• Auteur : Jean-Pierre Archambault
  • Date : 25 octobre 2005 (15 novembre 2008)
  • Licence : Creative Commons BY-NC-SA link_license
  • Site : URL d’origine (CRIUM)

Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault

Professeur agrégé de mathématiques, Jean-Pierre Archambault est chargé de mission veille technologique au CNDP-CRDP de Paris, où il assure notamment la responsabilité du dossier des logiciels libres, coordonnant le pôle de compétences logiciels libres du SCEREN.

C’est à ce titre qu’il a été invité à parrainer la Journée Logiciels Libres pour l’Éducation 2005, organisée par l’association Graoulug, l’université Paul Verlaine - Metz et l’IUT de Metz, qui a eu lieu le mercredi 16 mars 2005 à l’IUT de Metz. À cette occasion, il a donné une conférence sur le thème :"Les logiciels libres et l’Éducation". Il y aborde toute une série de questions et d’enjeux essentiels liés au développement du logiciel libre ; cela va de sa définition, la viabilité de son modèle économique, son intérêt pour l’éducation en particulier mais aussi pour le secteur de l’informatique en général. Cette conférence a été filmée et vous trouverez ici une sélection de ses passages essentiels.

"Conférence ? Quel mot barbant ! ...", pensez-vous peut-être. En l’occurrence, vous avez tort : dans ses explications, Jean-Pierre Archambault sait être précis sans être pédant, simple sans être simpliste. En l’émaillant de parallèles avec d’autres domaines (allant de la recherche scientifique à la distribution des lampes à pétrole...) ou d’exemples concrets, et même de petites piques humoristiques, il rend son exposé très vivant. Il signale les forces et les réussites du logiciel libre, sans faire l’impasse sur les difficultés et les résistances (parfois légitimes) qu’il rencontre. Il ne craint pas non plus d’aborder des sujets plus polémiques, comme l’existence de logiciels libres en environnement propriétaire ou la défense des licences Creative Commons, en justifiant ses choix avec pertinence et sans passion excessive.

Bien que la conférence soit avant tout destinée à un public du milieu éducatif et que les problématiques spécifiques de l’éducation soit mises en avant, Jean-Pierre Archambault élargit largement le débat à des enjeux beaucoup plus généraux ; il pose en particulier cette question essentielle : comment adapter la production et la diffusion de ressources informationnelles, amenées à prendre une place de plus en plus grande dans notre société, dans le nouveau contexte technologique d’aujourd’hui ?

Au final, une conférence passionnante où un type sérieux et qui sait visiblement de quoi il parle nous démontre concrètement comment le monde pourrait bien se porter mieux grâce aux logiciels libres et aux valeurs qu’ils portent...

La conférence a été divisée en sept parties diffusées sur le site du CRIUM sous licence Creative Commons BY-NC-SA. Vous y trouverez les vidéos au format natifs (à lire sous Windows avec VLC ou MPC). Elles sont de bien meilleures qualités que ce que nous vous proposons ci-dessous au format Flash [1], mais elles sont aussi plus lourdes et moins directement accessibles. [2]

« Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient - le mot n’est pas trop vaste - au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous »

Victor Hugo

(cité par Jean-Pierre Archambault pendant sa conférence)

0 : Présentation

Dans cette séquence, Jean-Pierre Archambault introduit les thèmes qu’il va aborder durant son intervention :

  • Définition et enjeux du logiciel libre, en particulier pour l’éducation
  • Dans quelles conditions produire et diffuser des ressources pédagogiques pour la classe
  • Que peut nous apprendre le modèle de développement du logiciel libre, peut-il être reproduit dans d’autres domaines ? Quels modèles de développement pour demain pour la fabrication et la diffusion de biens immatériels et informationnels ?

I : Les logiciels libres 1/2

Dans cette séquence, Jean-Pierre Archambault aborde les thèmes suivants

  • Définition du logiciel libre (par opposition au logiciel propriétaire) : les droits accordés à l’utilisateur et les intérêts que cela présente.
  • Le modèle économique de développement du logiciel libre : pourquoi et comment peut-il être viable et efficace économiquement ? Pourquoi ce modèle de développement devrait-il être le modèle "normal" ?
  • L’existence du logiciel libre produit déjà des effets positifs sur le secteur même quand les gens ne l’utilisent pas...

I : Les logiciels libres 2/2

Dans cette séquence, Jean-Pierre Archambault aborde les thèmes suivants :

  • Explication du modèle économique du logiciel propriétaire : description de la situation actuelle, comment une situation de monopole peut s’installer et sembler impossible à dépasser (problèmes liés aux constructeurs, aux éditeurs de logiciels, aux formats...)
  • Quelles conditions ont permis le développement d’une alternative de qualité : Linux ? (Efficacité technique du modèle de développement, rôle crucial d’Internet, le soutien de Linux par de grands groupes industriels comme arme contre le monopole)

II : Les logiciels libres dans l’Éducation 1/2

Dans cette séquence, Jean-Pierre Archambault explique l’importance de l’accord-cadre de 1998 entre le ministrère de l’éducation nationale et l’AFUL prônant l’introduction des logiciels libres dans le système éducatif et comment cet accord permet de légitimer ce type de solutions aux yeux des acteurs du secteur (collectivités locales, enseignants, ...). En effet, les logiciels libres provoquent à la fois des réactions de sympathie - leur philosophie étant proche de celle qui anime les missions de l’enseignement - mais également beaucoup de résistances, pour des raisons diverses.

II : Les logiciels libres dans l’Éducation 2/2

Dans cette séquence, Jean-Pierre Archambault aborde les thèmes suivants :

  • Réactions des enseignants face au logiciel libre : sympathies, réserves liées à des impératifs pédagogiques, refus.
  • Enjeux de l’introduction des logiciels libre à l’école :
    • enjeux financiers et économiques : faire cesser la "rente" servie à un monopole, économies de maintenance engendrées par de meilleures infrastructures réseau
    • enjeux démocratiques : mettre à disposition des élèves des logiciels qu’ils pourront réutiliser y compris chez eux
    • enjeux pédagogiques : apprendre aux élèves à utiliser des fonctionnalités et pas des produits
  • Situation du logiciel libre dans l’éducation nationale : développement rapide dans le domaine des serveurs, rôle essentiel joués par Mozilla et OpenOffice.org dans la diffusion des solutions libres pour le poste de travail.

III : Production de ressources pédagogiques 1/3

À partir d’un constat, la façon qu’ont les enseignants d’utiliser le web (consultation en priorité de ressources produites par d’autres enseignants), Jean-Pierre Archambault pose les bases d’un nouveau modèle pour l’édition scolaire et pour la fabrication de contenus pédagogiques ; on passerait d’un modèle où les éditeurs scolaires (pour des raisons politiques et historiques) possédaient le monopole de la production de contenus à un modèle - similaire à celui du développement du logiciel libre - où un grand nombre d’acteurs contribuent à la production, l’amélioration et la diffusion de contenus sur le web. De la valeur peut ensuite être générée autour de services d’accompagnement. Jean-Pierre Archambault illustre la viabilité du modèle par l’exemple de l’association Sesamath.

III : Production de ressources pédagogiques 2/3

Cette partie est centrée sur les nécessaires transformations du droit de la propriété intellectuelle induites par les transformations technologiques en cours, en particulier la révolution internet. Le droit du copyright traditionnel n’est plus adapté et il faut inventer de nouvelles façons de cohabiter pour les acteurs traditionnels (que ce soit pour la musique ou l’édition scolaire) et les multiples ressources qui existent sur le web. Selon une citation d’un éditorial du Monde : "On ne peut pas nier indéfiniment l’irruption d’une nouvelle technologie"...

III : Production de ressources pédagogiques 3/3

Dans cette dernière partie, Jean-Pierre Archambault fait une présentation succincte des licences Creative Commons, qu’il trouve particulièrement adaptées pour répondre aux nouveaux défis de la propriété intellectuelle face à la réalité de l’internet.
Il conclut ensuite son intervention en posant deux questions qu’il juge essentielles :

  • Quelle est l’attitude la plus efficace pour assurer la diffusion des biens immatériels et informationnels ?
  • Comment assurer l’accès le plus large possible à la connaissance tout en permettant à ses producteurs d’en vivre ?

[1] Le player Flash sous licence Creative Commons BY-NC-SA est de Jeroen Wijering.

[2] Grand merci à Korova08 pour la présentation de cette conférence

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

Merci , le 10 janvier 2014 par Guillaume (0 rép.)

Extra intéressant et intelligent... merci pour cette éclaircie monsieur Archambault ! :)

-----> http://www.framasoft.net/spip.php?p...

Répondre à ce message

Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 30 octobre 2008 par osiris (0 rép.)

Je n’arrive pas à lire les vidéos incluses dans cette article. Un petit tour sur le site d’origine me laisse à penser qu’elles ont "disparues" ou sont protégées par des mdp ... Pourquoi ne pas les mettre sur blip.tv ? (FramaTube)

Répondre à ce message

Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 6 septembre 2008 par tepa25 (0 rép.)

Très édifiant, j’utilise ces fichiers dans le cadre de formation Education Nationale Second Degré, c’est très enrichissant. Merci pour la mise à disposition. (Rq : il semblerait que la lecture en streaming soit difficile)

Répondre à ce message

Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 27 janvier 2007 par yaen pujol (1 rép.)

superbe, très instructif et presque objectif. ;)

je me demande encore pourquoi (à part si ce sont des pots de vins) l’éducation nationale continue d’acheter des logiciels "privateurs". c’est sûr, elle a des réductions... mais les utilisateurs à la maison, non.

l’éducation nationale devrait être attaquée en justice pour incitation au piratage. :)

Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 6 septembre 2008 par tepa25

Je partage ce point de vue, mais je reste optimiste, l’EN peut évoluer en matière de choix de formats, c’est peut-être aussi à nous, personnels de l’EN à tenter de faire bouger les choses de l’intérieur. Pour ma part, je m’y attache, c’est dur, c’est long, mai c’est bon !

Répondre à ce message

Jean Pierre à Toulouse bientôt ? , le 16 mai 2006 par tigroo (0 rép.)

Très intéressant. Nous allons de ce pas prendre contact pour organiser une rencontre à Toulouse. Des gens (assocs, individus, collectifs, clubs, syndicats,...)intéressés ?

Répondre à ce message

Confusion libre <—> GPL , le 4 décembre 2005 par Japadnon (0 rép.)

Il est dit dans la seconde vidéo que les logiciels dérivés des logiciels libres sont également libres. C’est vrai pour ceux sous GPL par exemple. C’est faux pour ceux sous BSD par exemple.

La définition d’un logiciel libre n’a jamais inclu la ’viralité’. Même si la plupart des licences sont faites ainsi.

Répondre à ce message

> La conclusion est trop courte ! , le 4 novembre 2005 par Jdg (3 rép.)

J’aurai aimé en savoir plus sur les solutions pour vivre du libre, la seule solution de l’enseignant chercheur ne me suffit pas...

> La conclusion est trop courte ! , le 4 novembre 2005 par Bibifri

Moi aussi (malgré les liens qu’on m’a indiqué) j’aimerais bien quelques exemples bien concrets car tout en restant partisan de solutions ouvertes je reste sur ma faim (sans jeu de mots provocateur, ouf je me suis relu à temps !).

> La conclusion est trop courte ! , le 26 novembre 2005 par revenu garanti pour tous

L’ enseignant chercheur fait un peu court parce que la production intellectuelle déborde largement les cadres scolaires ou universitaires. Les solutions sont à inventer au niveau de l’ensemble de la société, en révisant les cadres conceptuels étroits qui divisent nos vies en travail/loisir, etc...pour en tirer des nouveaux modèles de revenus. Sinon, ne reste que la débrouille individuelle (job alimentaire, prostitution, vol....)

-----> quel revenu ?

> La conclusion est trop courte ! , le 27 février 2006 par Eikasia

Bonjour, J-P Archambault travaille à la mission veille technologique et industrielle du CRDP(centre régionale de documentation pédagogique) de versailles, il est tout à fait normal que celui ci est une vision orientée système éducatif (c’est d’ailleurs le propos de la conf). Qui plus est il fait un travail de recherche sur les enjeux du libre dans le système éducatif très important et a à son actif de nombreuses publications fort interessantes. A lui seul il represente le fer de lance du libre dans l’éduc nat. alors ne soyons pas trop prompt à lui jeter la pierre, c’est un grand monsieur.

Répondre à ce message

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 3 novembre 2005 par marre (3 rép.)

Pour bibifri, a quel moment ai je dit que je n’avais pas de travail ?

C’est vrais que pour les abonnés au travail a vie une entreprise qui fait travailler des millions de personnes c’est pas tres important !

C’est beaucoup mieux d’avoir des logiciels gratuits, des stagiaires, des C.E.S, etc etc

Mais pas de reponse sur ce que fait concretement la pseudo revolution du libre pour son prochain.

Ensuite, ce que je fait sur ce site je vient surtout chercher des idées, car, malgré tout, les imbeciles qui scient la branche sur laquelle ils sont assis , sont avant tout des developpeurs.

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 3 novembre 2005 par Bibifri

Zap

Attention ! votre message fait moins de dix caractères

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 3 novembre 2005

Hihi !

Ben en tout cas marre tu m’as bien fait rire !

C’est bien agréable après une journée de cours (et 1,5 semaines de vacances) de se détendre en lisant tes conneries.

Effectivement, tu devrais nous rejoindre dans cet eldorado où l’on nous donne ( !!!) des portables pour bosser 20h par semaine payés comme des nababs (3000€ ! mazette ! Deux mois de salaire, tous les mois !).

Ah... Au fait... Tu paies des impôts pour nos salaires (et nous t’en remercions), mais aussi pour rémunérer les dividendes des actionnaires de Microsoft dont le plus gros est le généreux Bill Gates dont tu seras heureux de déduire d’où viennent ses dons caritatifs. Merci encore pour ta générosité. Je te saluerai quand j’irai m’acheter quelques meubles bobos chez Ikea.

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 4 novembre 2005 par alcidi

Ne prends pas les chaises de bureau en bois avec le nom bizarre, elles grincent de folie ! Evite aussi la petite armoire avec le miroir dont j’ai oublié le nom, la porte s’ajuste mal avec le reste , on a beau régler , il y a toujours un jour.

Répondre à ce message

ca ne m’etonne pas , le 1er novembre 2005 par marre (19 rép.)

de la part d’un abonné a l’emploi garantie a vie, il ne se pose meme pas la question de savoir si le logiciel libre n’est pas un obstacle aux devellopeurs qui veulent vivre de leur metier !!! C’est pas grave, IKEA fait travailler des ingenieurs informatique a la manutention. Et puis, grace aux logiciels libres ont peut proposer des salaires de misere aux jeunes diplomés en informatique. A croire que les devellopeurs du libre n’ont pas de loyer ni d’electricite a payer !

Par contre ce monsieur qui juge le prix des logiciels trop eleves , ne parle pas du salaire injustifié des profs agrégé qui travaille a peine 20 heures par semaine et qui la plupart du temps se contente de reciter leur cours comme des perroquets.

Alors , oui la collectivité peut faire aussi des economies en faisant distribuer des photocopies de cours aux etudiants, au lieu de payer un prof a recopier le dit cours au tableau. Au lieu de ca on change regulierement les portables de ces messieurs ( au frais de la princesse bien sur ), parce le materiel est tres vite obsolete ( pensez donc ).

Concernant l’exemple des lampes a petrole de rockfeler ( bel exemple de personnage ) meme si elles ont ete distribues gratuitement je ne crois pas qu’elles ont ete fabriqués par des benevoles.

Ras le bol de tous ces pretendus " rebelles" friqués qui voudraient que les autres bossent gratuitement ou pour des salaires de miseres alors qu’eux profite bien du systeme !!!!

> ca ne m’etonne pas , le 1er novembre 2005 par RC70

Par contre ce monsieur qui juge le prix des logiciels trop eleves , ne parle pas du salaire injustifié des profs agrégé qui travaille a peine 20 heures par semaine et qui la plupart du temps se contente de reciter leur cours comme des perroquets.

Si cela t’interesse, je t’invite à venir faire cours dans ma classe pendant une semaine... pour faire les 20H00 de cours + préparation + correction + formation . A la fin, de la semaine, on en reparlera. Encore un qui ne sait pas ce qu’est le métier de prof.... avant de parler, on se renseigne.

Cordialement................

> ca ne m’etonne pas , le 2 novembre 2005 par Bibifri

Si l’on occulte la querelle sur les avantages des profs agrégés quels arguments peut-on opposer à celui d’une crise de l’emploi provoquée par l’arrivée en force des Logiciels Libres ?

Ceci est un débat qui n’a plus grand chose d’idéologique, mais bien terre à terre : "je suis diplômé en informatique et je souhaite gagner ma croûte en dévellopant des softs (et pas en bossant chez Ikea), est-ce que le Logiciel Libre me permettra de le faire ?"

Des réponses raisonnables ?

> ca ne m’etonne pas , le 2 novembre 2005 par alcidi

Moi aussi j’en ai marre des pauvres mecs qui insultent la fainéantise des enseignants. Si on est des branleurs pétés de thunes à rien foutre ,t’as qu’à venir glander avec nous. On se demande pourquoi tout le monde ne vient pas faire ce métier. Tant qu’on y est, nous on n’a pas eu droit à une réduction du travail lors du passage des 35 heures parce que des imbéciles pensent que de toute façon on ne peut pas travailler moins en ne faisant déjà rien. On en profite aussi pour nous grignoter doucement les grandes vacances ( 4 juillet cette année ). Les vacances justement, c’est le seul avantage que l’on a. Je dis bien le seul. Tu les paies toi tes feuilles , tes stylos ? Ta voiture de fonction ? Ton pc avec lequel tu bosses ? Ton 13ème mois, le noël de tes gosses etc... Désolé pour ce coup de gueule, mais faut arrêter de nous chier dessus. PS : lorsqu’on fait grève, on n’est JAMAIS payé. Etonnant non ?

> ca ne m’etonne pas , le 2 novembre 2005 par alcidi

Au fait je n’ai pas eu mon portable aux frais de la princesse. Peut-être parce que je n’ai qu’un capes. Mes collègues agrégés qui glandent aussi en zep avec moi le cachent sans doute tellement ils ont honte de leurs privilèges. Quand on ne sait pas de quoi on parle, on ferme sa gueule.

> ca ne m’etonne pas , le 2 novembre 2005 par Roncevaux

Bonjour,

Moi aussi, je veux en rajouter une couche et je souhaite également inviter ce donneur de leçons à venir exercer ses talents oratoires dans mes classes à ma place le temps qu’il voudra.. Ca me rappelle le tapissier chez un copain qui dégoisait sur les enseignants. Je lui ai alors demandé combien il avait d’enfants. 3 qu’i répondit... Et vous n’en voulez pas d’autres ? Non, non, ça me suffit bien comme ça avec un sourire finissant en soupir entendu !... Et bien ai-je répondu, moi, j’en ai 25, parfois 28 (je ne suis qu’en Collège) à chaque heure ....

Plus sérieusement, à propos des vacances, je veux aussi signaler, que nous, nous n’avons pas de congés payés, mais des congés que nous nous payons, et ce depuis le Front popu... Car, notre salaire depuis Napoléon III est un salaire de 9 mois réparti sur 12, alors quand les congés payés ont été institués, nous on n’y a pas eu droit :"on en avait" déjà. Il suffit de regarder nos feuilles de paie pour voir que les heures sup de septembre ne sont pas payées : cela ferait 10 mois de setembre à juin !

Quant au fond du problème, je ne sais pas si cette personne a bien écouté, mais JP Archambalut a évoqué le pb, avec la notion de produits dérivés (ex du minitel) ou de services. J’ai d’autre part retrouvé sur Framasoft un fil de discussion suite à une question posée sur le même thème (en termes plus amènes) en... 2003 ! C’est une question troublante, pas évidente, mais ce n’est certes pas en maniant l’invective qu’on pourrait en débattre...

> ca ne m’etonne pas , le 2 novembre 2005 par Bibifri

Ben dis donc !

Si ce n’est pas une superbe Godwinisation de la discussion, ça !

SVP messieurs les enseignants, nous savons bien (pour la plupart d’entre nous qui à défaut d’en être avons cotoyé le système) le nombre d’ a priori et de fausses croyances qui circulent sur cette profession et je n’aurais garde de vous reprocher de les dénoncer encore une fois. De ce point de vue le troll paraissait évident mais il est vrai que lorsqu’on est directement concerné ça marche à tous les coups, hélas.

Je retiens donc de l’intervention précédente qu’un tel débat sur des retombées en termes d’emplois a déja eu lieu en 2003 dans un forum de ce site. Quelqu’un possède-t’il le lien ? Je cherche aussi ;-)

Pour l’anecdote la version de troll qui m’a toujours fait marcher, ce fut d’entendre très (trop) souvent certains membres du corps enseignant (prélémentaire et élémentaire) avec lesquels je collaborais bénévolement dans la période des débuts de l’informatique scolaire me faire remarquer que j’avais bien du temps libre......... je faisais les 3/8 ! Comme quoi ;-)

Et personnellement je répondrais à l’auteur du message d’origine que si certains développeurs (1l et 2p, non ?)ne s’étaient pas centrés sur les revenus qu’ils tirent de leur métier, au détriment du service que le fruit de leur travail était censé rendre aux utilisateurs, le mécanisme de "Libération" initié (entre autres) par Richard Stallman n’aurait peut-être pas eu lieu d’être ?

Alors si c’est par le biais du service rendu et non par celui de la marchandisation que le revenu se crée, où est le problème ?

Que je sache la FSF et Canonical Ltd emploient des salariés.

> ca ne m’etonne pas - discussion déjà entamée , le 2 novembre 2005 par Roncevaux

Bonsoir,

J’ai eu un peu de mal, mais j’ai fini par retrouver ce "fil" de discussion initiée en 2003 et qui s’est poursuivi jusqu’à février 2005 : http://www.framasoft.net/article1906.html

A lire aussi : aidez-nous à libérer le 13e (2004) : http://www.framasoft.net/article3230.html

qui a déclenché aussi au moins une réaction approchante.

Ou encore : http://www.framasoft.net/article3338.html

avec la dernière interrogation en date de Pgilib le 20 juillet 2005.

C’est quoi la godwinisation ? Désolé, je ne suis que prof de Maths, et malgré mon immense culture ;-) je n’ai jamais rencontré ce mot-là ?

Voilà, j’espère que les liens indiqués répondront à la demande formulée, ils prouvent en tout cas, qu’au delà des grossièretés, la question soulevée par "marre" est une bonne question, pas si troll que ça : beaucoup de gens se la posent naturellement et ce n’était pas facile pour moi avant ces derniers jours où j’ai pris le temps d’écouter JP Archambault et farfouiller sur Framasoft autour du thème du Libre...

Sur ce, je retrouve mes fauves demain et il faut que je me remotive...

> ca ne m’etonne pas , le 2 novembre 2005 par Bibifri

Godwinisation : néologisme personnel (c’est cadeau)

Paragraphe inutile et délirant

On pourrait interpréter cela comme une variante du troll : l’objet du message d’origine étant non seulement de provoquer une enième polémique sur un sujet pourtant arch-connu : "les enseignants y foutent rien qu’à profiter des vacances où à se mettre en grève et patati et patata...." avec comme facteur aggravant le fait de ne même pas avoir l’excuse de n’être qu’un pauvre petit professeur des écoles de base soumis au stress du contact quotidien avec toute cette marmaille bruyante dont on se demande ma pôvre dame comment y z’arrivent encore à apprendre quelque chose avec .... (je continue ?) ;

mais aussi de parvenir le plus rapidement possible à ce que plus personne ne puisse reprendre le fil du débat.

fin du Paragraphe inutile et délirant

Dans ce cas, c’est raté nous avons vaincu le maléfice du point Godwin !

Merci pour ces liens que je vais illico parcourir et bon courage avec les marmots :-) :-)

> ca ne m’etonne pas , le 3 novembre 2005 par marre

Regarde les tous se soutenir les un les autres, il y a beaucoup de prof ont dirait sur ce site, la ils s’expriment pour defendre leurs "logiciels libres" par contre ils sont tous complices pour la fermer et envoyer les gamins dans le mur. Le principal c’est que le cheque tombe en fin de mois n’est ce pas ? Vous jouer les gens proches proche du peuple mais vous n’etes que de "petits" bourgeois. Et arrétez de prendre les gens pour des cons , c’est normal qu’un prof d’université qui vient 15 heures dans la semaine, en cm ecrit son cours ( cours qui d’ailleurs etant le meme d’une année sur l’autre ne doit pas lui demander beaucoup de préparation ) au tableau et se casse sans en avoir decroché une, percoive un salaire de 3000 euros Vous savez les etudiants que l’on emplois dans les universités ont acces a pas mal d’infos ,surtout les informaticiens. On ne parle pas des voyages soit disant " conferences" ou madame accompagne ", toujours aux frais de la princesse". Je reconnais que vous seriez cons de cracher dans la soupe !

Des logiciels payant c’est pas bien, mais, des p4 derniere generation blindés comme pour affronter deep blue qui ne servent qu’aux mails ou aux presentations, la , bizarrement, ca ne choque absolument personne !!!

Alors messieurs les donneurs de lecons, faite la promo de vos LL mais arretez de parler de liberté, de partage etc...on ne gagne pas sa liberté en tapant des lignes de code, quand au partage, c’est pas dur de partager le boulot des autres ...

Ca vous déplais mais bill gate fait travailler des millions de personnes et est LE plus grand donateur du monde ( c’est vrais il a les moyens) et ce dans tous les domaines , medecine , recherche , education, sa fondation soutien financierement des centaines de projets humanitaire africain, par exemple, l’electrification de quartiers de soweto.

Et les bobo du libre pendant ce temps qu’est ce qu’il font ?

Bon, je vous laisse a votre revolution, les rebelles d’operette !!!!

> ca ne m’etonne pas , le 3 novembre 2005 par Bibifri

"Ca vous déplais mais bill gate fait travailler des millions de personnes"

Et pas vous ? quel dommage ! Vous aviez pourtant la culture d’entreprise ;-) Mais il demande peut-être aussi quelques compétences ?

Vous voyez tout le monde peut donner dans l’amalgame et l’injure gratuite, pas besoin de se forcer beaucoup, mais cela fait-il avancer le schmilblic ?

Au fait, je ne suis pas enseignant et je gage que ceux qui se sont sentis visés par vos attaques ne sont pas non plus des mandarins profs d’université.

Bon c’est pas tout ça mais je retourne dans ma multinationale nourricière me faire castrer la productivité par le sévice informaclique (vous savez, ceux dont on n’a pas besoin de lire l’en-tête pour savoir que c’est un message de leur part, ils sont tous classés "priorité haute").

P.S le premier lien qu’on a cité est mort, semble-t’il.

> ca ne m’etonne pas , le 3 novembre 2005 par alcidi

si tu défends les logiciels propriétaires , que viens tu faire ici ? Les profs de Fac ne sont pas les seuls professeurs, ils sont même plutôt minoritaires, et de plus leur principale fonction n’est pas l’enseignement mais la recherche. C’est pour cela qu’il donne très peu d’heures de cours, mais beaucoup d’heures à la recherche. PS : je gagne 2100 euros par mois ma femme est au chômage sans indemnités, c’est vrai que je suis un bourgeois.

> ca ne m’etonne pas - (troll ou pas...) , le 3 novembre 2005 par Ekel

Bonjour,

A mon tour, en tant qu’enseignant, de prendre la parole.

Marre, tu penses être bien renseigné parce que tu es informaticien, mais vraiment tu fais fausse route.

Je suis enseignant depuis 11 ans maintenant et je ne gagne pas ma vie du tout. (J’aurais pu, si je l’avais voulu être Ingénieur Sécurité ou Responsable Environnement dans une grosse entreprise). Mais la formation des jeunes était mon truc. Je n’ai pas passé de concours (ni CAPES, CAPESa, PLP2) et d’ailleurs, je ne peux même pas revendiquer le titre de professeur, car je n’ai été que MA puis depuis peu Adjoint d’Enseignement dans le secteur agricole.

Alors nanti, je ne pense pas l’être.

Mon public : des jeunes filles perdues par la société, qui ont besoin d’une aide qui dépasse le cadre des cours de mathématiques et sciences que je leur propose.

Certes, je ne suis sensé travailler que 20 heures par semaine en face à face élèves, mais pour une heure correcte de cours, j’en passe plus de 2 en préparation de cours (je n’utilise pas comme tu le penses les mêmes cours d’une année sur l’autre !), d’évaluation (ce ne sont pas non plus les mêmes !), une pour chaque correction. En plus de cela, il y a des remplacements à faire, des études à surveiller, des rapports de stage à relire, des réunions avec l’équipe pédagogique, les parenst à assurrer.

Tu es intelligent, je te laisse faire les calculs.

Ajoute à cela que j’ai 8 classes (du niveau Quatrième à BTa), soit 163 personnalités différentes, avec 163 vécus différents (et tout aussi intéressants !).

Mais la seule différence entre ton "monde" et le mien, c’est que je l’ai choisi. Je ne me plains pas des difficultés de mon "monde", elles font partie du lot ! Je me suis battu pour l’obtenir et je l’assume (avec difficultés parfois, certes). Mais surtout, je n’agresse pas les autres gratuitement pour me défouler !

Tu n’es pas heureux chez IKéa ? C’est fort dommage, mais ne viens pas ici vider ton sac ! Change de boulot...

Personne ici n’aurait la mauvaise idée d’aller sur le site Ikéa et critiquer, insulter les gens qui y travaillent.

Cordialement.

> ca ne m’etonne pas -lien mort- , le 3 novembre 2005

Bonjour, Je viens de rentrer, je lis les messages —> lien mort ? Ah ? J’essaie, c’est vrai... Je tape l’adresse, ça marche ! J’ai trouvé... normalement à l’édition j’aurais du avoir : url -> url et j’avais url -> xxx Et l’appui sur le lien donnait comme adresse dans la barre d’adresse http://www.framasoft.net/xxx.. Je rectifie donc, ça vous évitera le copier/coller dans la barre d’adresses : http://www.framasoft.net/article1906.html

Quant à "marre", je n’ai pas le temps de répondre et je ne crois pas que ce soit le lieu... Je verrais plutôt ouvrir un fil de discussion sur la Framagora dans la zone LL, ou s’il s’agit de parler du prof de son rôle de son travail, dans le "café du commerce"... Allez "marre", chiche ? Je veux quand même lui dire que mon salaire astronomique n’est pas un secret, c’est celui d’un prof certifié au 11e échelon, c’est dire s’il est considérable... Et pour ce salaire, je fais un "BI-temps" puisque j’assume "bénévolement" -je dispose de 3 h de décharge pour ça- de la charge d’AIPRT (Animateur Informatique Personne Ressource Technique) de mon Collège et que je cours à droite à gauche toute la sainte journée (y compris pendant les récréations), quand on ne me fait pas sortir de ma classe pour régler un problème urgent...

Roncevaux, profiteur du système depuis 35 ans...

-----> Roncevaux

> ca ne m’etonne pas , le 3 novembre 2005

Merci pour la rectification du lien :-)

Bibifri, salarié dans le privé pour encore environ 150 journées de travail effectif (11 mois calendaires, eh oui le calcul des congés payés, RTT et récupérations diverses donne ce chiffre là ;-) ) au profit de mon employeur, rescapé de 6 restructurations, bientôt rentier (c’est comme ça qu’on dit) pendant 5 ans de bonus dûs aux 20 ans de 3/8 en raffinerie et unités pilotes et enfin retraité ..... actif je l’espère dans diverses associations qui pourront s’exprimer Librement.

Je suis sans fausse modestie fier d’avoir encore pendant cette période à finir de former mon "successeur" (au risque de provoquer l’ire de "m...e") sous la forme d’un apprentissage (au niveau licence pro, ça se fait maintenant), ce qui tend à prouver que le poste que j’ai tenu n’a pas été galvaudé, aurai-je donc la faiblesse de penser.

Je ne parle pas des stagiaires (tant décriés) que j’ai encadrés et qui ont tous trouvé un emploi stable, sans préjuger de celui que je coacherai encore au printemps.

Cela explique-t’il mieux une tendance à ne pas vouloir opposer systématiquement le monde de l’entreprise avec celui de l’enseignement ?

Pour autant mon militantisme de parent d’élève, mes 12 années de DDEN et mes 5 années de collaboration bénévole sur divers projets avec mes amies enseignantes (j’ai laissé la place dès l’arrivée des emplois jeunes, cela va sans dire) n’ont jamais été suspectés de complaisance avec les faiblesses structurelles du système ni les petites lâchetés personnelles qui sont le lot de toute corporation (mais particulièrement intolérables dès qu’on parle d’enfants).

En tant que père je dois aussi assumer la charge de 2 jeunes adultes qui n’ont pas encore réussi à s’insérer dans le circuit professionnel de cette société de merde que NOUS leur avons concocté. Pour prix de cette honte collective je supporte stoïquement les cotisations sociales qui me sont imposées, oui je suis "petit bourgeois nanti" j’ai un boulot.

Mais pour ce qui est d’être un "rebelle friqué etc .... etc......." je pense qu’on se trompe de combat, là !

Je ne pense pas qu’une société libérale et anti-étatique, c.a.d. la pure et simple application des "lois du marché" soit la voie par laquelle s’autorégulera cette déplorable situation, je serais pour ma part tout à fait favorable à un renforcement des pouvoirs des cours des comptes afin de mettre fin à des abus tels que vous les décrivez, ainsi que tant d’autres que vous ne citez pas (empocher de l’argent public avant de restructurer, ça fait aussi partie des clichés ?)

@ +

> ca ne m’etonne pas , le 5 novembre 2005 par Zoliv

Moi j adore le Libre ! je fais la maintenance de logiciels graphiques dont les licenses coutent entre 200 et 50 000 €, plus une jolie somme à l’année ! Quand je trouve une truc sympa sur un soft libre pour les travaux graphiques, je dis au pôtes, allez utilisez donc Gimp ou Wings3D, au lieu de pirater des trucs comme des malades, de vous mettre en porte à faux avec la lois ! Par contre les gens qui critiquent les mêmes logiciels Libres, je leur dis : "Allez sur les forums et posez vos questions postez vos remarques ! Des Développeurs, il y en a enormément de part le monde, et beaucoup d’entre eux ont l’esprit ouvert !! Le libre fait avancer les technologies, ouvre des perspectives en terme de marché, de flexibilité. Il prévient la non prolifération de monopoles, Il contre les accords tacites passés entre grosse boite (Voir Itune et sony pour la lecture de la musique). Il ouvre des reflexions sur l’avenir, l’utilité de l informatique, bouleverse les grosses boites de logiciels en terme de stratégie economique (Comme "petitMou", Oracle, ..). Le libre réponds à la plupart des besoins des entreprises, (Qui bien souvent achètent des locgiciels bien connus pour en utiliser 20% des capacités pour les utilisateurs les plus exigents, et curieux). Economiquement ca n’est pas vraiment rentable ! Quant aux logiciels libres dans l’Eductaion nationale, personnellement je dis bravo ! D’une part parce le contribuable paie les logiciels et le matériel ( il me semble que ce sont les collectivités territoriales qui financent ???? pardon si je me trompe ! ) Mais en plus, je ne suis pas pour que l’Ecole fasse la promotion des certaines marques. je pense qu’elle doit rester neutre. Au fait, j’ai entendu dire que la gendarmerie nationale avait adopté OpenOffice il y a un petit moment ... quelquechose à dire sur les gendarmes ? ;-)))

> ca ne m’etonne pas - Version Gie ! , le 7 novembre 2005 par Ekel

Bonjour,

Effectivement Zoliv la Gendarmerie se met à OOo. Mais je ne sais pas s’ils ont passé tous leurs modèles et autres systèmes de "gestion" en libre.

Mais le plus surprenant, c’est que beaucoup d’anciens de l’Arme sont passés à Linux également ou semblent prêts à le faire !

Je connais bien ce milieu en effet.

ca ne m’etonne pas , le 23 novembre 2005 par marre

Je constate que la plupart de mes posts ( derangeants ? ) ont ete supprimes , c’est bien ce que je pensait, on a pas la meme notion de liberte.

Quand au nombre de reponses issues du milieu enseignants, cela confirme mon opinion, c’est pas dure de jouer avec l’avenir des "autres" quand on est abonné a l’emploi a vie.

Bon je vous laisse, les "rebelles" du net, en tous cas vous m’avez conforté dans mon opposition aux logiciels libres !

PS : je ne bosse pas chez ikea et je gagne relativement bien ma vie, mais je pense aux autres moi !

-----> nts

ca ne m’etonne pas , le 23 novembre 2005 par RNB

Bonjour.

Je constate que la plupart de mes posts ( derangeants ? ) ont ete supprimes , c’est bien ce que je pensait, on a pas la meme notion de liberte.

De quels posts parlez-vous ? J’ai été vérifié les archives des discussions de cet article et n’y ai vu aucune suppression.

Amicalement

ca ne m’etonne pas , le 30 juin 2006 par VV666

Marre est ce que l’on appelle un abr***, il vois le mal chez les autres mais pas chez lui. C’est facile lorsqu’on gagne bien ça vie de critiquer le libre et acheter les licences microsoft. Moi je suis étudient et je peux pas me le permettre avec mes 1000€ à 2 à Paris dans 19m²...Mais bon passons.

Ceci dit, le libre fait vivre et peut être le support de logiciels "payant". Pour preuve, je suis étudient, et je vais surement participer au dévéloppement d’un logiciel qui sera commercialiser, et celui-ci tournera sous : Linux. Donc, rien n’est incompatible. Et pour en revenir à Marre, j’ai eu une scolarité difficile, et les seuls qui m’ont aidé, ce sont une bande de glandeurs enseignents. C’est aussi, un glandeur enseignent, qui bien qu’il ne soit pas de ma famille, me paye mes études...et tous ça gracieusement, pour m’aider. Tu donnerais toi, le 1/3 de ton salaire à un gamin qui à aucun lien avec toi uniquement pour qu’il se paye des études que ces parents ne peuvent pas lui payer ???? (sans AUCUNE contre partie...)

Si oui, j’attends ton chèque...

Répondre à ce message

>La route est longue, la voie pas toujours libre... , le 29 octobre 2005 par elrik (1 rép.)

Pour avoir fréquenté certains "responsables" informatiques dans l’EN, je sais qu’il reste beaucoup de chemin à faire pour faire évoluer certaines mentalités, certaines pratiques.

Pudiquement, M. Archambault évoque des "résistances" dûes aux compétences, aux problèmes de "pouvoir"... Il y aurait pourtant de quoi faire une conférence sur ce seul sujet...

Un exemple : certains formateurs préconisent l’usage de Dreamweaver2, au lieu de Nvu. Un des arguments évoqués : Dreamweaver2 délivre un code propre...

Bon courage, M. Archambault !

> La route est longue, la voie pas toujours libre... , le 30 octobre 2005 par Bibifri

Et pour peu que je me souvienne, Dreamweaver2 ne fut-il pas un des premiers editeurs de pages web quelque peu "efficace" à devenir "gratuit" parce que distribué dans une revue avec sa clé de déblocage. Pour être moi-même resté longtemps fidèle (et encore l’utiliser) à la version 3.0 du partagiciel Web Construction Kit dont l’achat ne trouait certes pas mon budget et par ailleurs pour connaitre aussi les réflexes conservateurs de "certains personnels de l’EN", cette simple explication du conservatisme ne me surprendrait pas. Du moment que c’est gratuit !!

J’e pense être comme vous assez réaliste sur le sujet, ayant été plus de 12 ans DDEN et avoir animé bénévolement chaque semaine le samedi matin l’atelier informatique d’une école primaire de 1990 jusqu’à l’arrivée des emplois-jeunes où j’ai passé la main (+ quelques expériences annexes).

Même en ces temps reculés lesdits "responsables" de l’EN ne rendaient les armes que devant l"évidence de l’efficacité des solutions alternatives proposées (à l’époque gratuiciels et partagiciels, le LL ne s’étant pas encore répandu sur la planète Microsoft), quitte quand même parfois à les reprendre à leur compte sans vergogne (c’est ça le "facteur humain" et il n’est pas spécifique à l’EN !)

Le contexte a radicalement changé avec les OS et LL qui maintenant retirent toute mauvaise excuse à cet immobilisme, réjouissons-nous en et souhatons bonne chance à ceux qui feront tomber les barrières " au quotidien" (les petits ruisseaux etc.....)

Répondre à ce message

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 29 octobre 2005 par Robin (1 rép.)

Pour un fichier 60 fois plus petit, prenez l’audio :)

-----> l’audio de la conférence

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 1er novembre 2005 par Jérôme

Le fichier audio proposé en téléchargment a .spx pour extension. Avec quel logiciel peut-on lire ce genre de fichier audio ?

Répondre à ce message

Quel dommage... , le 25 octobre 2005 par mpop (3 rép.)

Dommage que le lecteur soit sous licence CC-by-NC-sa... Ça aurait été un bon complément au lecteur audio de l’ami Dew, le dewplayer, sous licence CC-by-sa (pas de clause restrictive NC).

> Quel dommage... , le 26 octobre 2005 par pyg

Et le framaplayer, il est pas libre peut être ;) http://framaplayer.keonox.com/ et http://www.sourceforge.net/projects/framaplayer/

Il est effectivement dommage que ce lecteur video ne soit pas libre, pourtant, cela ne demandera que quelques heures de travail pour en faire un equivalent full libre à qq1 ayant des connaissances Flash. Un jour peut être un FramaVideoPlayer ? ;)

> Quel dommage... , le 26 octobre 2005 par mpop

Le lecteur de framasoft est peut-être libre, mais il est pas joli d’abord. (euh c’est pas une attaque : les goûts et les couleurs, tout ça hein !)

Question d’usages , le 26 octobre 2005 par mpop

Mais en fait, plus que l’aspect esthétique, c’est surtout que j’aime bien la simplicité du lecteur mp3 de dew. Pas de fioritures, pas de playlist, etc. Réservé à un usage limité, mais justement bien adapté à ce genre d’usages (genre dans un billet sur un blog : écoutez donc cet extrait, et hop, la barre du player, et c’est tout bon).

Répondre à ce message

Petit bug ? , le 25 octobre 2005 par mpop (0 rép.)

J’observe un décalage du son assez génant... par exemple d’une seconde pleine. Du coup l’image semble assez surréaliste.

PS : Ubuntu 5.10, firefox 1.0.6 avec FlashPlayer, et Rhythmbox lancé (musique en pause).

Répondre à ce message

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 25 octobre 2005 par moa (2 rép.)

Et surtout merci aKa

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 25 octobre 2005 par aKa

Ben j’ai pas fait grand chose sur ce coup là, sauf à penser que ça pouvait être utile au néophyte que de proposer les vidéos aussi au format flash.

Si on commence les remerciements, alors :

  • A tout seigneur... JP Archambault
  • Les organisateur de la journée LL et éducation
  • Les réalisateurs de la vidéo

Et chez nous (Framasoft)

  • Pyg pour la convertion flash
  • Korova08 pour la présentation

> Les logiciels libres et l’Éducation - Une conférence de Jean-Pierre Archambault , le 5 novembre 2005 par Zoliv

Merci pour ces videos et cette conférence... Quant à la lecture, je me suis régalé avec FireFox, Sans soucis !

Répondre à ce message

Interessant , le 25 octobre 2005 par moa (0 rép.)

Je commençais à en avoir marre d’expliquer et reexpliquer (essayer en fait) la problematique à tout mon entourage. Ca va me facilité la tache (surtout avec des vidéo :))

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

her eyes her eyes
Creative Commons BY-SA