L’encodage des oeuvres numériques, un nouveau Big Brother ?

Poster un message

L’encodage des oeuvres numériques, un nouveau Big Brother ?

5 juillet 2006, Yves

Au fond, il me semble que ceux qui sont derrière toutes ces manoeuvres liberticides oublient une chose pourtant fondamentale, un adage aussi vieux que le commerce : le client est roi...

Peut-être revient-il alors aux consommateurs que nous sommes de le leur remettre en mémoire, au point que les pontes des majors ne pensent plus qu’à ça, et cessent de s’échiner à créer un monde où ils décident ce qu’on peut faire ou pas avec les créations artistiques - l’essence même de la liberté.

Le moyen ?

D’une simplicité déconcertante : le boycott.

Arrêtons de surconsommer et prenons le temps de redécouvrir tous les disques et films qui traînent dans nos armoires, et que nous n’avons plus écoutés ou regardés depuis si longtemps. Au bout de quelques semaines ou mois à ce régime, les patrons des majors deviendront verts à regarder leur chiffre d’affaire fondre comme un CD passé au four...

Non ?

Titre du message

Texte du message

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Captcha Anti-Spam

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Merci de votre participation

Informations complémentaires

C'est-à-dire

Bien choisir son titre est très important en particulier lorsque vous lancez un nouveau message.

Les adresses emails apparaissent "cryptées". C'est un cryptage sommaire et un peu contraignant puisqu'il remplace l'arobase par trois caractères aléatoires, "open@office.org" devient "open h6Y office.org" mais c'est deja une bonne barrière contre le SPAM.

Merci de rester courtois, de garder un oeil sur l'orthographe et de ne pas abuser des majuscules et du langage SMS.

Informations générales

Juste une image

Pakistan Pakistan
Creative Commons BY