DRM, car nous sommes tous des délinquants

Poster un message

DRM, car nous sommes tous des délinquants

23 février 2006,

Est-ce vraiment applicable ?

Parler de métier vieillissant pour les éditeurs de disques me semble tout à fait justifié ; et justement les moyens de contrôle que proposent ces éditeurs comportent déjà les germes de leur inefficacité future.

A produits obsolètes, protection inefficace !

En effet, les éditeurs de musique comme de logiciels s’appliquent depuis une bonne dizaine d’années à écouler pour seuls produits des versions reconditionnées de ceux que les consommateurs connaissent déjà. D’une part, les numéros de version des logiciels connaissent une inflation sans lien avec une réelle amélioration des services, quitte à briser la compatibilité ascendante pour rendre le produit néanmoins indispensable. D’autre part, une part considérable des disques vendus sont des rééditions, quelquefois "remasterisées" (c’est-à-dire même pas remixées), de classiques de différents styles. Dans ces deux domaines, faire du neuf avec du vieux semble la principale règle de rentabilité, car l’investissement dans l’innovation ET dans la pub est un risque inacceptable.

Pour cette même raison, la plupart des produits artistiques "rentables" sont déjà copiés, en toute légalité. Et, à l’opposé, réaliser des oeuvres d’art et des logiciels audacieux nécessite souvent de rompre avec le circuit commercial pour avoir une chance de les diffuser.

A l’autre bout de la chaîne, le consommateur a été jusqu’ici encouragé à acheter CD et DVD parce qu’il pouvait les copier jusqu’à la nausée sans perte de qualité appréciable.

Qui achèterait un "windows" qui ne lirait pas ces vieux MP3 qui circulent partout ? Qui acheterait une 72e version de "I will survive" qu’il ne pourrait pas mettre sur son lecteur portable, celui de sa voiture, sur la chaîne du salon, dans sa compil de vacances, sur la sono de sa soirée anniversaire chez son cousin, dans son autoradio, sur son téléphone, donner à son père, sa mère, ses frères et ses soeurs, etc ... ?

Essayer, par la contrainte légale et technique, de réduire "cet abus", c’est encourager le consommateur à garder les vieux produits et à s’en tenir à ses "vieux" MP3, CD, DVD, Winchose XP, Emiaule, bref à tout ce dont il peut abuser, ou à profiter des moyens de copie sauvage qui ne manqueront pas d’apparaître.

En revanche, il n’apparaît pas probable que Microchose ou Sonny Muzak se mettent à produire quelque chose d’assez révolutionnaire pour être acheté malgré les contraîntes des DRM. Ils ne savent pas le faire et doivent justement leur succès passé et leurs déboires présents à leur conservatisme. Il se pourrait même que les consommateurs trouvent un intérêt nouveau aux produits indépendants, parce que "l’abus " dans ce domaine, fait vivre ces produits.

Après une dizaine d’années de replâtrage de produits obsolètes, je pense donc que ces gens très intelligents, et politiquement forts, se préparent à une décision qui les menacera plus que jamais de faillite.

Titre du message

Texte du message

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Captcha Anti-Spam

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Merci de votre participation

Informations complémentaires

C'est-à-dire

Bien choisir son titre est très important en particulier lorsque vous lancez un nouveau message.

Les adresses emails apparaissent "cryptées". C'est un cryptage sommaire et un peu contraignant puisqu'il remplace l'arobase par trois caractères aléatoires, "open@office.org" devient "open h6Y office.org" mais c'est deja une bonne barrière contre le SPAM.

Merci de rester courtois, de garder un oeil sur l'orthographe et de ne pas abuser des majuscules et du langage SMS.

Informations générales

Juste une image

Solar eclipse near Granada, 3 October 2005 Solar eclipse near Granada, 3 October 2005
Creative Commons BY