Renaissance 2.0 : la révolution des VAC !

Quand François Schnell, alias frenchy, enquête autour d’une simple chanson, cela donne une belle histoire...

Une belle histoire rendue possible par la licence ouverte qui accompagne l’oeuvre initiale et ses différentes variations, en l’occurrence la Creative Commons BY-SA.

Rencontre fatale

Tout commence un soir d’hiver comme les autres. Sur mon écran les contenus du net s’enchaînent comme autant d’individualités connectées. Un clic par ci, un clic par là, bref, le train-train quotidien. Et puis il y a eu cette rencontre bizarre, cet air inexplicable de « déjà vu » mais de pourtant si « différent ». C’est l’histoire de cette « rencontre », et de ses conséquences, que je me dois de vous confesser.

Elle, elle s’appelle « My life ». Au début je me suis douté de rien et pourtant avec un nom pareil...
Malgré ses changements de noms successifs je l’ai traquée puis je l’ai coincée, déshabillée et pénétrée de mes oreilles perçantes pour mieux la comprendre : la vérité n’est pas ailleurs...

Le cas « My life » est un VAC (Virus Artistique Créatif), un des premiers spécimens numériques d’une renaissance émergente. Je préfère vous le dire tout de suite, « My life » et ses petits copains sont et resteront totalement libres. Je vous écris la gorge serrée, même si les VAC sont encore à l’état embryonnaire, l’humanité serait-elle pour la première fois à l’aube d’une RAC2M ???!!! (Révolution Artistique Créative et Collaborative Massive).

La source

L’histoire du VAC « My life » débute en juin 2003 à Brooklyn. Là, perdu dans la masse de ses 2,5 millions d’âmes, vit Colin Mutchler, un jeune artiste un brin idéaliste. À première vue Colin, avec sa guitare et son appareil photo à l’air d’un jeune homme inoffensif. Et pourtant...

A l’ère de l’internet et des réseaux, notre Colin se veut ouvert au monde. Contraint par son milieu de vie plutôt mural et forcément linéaire, abreuvé par des médias verticaux toujours pré-formatés, Colin devient étrangement mais progressivement conscient de « l’oracle » (nom de réseau : CC ou « Creative Commons »).

Loin des médias majoresques, Colin débute SA propre ballade découvre SA vie et compose SON petit air de musique à la guitare qu’il appellera « MY life »... Rien de bien extraordinaire me direz-vous, et pourtant ...

Pour partager « My life », Colin choisit le site internet opsound.org qui rassemble des musiques sous une des licences Creative Common les plus libres : http://creativecommons.org/licenses...

Liens à conviction :

La première mutation

Un mois plus tard, Colin reçoit un mail inattendu d’une certaine Cora Beth, jeune violoniste américaine évoluant dans un tout autre milieu. Celle-ci le remercie d’avoir publier sa musique sous une licence CC permettant un travail dérivatif. En découvrant la guitare de « My life », Cora eut l’irrésistible envie d’y mêler sensuellement son violon, et comme la licence l’y invitait... Elle nommera cette première mutation « My life changed ».

Lien à conviction :

C’est en regardant de plus près cette licence que j’ai vraiment compris ce « potentiel de vie » :
Cette licence permet la « libre diffusion » mais aussi les « modifications » si celles-ci satisfont aux mêmes conditions. Finalement on retrouve ici un potentiel propre à la vie : reproduction (« libre diffusion »), hérédité et mutation (« modifications ») et aussi « viralité » de la vie (les nouvelles créations devront permettre reproduction et mutation).

Ainsi, sous le couvert d’opsound.org se cache en vérité un immense catalyseur planétaire pour accélérer la copulation des VAC ! N’importe quel artiste peut y déposer ses rejetons, la nature (licence CC-by-sa), d’autres artistes et le temps feront le reste ...

La propagation du VAC « My life » est un cas d’école et va dorénavant continuer inexorablement au-delà des frontières américaines...

La mondialisation du VAC « My life »

Décembre 2004, alors que les familles chrétiennes se préparent à fêter Noêl, une nouvelle victime du VAC « My life » est localisée au pays du soleil levant en la personne de rjmarshall (son nom de réseau).

Mon enquête m’apprendra qu’il s’agit d’un Anglais, technicien du son et musicien amateur. À la recherche d’un travail sur Londres il se retrouvera malgré lui au Japon à enseigner l’anglais à des japonnais, langue et culture qu’il ne connaît pas. Depuis sa base nipponne, lui aussi fréquentera Opsound.org et y découvrira « My life » et « My life changed ». Comme pour Cora Beth, il fut rapidement pris des mêmes symptômes, les fameuses PCI (Pulsions Créatives Incontrôlables)...

De par sa sensibilité pop/rock il ajoutera un aspect plus moderne et une base rythmique avec son synthé. Il appellera son Crime Créatif (CC) « Our lives are changing ».

Lien à conviction :

J’avoue avoir été intrigué par l’usage de la première personne du pluriel (« Our »), alors j’ai disséqué plus profond que d’habitude. J’ai alors compris que le VAC avait largement évolué : nous ne sommes plus ici en présence d’une mutation simple mais d’un héritage multiple !

Dans ses escapades asiatiques, rjmarshall a en effet intégré trois autres VAC de diverses origines à peine reconnaissables dans « Our lives are changing » : une oeuvre de Yosuke Hayashi un japonnais déjanté, une oeuvre de « Zeezebra » un allemand accroc au puredata et une interview d’un inconnu dans les quartiers chauds d’Amsterdam...

Liens à conviction :

Ménage à trois

À ce stade six artistes sont impliqués dans la branche « Our lives are changing » du VAC « My life », et ce n’est qu’un début...

Probablement pour combattre sa solitude asiatique, rjmarshall s’allie à trois autres acolytes d’opsound (Andrew Vavrek à Seattle, John Holowash dans l’Ohio). Ensemble ils forment Tryad. Au sein de ce trio « Our lives are changing » va à nouveau muter... Pour l’aspect musical John Holowash s’abandonne à ses pulsions de « sampleur ». Pour les paroles et le chant Andrew Vavrek ajoute une dimension quasi-angélique... Ils baptiserons le nouveau rejeton « Our lives change ».

Liens à conviction :

C’est à partir de la version de Tryad que j’ai remonté toute la filière pour faire mon rapport audio sur l’affaire « My life ». En publiant mon fichier j’ai bien été obligé de le mettre aussi « en dérivatif » sous la même licence. Cela ne m’a pas franchement inquiété, j’allais bien me garder de prévenir les artistes impliqués dans cette affaire.

Mon rapport officiel du 13 Mars 2005 :

Et puis il y eu ce mail de Vavrek, et là j’ai vraiment compris que j’étais foutu, que la vie ne sera plus comme avant. Quelques extraits de ma voie remixée se trouvait dans un autre VAC ! Un remix audio du VAC « Language of my reality » réalisé par John Holowash de Tryad... A l’origine de ce VAC une poésie écrite et lue par ... Colin Mutchler : la boucle est bouclée, et pourtant ce n’est que le début ...

Aujourd’hui nos petits artistes continuent à créer en toute liberté ! Je ne peux m’empêcher de suivre leurs traces sur les réseaux mais même là je trouve mes limites, la propagation devient aussi Physique ... Non content de se propager numériquement, Colin Mutchler va d’Université en Université pour initier de nouveaux VAC avec son freeculturetour.org !

Liens à conviction :

Futur émergent

Pour ma part je ressent déjà les premiers signes de PCI (Pulsions Créatives Incontrôlables). Qui sait où cette histoire va encore nous mener ... ?

Une chose est sûre, bien que encore à un stade primitif, la révolution des VAC est inéxorablement en marche. Comme au printemps ils bourgeonnent de partout. Bien plus que le P2P, la révolution des VAC sera le pire cauchemar de la mono-culture verticale et mono-neurale.

Bienvenue dans un monde de créativité et de musico-diversité pour tous et par tous.
Bienvenue dans une Renaissance version 2

Lorsque vous toucherez des VAC de près, vous serez des nôtres ...

Au fait, « votre vie » c’est comment ?

frenchy

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 11 septembre 2008 par SNL (0 rép.)

J’ai encore relus... Je ne m’en lasse pas et j’adore. Bonne soirée Frantz. Big Brother.

Répondre à ce message

Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 17 juillet 2007 (0 rép.)

Salut Frenchy,

C’est vraiment très sympa ton enquête... J’ai passé un bon moment sur ton site.

Ton frangin.

Répondre à ce message

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 17 août 2005 par Kezayi (0 rép.)

C’est fou ce qu’on peut faire quand on s’y met ensemble.

Répondre à ce message

Portail français de musique en copyleft , le 2 mai 2005 (1 rép.)

Il existe aussi un portail pour les musiciens français :

http://www.musique-libre.org/index.php ?op=edito

-----> http://www.musique-libre.org/index....

> Portail français de musique en copyleft , le 4 mai 2005 par Kaneda_aka_Tetsuoka

http://www.musique-libre.org/

Le lien plante donc petit correction. Merci pour l’info.

Répondre à ce message

[VAC ] je rêvais d’un autre monde... , le 29 avril 2005 (0 rép.)

... c’était le monde du Libre (mais je ne le savais pas encore).

Le reportage audio est également passionnant. Mille mercis pour avoir illuminé ma journée !

Répondre à ce message

Le principe du VAC , le 29 avril 2005 par goku (3 rép.)

Je me trompes ou le VAC est totalement basé sur des remix ?

> Le principe du VAC , le 30 avril 2005

“Je me trompes ou le VAC est totalement basé sur des remix ?”

Non et Oui

Je crois que le “remix” remonte à la nuit des temps. Quand le “sage” de la tribut racontait des histoires, il remixait déjà ce qu’il avait pu entendre et comprendre au cours de sa vie.

Ce qu’il y a de nouveau c’est l’ère du tout numérique qui devrait permettre, par le “remix”, une véritable amplification créative. Mais depuis le 20ème siècle l’équilibre de la propriété intellectuelle a basculé (et de plus en plus) vers l’appropriation exclusive des ayant droits (trop rarement les artistes) sur une durée très (trop) longue.

Quand DJ Danger Mouse remix l’album blanc des Beatles avec l’album noir de Jay-Z, EMI le castre violemment et impose le retrait des bacs. Lorsque les DRM et les techniques d’identification musicales seront suffisamment avancées, la castration se fera potentiellement directement à la source créative. Pas vraiment le monde que nous ont légués les sages de la tribut.

D’ailleurs si on pousse la logique plus loin, au niveau génétique, nous sommes tous des remix de nos parents, qui eux mêmes sont des remix de leurs parents, etc .... Quand un couple veut donner naissance à un enfant (remixage génétique) devra-t-il bientôt négocier un contrat avec les ayant droits (les parents) .... Est-ce bien naturel ?

Comme la nature à horreur du vide les VAC sont peut-être un réaction naturelle à cette appropriation systématique du droit à la création (forcément basée un peu sur le passé).

Dans les VAC on trouve :
- un composant anti-castrant qui assure la prolifération génétique, naturelle et humaine, génération après génération (la licence « libre »)
- une incitation à création collborative, coopérative, décentralisée ou non, synchrone ou non sans obtention préalable de certains droits (qui sont déjà accordés clairement dans la licence choisi).

Résultat, on trouve dans les VAC des “remix” comportant un nombre de “générations” souvent élévé : 9 artistes je crois pour la chanson “our lives change” de Tryad.

Le copyright restrictif habituel permet une, deux voire trois générations ? et à quel prix (chercher les ayants droits, négocier le contrat, obtenir l’autorisation dument signée, etc.)

De plus les VAC sont rarement le remix unique de tracks existants, il y a souvent une création originale qui est intégrée à chaque étape (voir l’histoire de “My life”)

Finalement, pour assurer une catalyse optimale, les VAC ont trouvé des substrats comme opsound.org ou http://www.ccmixter.org/ (un peu l’équivalent embryonnaire d’un sourceforge ).

Donc oui, pour moi il y a quelque de chose de vraiment nouveau (cadre, substrat légal) qui ferra peut-être évolué le paradigme de l’artiste romantique et solitaire à la base de l’industrie musicale actuelle (mais qui ne correspond plus à notre ère).

A lire sur les plages cet été :-) http://www.freescape.eu.org/piraterie/index.html

> Le principe du VAC , le 30 avril 2005 par kaneda_aka_tetsuoka

Je suis ok avec l’explication précédente mais il existe cependant une petite différence entre les remixs et les VAC si l’on s’en tient au domaine strictement musical.

L’idée de remix contient à la base la notion d’invitation. Le remix est aujourd’hui bien souvent un argument de vente. C’est en fait l’invitation d’un artiste à un autre de s’imisscer dans son univers, d’y apporter sa touche. C’est une démarche extrêmement intéressante car on ne choisit pas au hasard son ou ses remixeurs. C’est un véritable partage.

Le message précédent n’est pas signé. On dirait du Tez... C’est toi ? Ou je me trompe ?

> Le principe du VAC , le 1er mai 2005

Mes hommages Sensei kaneda_aka_tetsuoka ,

« Le message précédent n’est pas signé. On dirait du Tez... C’est toi ? Ou je me trompe ? »

Euh ... non ... c’était juste un petit délire de Frenchy, tard dans la nuit ,qui pratiquait un peu de Hensojutsu dans le cadre de son entrainement de Ninjutsu ;-)

Merci Sensei pour tes précisions, pas évident de trouver une définition précise/stable de "remix" sur le net.

Mes hommages Sensei kaneda_aka_tetsuoka. :-)

Répondre à ce message

VAC dans le domaine de l’image ? , le 28 avril 2005 par Jean-Noël (0 rép.)

Marrant le terme VAC, sans connaitre cette histoire je m’y identifie bien, parce que y’ quelques temps j’ai fait ça :

http://www.saintrapt.com/virus

L’histoire d’une image sous copyleft, a récupérer et à faire muter dans son environnement, à sa façon, avec ses outils...certains déja se sont pris au jeu... Un VAC visuel ?

-----> [VIRUS]

Répondre à ce message

> Pour une poésie collective , le 25 avril 2005 par AnT (0 rép.)

Je propose que ceux qui le souhaient déposent sur le net, quelques rimes, une images, un belle phrase et que, tu travail commun jaillisse une poésie collective, à la fois construite et spontanée.

AnT,

Répondre à ce message

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 25 avril 2005 par fun sun (6 rép.)

Salut Frenchy,

Entre le très beau poème de kaneda_aka_tetsuoka "internénette" et ton texte, tout aussi beau, Framasoft s’offre un peu d’air et nous aére l’esprit.

Merci à vous deux.

Le VAC est un début. C’est encore un support, malheureusement. Il faudrait que ce principe soit inscrit en chaque être humain.

Comment est ma vie ?

Ma vie est un poème sauf quand l’administration s’en mêle. Il semblerait que mon double administratif ne converge pas avec ma réalité. Tout un art que de le faire comprendre... et faire passer le message n’est pas toujours évident mais je n’abandonne pas.

amicalement.

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 26 avril 2005 par frenchy

Merci pour tes compliments "Fun Sun", quel joli pseudo , en plus Free Software est incrit dans tes initiales...

“Le VAC est un début. C’est encore un support, malheureusement. Il faudrait que ce principe soit inscrit en chaque être humain.”

Pour ma part je suis optimiste, je crois que ce “principe” est déjà inscrit dans l’être humain, il faut juste catalyser son réveil, le démouler à nouveau à l’air libre.

Un example : Durant six ans j’ai animé et observé des ateliers et des séances interactives de Planétarium (pour des groupes de primaire, du secondaire, des adultes et enfin des séniors).
- Le primaire : s’émerveille de tout, créatif, participatif, souvent collaboratif
- Le secondaire : difficile, en cours de moulage
- Les adultes : moulage épais
- Les séniors : après une première phase souvent timide, j’ai souvent été étonné de retrouver la participation et les même étincelles que dans les yeux des enfants ... Ce principe (envie de comprendre, création, collaboratif) est je crois un état naturel.

“ ... et faire passer le message n’est pas toujours évident mais je n’abandonne pas.”

Il faut du temps je pense pour comprendre les “modèles” naturels, humains et économiques du “libre” (un à deux ans pour moi je crois). Les gens disent souvent “non” mais cela ne veut pas dire que tes graines ne germerons pas, il faut du temps et surtout des gens comme toi pour les arroser gentillement, doucement, de temps en temps.

Et puis les choses évoluent, l’enthousisme et l’efficacité des amateurs “inter-connectés” ne laisse plus personne indiférent et bouscule la réthorique de l’expert tout puissant :
- Le premier supercalculateur appartiens aux amateurs plus aux professionnels (seti et al)
- En astronomie la découverte de comètes et supernovae par exemple est souvent réalisée par des amateurs
- La première encyclopédie mondiale sera bientôt celle des amateurs (wikipedia)

Même le gouvernement Anglais n’ignore pas l’ampleur du changement de phase en cours : http://www.demos.co.uk/catalogue/proameconomy/

Fun Sun, on vit une époque formidable grâce à des jardiniers comme toi, une peu de soleil, du temps et beaucoup de choses se mettent à bourgeonner, à donner pleins de tournesols (tourneSuns ?) partout et ça c’est fun ! :-)

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 26 avril 2005 par kaneda_aka_tetsuoka

Entre le très beau poème de kaneda_aka_tetsuoka "internénette" et ton texte, tout aussi beau, Framasoft s’offre un peu d’air et nous aére l’esprit.

Oups... Suis comblé. Merci !

Concernant l’article, ce phénomène musical existe depuis pas mal de temps dans le milieu électro, mais prend une nouvelle dimension aujourd’hui en s’ouvrant à d’autres milieux musicaux. La poésie collaborative est possible via les forums. Pourquoi pas un espace sons - image un jour ?

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 26 avril 2005 par dibp

kaneda... de Derrick Sound System ?

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 26 avril 2005

Mes hommages maître kaneda_aka_tetsuoka, |-)

« Concernant l’article, ce phénomène musical existe depuis pas mal de temps dans le milieu électro, mais prend une nouvelle dimension aujourd’hui en s’ouvrant à d’autres milieux musicaux. »

Plus que l’ouverture sur d’autres milieux musicaux c’est surtout ces substras associés à des cadres légaux qui me semblent intéressants et nouveaux.

Voir par exemple l’excellent livre de Florent Latrive « Du Bon usage de la piraterie » pour mieux comprendre ce contexte :

« Malheureusement, la propriété intellectuelle telle qu’elle se développe et se durcit aujourd hui accepte mal la coopération, le repiquage et la création collective. Le film Twelve Monkeys (L armée des douze singes), de Terry Gilliam, fut interdit (temporairement) en salle 28 jours après sa diffusion aux États-Unis, sur demande d un designer qui affirmait qu’un fauteuil visible à l écran ressemblait à l’une de ses créations. En février 2004, le DJ Danger Mouse a reçu la demande expresse d EMI de retirer du commerce son album « Grey », pour lequel il avait mixé l’album blanc des Beatles et l’album noir de Jay-Z : EMI ne demandait pas de rétribution, mais le retrait pur et simple des bacs. Et peu importe si reconnaître les Beatles dans la musique de DJ Danger Mouse était en soi une gageure. « La créativité et l innovation s’appuient toujours sur le passé. Le passé essaie toujours de contrôler la créativité qui s appuie sur lui. Des sociétés libres devraient rendre le futur possible en limitant le pouvoir du passé. Notre société est de moins en moins libre », estime Lawrence Lessig. Les freins au pouvoir de censure du passé sur le présent (limitations dans le temps des droits, licences obligatoires ...) sont désormais sans cesse remis en cause, dénoncés par les maximalistes de la propriété intellectuelle comme autant d expropriations et de contraintes iniques. »

Je conseil la lecture de ce livre (et ses « remix » ...) et en particulier le chapitre 3 qui fait le lien entre logiciels libres, science ouverte et culture libre : http://www.freescape.eu.org/piraterie/index.html http://www.framasoft.net/article3305.html

On trouve aussi pas mal de « VAC » dans CCmixter (sample, mash & share music ... legally) : http://www.ccmixter.org/ , Une fournée de 278 « VAC » : http://www.ccmixter.org/ ?view=remx

Mes hommages à internénette ! :-)

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 26 avril 2005 par Fun Sun

Bon jour,

Merci pour tes compliments "Fun Sun", quel joli pseudo , en plus Free Software est incrit dans tes initiales...

Oui, il y a aussi File System dont FS sont les initiales. Le pseudo "fun sun" vient d’un truc qui m’avait beaucoup amusé lu dans une revue scientifique grand public qui, si je me souviens bien, expliquait qu’il y avait des phénomènes inconnus dans l’univers liés au soleil ou un truc dans le genre. Les initiales anglaises de ce ou ces phénomènes sont F.U.N. Ah cet humour très typiquement scientifique. Je trouvais que c’était un clin d’oeil sympa à faire à cet esprit des formes nominales récursives cher au monde GNU.

Quant aux graines, au soleil, à la vie quoi une question que je ne me lasse pas de poser : un plan, puis on considère une fracture dans ce plan (sans mentionner d’autres concepts donc sans temps ni lieu ni espace). Cette fracture est un signal. Ce signal est désigné comme une indication. Cette indication est donc une connaissance potentielle pour des créatures ayant la capacité de manipuler des symboles et des concepts. Par cette manipulation la créature est maintenant capable de distinguer deux états différents : le plan, la fracture (un forme de dérive logique en déduira deux côtés opposés à la fracture).

Le fait d’inclure une créature capable de manipuler des symboles et des concepts dans cette description ; cela forme-t-il une connaissance selon nos critères communs ? [Je m’inspire d’un ouvrage mathématique dont je ne comprends que les premières pages que je retranscris ici rapidement. Cependant la question est de moi...]

Pour kaneda_aka_tetsuoka

La poésie collaborative est possible via les forums. Pourquoi pas un espace sons - image un jour ?

Un truc dans le style générateur poïetique ?

> Renaissance 2.0 : la révolution des VAC ! , le 26 avril 2005 par kaneda_aka_tetsuoka

kaneda... de Derrick Sound System ?

Lui-même... Je ne me savais pas si célébre. Cool ! A qui ai-je l’honneur ?

Tout à fait d’accord pour les cadres légaux. Cela aide énormément la création. Je me rends par exemple compte aujourd’hui que pas mal d’anciens morceaux peuvent être distribués alors q’uil y a encore quelques années c’était un casse-tête pour savoir ce qu’on pouvait (ou était autorisé d’) en faire.

Et merci pour la référence : trés bon livre que celui de Florent Latrive. Pas encore fini, mais j’aime beaucoup.

Je ne connaissais pas CC-Mixter ni le générateur, mais cela correspond peut-être à ce que j’imagine. En fait, c’est encore assez flou. J’aimerais un espace où l’on trouve des samples, des bouts de morceaux, où tout pourrait être mélangé, récupéré par d’autres artistes, transformé ou collé sur des images, des vidéos... Bref, un vaste bordel.

Difficile de conceptualiser cela pour l’instant... Peut-être parce que je suis en manque de chanteuse, j’ai besoin de partager. lol... va savoir...

Disons clairement un espace collaboratif ou plus qu’un vaste bazar on exploiterait les compétences et spécificité de chacun.

Ca peut faire l’objet d’un post dans le forum. A voir...

En tous cas, encore un grand merci à tous pour les compliments parce que ça fait vraiment plaisir...

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

C Beach 3 C Beach 3
Creative Commons BY-SA