• Auteur : Florent Latrive
  • Date : 25 août 2005 (2 septembre 2005)
  • Licence : "Verbatim" link_license
  • Site : Libération

Un monde parfait, sans échanges

Cet été, "envisageant l’avenir, Libération a brodé des scénarios économiques improbables, sans s’interdire l’humour potache" dans un rubrique intitulée "Eco-fiction".

Publié lundi 22 août 2005, celui de Florent Latrive, auteur Du bon usage de la piraterie, fait autant sourire qu’il ne donne quelques frissons dans le dos.

C’est aussi pour que nous évitions ensemble cela qu’un site comme le notre trouve sa raison d’être...

Illustration de Demimismo sous CC-BY

Avec la nouvelle loi sur la propriété intellectuelle, chanter sous la douche vous conduira-t-il en prison ?

Il n’a pas compris pourquoi chanter l’Internationale lui a valu les menottes.

C’est exactement au moment où Olivier Besancenot entamait « Producteurs, sauvons-nous nous mêeeeem-euh »... que des policiers casqués ont envahi la salle de la Mutualité, lâché des grenades lacrymogènes et plaqué le porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire sur son pupitre, mains dans le dos.

Le leader de la LCR et les 350 militants qui chantaient à pleine gorge ont tous été placés en garde en vue, puis mis en examen pour contrefaçon : l’Internationale ne tombera dans le domaine public qu’en 2014 et, dans l’intervalle, il est interdit de la chanter sans demander l’autorisation. Ils risquent jusqu’à cinq ans de prison et 500 000 euros d’amende pour « délit en bande organisée ».

Gratuité zéro.

La mésaventure de la LCR marque la nouvelle politique internationale de « gratuité zéro », réponse législative aux difficultés des industries culturelles confrontées au développement fulgurant des échanges gratuits d’oeuvres via les systèmes peer-to-peer depuis 2000. « C’est notre guerre contre le terrorisme à nous », avait déclaré le patron des producteurs hollywoodiens Jack Valenti [1].

En 2007, les producteurs de cinéma et de musique ont obtenu la signature du traité de Villedieu-les-Poêles, ratifié par 185 pays à ce jour et dont la transposition dans les législations nationales est en cours.

Aux Etats-Unis, le « No Singing in the Shower Act » a été voté en avril. En France, c’est le ministre de la Propriété intellectuelle, Pascal Nègre, l’ex-patron d’Universal Music France, qui a défendu, devant le Parlement, le paquet « Beaumarchais » l’année dernière. Objectif : renforcer la traque aux pirates, ne plus laisser passer une seule infraction à la propriété intellectuelle. Et surtout, mettre un terme aux tolérances qui existaient dans la loi jusqu’ici, avec la suppression de toutes les exceptions au droit d’auteur, dont le droit de citation, la copie privée ou la représentation dans le cercle de famille.

La justification théorique émane du best-seller Fuck them, they’re pirates  ! [2], qui démontrait que, si les gens copiaient de la musique ou des films sans complexe via l’Internet, c’était le résultat même du laxisme de la loi qui autorisait un accès gratuit aux oeuvres de façon trop large.

Selon son auteur, John H. Exclusive, les enfants sont éduqués à la gratuité dès l’école en prenant l’habitude de recopier des citations d’auteurs, en se prêtant des disques, en regardant des vidéos entre copains ou en allant à la bibliothèque.

Autre exemple : à force d’entendre de la musique en allant dîner chez leurs amis, le public aurait perdu progressivement la notion de valeur des oeuvres. « Le mythe de la gratuité détruit la valeur de la création. Lorsque tout est gratuit, on ne perçoit plus la valeur de la création, que l’on prend et que l’on jette », avait déclaré l’ex-ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabre, avant d’échanger son poste avec Pascal Nègre.

« Copier, c’est pas cool ».

Pour préparer le public à une telle loi, une campagne de prévention a été lancée, avec les affiches « Siffloter n’est pas jouer », « Chanter sous la douche, c’est Mozart qu’on assassine » ou « Une cassette vidéo, c’est forcément solo ». L’Education nationale a distribué 15 millions d’exemplaires de son fascicule « Copier, c’est pas cool, c’est ringue et ça déchausse les dents » dans les écoles et les lycées. Après plusieurs mois de pédagogie, le gouvernement a donc décidé de passer à l’action, comme en témoigne, entre autres, l’intervention des forces de l’ordre lors du meeting de la LCR. Il faut désormais une autorisation du ministre de la Propriété intellectuelle pour accéder à une bibliothèque ou une médiathèque.

Gibert Jeunes, à Paris, a été fermé la semaine dernière car le commerce d’ouvrages d’occasion est proscrit. La vente d’enceintes pour chaînes hi-fi a été prohibée, car elles permettent d’écouter de la musique à plusieurs sans payer. Seuls les casques, dotés d’une puce capable d’enregistrer les droits, sont autorisés. Et une ligne de dénonciation anonyme a été ouverte, le 0-800-PIRATES [3], pour dénoncer quiconque cherche à prêter un livre, chante dans sa salle de bain ou photocopie un extrait de journal.
Trois cafés lillois ont été frappés d’une fermeture administrative, lundi, pour avoir laissé traîner des journaux sur leur comptoir, à disposition des clients.

Sur l’Internet, la loi informatique et libertés, déjà amendée en 2004 pour permettre aux ayants droit de surveiller les internautes, a été abrogée : toute personne prise en flagrant délit de téléchargement gratuit d’oeuvres via l’Internet peut voir son disque dur ciblé par des virus informatiques et son abonnement à EDF coupé.

Régression.

Lors des questions au gouvernement, hier, le député néo-postsocialiste Christian Paul a interpellé la secrétaire d’Etat à la Culture auprès du ministre de la Propriété intellectuelle, l’UDF Jannely Fourtou.

« Je tiens [votre politique] pour une croisade moyenâgeuse, infantile et stérile. Il y a comme un parfum de régression, voire d’Inquisition, à tenter d’éradiquer comme une hérésie des pratiques culturelles de masse probablement irréversibles. » D’autres modes de financement de la création sont possibles, a-t-il argué, en rappelant l’exemple de la licence légale radio (abolie l’année dernière), où les programmateurs pouvaient diffuser tous les disques possibles en échange d’un prélèvement sur leur chiffre d’affaires. Etablir une redevance minime sur la consommation d’eau permettrait ainsi de légaliser le chant sous la douche. Tout comme une taxe sur les chaussures ouvrirait la voie à la légalisation de la pratique consistant à siffloter dans la rue. Ce mode de calcul est légitime économiquement, a insisté Paul : les pourvoyeurs d’eau gagnent plus d’argent car le chanteur sous la douche y demeure plus longtemps, tout comme les fabricants de chaussures bénéficient de l’usure accélérée des godasses de tous ceux qui folâtrent dans la rue en chantonnant.

Dans un communiqué envoyé hier soir, la LCR a repris cette idée pour légaliser l’Internationale dans les meetings, en proposant d’établir une taxe sur les fabricants de drapeaux rouges.

Florent Latrive

Mentions légales : toute photocopie de cet article est prohibée ; toute demande de citation doit être adressée à la rédaction ; le photocopillage tue la presse et affame le Tiers-Monde.

[1] Toutes les citations sont réelles et (à peine) sorties de leur contexte.

[2] Dont l’on ne peut citer aucune phrase ici, la loi interdisant désormais à la presse toute citation d’oeuvre. Traduit en français aux éditions Précieuses, sous le titre Métempsycose de l’auteur, entre tradition et modernité.

[3] 0,34 euro/min, entièrement reversés à la Sacem.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

> Un monde parfait, sans échanges , le 15 octobre 2005 (0 rép.)

ca me rapelle "The Right to Read" de stallman

http://www.gnu.org/philosophy/right-to-read.html

tradution en français :

http://www.gnu.org/philosophy/right-to-read.fr.html

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges , le 18 septembre 2005 (0 rép.)

C’est très drôle. Et ce n’est pourtant pas une caricature...

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges , le 12 septembre 2005 par bituur esztreym (0 rép.)

il est plus que temps de résister.

il est plus que temps de rappeler que celui qui affirme sa "propriété intellectuelle" sur une idée ou une oeuvre est un voleur depuis sa naissance.

musique-libre.org

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges , le 5 septembre 2005 par Wahlen M (0 rép.)

Excellent !

Tout bonnement excellent. Une bonne pointe d’humour, mais tout de même pseudo-réaliste. Je veux dire par là que certaines personnes adéreraient volontiers à certains points du dossier.

En tout cas, merci pour ce moment qui éveille le sourire tout en laissant à réfléchir...

PS : J’adore le coup de taxer les drapeaux rouges...

et re-PS : Après avoir lu quelques-uns de vos commentaires, que dire de plus... Effectivement, l’industrie du disque devient de plus en plus virulente, et ils ne tirent toujours pas de leçons de leurs erreures... Bon, je vais arrêter là au lieu de répeter ce qui se dit toujours ;-) !

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges d’échanges , le 4 septembre 2005 par leblase (0 rép.)

Florent, Voilà du Bradbury en route. Ce qui rend ton billet si glacial est que tu nous places très finement dans une étape qui va vers FarenHeit 451, et ne nous paraît plus si impossible à concevoir. Bon, je creuse une grotte que j’entourerai de plomb anti-magnétique et dans lequel je vais stocker tout ce que je pourrais. Deviendrai-je alors le Noé de l’esprit humain ?

-----> http://leblase.net

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges , le 29 août 2005 par Lian (0 rép.)

Mdrrrrr la taxe sur l’eau pour le sifflotage dans les douches... Sinon pour moi, les "majors" n’ont jamais été aussi virulentes, parce que, il faut quand même le souligner, on n’a jamais autant et si facilement échangé !!! On peut craindre une restriction des droits et un durcicement de l’application de la loi sur la propriété intellectuelle, ça je suis d’accord. Mais franchement, rappelez vous 10 ou 15 ans en arrière, sans la démocratisation de l’ADSL et des supports de stockages... qui aurait cru qu’on puisse récupérer de façon illimitée, si facile et si rapide des albums de musique, des films, des jeux, des logiciels... à ce moment là, 2005 paraitrait merveilleux... !

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges, déjà aujourd’hui... , le 26 août 2005 (2 rép.)

Mais... celà a déjà commencé ! le droit à la copie privée est déjà largement refusé... Avec les systèmes anti-copie, celà devient difficile pour le néophyte de faire une simple copie privée :-((

A quand le refus des autres droits privés ?

> Un monde parfait, sans échanges, déjà aujourd’hui... , le 29 août 2005

Moi, j’men fou, j’ai mis mon cerveau en quarantaine.

> Un monde parfait, sans échanges, déjà aujourd’hui... , le 30 août 2005 par Jean-R

Quarante jours ? hum, je crois qu’ils seront toujours là dans un mois et 10 jours.

Répondre à ce message

> "Un monde parfait, sans échanges" bbbrrrrr vous aussi vous avez froid dans le dos ? , le 26 août 2005 par Warthog (3 rép.)

Merci pour cet article. Je viens de finir il y à 3 jours "Du bon usage de la piraterie" (que j’ai choisi d’acheter et pas seulement de télécharger), et je me disais que le monde n’allais pas si mal que ça, que les majors finiraient par se calmer et que le téléchargement c’est pas si mal que ça (à propos un point de vue interressant [url]http://www.pcinpact.com/actu/news/Piratage_de_BD_Une_interview_de_Bruno_Bellamy.htm[/url] Voila en fait si on fait pas gaffe ça peut ne pa s aller bien du tout et ceux en très peut de temps. Mais je pense qu’une chose est sure le jour ou pascal negre (non non pas de majuscule ;)=) devient ministre de la propriete intellectuelle je m’expatrie au Groenland vivre avec les pingouins.

> "Un monde parfait, sans échanges" bbbrrrrr vous aussi vous avez froid dans le dos ? , le 26 août 2005

Avec le réchauffement du climat, il n’y aura bientôt plus de pingouins :-(

(ce réchauffement, ça vous fait pas froid dans le dos ?)

> "Un monde parfait, sans échanges" bbbrrrrr vous aussi vous avez froid dans le dos ? , le 27 août 2005 par rezki

Arrêtez de confondre les pingouins avec les manchots. Les pingouins sont des oiseaux qui ne vivent pas forcément dans les pays froids. Bref, c’est une contrefaçon du manchot (auquel j’adresse une prière à chaque démarrage de mon ordinateur).

> "Un monde parfait, sans échanges" bbbrrrrr vous aussi vous avez froid dans le dos ? , le 2 septembre 2005

Mais non pas au Groenland, bientôt ce sera la canicule !!! (sortez vos brumis)

Par contre, viendez au Groland !!! :D

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges , le 25 août 2005 par serge-je-lis (0 rép.)

et les archives de Libé, elles sont librement consultables ? les articles, ils sont pas ©ðpÿî®ightèš ?

Merci quand même pour cet excellent article sous licence verbatim

Répondre à ce message

> Un monde parfait, sans échanges , le 25 août 2005 (8 rép.)

[ouch !] ®©TM€

> Un monde parfait, sans échanges , le 25 août 2005 par boomboom

ayant déposé la lettre « o », je réclame des royalties sur le commentaire précédent.

> Un monde parfait, sans échanges , le 25 août 2005 par bateauivre54

Vous vous marrez, n’empêche qu’on peut breveter un langage informatique (ex : Java avec Sun).

Tiens, je vais breveter l’espéranto moi (ah non, pas assez rentable !)

> re : brevet de lettres ! , le 26 août 2005 par domsau2

Bonjour.

Je brevete le "E" :

Seul "La disparition" (Georges Perec) m’échappe !

 ;-)

brevet de lettre , le 26 août 2005 par glob

Certes, avec La Disparition, tu fais faillite, mais avec la suite, Les Revenentes, tu te fait des c... en or à chaque mot.

> Patent Monopoly , le 26 août 2005 par Jean-R

Un revenu moyen (tout est relatif il paraît) mais sur le long terme : je brevette "II"&"III"&"IV"... (vous savez : "Le retour de la vengeance des Piranhas volants" et "Les Chauves-Souris VS les Dents de la Mer" ?)

(les romains ? c’est qui les romains ? La propriété intellectuelle de Goscinny ou d’Uderzo ?)

...

Quelqu’un a pensé au mot honni... le mot "sécurité". PRUNCH’, PRUM !!!!

...

Vous allez directement en prison, vous ne passez pas par la case départ, vous ne touchez pas vingt mille francs.

> Un monde parfait, sans échanges , le 29 août 2005

Moi je reserve © et Copyright

Des qu’il y a du copyright c’est pour bibi

hum je vais vite être riche

Un monde parfait, sans publicité , le 5 septembre 2005 par Coq

Et moi je réserve le droit de penser, au moins certains ne profiteront plus de cette liberté pour pondre n’importe-quoi.

Et dire que je viens de rédiger sur un forum un article intitulé « Pirater nuit gravement à la santé du libre »...

Je précise qu’il y a un ©opyright sur cet article, merci de chercher comment me contacter afin de me verser un chèque avec justificatif de capacité à payer les droits.

Vivement l’établissement des premières colonies sur Mars, en espérant que l’air y soit meilleur.

Dites... En passant, vous ne pensez pas que faire de la publicité c’est déjà donner un morceau du produit vendu, notamment en terme de musique ? Pourquoi ne pas poursuivre les publicitaires en justice alors ?

> Un monde parfait, sans échanges , le 8 septembre 2005 par philo

Vous devrez tous passer par moi !!! Car j’ai réservé....... le droit de réserver !

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

Chez le coiffeur Chez le coiffeur
Creative Commons BY