient été déposés ("par quelqu’un" - on n’en sait pas plus - j’aimerais bien savoir qui !).

Quant à a notion de "droit moral collectif" (différent, si je comprends bien, du droit moral attaché à des oeuvres collectives), elle peut être intéressante mais sacrément compliquée à mettre en oeuvre même avec des licences Common créatives.

th.v.

-----> French capitalist reuses May 68 anticapitalist posters

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 10 mars 2005 (0 rép.)

le probleme est qu’il n’empiète sur rien du tout : lesmodèles ont été déposés en 1968 par les créateurs et qu’aujourd’hui ils touchent des droits d’auteur payés par Leclerc

Répondre à ce message

>saleté de leclerc , le 3 mars 2005 (3 rép.)

j’ai envoyé un email assez virulent au service consommateurs de leclerc. Jattends une réponse. Il serait important que d’autres personnes expriment leur désapprobation en contactant leclerc directement...

-----> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture

> saleté de leclerc , le 3 mars 2005 par thierryb

Beaucoup de bruit pour rien. Ce qui me choque c’est qu’on s’émeut de l’utilisation de ces affiches, mais rien ou presque sur le message qu’elles véhiculent.

Mai 68 est fini depuis longtemps, et nombre de ses protagonistes sont maintenant cadres chez Auchan (et proches de la retraite), et vont comme tous les autres acheter leur tomates hollandaises en plein hiver dans les hypers de banlieue.

Si vous pensez réellement que cette campagne est illégale, agissez en justice au lieu de vouloir imposer votre pseudo ordre moral nostalgique. Si vous avez dessiné une de ces affiches, effectivement vous avez des droits dessus. Dans le cas contraire...

> saleté de leclerc , le 7 juin 2005

honetemen je pense ke tu es passé a coté de bocou de choses en regardan cet pub !! faisant des études dans la publicité, j’ai étudié ces visuels et ils sont assez pertinent.. mai 68 est peut etre fini mais reste dans l’esprit de beaucoup de gens ; une publicité réussi est une publicité dont on se souvient, qui attire l’oeil et ki peut parfois choké ; en l’occurence le pari est réussi...vu ta réaction !! et pour information il n’y a pas ke leclerc ki utilise ces visuel, car on les connaissait deja avant grace au journal "l’humanité".. charlotte

> saleté de leclerc , le 25 août 2005

Quelle belle langue que le français... et que vive le marketing !

Répondre à ce message

LABEL DE MAI OU QUAND CAGOLE DEVIENT MASCULIN , le 28 février 2005 par rocbo (0 rép.)

Quelques détournements qui auraient pu inspirer l’agence de communication Australie à l’adresse :

http://rocbo.lautre.net/spip/article.php3 ?id_article=219

Les images sont copiables et utilisables à merci.

-----> Leclerc, Maréchal des logis

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 26 février 2005 par styleboy (1 rép.)

La j’avoue que je ne comprends pas trop votre probleme avec cette campagne. Juste parce qu’ils touchent a votre sacro-saint Mai 68, c’est çà ? Vous dites rien quand les 3/4 des chanteurs actuels copient honteusement des vieux titres, vous ne dites rien quand les 3/4 du temps, les pubs s’inspirent des choses passés.

A votre avis c’est quoi le but des creatifs qui ont fait ses pubs ?? de vous choquez et de faire parler de Leclerc et que faites-vous ???

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 27 février 2005 par Kourostyle

C’est déjà bien de reconnaître que vous ne comprenez pas, styleboy ! On va pouvoir avancer un peu. Voyez-vous le côté malhonnête de la campagne de Leclerc réside précisément dans le tour de passe-passe qui consiste à utiliser, gratuitement, des images condamnant le consumérisme pour en faire l’éloge, à reprendre l’apparence du discours de ceux qui refusent une société dont l’unique fondement est l’argent pour en gagner davantage. C’est comme si en rédigeant ce texte je vous faisais l’éloge de l’analphabétisme ! Ne vous laissez pas abuser par l’apparente logique des manipulateurs ; c’est ce dont il manque le moins, styleboy. De plus, il est parfaitement vain de reprocher à Framasoft de ne pas parler de tout ; comme si c’était possible ! Quant aux créateurs qui s’inspirent des œuvres du passé cela ne date pas d’avant-hier : Don Juan, Roméo et Juliette en sont d’illustres témoignages ; qui s’intéresse encore aux modèles où ont puisé Molière et Shakespeare ? Laissez le "sacro-saint" aux manipulateurs d’outre-mondes ; ça se passe ici et maintenant entre êtres humains qui ont encore une histoire et une mémoire qui ne doivent rien aux chevaliers d’industrie ou d’épicerie. Il faut vendre et gagner des parts de marché, styleboy, et à ce jeu de dupes tous les coups sont permis - la masse des salaires en circulation est inférieure à celle des marchandises - car la concurrence est rude entre les épiciers. Manipulation des consciences, de la mémoire, de l’histoire, voilà le problème. En d’autres temps, on appelait ça le totalitarisme.

Répondre à ce message

Une réaction à ce texte , le 26 février 2005 par phnk (0 rép.)

Une réaction liée à ce texte est disponible en ligne. Elle est tirée du débat qui a eu lieu sur la liste de diffusion escape_l.

-----> Autour de la campagne publicitaire Leclerc

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 25 février 2005 par jielpé (0 rép.)

Très bien le "détournement de détourneurs". Je propose d’enrichir ce contre-visuel d’un contre-slogan au "leclerc défend votre pouvoir d’achat" :

"E.Leclerc défend son pouvoir de voler" (le travail et la sueur de ses fournisseurs).

Anecdote authentique : j’ai (presque) failli renverser un flic campé sur le bitume d’un rond-point, jambes écartées - bras croisés - lunettes noires, sous l’affiche dont il est question ici. Pardon, j’étais abasourdi, stupéfait, sous le choc de mon premier contact avec cette campagne infâme... Il s’agit maintenant (dès le départ du flic...) de griffoner ces affiches, les barrer de slogans rageurs. Il ferait beau voir les "détourneurs-détournés" porter plainte...

Répondre à ce message

> le fichier en svg , le 24 février 2005 par Nico (3 rép.)

Est-ce qu’on pourrait avoir (de l’auteur ?) l’affiche en format svg (hé hé j’en dis pas plus) ? Nico

> le fichier en svg , le 3 mars 2005

Sur Spip, on ne peut apparemment pas mettre de SVG ( ?!), mais tu pourras trouver ci-dessous un début de retravail vectoriel de ces affiches…

-----> Ripostons à Leclerc !

> le fichier en svg , le 9 avril 2005

€ €

|

__

-

Pas terrible le profil !

Arrête ton char !!!

Sous le clavier, la plage !

> le fichier en svg , le 22 juillet 2005 par Warthog

Sous les pavés numériques, la plage de données...  ;)

Répondre à ce message

Qui a signé avec Leclerc au nom de l’Atelier Populaire ? , le 22 février 2005 par Hervé Le Crosnier (1 rép.)

Bonjour,

Cinq jours déjà que je vous entretiens des problèmes de la campagne publicitaire de Leclerc et des questions de droit "moral" des auteurs.

Et pourtant ils avaient tout réglé, ficelé au quart de poil.

C’est dans le journal _Le Monde_ qu’on l’apprend. Dans l’édition du 18-19 février, sous la plume de Laurence Girard on peut lire :

« Les publicitaires affirment avoir négocié les droits de ces images devenues légendaires, dont les auteurs sont restés anonymes mais qui portaient la signature de l’Atelier populaire. »
http://www.lemonde.fr/web/article/0...

Fantabuleux.... mais pourquoi la journaliste n’a-t-elle pas osé poursuivre : "Ah bon, vous avez retrouvé les anonymes de l’Atelier Populaire ? Mais nous serions enchantés de faire connaissance avec ceux qui gèrent les droits de Mai 68".

Mais rien de tel dans l’article. A moins que ce scoop ne soit gardé en réserve.

Mais cette simple phrase nous offre aussi une confirmation : Il y avait bien de l’argent en jeu.

Même si elle n’est que poudre aux yeux de la part des publicitaires de Leclerc, cette remarque nous confirme que c’est bien l’aspect "gros sous" qui intéresse nos industries de la propagande dans le droit d’auteur.

Reste maintenant la question bonus : "Qui a signé avec Leclerc au nom de l’Atelier Populaire" ?

Un individu ? Osé ; Une association ? On connait des anciens qui sont passés du col mao au Rotary, mais l’asso des anciens de l’AP ?

Comment ? Une société de collecte des droits d’auteurs ? Pas possible, pincez-moi, je rêve....

Alors si quelqu’un peut me sortir de mon cauchemard ?

Madame Girard, journaliste du Monde, vous nous avez rendu curieux... Et ne me dites-pas que vous avez imprimé cela sans avoir été vérifier l’info... La déontologie vous en aurait empêché. Vous avez une info qui faut son pesant de rires éclatants. Partagez-la !

Nous recherchons ceux qui signent pour la monnaie, mais qui bafouent les droits moraux de l’Atelier populaire. Tous vos renseignements peuvent circuler sur l’internet...

Cette histoire est vraiment exemplaire, et on a pas fini de rigoler. D’un rire jaune et grinçant.

> Qui a signé avec Leclerc au nom de l’Atelier Populaire ? , le 22 février 2005

c’est pas de la faute au journaliste, elle a un style objectif de coutume au monde. elle n’affirme pas que ce que leclerc dit est vrai mais repete juste ce qu’ils ont dit, sans le refuter mais sans le prendre pour fait non plus

-----> eriol

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 21 février 2005 par xaccrocheur (0 rép.)

J’avais même pas vu cette campagne. La pub arrive encore à me choquer, ils se donnent du mal.. !

Bref. Juste un mot pour dire bravo, ce site est TRES bien foutu. La preuve, cet article, qui m’a bien plu, et a vraiment sa place ici.

Quand aux pubeux incultes et avides, que la grangrène noire leur ronge les entrailles.

Bye !

pX

-----> hallucinet

Répondre à ce message

Petit retour sur la campagne Leclerc , le 21 février 2005 par Hervé Le Crosnier (0 rép.)

Je forwarde ici un message de précision d’Hervé Le Crosnier paru sur les listes espace et cc-fr (aKa)

Bonjour,

Attention, il ne faut pas prendre au pied de la lettre le caractère de "l’illégalité" de la pub de Leclerc qui n’est qu’un argument rhétorique dans mon texte. Celle-ci ne pourrait être dite que dans un procès, qui manifestement ne peut avoir lieu, les actions des associations en partie civile n’étant pas encore inscrites dans la Loi.

Ce qui est important, c’est "l’illégitimité" de cette campagne publicitaire en regard des oeuvres qu’elle utilise.

Le "droit moral" est quelque chose à manier avec précaution, au sens où les "travaux dérivés" sont une nécessité culturelle essentielle. Il ne faudrait pas non plus s’en priver.

La question que j’ai essayé de soulever dans ce qui peut être conçu comme un "détournement textuel" de la campagne Leclerc (je ne suis pas capable de détourner graphiquement, j’utilise mes armes personnelles :-)) est à triple détente :

- il y a clairement atteinte au "droit moral" car il s’agit d’utiliser dans l’exact contraire de leur sens premier des travaux artistiques. Cela me choque autant quand on utilise Picasso transformé en robot pour vendre des bagnoles (même si "légalement" sa fille a donné son accord !).

- les discoureurs sur le "droit d’auteur" plus prompts à dégainer quand il s’agit de monnaie sonnante et trébuchante, ont devant les yeux un autre aspect du Droit d’Auteur... et se taisent.

- l’exemple des travaux collectifs de l’Atelier populaire nous montre que la logique de donner des oeuvres à la société n’est pas un sous-produit de l’internet(logiciels libres, creative commons, libre-acccès à la science,...), mais bien une caractéristique de l’intervention culturelle dans le champ politique. Dès lors, la notion de "propriété intellectuelle collective", qui est en débat autour des savoirs des peuples indigènes concerne aussi nos sociétés riches : ce qui est collectif dans nos sociétés mérite d’être respecté (au sens du droit moral) autant que partagé (comme un savoir collectif).

Bon, j’ai forcé la dose pour que l’amertume du café réveille un peu les débats. C’est très bien. J’aime la provocation, même s’il faut tordre un peu le bâton. On fait de la science et du droit "pondéré" et au "juste milieu" quand il y a un milieu à construire, c’est-à-dire quand les messages ne vont pas tous dans le même sens (commercial) et que se dégage un espace de pensée plus large que ce qui serait au fond, après élaboration d’un "consensus" et inscription dans le droit, la voie d’équilibre que choisira la société.

L’affiche détournée dont parle Alexis va dans le sens "moral" de ce que faisait l’Atelier Populaire.

Romain m’indiquait que les affiches étant "libres", chacun, y compris Leclerc, pouvait en faire ce qu’il voulait.

Pour ma part, j’aurais tendance à penser que si les licences Creative Commons avaient existé en 68, l’Atelier populaire aurait choisi la licence "non-commercial". Au moins l’usage abusif de Leclerc aurait été patent, et celui sur lequel Alexis nous attire l’oeil, une oeuvre dérivée.

Mais on ne refait pas l’histoire, même si en détournant les affiches de l’Atelier Populaire pour une campagne publicitaire, Leclerc se permet le luxe de la ré-écrire. Mais celui qui tient l’argent et le pouvoir a toujours ré-écrit l’histoire.

Aujourd’hui, le pouvoir, c’est le commerce et son industrie de la propagande. Alors je "resiste" en rappelant que l’Histoire commune a un sens, et n’est pas seulement une production d’icones que le marché pourrait recycler.

Hervé Le Crosnier

Ce texte est en licence creative commons by-nc

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 20 février 2005 par corto (0 rép.)

Effectivement ces affiches m’ont choqué. Mais je me demande qui ça peut faire aller chez Leclerc... Les gens qui sont touchés, ce qui ont vécus mai 68 et ce qui se sentent concernés ont plutot une image négative de la récup. Les gens de droite ne vont pas plus aller cher Leclerc a cause de cette campagne publicitaire car ils ne sont en aucun cas touchés. Les gens ne s’interressant pas à la politique, et on sait qu’ils sont nombreux, ne vont pas voir ce que le publicitaire veux leur dire. Il ne reste plus que 2 possibilités :
 Le bobo qui veux consommer de gôche
 les medias qui vont plonger dans le piège et en parler (comme on le fait ici meme) et citer beaucoup de fois la marque. Cette tactique de communication a été utilisée par Bennetton mais l’es aussi régulièrement par Le Pen. Choquer pour qu’on parle de soit, les gens sont choqués pendant un temps mais au moins pendant ce temps la on ne parle que de vous, pas du concurrent... et quelques semaines passent et le "scandale" est oublié mais pas la marque.

Le problème est toujours le même, si on ne réagit pas n’importe quoi pourra passer, si on réagit, on propage ce que veulent faire les auteurs du "scandale".

Répondre à ce message

> Campagne Leclerc , le 19 février 2005 (1 rép.)

je voudrais juste rappeler que celui qui à dit « quand j’entends le mot culture, je sors mon pistolet », c’est Badur von Schirach, qui était le fuerher de la jeunesse de l’allemagne nazis et quii fut condamné à 20 ans d’emprisonnement à Nuremberg en 1946. Je ne suis pas un spécialiste de Breton, mais je ne crois pas que ces deux là aient entretenu une quelconque correspondance.

La campagne de Leclerc quand à elle, est simplement ridicule, mais elle reflète bien, à mon gout, le manque d’inspiration et l’ignorance crade des "créatifs" en matière de publicité. Même s’il faut bien avouer que certaine campagne font mouche, nous avons tous une ou deux chansonnette idiotes qui sortent de la pub.

Leclerc a été l’un des premiers à faire du "super"marché (aux grand dam des détaillants-épiciers de quartiers qui on vu arrivé leur fin qu’il a d’ailleur contribué à ruiner dans les années 60).

Leclerc essaie surement de faire dans le revival historique et, avec une naïveté et une bêtise qui force l’admiration... Ou un gout de la provoc’ tellement kitch qu’il rappelle les pub Beneton.

Rappelons qu’il n’est pas le premier à jouer la carte du "trouble fête" La fnac s’y est essayé avant (et avec un certain succès), donnant l’impression à ses clients d’être un bon client et un bon copin chez qui on va "manifester" sa diffèrence.

Les icones de 68 sont aujourd’hui à la bibliothèque Nationale, ils ont été ramassés stockés et conservés jusqu’à nous : affiches et textes et cette époque sont parfaitement consultables et reproductibles. En toute légalité et, bien sûr, moyennant finance.  :)

> Campagne Leclerc , le 19 février 2005

Cette campagne n’est pas ridicule pour tout le monde. C’est de la provoc-marketing, et son action s’inscrit dans la durée. Elle positionne Leclerc du côté du consommateur, en l’opposant au citoyen qu’elle ridiculise.

Elle contribue ainsi à faire oublier que la baisse des prix se fait au détriment de l’emploi en général et des producteurs en particulier.

Maintenant, puisque ces images sont à priori libres de droit, il faut les reprendre, et s’en servir... à bon escient, comme l’a fait l’auteur du site ou de l’article.

Répondre à ce message

Le Monde en parle ! , le 19 février 2005 (0 rép.)

« Nous sommes dans un système marchand, une société de récupération et de nostalgie. La mise en scène de la contestation est très appréciée pour son côté ludique », affirme Gilles Masson, président de l’agence Leo Burnett

Peut-être pas par tous !

(et c’est heureux !)

-----> Une campagne publicitaire de Leclerc détourne Mai 1968

Répondre à ce message

Détournons les détourneurs , le 19 février 2005 (3 rép.)

> Détournons les détourneurs , le 19 février 2005 par forzhig

EXCELLENT !

vite vite... plein les rues !!!! :o))))

Tous avec un sceau, de la colle !!!!

bravo !

> Détournons les détourneurs ---> erreur 404 , le 20 février 2005

Peut-être mais moi j’au une erreur 404 sur ce lien... J’veux voir !!!!!!!

> Détournons les détourneurs , le 20 février 2005 par aKa

Peut-être mais moi j’au une erreur 404 sur ce lien... J’veux voir !

L’image en question se retrouve tout simplement en tête de cet article qui au départ était illustré par l’une des affiches de E.Leclerc que l’on peut désormais voir en bas de page.

Répondre à ce message

Liberté et détournement ... légal ? , le 18 février 2005 par Korova (2 rép.)

J’ai lu dans un article du Monde que les publicitaires-créateurs de la campagne disent avoir négocié les droits de ces affiches

Trois affiches de 1968 ont été retenues et redessinées. [...] Le trait et la typographie sont fidèles aux modèles dessinés au pochoir ou au pinceau, écrits à la main et imprimés à l’époque dans des usines en grève. Les publicitaires affirment avoir négocié les droits de ces images devenues légendaires, dont les auteurs sont restés anonymes mais qui portaient la signature de l’Atelier populaire.

(c’est moi qui met en gras, extrait d’un article du Monde du 19/02/05)

Moi aussi je suis quelque peu choquée par ce "détournement", mais que peut-on faire dans ce cas ? Et d’un autre côté, n’est-ce pas aussi aux gens de réfléchir, de "ne pas se laisser avoir" ? La liberté, d’une certaine façon, ça se mérite... A chacun de rester vigilant !

> Liberté et détournement ... légal ? , le 19 février 2005 par Pierre Mounier

La cession des droits touche aux droits patrimoniaux, non au droit moral, incessible. Cela dit, la remarque est bonne car elle montre que l’exercice du droit moral ne peut être que le fait de l’auteur lui-même. Pour moi, tant que ceui-ci (ou ses ayants-droit) ne râle pas, nul ne peut présumer qu’il y a violation du droit moral...a fortiori si l’auteur a cédé les droits (à moins qu’il s’estime trompé sur l’usage qui devait être fait de sa production).

Bref, je ne donne pas cher de l’argumentation d’Hervé Le Crosnier ; si n’importe quel tiers pouvait prétendre exerce le droit moral d’auteurs qui ne disent rien, nous serions tous paralysés.

> Liberté et détournement ... légal ? , le 19 février 2005 par birin

Je ne suis pas fonciérement en désaccord avec ta conclusion, sausf qu’il y a des professionnels de la pub, des professionnels de la politique, des professionnels de la manipulation de masse en tous genres qui sont payés pour ça, qui disposent de tout leur temps pour ça. A côté de ça, il y a des professionnels du travail à l’usine ou ailleurs, il y a même des professionnels de la survie qui passent leur journée à faire la mance, et tous ces professionnels de la vie au quotidien ne sont pas payés pour consacrer leur temps à décripter les manipulations des professionnels de la manipulation. Je dirais que "la liberté, ça se mérite ... collectivement" pace que, tout seul, on est plein de "cons manipulés".

Répondre à ce message

Campagne Leclers : à propose de la différence de sensibilité. , le 18 février 2005 par [Noir] (1 rép.)

J’ai vu ces affiches comme beaucoup de monde je suppose, d’un coin de l’oeil en voiture.

Ce qui me trouble, ce sont vos réactions. Non pas que je les trouve illégitimes mais parce que je n’ai pas vraiment eu la même. C’est un cas typique de différence de sensibilité. Il s’agit d’un site sur les logiciels libres, il est donc logique finalement que des gens s’indignent ici sur l’utilisation détournée de ces affiches.

Pour ma part l’indignation vient d’ailleurs, plus précisement du message se trouvant en dessous : "il est interdit d’interdire de baisser les prix" . J’ai bien reconnu l’image mais je n’y ai quasiment pas fait attention. Cela vient peut être du fait que je ne regarde pas beaucoup la télévision et que je sois plus sensible à ce que je lis et entends.

Revenons à ce texte. Lorsque les prix baissent, ce ne sont malheureusement jamais les citoyens qui en bénéficient. La baisse des prix se répercute inévitablement sur les petits producteurs (je ne parle pas ici des grands céréaliers de la Bauce par exemple) qui doivent vendre à perte et que l’état doit ensuite subventionner avec les impôts dudit citoyen (noter que je n’emploie pas le mot consommateur). Etant particulièrement sensible à tout ce qui touche ce que j’appelerais le "mensonge économique", c’est cette phrase qui a entrainé mon indignation.

Voila donc un exemple de cette maxime que j’apprécie beaucoup : "lorsque l’on a un marteau dans la tête, on voit tous les problèmes sous la forme d’un clou" qui n’est pas forcément péjorative d’ailleurs et qui s’applique à vous comme à moi.

Bonne continuation

> Campagne Leclers : à propose de la différence de sensibilité. , le 21 février 2005 par eriol

personellement cette publicite m’a indigne dans son ensemble. je me serais enerve s’il n’y avait eu que le texte, mais la rage me prend lorsque je vois que le symbole de la lutte sociale (car mai68 c’etait pas juste des jeunes idiots qui sortait dans la rue comm on tente de nous le faire croire, c’est la plus grande manifestation sociale de notre temps et on lui doit beaucoup) est utilise pour faire passer un message ultraliberal (donc precisement ce que combattait les soixantehuitards). donc oui le message est inadmissible mais, mais le pire c’est de se faire passer pour defenseur du peuple alors que pour ces gens la les personnes ne sont que des consommateur (ce qui est un euphemisme pour dire portemonnaie). c’est la le sommum de l’hypocrisie qui est pour moi le plus choquant.

Répondre à ce message

affiches leclerc, du flan, du vent : rien d’autre , le 18 février 2005 par fun sun (5 rép.)

Bonjour,

Je vais être un peu rude.

Ce type de récupération n’a aucune signification et ne dit fondamentalement rien sauf que notre seule culture politique est celle de mai 68. Enfin ces tenants de 68 et les autres qui suivirent ont décidé de prendre en main le monde pour en faire ce que l’on sait aujourd’hui. Ce n’est pas un procès, c’est un fait. Donc, arrêtons de vénérer mai 68 comme une chose extraordinaire et ceux qui en connaissent le sens véritable cesseront de se moquer en détournant le détournement (qui est un principe rhétorique en soi non pas une attaque à un droit moral quelconque).

De même que la révolution de 1789 n’a fait qu’asseoir la notion de propriété et a ainsi exclu les pauvres de la possibilité de chaumage, de glandage et autres moyens de survie (coutûmes qui ont persisté pendant querlques années encore malgré l’interdiction de ces nouveaux propriétaires...)

Le pouvoir d’achat ? C’est le monde que nous avons voulu, il faut l’assumer. C’est vrai que nous avons oublié que nous sommes un système vivant (ensemble minéral, végétal, animal, microbien) mais est-ce bien important quand on peut acheter et avoir de l’argent pour le faire ?

"La bouche des hommes est un sexe inconscient ; le bruit qui sort de vos fronts se replonge sans bruit dans l’immobilité circonférence." (Francis Picabia, Jesus Christ Rastaquouère -1920)

Et j’ajouterai : "Leclerc est dada".

Le noeud gordien est là. Il est possible de résumer le problème à cela : ne pas dire mais utiliser des noms à la place. Noms incapables d’exprimer ce à quoi ils doivent s’appliquer. Du même coup le nom exprime une réalité éloignée, il devient un masque, un voile. Voilà ce que ces images publicitaires expriment. Et c’est ce qui dérange le plus : les noms ne veulent plus rien dire tant on a perdu la qualité de leur expression. On aura beau les manipuler comme on veut, il n’en sortira rien de plus que du vent...

Et c’est pour la même raison que nous nous rattachons à la notion de loi, de contrat, de droit car seul ces textes sont encore considérés comme ayant un sens où le nom correspond bien à ce qu’il exprime. Ce qui est inquiétant tout de même.

> Achetez votre misère moins cher et attrapez le prion ! , le 18 février 2005

Oui Monsieur, mais vous oubliez que la révolution à du moins crée le droit de chasse... Mettant ainsi de la viande sur des tables qui n’en avaient pas souvent vu ! Hors cela il n’y a pas grand chose a lui accorder.

Mais toute révolution n’est’elle pas le fait d’arrivistes nanti ? 68 aussi, même plus encore.

Quand a cette campagne de propagande : c’est superbe !!!

Le toujours moins cher ? Magnifique ! Fabrique à chomeurs, puis à Rmistes,... à Alcoliques enfin... dont le spiritueux au "Wisky" (au Wiskas ? Bientôt !) sera un jour prochain importé lui aussi de quelque contrée loingtaine ! Hélas, le patriotisme a même disparu dans la beuvrie, on ne se soule même plus français !

Et écolo avec ça : même la biere aurat fait trois fois le tour du monde a grands renfort de pétrole avant de tomber dans un gosier !

Ne nous disputons pas sur la couleur du crottin en mangeant de la merde ! Vétu de peaux de zobbis du tiers monde produites dans des conditions qui devraient mettre "les ceux" qui ce permettraient cela sous nos contrés derrières les barreaux ! A le joli tableau !!!

La Loi dites vous ? Yenaplus ! Il n’y a plus que des droits ! De sorte que pour Citer Rabelais "nos loix sont comme toille d’ airaignées : or sà ! les petits mouscherons et petits papillons y sont pris, or sà ! les gros taons les rompent, or sà ! et passent à travers, or sà !"

Je me souviens encore du temps d’avant la secheresse de 76 et des vaches qui crevèrent de faim et de soif dans des prés au millieux des champs vers les bords de la Loire... Fin de la polyculture, triomphe de l’ére nouvelle sur les attardés : " Or sà ! La PAC est Venue ! Or sà ! L’Europe doit nourrir le Monde ! Or sà ! Tout ce recycle ! Or sà ! Donnons de la charogne aux herbivorres ! OR sà La vache folle est née !" Divine CEE !!!

Les soixanteshuitardZatardés... Ne sont pas fou ! Ils sont oublieux ! Ayant tout fait pour se débaraser de tout indépendant qu’il soit paysant, commerçant, ou médecin... tous en groupe, tous en cartes tous sous controle ! Après,... aux résultats... ils oublient ce qu’ils ont eu tant de mal a faire et tellement voulu !!!

Ils n’y a plus que des effets sans causes...

Les troskistes se déguisent maintenant en confédération paysanne... Leclerc nous joue le même tour !

"Les vieux de la Vielle" : "un mec qu’a des pattes de canards, un bec de canard, pis des plumes de canard... ben c’est un canard !... et c’qu’est vrai pour les canards doit ben êt’vrai pour les ptit merdeux !"

Mutatis Mutandis : Plus ça change plus c’est pareil ! S.P.Q.R. : si peu que rien !!!

(Mutatis... en changeant ce qui doit être changé... vieux principe d’adaptations des lois : "archaique" / SPQR... par la volonté du peuple et du senat de Rome... devenu dans la décadence... !)

Mais c’est vrai que c’est épatant de voir des gens prêt a défendre 68 !!! Quel décalage entre les faits et les discours : c’est un peu mieux que les querelles de Bysance... (le progès existe donc !) Et en réagissant qur cette "provocation" publissitaires nous tonbons tous et moi le premier dans le piège des bourreurs de crânes !

Pour conclure : Ce cochon là se fou de nous ! Allons nous servir ailleurs ! Manquons nous les uns ou les autres de commerces et de grandes surfaces ???

Jean Guitton a dit un Jour : "être dans le vent, ..., un rève de feuille morte !"

Et comme je préfère Breton : "quand j’entends le mot culture, je sort ma mitraillette" Car le Kulturel... c’était l’outil et l’argument premier des nazis... je dis cela pour informer notre nostalgique "ami de 68" qui n’aura pas connus les belles années 30 fusse par quelques lectures... hors des rayons 68ards !

> affiches leclerc, du flan, du vent : rien d’autre , le 19 février 2005 par birin

Je suis impressionné par ta rhétorique et tes magnifiques citations, mais quelque chose à du m’échapper, ton point de vue probablement. Est-ce parce que les nazis ont exploité (et son le pur produit) le racisme, le romantisme et plus généralement la phylologie des deux siecles précédents que nous devons vénérer nos AK47 et maipriser toute culture. Est-ce parce que les uns sont toujours fils et éritiers des autres qu’ils seront toujours coupables d’avoir croqué la même pomme ? Quels que soient leurs actes et quels qu’aient pu être les multiples autres actes de leurs (toujours) multiples prédécesseurs et inspirateurs ? Ton texte est beau mais tu m’y as noyé, j’y ai perdu ton fil conducteur et surtout tes conclusions.

-----> Réponse à le réponse, pas à fun sun

Réponse à le réponse, pas à fun sun , le 22 février 2005 par RAS

Navré de t’avoir perdu... C’est, sans doute, qu’à trop vouloir résumer...

Je m’explique : depuis quand et sous quel climat le totalitarisme fut’il autre chose qu’un "mouvement de gauche" ? Les totalitarismes se valent quel que soit leur couleur du moment... Le journal le monde restera toujours pour moi l’infect torchon qui saluait avec une joie tellement vibrante et un enthousiasme vibrillionnant l’arrivé de Pol Pot au pouvoir : je n’en suis pas !

La CGT du livre sera toujour le syndicat qui a négocié avec la Gestapo la republication de l’humanité : juste a l’arrivé des nazis a Paris ! Et obtenu le monopole sur le papier et l’impression de la presse quotidienne !

Pour ne pas multiplier ainsi les exemples pendant des heures... J’en passe à la culture : La première guerre mondiale fut selon le mot des "Allemands" la guerre de la Kulture contre la civilisation"... Les prodromes du nazismes sont plus nombreux et plus génant qu’on ne le crois : l’affirmation de la culture en est le premier et le plus fondamental !

Pour n’avoir pas eu la chance de se constituer a l’instar du modèle francais en une nation unifié l’allemagne divisée en principat et ayant "essaimée" à l’est a cherché et trouvé un lien supérieur : la culture... et déjà Bismark en 1870 voulait en trouvant un ennemi réunifier un peu la "germanie"... Il y est parvenu : 270 principautés en 1870 et 70 en 1914... environ.

Je passe la suite ! Vois l’unification avec l’autriche... Souhaitons seulement qu’avec la réunification l’Allemagne s’unisse enfin tranquilement ! Et que cet épisode rapelle a chacun que la paix de ces 50 dernières années était bien plus le fait de "l’équilibre de la terreur" que de la CECA... et songe que 400 000 soldat soviétiques en Allemagne de l’est ont régardé tomber le mur l’arme au piéd et n’on finit d’évacuer qu’en 93... Leur sang froid leur vaux tout de même un coup de chapeau... tant il s’en fallu de peu...

Dès lors, et devant l’attitude "des gauches" vis a vis de ce "mouvement" je rappelle à qui veux entendre que les mots ont aussi une histoire : "la culture de gauche" a celle des goulags !

Oh, bien sur dans son aspect "civilisation et tradition" la culture est une bien belle chose... Mais des que l’on en fait une "institution" c’est que l’on à des crânes a bourrer ! La culture officielle pouah... Les bouquinistes : hourrah !

Birin, tu fais référence a la pomme... donc au "péché originel" et tu demande si l’innocence existe ? En terme politique... peut être dans une "dictature", jamais dans une démocratie !!! Et même là, "l’innocence est recentie comme une insulte par ceux qui ne l’on pas choisie" ! Crois tu que, "d’autres" faisant "de même", le résultat puisse être différent ? Pour moi les mêmes causent ont cette facheuse constante de produire les mêmes effets !

Sous le couvert d’affiches colorés, d’une dialectique bien assimilable ou comme disent les publicitaires d’une programation neuro-linguistique on veux nous faire admettre que les chiennes font des chats... Navré d’être "paysant", mais j’ai jamais vu ça et je ne suis pas prêt de le croire !... Je bisserai bien le couplet de Noel-Noel sur les canard... Et par une "certaine culture générale"... pourvu que chaque peuple apprenant ce qu’il est fasse chez lui sont ménage... La paille et la poutre en somme !

C’est pourquoi le texte de Fun Sun m’a beaucoup plus et que j’ai souhaité intervenir a mon tour : La campagne publicitaire en question est une double tromperie : elle veux faire croire tout a la fois que les produits, les producteurs et les clients sont sous la "doulce et immanente" protection de ce bon Leclerc. Que d’affreux impies l’empêchent d’apporté l’harmonie et la douceur sur toute la gaule et dans chaque foyer ; comme elle veux faire croire que 68 fut la libération des classes opprimés par d’affreux tyrans a la solde du petit commerce prévaricateur et de paysans anti-sociaux...

Ah ? Et bien a moi il me semble que le grands Kolkhose Européiste nous a valu la vache folle (la chèvre aussi semble t’il...) la polution des sols et des nappes, l’algues verte, la disparitions des éspèces d’abeilles autoctones sous les coups du Gaucho et du Régent, sans oublier qu’avant cela ce sont les chasseur qui avaient finit par obtenir le retrait du Colza 00 : une semance enrobé dont le germe faisait crever les lièvres... bientôt les ogm... ou autre... Je ne m’en irai pas sautant comme un cabri et répétant l’Europe l’Europe l’Europe... Youpi- Youpi, houba- houba... Non, non !

J’en reste là avec la seule agriculture... Mais je sugère a tout un chaqun d’aller acheter le livre de discution entre Helie de St Marc et Auguste Von Kagenec : "francais et allemand"... Avec la politesse qui le caractèrise, le premier finit par comprendre que le discourt pro européen du segond n’a pas changé d’un pouce... depuis "le doux temps" des chemises brunes ou noires ! La fin du livre est fort édifiante : trop polie mais fort édifiante !

De même que les grands groupes, le salariat, les accords de Grenelle en somme... on dilué les responsabilités mais rien changé aux moeurs : qui a entendue Arlette crier a propos des "affaires du Lyonnais"... je croyais qu’elle était au CE ???? Bah un incendie fort oportun a fait disparaitre les archives et arrété les instructions ! Tiens il y a de la fumée vers Madrid.... Vraiment les électriciens sont les ennemis des comptables !

Tu me parles aussi de AK47... Ma foi du temps de Breton... c’est plutôt la thomson 45 a chargeur camenbert... bien connu a Chicago : scare face & tuti quanti ! Parlons Cinéma : un certain Jean Gabin vivait avec Marlène Dietrich qui lui faisait des petits plats, tranquille au USA... Il lui prit fantésie d’aller s’engager au régiment français libre des chars de marine... et de contribuer à libérer la France... Et bien, lui qui était une des plus grosses vedettes de l’avant guerre c’est retrouvé au chomage pour presque dix ans ! Sans doute n’avait’il pas défendu la bonne culture ??? Encore une anecdote bien sur... Mais c’est a mon goût assez significatif !

Plus récement : les "agit-prop" venait dans le bureau de Druon, alors ministre de la culture, lui réclamer des subventions d’ou la formule "la cébille et le cocktail Molotof"... Trouves tu que nos productions subventionnés actuelles soit riches ou varié ? Il ne ce fait pas le 1/4 de ce qu’il se faisait dans les anées 50/60 et encore ce fait’il toujours la même chose avec les mêmes gens... au théatre quoi de neuf ? Brecht ! Berk !

Aussi, je résume en deux mots : pour être républicain ou démocrate, on ne peux pas l’être modérément* et surtout on ne peu pas faire mine de croire que les tables-rasistes le soit ! Que ceux qui veulent culbuter la gueuse, la détrousser et l’égorger dans le fossé lui fasse des lectures sur son calicot... voila qui m’agasse ! Que les heureux bénéficiaires des marges arrières fasse mine d’être empéché d’enrichir leur fournisseur et leurs client... voila qui ne m’agasse pas moins !

Cordialement ,RAS

* en guise de post scriptum et pour ne pas te décevoir je soumet a ta sagacité une paire de citation : Je dis pas qu’on ne peu pas être répubicain "modérément " par opposition a cette célèbre phrase d’un radical de la 3éRép. :"nous sommes républicain modéré mais mas modérément républicain" : ce qui est absurde mais a finit dans l’affaire Stawinsky et l’affaire due Panama... On disait alors "Les radicaux sont comme les radis : rouge a l’extérieur, blanc a l’intérieur... et toujours a coté de la motte de beurre !" Dans le même ordre d’idée un radical s’en été pris un jour a un concervateur a la tribune de l’assemblé : "le problème avec des gens comme vous c’est que vous êtes bornés !" - "le problème des bornes c’est qu’il faut à cause de gens comme vous !"

Navré, je n’ai pas souvenir des noms et des dates... Mais comme je l’ai trouvé n’importe qui peu le faire en lisant un peu... édifiant ça la troisiemme ! Et en passant un petit remerciement a framasoft pour la liberté de ton sur le forum et tout le toutim !

> affiches leclerc, du flan, du vent : rien d’autre , le 22 février 2005 par fun sun

Réponse à la réponse,

Veuillez me pardonner d’avoir voulu utiliser des mots dans le but de m’exprimer.

> Réponse à RAS , le 24 février 2005 par birin

Merci de t’être ainsi étendu, mais j’ai toujours la même impression.

RAS : depuis quand et sous quel climat le totalitarisme fut’il autre chose qu’un "mouvement de gauche" ?

Sous le chaud climat de mon Espagne natale, le totalitarisme franquiste était un "mouvement pas de gauche du tout". C’est bien ça mon impression, tu donnes d’excellentes citations et plein d’exemples, tous dans le même sens, et jamais de contre-exemples. Il est facile de démontrer n’importe quoi de cette manière, ou d’inculquer n’importe quelle culture.

Quant à l’histoire des mots ... me permets-tu d’utiliser le mot "pierre" ? il est tellement chargé d’histoire, de préhistoire et couvert de sang !

En ce qui concerne les républicains et/ou démocrates, radicaux ou non, j’aime me dire anarchiste, mais je le suis avec modération.

fun sun : désolé d’avoir "zapé" ton texte sans le commenter mais il ne m’avait pas chifonné lui, alors que la réponse de RMS m’avait chagrinné.

Répondre à ce message

> Une campagne publicitaire qui empiète sur le droit moral et les biens communs de la culture , le 18 février 2005 par Hugues G, NAPI 2001 (0 rép.)

Salut Hervé, content de te retrouver au détour d’un clic sur Framasoft.

Leclerc n’est pas le premier à avoir osé une campagne reprenant certaines idées de mai 68. Je me souviens qu’en son temps, un constructeur automobile avait « téléporté » des étudiants d’un pannier à salade vers un monospace. A l’époque le net n’était pas encore très visité et la campagne n’avait pas soulevé beaucoup de commentaires.

E Leclerc doit payer des fortunes en communication et force est de constater qu’il touche toujours là où ça fait mal. Entendons-nous, nous ne sommes pas dupes mais la grande majorité « gobe ». Leclerc à comme tu le dis cette fâcheuse tendance à prendre le consommateur à témoin, contre le gouvernement, les prix élevés ; une sorte de « néo poujadisme » version XXIè siècle, accompagné de l’artillerie lourde que nous connaissons bien.

J’ai lu les quelques interventions sur le forum. Pour ma part je ne sais pas s’il est légal ou pas de détourner ces affiches, l’aspect technique m’échappe. En revanche, comme tu le dis si clairement, c’est bien au nom de la mémoire et du droit moral collectif qu’il faut condamner cette réutilisation.

Les auteurs de ces affiches, je ne sais pas ce qu’ils sont devenus. Peut être sont-ils aujourd’hui eux mêmes présidents de sociétés de com et qu’ils ont troqué leurs allures de révoltés contre des PDA high tech et des actions juteuses. A ce sujet on peut toujours passer du bon temps à lire l’article de Grosse Fatigue sur Uzine et surtout les réactions.

Dans le même domaine, j’apprends que Google propose innocemment une partie de sa bande passante à Wikipédia et entame une numérisation massive de documents ?

Oui, la culture est incessamment menacée, détournée, prise en otage, recompilée, remixée. Même des types comme Wizman se font manipuler par les maisons de disques. Et pendant ce temps sur internet ....

Content de t’avoir lu.

Répondre à ce message

Leclerc, La riposte doit venir , le 18 février 2005 par Peter Bang (1 rép.)

J’ai vu deux affiches de cette campagne il y a quelques heures avant de lire votre article. Il faut non pas seulement constater, mais peut être agir, par exemple en protestant auprès de Leclerc. Si c’est légal, pourquoi ne pas envoyer un mail à Leclerc, dans lequel on ajoute en pièce jointe les images en question ? Si c’est légal et faisable, dîtes le que je vous fournisse les mails de contacts à Leclerc.

> Leclerc, La riposte doit venir , le 18 février 2005 par Jean-Baptiste J.

Pour les contacts on doit certainement en trouver sur le blog du patron.

Je me demande en fait si on ne peut pas considérer les images comme étant tombées dans le domaine public.

Il doit plus s’agit d’éthique ici que de droit.

-----> De quoi je me MEL

Répondre à ce message

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 17 février 2005 par Jean-Baptiste J. (7 rép.)

Je suis tout autant choqué que vous.

Je pense que si la licence Art Libre (ou équivalente) avait existée en mai 68 alors les créateurs de l’AP les auraient certainement adoptées.

Et alors Leclerc aurait été tranquillement en droit de réutiliser ces images à des fins publicitaires.

C’est ainsi.

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 18 février 2005

Sans compter que si le détournement de ces images choque, alors le fameux détournement/pastiche de l’affiche BSA (dénonçant le piragate logiciel) en une affiche pour la promotion des logiciels libres devrait être également choquant non ??

Quelle est la différence ?

Pourquoi le pastiche/détournement ne seraient autorisés qu’à certains ?

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 18 février 2005 par mbt

Bonjour Jean-Baptiste,

Attention, vous faites une erreur d’interprétation. Licence Art Libre ne veut pas dire Art-Fais-Ce-Que-Tu-Veux-Avec ou alors la notion de licence n’a plus aucun intérêt.

Liberté n’est pas synonyme d’Anarchie, bien au contraire.

mbt.

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 19 février 2005 par forzhig

"Sans compter que si le détournement de ces images choque, alors le fameux détournement/pastiche de l’affiche BSA (dénonçant le piragate logiciel) en une affiche pour la promotion des logiciels libres devrait être également choquant non ??

Quelle est la différence ?"

La différence est de taille... Le pastiche est une arme contre le monopole de la communication... les opposants au système capitaliste n’ont pas dese millions a mettre dans une campagne de propagande qu’elle soit etatique ou bien économique.

c’est un peu comme la rue.... la rue est le dernier endroit où l’on puisse s’exprimer... c’est la dernière étape avant le clash.... Si même le pouvoir monopolise la rue ....

donc si nos dernières armes sont détournées... il ne nous reste plus beaucoup de marge.... C’est voler encore plus la parole a ceux qui ne l’ont déjà plus beaucoup. C’est violent.... et la violence amène indéniablement à la violence....

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 19 février 2005 par jfc

Et avant de parler d’anarchie, merci d’en relire la définition...

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 21 février 2005

L’anarchie c’est quand ca marche...sinon, c’est le bordel.

autrement dit "l’anarchie est la plus haute expression de l’ordre" ou encore "l’anarchie est le pire des totalitarismes puisque toute transgression est devenue inimaginable"

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 22 février 2005 par MBt

Bonne idée, revoyons la définition d’Anarchie (je la fais en anglais car Wikipedia est Out pour un petit moment...) :

1. Absence of any form of political authority. 2. Political disorder and confusion. 3. Absence of any cohesive principle, such as a common standard or purpose.


[New Latin anarchia, from Greek anarkhi, from anarkhos, without a ruler : an-, without ; see a-1 + arkhos, ruler ; see -arch.]

Quand on lit la définition 1 on peut se dire que c’est "La Liberté" or si on lit la définition 3 on comprend bien que, contrairement à la notion de Liberté, l’Anarchie ne tient aucun compte des autres. Je ne pense pas me tromper en affirmant que la licence Libre-Art demande quand même le respect de l’auteur en gardant ses valeurs (la licence elle-même par exemple) et ses références (son nom).

Je ne sais pas si l’endroit est le mieux pour débatre de ce sujet, je serai ravi de le faire sur un forum (de Frama bien sûr) si vous le souhaitez.

Cdt MBt

> Et si ces affiches avaient été sous licence Art Libre ? , le 23 février 2005 par jfc

Sans vouloir lancer un débat, la définition 3 n’est qu’une des déviantes des définitions de l’anarchie. Ce mot a pris une connotation péjorative qui ne lui correspond pas. Pour ceux que ça intéressent, vous pouvez lire "La morale de l’Anarchiste" de Kropotkine. Je n’avais pas l’intention de lancer un débat. C’est juste un petit ras-le-bol d’entendre trop souvent ce terme que j’affectione utilisé dans le sens de "bordel". Voilà... C tout. Bonne journée à tous. Cordialement.

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

dance production : ghost dance production : ghost
Creative Commons BY