linux = mauvais, ou le troll de l’été ?

Poster un message

linux = chagrin, pitié, révélations

3 avril 2006, merlin

En esquisse de réponse à cette interrogation "Pourquoi Framasoft ne ferme pas ce forum etc..." une autre question. Et si les gens de Framasoft pensaient qu’il y avait vraiment quelque chose de pertinent ou d’utile dans ce texte/troll ? En tout cas bien vu : nous sommes quelques uns à mériter la pitié de ce lecteur, quelle que soit notre pointure... En effet, nous provoquons un peu. Pourquoi ? Parce que le fond du problème est le suivant : il est très bien expliqué par Ian Murdoch dans la définition de la Debian et encore plus dans le texte dit "de Luc 2" que peu ici semblent avoir lu. Linux est un projet social. Ce n’est pas un moyen d’économiser un peu sur nos dépenses de logiciels (comme quand on achète en hard discount en pleurant sur l’emploi en France ou quand on part en vacances dans le tiers-monde en charter en pleurant sur les malheurs des désespérés de l’immigration). Il s’agit d’être - indépendamment de la pente marketing du monde actuel vers l’uniformité et le moulage culturel - d’être disais-je DE MEILLEURS HUMAINS. On ne le devient pas avec un T-shirt "peace and love", "à bas la mondialisation", pas plus qu’on ne le devient en téléchargeant Ubuntu pour pouvoir télécharger ensuite des divx ou des MP3 : afin de ne pas payer... Le problème que nous soulignons est d’actualité et même assez crucial. Linux est un projet social issu d’un monde où la pensée commune répandue en France, plutôt orgueilleuse d’ailleurs, passe pour une inconcevable barbarie morale. La France est le pays où le civisme N’EXISTE PAS à l’état naturel. Les projets sociaux en France sont d’une incommensurable contradiction : on veut tout MAIS sans payer et sans efforts (le capitalisme ET le communisme, la sécurité financière ET la performance économique, l’emploi MAIS pas le travail, j’en passe). Un projet social comme linux révise les conceptions habituelles : ce n’est pas une alternative à Microsoft, c’est une alternative au mode de rémunération de l’effort intellectuel et en même temps une tentative d’introduire la "bio-diversité" salutaire dans une société où la révolution des échanges globaux électroniques conditionne notre culture et notre liberté. Microsoft n’a rien à voir avec ça. Cette société réalise de très bons produits qui ont une valeur économique fiable et une valeur marchande individuelle raisonnable. Un projet linux c’est quelque chose comme "comment puis-je organiser mon rapport aux autres pour être dans une logique d’échange équitable lorsque j’utilise des ressources électroniques ?" C’est donc une réflexion sur la façon de payer. Pas sur la chose mais sur son prix. Ce qui peut se faire en aidant (merci à ceux qui le pratiquent naturellement), en contribuant (reconnaissance à ceux qui développent), en acceptant les difficultés, etc. Or c’est pile là que nous souhaitons appuyer - parce que ça fait un peu mal : il ne s’agit pas non plus d’être masochistes. Linux est encore très mal fait dans ses versions réalisées par les équipes communautaires et peu utile dans ses versions réalisées par les entreprises commerciales. Or linux est une pâte à modeler : il faut fabriquer son outil comme Oetzi, l’homme des glaces, fabriquait son arc et ses flèches. Ce n’est pas normal. Pas la peine de nous engueuler en disant que tout est parfait : ce n’est tout simplement pas vrai... Nous ne voulons pas être Oetzi ! Et nous ne vous le souhaitons pas.

L’informatique ce n’est pas avoir à réinventer la roue à chaque fois. Il faut de vrais outils à faire les outils : demandez-vous combien il y a de freeware réalisés avec Visual C++, Borland Builder etc pour Windows : plusieurs milliers voire dizaines de milliers toutes langues confondues. Avec linux, vous pouvez espérer au mieux avoir une centaine d’applications pertinentes. (Nous n’appellons pas une application un script bash ou perl, nous n’appellons pas pertinente dans le cadre d’un PROJET SOCIAL un outil dont l’accès réclame l’analyse de dizaines de pages de commentaires laconiques autour de la notation Backus Naur employée dans telle ou telle commande).

[En annexe : pour en finir avec les donneurs de conseils glorifiant Apple. Sachez qu’il n’y a probablement pas eu d’entreprise plus inhumaine qu’Apple dans ses rapports avec ceux avec qui elle a travaillé ! Demandez-vous comment on accède au droit de développer sur Mac, demandez-vous comment ont été traités des gens comme Wozniak par Jobs lui-même, des gens comme les équipes de développement de Claris quand Jobs a décidé d’arrêter certains softs labellisés Apple, comment Jobs lui-même a trouvé l’idée du Mac, où et quand, et comment il a traité ceux qu’il avait chargés de réaliser l’idée ainsi piquée aux autres.]

Le message de Luc 2 est une revendication pour un effort "lucide" vers le renoncement à croire que linux est une aubaine commerciale et vers la revendication d’une VRAIE informatique libre et communautaire où les composants seraient comme des briques intelligentes : je prends ce dont j’ai besoin, j’en fait un bel objet aisé et en plus j’en mets une copie en partage ("J’enrichis ainsi mes prêteurs qui deviennent plus intelligents" - Léo Ferré, "Et basta", 1972).

Cette idée est contenue dans le projet Squeak (un smalltalk avec un pied dans le libre et l’autre dans le monde de l’économie marchande). Seulement squeak - ce lego de l’intelligence informatique - est aussi un monstre de complexité. Voilà donc le paradoxe : linux sera une révolution si nous acceptons de revendiquer autre chose que la facilité ou une gratuité idiote. A savoir un modèle de développement ouvert dégraissé de sa tentative pour ressembler à Windows, dégraissé de sa prétention à faire un poste de travail avec un vieux système conçu pour faire tourner (parfaitement d’ailleurs) des serveurs à haute disponibilité. Ce forum est peut-être un labyrinthe, ne soyez pas les rats de l’expérience. Essayez de "reforger" vos outils avec les vieilles lames de linux. Ne nous dites pas sans cesse qu’avec Ubuntu vous êtes enfin heureux. Ce n’est probablement même pas le but de leur propre expérience. Méfiez-vous du train des utopies. Traversez plutôt les voies à petits pieds !

Titre du message

Texte du message

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Captcha Anti-Spam

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Merci de votre participation

Informations complémentaires

C'est-à-dire

Bien choisir son titre est très important en particulier lorsque vous lancez un nouveau message.

Les adresses emails apparaissent "cryptées". C'est un cryptage sommaire et un peu contraignant puisqu'il remplace l'arobase par trois caractères aléatoires, "open@office.org" devient "open h6Y office.org" mais c'est deja une bonne barrière contre le SPAM.

Merci de rester courtois, de garder un oeil sur l'orthographe et de ne pas abuser des majuscules et du langage SMS.

Informations générales

Juste une image

Dhaka, Bangladesh Dhaka, Bangladesh
Creative Commons BY