• Auteur : Aaron J. Seigo (Traduction : JokoT3 & al.)
  • Date : 11 avril 2005 (6 mai 2005)
  • Licence : "Verbatim" link_license
  • Site : URL d’origine du document

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ?

Voilà un débat qui ne risque pas de s’épuiser. Nous l’avions abordé il y a bien deux ans maintenant du côté des utilisateurs [1]. Il avait ensuite rebondit (dans nos "colonnes") avec deux textes soupesant le pour et le contre [2]. De quoi s’agit-il ? Simplement de l’affrontement de deux points vues concernant la création et la diffusion de logiciels Open Source sur un système d’exploitation propriétaire...

Pour les uns, le développement de programmes libres sur un système d’exploitation tel que Windows est contre-productif car il ne fait que renforcer la position dominante de Microsoft. Pour d’autres, c’est un formidable tremplin de découverte qui finira par convaincre les utilisateurs de passer du "bon côté de la force", à savoir adopter un système d’exploitation libre comme Linux ou BSD.

Aaron J. Seigo, programmeur sur KDE [3], appartient à la première catégorie. Inquiet du "gaspillage d’énergie" que représente le développement de logiciels Open Source sur une plate-forme propriétaire, il a argumenté en détail les risques encourus selon lui par la communauté du libre dans un billet de son blog écrit le 08 décembre 2004.

Nous publions ici une traduction française de ce texte [4]. Elle sera suivie par la réaction d’un responsable de KDE qui répond point par point aux inquiétudes de A. J Seigo.

J’ai déjà évoqué de manière informelle les idées que vous êtes sur le point de lire, mais je pense qu’il est nécessaire de les souligner. Nous sommes à un tournant dans l’histoire du logiciel libre, et nous n’aurons peut-être pas l’occasion de revenir en arrière, tandis que KDE, Mozilla et OOo font une percée déterminante sur win32.

Tout au long de votre lecture, veuillez garder à l’esprit que mon propos n’est pas de diaboliser le développement de logiciels pour Windows. Je parle exclusivement des logiciels libres adaptés pour Windows (et pour MacOS X également, dans une moindre mesure).

Les applications : la clé de la réussite

Toutes choses égales par ailleurs (ce n’est pas le cas, mais c’est une autre histoire), la grande majorité des utilisateurs choisit son système d’exploitation en fonction des applications disponibles pour ce dernier.

Ce comportement n’est pas modifiable, car c’est grâce aux applications que l’on obtient un résultat, que ce soit la création d’une feuille de tableur où jouer à un jeu. Si les applications souhaitées par les utilisateurs sont disponibles sous Windows, ils resteront accrochés à Windows. Inversement, si les applications qu’ils veulent n’existent que sous Linux/BSD, ils finiront par utiliser Linux/BSD.

En adaptant les logiciels libres à Windows, on augmente le nombre d’applications intéressantes sur cette plateforme. Puisque la disponibilité des applications est un facteur clé dans l’utilisation d’un système d’exploitation, nous pouvons facilement poser l’équation suivante : s’il y a sous Windows les applications Microsoft en plus de toutes les applications libres tandis que les systêmes Linux, BSD, etc. ne bénéficient que des applications libres, pourquoi quiconque un tant soit peu raisonnable voudrait basculer vers Linux ou BSD (et encourir des coûts de formation et de migrations de données), alors qu’il a déjà toutes les applications dont il a besoin et toutes celles qu’il pourrait souhaiter devant lui ? Rien ne justifierait une telle migration. Rien. Donc personne ne le fera.

Pour comprendre ce qui se passe, considérons un exemple qui fait les gros titres d’aujourd’hui : Firefox

Firefox : Permettre aux utilisateurs de Windows... d’utiliser Windows

Je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que Firefox montre aux utilisateurs de Windows une échappatoire au cauchemar sécuritaire et au désert fonctionnel qu’est Internet Explorer de Microsoft. Du moins, Internet Explorer tel qu’il apparaît en 2004. Firefox fait cela tout en permettant aux utilisateurs de rester sur la plateforme Windows. En attendant, Microsoft ne transpose aucune application sur Linux/BSD, et il ne commencera pas de sitôt. Ainsi commence le déséquilibre des applications...

Observez les utilisateurs de Firefox sous Windows. Combien d’entre eux déclarent « Je suis tellement impressionné que je vais passer à un environnement libre » ? Quasiment aucun. Nous sommes trop nombreux, dans la communauté de l’Open Source, à rester accrochés à un espoir naïf : que les consommateurs de technologie tirent les conclusions qui s’imposent. Or ces derniers n’en ont aucune envie ou sont même incapables de le faire.

Plus nous transposerons de logiciels sous Windows, plus nous renforcerons le déséquilibre d’applications disponibles tout en encourageant l’utilisateur paresseux à rester sous Windows. Si les utilisateurs avaient un choix à faire entre Windows et Linux (ou BSD) quand il est question d’avoir accès à de meilleures applications, ils se retrouveraient plus motivés à changer. Et ils changeraient.

Regardez : pourquoi pensez vous qu’Apple investisse tant dans leur suite de programmes iApp ? Et pourquoi Apple était-il si hésitant à transposer Itunes sous Windows ?

Ceci implique qu’il existe un côté négatif pour l’Open Source dès que les utilisateurs restent attachés à Windows. Quel est ce côté négatif ?

Le côté négatif

Aussi longtemps que Microsoft peut garder les gens sous Windows, ils auront le temps nécessaire à l’amélioration de leurs applications et surtout de la couche logicielle primaire. Cette couche intègre le noyau, les librairies système et les composants d’application qui permettent à leurs propres logiciels de s’intégrer et de s’exécuter mieux que ceux de la concurrence. Ils procédaient déjà ainsi auparavant pour couper l’herbe sous le pied de concurrents comme Lotus 1-2-3 et DR-DOS et ils le feront encore. C’est trop facile et trop évident pour ne pas être fait.

Comme Firefox prend des part de marché à IE, Microsoft ne répondra pas uniquement avec des innovations pour Internet Explorer mais également en investissant dans le système d’exploitation et l’environnement qui permettront à Internet Explorer de prendre un avantage incontestable sur Firefox. Les gens se tourneront une fois de plus vers IE, et Firefox vivra la même débandade qu’a connu Netscape. Pire, le projet Mozilla ne sera pas capable d’organiser une réponse significative car ils n’ont pas accès au terrain de jeu (la couche logicielle primaire) sur lequel Microsoft les aura battu. Vous ne pouvez faire un match sur un terrain de jeu dont vous n’avez pas l’accès.

C’est pourquoi Firefox a besoin de Linux/BSD pour survivre à long terme : nous n’essayons pas de tuer Firefox, mais surtout nous n’avons pas la possibilité de tuer Firefox même si nous le voulions.

Avec Windows, c’est une autre histoire. Aussi longtemps que Microsoft contrôlera l’ensemble de la technologie Windows (et ils ne s’en dessaisiront jamais) ils auront l’ultime possibilité d’écraser à loisir la concurrence de tout logiciel tiers qui sortira sous Windows. Puisque les souffrances de millions d’utilisateurs Windows sont atténuées par l’utilisation de Firefox, on a donné à Microsoft les coudées franches dont ils ont besoin pour améliorer leurs produits, sans que les utilisateurs éprouvent le besoin de quitter l’environnement Windows le temps de ces améliorations.

En rendant des logiciels compatibles avec Windows, on élimine la majeure partie de l’avantage compétitif des environnements libres aux yeux de l’écrasante majorité des utilisateurs ; pendant ce temps Microsoft a tous les atouts dont il a besoin pour nous claquer de nouveau la porte au nez. Nous avons baissé notre garde pendant que nous consacrions nos efforts à renforcer les positions de notre adversaire.

Pendant ce temps, nous nous tirons une balle dans le pied...

Ce qui rend la situation encore plus dramatique, c’est qu’en aidant les gens à rester sous Windows, nous amenuisons les chances de les voir s’impliquer et de contribuer en retour pour la Communauté. Ceci parce que les outils pour ce faire sont relativement rares sous Windows. Combien d’utilisateurs Windows possèdent des debuggers, des compilateurs, ou même reçoivent des incitations à « être impliqué et contribuer » de la part de leur distributeur principal de logiciel (Microsoft) ? Pour comble, des ressources qui pourraient être utilisées pour rendre les applications Open Source plus attrayantes sont gaspillées à rendre Windows plus attrayant en lui offrant les meilleurs logiciels.

Microsoft nous doit un grand « merci » quand on y pense : nous leur donnons l’opportunité de réagir sur le terrain de jeu où ils sont les plus efficaces tandis que nous limitons nos propres ressources.

Qui a besoin d’amis ?

Cette « stratégie » assure aux environnements libres de ne rester qu’à 5 % de part de marché. Ceci se traduit aussi par un intérêt négligeable des éditeurs de logiciels pour les environnements Linux/BSD. Par conséquent, ceci veut dire moins de logiciels, ce qui implique encore moins de raisons pour les gens d’utiliser des systèmes d’exploitation Open Source. Entendez-vous s’approcher le bruit des dominos qui s’écroulent en chaîne ?

Les Logiciels Libres adaptés à Windows représentent une situation sans issue pour l’Open Source, mais les environnements Open Source basés sur des systèmes d’exploitation Libres sont la solution. C’est maintenant à nous de choisir notre chemin et de le choisir soigneusement.

Aujourd’hui, je contemple kdelibs/win/ et je me sens de plus en plus concerné.

[1] Lire Framasoft contre-productif ? Ou le meilleur des deux mondes. NdE

[2] Lire :

[3] KDE est un environnement graphique de bureau sous Linux, considéré comme le plus maniable et le plus accessible aux "transfuges" de Windows. NdE.

[4] Traduction effectuée sur wiki et forum par une équipe de "Framasoftiens" coordonnée par JokoT3. Un très grand merci à eux. NdE.

  • L’illustration originale est issue de ce site

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

beats by dr , le 10 décembre 2012 par beats by dre dr (0 rép.)

cheap beats by dre In order over an individual that wanted sending poetry and moreover developing excitement buy beats by dre cheap . australiaghdssale I didn locate a great deal epic in a mere keeping in mind conduct all the tiny problems onrr a daily basis,

-----> http://www.cheapsbeatsbydredr.com

Répondre à ce message

beats by dre dr , le 10 décembre 2012 par cheapsbeatsbydredr.com (0 rép.)

beats by dre cheap sale homepage In order over an individual that wanted sending poetry and moreover developing excitement. I didn locate a great deal epic in a mere keeping in mind conduct all the tiny problems onrr a daily basis buy beats by dre cheap ,

-----> http://www.cheapsbeatsbydredr.com

Répondre à ce message

Débat contradictoire - Partie 2 : Comment faire vivre l’Open Source sur les postes de travail ? , le 23 août 2006 par Patrick Bougé (1 rép.)

Je n’aime pas dire ça, mais l’utilisateur lambda à été habitué à windows depuis 15 ans et les habitudes sont difficiles à combattre, bien plus qu’à les créer à partir de rien : la logique du moindre effort est la plus forte. Si on ne prend pas ça en compte dans son raisonnement, on fait une grosse erreur.

L’open source, c’est 1 million de projets (autant de licences, sic !!) et surtout une bastille à prendre avant que le reste ne suive : l’OS. Pour lambda, l’open source, c’est linux, c’est gratuit, tout ça c’est pareil (ca démontre qu’il faudra un jour ou l’autre simplifier et regorouper sous un seul label global, TOUTE les licences, sur le modèle des "creatives commons")

Conclusion, tant que Linux ne s’est pas imposé en tant qu’alternative grand public réelle, il y aura un doute sur tout le reste (sauf quelques exceptions). Le savoir faire démontré par un OS fiable et facile à utilisé (du point de vue du tout venant, pas du spécialiste), ça rassure tout le monde, c’est le point de départ.

Il y a plusieurs solutions pour faire avancer Linux stratégiquement :

la moins "ambitieuse", plagier et plagier encore comme un caméléon :

- assurer une compatibilité totale avec les applications linux, via des systèmes comme wine mais...en exploitable vraiment ! (pas avec bac+5 en installationde logiciel abscons). Pour que lambda puisse installer ses logiciels payant windows si il veut. Je parle de wine, parce que pour le reste, il faut windows de toute façon.

- mimer windows au maximum avec une interface de KDE type windows : ça rassure de voir la même chose. Si l’utilisateur à besoin de cette interface et de préserver la logique d’organisation de windows, pourquoi ne pas lui fournir finalement ? Après il passe à autre chose. Si c’est juste une question d’aspect.

Ce n’est pas vile, ni inutile : ça permet à certain de lacher la barre petit à petit.

l’ambition moyenne :

Faire des application indépendantes de toute plateforme (sans installation de machine virtuelle s’il vous plait, c’est emmerdant comme tout). Par exemple, avec SDL ou wxwidgets. On devrait définir une forme de standard des outils minimaux pour le développement d’applications graphiques indépendantes (comme avec LAMPS).

On voit bien que ces applications indépendantes permettent en majorité d’assumer une transition réussie.

La plus ambitieuse :

Dans une optique un peu plus ambicieuse et un peu plus glorieuse de l’informatique (et plus passionante) : profiter de la source extraordinaire de créativité et d’invention que représente le libre pour faire "complètement autre chose", de manière complètement décomplexée. L’open sorce n’a strictement rien à perdre par avance, ça c’est une chance. Via son réseau elle peut devenir le nouveau XEROX laboratories des années 2000.

L’open source regroupe à lui seul l’ensemble de tout les projets de recherche des plus grands laboratoires universitaires du monde entier, contenant les plus grand spécialiste de l’informatique mondiale : ceux qui ont réellement tout créé (les autres ont copié et vendu, c’est tout)...là dedans, il n’y aurait pas de quoi faire des merveilles ??? C’est un peu "camboui" les prototypes de recherche, les travaux de recherche, mais c’est une vraie mine d’information...allez à l’INRIA visiter et vous en serez convaincu.

Simplement, ce n’est pas en se référant à windows et en essayant de retrouver les application d’aujourd’hui dans ces projet que l’on va voir l’innovation devant notre nez : il faut partir de zéro. Repenser tout et tout le temps. On croierait aujourd’hui que l’informatique est figée, que plus rien de neuf ne peut être fait, hormis améliorer le passé. Moi je ne trouve pas que l’informatique soit une technologie si innovante que ça : on préserve les mêmes bonne vieilles base depuis 35 ans (depuis les baby boomers en fait).

De l’ergonomie, jusqu’au contenu : qu’est-ce qui nous arrête ? Le complexe et la référence perpétuelle (et involontaire) à windows, et la jalousie vis à vis de la réussite de windows, qu’on soit d’accord ou pas. La référence au inventions passées aussi, aux vieux truc : le C, le shell, les fenêtres, la souris, le processeur intel...UNIX !... tout ça ce sont des très vieux trucs.

Ce sont les complexes, et le manque de créativité significative qui manque à linux aujourd’hui pas autre chose : l’image de marque doit être autre chose que celle du poulidor de l’informatique toujours celui qui copie qui suit le grand microsoft et tente toujours de le rattraper. C’est bien de faire aussi bien, mais on gagne en faisant "autre chose".

Tout ce qui se fait sur linux à encore trop tendance à prendre comme référence Windows, même si on dit "ce n’est pas vrai". L’ergonomie, c’est exactement la même logique fondamentale que sous windows, que ce soit gnome ou KDE ou autre...la seule chose qui n’est pas identique, c’est le shell en ligne de commande ! Ca, c’est vieux, mais au moins ce n’est pas ordinaire parce que c’est plus ancien que windows.

Par exemple, tout ça, ça manque encore d’intelligence artificielle...l’IA c’est bien pour les systèmes à 1 millions, c’est bien pour les jeux de consoles à 3 balles, mais c’est bien également pour les applications courantes. On attends des applications qui comprennent, qui prévoient, qui imitent, qui interprètent, qui tolèrent l’erreur, qui reconnaissent (des profils), qui infèrent, qui dialoguent, qui s’adaptent, qui guident pas par pas, etc...

Ca manque également d’interfaces vectorielles (cf Openstep et son display postcript)..par contre on voit arriver l’interface en 3D, si on arrive à faire quelque chose beau avec ça, c’est gagné...pas des fenêtres plaquées sur un cube...

Ca manque de réalité virtuelle (immersion dans les applications)...

Ca manque de retour tactile Ca manque d’électronicien pour faire des schéma d’interfaces novatrices...

Ensuite :

- occuper et envahir toute les niches métiers, tous les secteurs pour lesquels les logiciels sont vraiment trop chère (exemple : musique, synthèse vocale, compréhension écrite et orale, résumé de texte, réorganisation automatique de documents, compréhension du langage naturel) ou inexistant (et il y en a) et se concentrer sur ces secteurs. L’atari et l’amiga, fut une époque, se sont installé comme ça face à l’IBM et au MAC ; l’un avec la musique, l’autre avec le graphisme...euh et le déplombage de logiciel aussi...

- attraper les libéraux, les TPE et TPI, notamment avec l’ERP, CRM, groupware et logiciel de compta gratuits (service payant mais pas cher) : pour l’instant ils sont ...pourris, ou inexploitables (compière pour oracle...tsss...et POSTGRES ?).

- Convaincre les novices et les enfants qui n’ont pas d’habitudes encore installées d’utiliser linux (en ne le prenant pas pour un abruti de novice comme ont tendance à faire pas mal "d’experts" : "tu ne sait pas ? ahah ! que t’es con, pourtant c’est simple, regarde comme moi je suis doué"). En proposant Linux dans les écoles, les lycées, les collèges, les université, faire des confs, militer, faire des installation gracieusement, avec les logiciels nécessaires, faire de la formation gratuite, et de l’assistance gratuite si il le faut. (et c’est un bon moyens pour des futurs entrepreneurs de se faire reconnaitre).

- Plaire aux femmes ! L’informatique rebute les femmes, il faut le dire, même si c’est de moins en moins vrai. Apple à tout compris de ce côté là comme renault avec la twingo. Donc, si linux arrive à parler aux femmes plus que windows et aussi bien qu’Apple, c’est gagné.

- faire une interface dédiée aux enfant de moins de 7 ans, une vraie, faite avec des gens qui s’y connaissent dans ce domaine là (des psychologues du développement), selon leur logique à eux et pas simplement des guignoles qui clignotent et qui braillent comme dans adibou ! ca, c’est un terrain en friche.

- faire la même chose pour les personnes âgées (plus de 65 ans)...pour ça, on a des gens qui travaillent dans ces domaines, des psychologues gérontologues.

- faire la même chose pour le politicien-décidieur- quinquagénaire-fier-quin’yconnaitrien (un chalenge celui-là)

Ce qui manque, c’est la connaissance des utilisateurs...de leurs capacités et de leurs besoins (l’idée d’effort et "t’apprendra bien", ça ne marche pas).

Ensuite :

- créer des entreprises du libre, qui vendent des services basés sur le libre et qui font leur métier du libre, de l’assistance. Un faisceau de petites entreprises indépendantes

Si en revanche, on reste avec linux "le cul entre deux chaises" pas vraiment similaire à windows mais quand même un peu et un peu créatif mais pas trop....ça n’ira pas loin, comme tout ce qui imite sans vraiment le faire.

Pour finir : ce que l’on a besoin aujourd’hui dans l’open source ? de commerciaux, de marketeurs, de publicistes, de graphistes, d’ergonomes, de formateurs qui offrent leurs services gratuitement, pour leur plaisir, sur leur temps libre ! Via un projet "libre" et associatif à part... Leur mission : rendre linux agréable, attrayant (encore plus), le faire connaitre, l’expliquer, le diffuser, l’installer, assister, etc...

Séduire, savoir parler, savoir expliquer, savoir présenter, c’est important, c’est un métier et c’est aussi un talent...il est vrai que ce n’est pas forcément celui des experts, des fous de la technique, des programmeurs ou des inventeurs. ca, ca manque cruellement au monde libre.

cordialement

Débat contradictoire - Partie 2 : Comment faire vivre l’Open Source sur les postes de travail ? , le 23 août 2006 par chdudul

La seule raison du monopole de windows est commerciale. Les commerçants ne vous vendent et ne vous dépannent que de çà (mais cela changera). Il faut ouvrir les yeux, c’est le seul produit ou les consommateurs acceptent de telles pratiques. Toute les autres élucubrassions ne servent qu’a asseoir les choix de chacun. Les lois et règles commerciales doivent êtres rétablies, pour le bien des consommateurs.

A+

Répondre à ce message

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 22 août 2006 par Tarantin (2 rép.)

Le problème pour convertir le "très" grand public a linux, je pense que c’est une histoire ...d’environnement graphique !

Perso j’utillise linux en ligne de commande dans mon boulot, et xp chez moi...l’un et l’autre ont d’énormes avantages, mais si il y a un truc qui m’énerve encore plus que la mainmise de microsoft sur tout ce qui est grand public....c’est le "linuxement correct !"

Résumons ;

Windows, depuis le début, c’est un seul et unique environnement graphique integré au noyeau...

Linux, ça part d’unix, donc, à la base c’est la philosophie de la ligne de commande...(la pour un habitué, c’est de la bombe ! Stable, rapide, économe en ressources système...) ....Puis après, pour s’ouvrir au grand public, c’est un compromis avec l’ajout de gestionnaire graphique et packages divers et variés....Et la, ou je vais devenir linuxierement incorrect, niveau stabilité, performance et occupation mémoire, c’est la cata !!!

Je suis désolé mais un système a base d’unix n’est pas fait pour être graphique !

Bref en conclusion je pense que les utopistes du linux grand public vont droit au mur ! La ligne de commande, aussi enfouie sous une interface graphique soit elle, ça fera toujours peur au monsieur tout le monde...(microsoft l’a bien compris allant jusque à virer le dos non emulé sous XP...) Linux est un unix libre et unix à été concu par et pour les informaticiens... Pour qu’un OS libre commence vraiment à percer, il faudrait repartir sur des bases toutes neuves avec un environnement graphique directement integré au noyeau dès le début du développement ! Mais le fossé est encore grand entre le monde des geeks du libre et le "très" grand public, donc ce genre de projet titanesque n’est pas près de se réaliser a grande échelle... Conclusion bien sombre, mais réaliste à mon gout...

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 23 août 2006 par Paul

passionnant !

j’utilise linux à 90 % du temps, je ne tape jamais ou rarement une ligne de commande !

Pourquoi, parce que cela fait plusieurs années que je l’utilise et avec le temps, j’ai choisi le matériel fait pour linux et donc moins de problèmes.

On achete la pièce et ensuite la voiture !

Fourni un pc avec linux installé et que les fabricants cirrent les pompes à linux, comme ils font pour microsoft et windows.

Putain, d’après vous, je suis fort... !

L’os libre a déjà commencé à percer, vas faire un tour en amérique du sud... Regard il y a deux et mainenant !

On est souvent oubligé d’installé linux par rapport à windows, il faut des compétences... normal ! Et installer linux sur un matos windows...

Windows est super, facile.. ;
- on fait tout pour windows, drivers, installation... même comme cela va faire un tour sur les forums windows, tu veras la supériorité de windows et la simplicité que l’on rigole !!!

J’achete une pièce chez renault pour ma peugeot, j’ai un problème, bizarre !!!

Alors avec ton serveur x, ou unix libre (plus bsd...), on peut discuter !

Windows, c’est super..., alors, je te propose un truc !
- esssaie de faire fonctionner un matériel sans les drivers ou le petit cd du fabricant sous windows !
- tu peux supprimer tous les forums sur le fonctionnement (problème de matériel, driver...) ou l’utilsation windows ! Pourtant, on fait tout et même du sur mesure !

Oui, linux doit faire des progrès, mais dès fois, l’accusation est facile !

J’utilise une debian en majorité, aucune ligne de comande j’utilise un peu mandriva, aucune ligne de comande, si pour la mise à jour (trois mots), je préfere. j’aime tester d’autres distributions.

Mon père a commencé l’info à 55 ans (57 ans), il utilise une debian testing, il fait la mise à jour avec synaptic, il imprime, il utilise sa clès usb, il lit des dvd... Il est surdoué !

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 24 août 2006

....et bien ton père a bien raison d’avoir fait l’effort de s’y mettre, j’en connais quelques uns qui s’y sont mis aussi, mais maintenant tout le monde est loin d’être comme ça !

Je parle de la majorité, c’est a dire des gens, qui, du peu d’experience informatique qu’ils ont, ont aquis des repères "windowsiens" avec le filesystem de windows, à l’époque ou le le linux balbutiait encore... Et ces gens la pour les faire changer d’environnement, c’est pas triste... (et c’est la ou je suis 100% d’accord avec cet article, car ces gens, lorsque ils veulent se mettre au libre, en effet ils installent du libre...sur du windows, pour pas trop êtres chamboulés !) ...Ces gens la détestent etre assistés et préfèrent tout comprendre eux même, sans etre a la botte de conseillers divers et variés...Et puis même si ils décident mollement de s’y mettre un jour, il suffit que leur distrib utillise gnome à la maison, et qu’on leur mette une autre distrib, qui tourne avec du kde au boulot, et la c’est foutu !

Ma premiere critique était basée sur ce qui est sans aucun doute un avantage pour un afficionados du libre (la diversité des distribs et des interfaces...) mais une hénaurme tarre dès qu’on essaie d’inculquer de nouveaux repères au "final user" type, windozien a reconvertir, que j’ai cité plus haut...

Je voudrais pas dire mais si ça marche en amerique du sud, c’est sans doute que nombre de gens se sont mis direct à linux, sans passer par windows, sans doute pour des raisons économiques ! C’est pas le même contexte qu’en europe, qui c’est plus largement équipée en windows et ce depuis quelques années, et qu’il faut donc convertir !

Ma deuxiemme critique à mal été comprise était due au fait que "pour l’instant" niveau perfs pures, et stabilité multitaches, linux -en utillisation graphique-, c’est pas encore ça ! (plus avec mandrake qu’avec ubuntu, ok...) Par exemple, vu le nombre de composants du noyeau que j’ai du virer sur une Suse avec kde pour avoir une occupation mémoire convenable (pas exeptionnelle, hein, convenable), y’a encore des efforts a faire, je suis désolé mais je vois pas un utillisateur lambda compiler son propre noyeau, bref...

Répondre à ce message

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 21 août 2006 par Didier (2 rép.)

Bon, ce fil date un peu mais je trouve intéressant de poser mon expérience à ce sujet.

Je suis un utilisateur final d’ordinateurs. Je travaille sur 2000, XP et OSX. Je dispose d’une machine qui est exclusivement réservée aux tests des OS Linux avec tous les outils qui m’intéressent. J’utilise les ordinateurs pour y faire de la 3D, de la 2D, de la vidéo et de la bureautique. J’ai un scanner, un APN, une caméraDV et une imprimante.

Bien que ce soit la seule chose qui motive tous les tests que je réalise, je n’ai jusqu’à maintenant jamais migré mon poste de travail sur linux. A cela, plusieurs raisons dont je vais illustrer la principale.

"Les interfaces divergent en fonction du système de fenêtrage. Avec les outils que j’utilise sur linux, il y a au moins trois systèmes différents qui s’installent. Mais cela n’est pas grâve, il suffit de modifier le fichier ..."

Je sais que les "à l’aise en linux" me diront cela. Je l’ai testé. Mais je le répète, je suis un utilisateur final et je ne veux pas faire cet effort. Tout le temps que je mets à apprendre le système dans ses moindres détails demeure du temps perdu. Donc pas de code. C’est un métier, mais pas le miens. Je suis un pro de l’imagerie, et je ne demande pas aux personnes avec lesquelles je travaille d’arriver à mon niveau. Je considère que c’est à moi de me mettre au leur. Windows ou OSX ne demandent pas aux utilisateurs de comprendre le système dans son fonctionnement. Même si cela est un tant soit peu nécessaire, ils ne le feront pas pour la même raison qu’un mécanicien ne demandera pas à son client de connaître la mécanique. Les utilisateurs Windows et OSX n’ont pas besoin de "mettre les mains sous le capot", et cela depuis longtemps. Cela donne ce que l’on connait aujourd’hui, mais les utilisateurs s’en contente.

Une autre raison qui n’est pas moins importante et qui se rattache directement à la précédente. Sous Windows, les applis libres que j’utilise fonctionnent souvent mieux que sur linux. Pas de bibliothèques à ajouter à la main, pas de course sur le net pour trouver tous les composants nécessaires. J’en déduits que les programmeurs veulent résoluement s’installer sur cette plateforme parcequ’ils y trouvent une vrai satisfaction. Celle de toucher un très large public.

Quelles que soient les orientations prises par l’univers du libre, l’utilisateur final, qui représente la très grande majorité des personnes sur ordinateurs, sera le dernier à décider. Il n’aime pas changer souvent de système car cela nécéssite un apprentissage et il ira toujours vers la facilité.

Cette bataille est, à mon sens, dépassée. Il aurait fallu s’y engager il y a trente ans. Les pièces sont déjà en place sur l’échiquier, et les générations présentes sont déjà habituées à windows. Que le libre abandonne cet OS ne changera rien à la progression de Microsoft.

Et pourquoi le libre entrerait-il en guerre contre les OS propriétaires ? Si le libre sait proposer des produits solides et fiables, s’il sait manoeuvrer pour les faire adopter quel que soit l’OS, il est obligé de rencontrer son public.

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 22 août 2006 par paul

"Windows ou OSX ne demandent pas aux utilisateurs de comprendre le système dans son fonctionnement. "

oui, il est souvent oubigé d’installer windows ou OSx l’utilisateur lambda !

si les fabricants de matériel ne fournissent pas de drivers...

Non linux n’a pas une guerre de retard et ce n’est pas trop tard..., il monte et continuera à monter !

Pour comprendre le présent et il faut analyser le passé !

Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 22 août 2006 par isatis39871

Il y a trente ans, windows n’existaient pas...

Il faut rappeler que si les utilisateur n’ont pas à mettre les main sous le capot sous winodws c’est parceque c’est préinstallé et préconfiguré. Sinon, même en donnant tout ce qu’il faut pour installer un système, je suis sûr que la plupart des lambas en baveraient si’ ont leur servait la fenêtre sur une galette plutot qu’un disque dur.

Si je donne linux tout configuré à un gamin de 5 ans, il ne voit absolument auune différence avec windows. C’est du testé.

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 1er octobre 2005 (2 rép.)

Je souhaiterais réagir à cet article en expliquant simplement mon cheminement vers Linux :

Utilisateur désabusé sous un $y$tème d’exploitation trè$ connu et trè$ cher (voir, en fin d’article, mon coup de gueule), j’ai utilisé peu à peu des logiciels libres car je ne souhaitais pas copier, par exemple, une $uite bureautique trè$ connue : de StarOffice (fermé mais gratis) vers OpenOffice.org, puis The Gimp, etc. pour ensuite migrer sous Linux, sans avoir peur de chercher, de tester, d’installer, etc.

Je comprends tout à fait que certains concepteurs de logiciels libres ne veulent pas porter leur logiciels vers certain$ $y$tème$ d’exploitation propriétaire$ et commer$$iaux, mais, parfois, cela s’avère bénéfique (par exemple, mon cas.) Cependant celui qui n’a pas peur de mettre un peu les mains dans le cambouis passera sous *Linux ou *BSD ou encore *Solaris ; quant aux autres, les novices, ça, c’est une autre histoire...

Et c’est bien là le problème : le manque de compatibilité entre distributions, entre bureaux, entre les menus des bureaux diffèrents (Gnome, KDE,etc.), entre .deb et .rpm, le manque de pilotes pour périphériques, etc. A quand une uniformisation de tout cela ? A quand une compatibilité entre distributions ? A quand un kernel qui lit indifféremment les RPM et les DEB et qui installe tout le nécessaire (raccourcis, dépendances, inscription dans la base de RPM ou DEB, etc.) sans intervention de l’utilisateur qui, s’il est novice, se s’attardera pas à chercher des choses trop compliquées pour lui (et s’en retournera sur son ancien $y$tème d’exploitation) ?

Sans tout ceci, pas d’adoption généralisée de systèmes libres et quel dommage : 3 systèmes (principalement) Unix-like performants et gratuits qui devraient rester entre des mains expertes !!! Quel gâchis, quelle idiotie, quel non-sens !!!

Enfin, chose promise, chose due, voici mon coup de geule contre un $y$tème d’exploitation qui me fut impo$é avec mon ordinateur, donc que j’ai $$$acheté$$$ et qui, pour un oui ou pour un non, plante qua$i-$y$tématiquement : pas moyen d’avoir une $eule $éance de travail $an$ 2, 3, 4 ou plu$ de reboot ... J’ai refu$é, par honnêteté, d’in$taller une ver$ion (copiée) plu$ eXPérimentée et plus ré$$ente de ce $y$tème d’exploitation MAI$, aprè$ tout, j’ai payé pour un produit qui ne fonctionne pa$ ! Alor$, maintenant, je comprend$ tout à fait celui qui le ferait : payer un logiciel une fortune pour être emmerdé (et il n’y a pa$ d’autre mot) à chaque foi$ que l’on utili$e $a machine : NON MER$$I, et vendre un truc qui merde autant, ça, c’est pa$ honnête du tout, ça !!! Donc, pourquoi ne pa$ in$taller une ver$ion (copiée) eXPérimentée $i on a acheté un produit de merde à la ba$e ? Non, mai$ ...

En conclusion, j’espère de grands et nombreux progrès (contre les quelque défauts actuels des distributions de systèmes d’exploitation libres) seront vite faits ; j’estime qu’il FAUT palier ces défauts qui empêchent à Monsieur et Madame ToutLeMonde de passer en toute simplicité vers des systèmes libres ; c’est aussi une question de crédibilité pour des systèmes qui, de toute façon, sont de beaucoup supérieurs à certain$ $y$tèmes payant$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$.

Comment NE PAS tuer l’open source sur les postes de travail ? En transformant Linux/BSD/Solaris de façon à simplifier et uniformiser tout ; ainsi, on ne sera plus obligé de porter systématiquement des logiciels libres sur le $y$tème du voi$in d’en face ...

Salutationsssssssssssssssssssssssssssssssssssss.

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 13 novembre 2005

uniformiser tout cela ? on peut rêver ...

en tout cas, il serait plus que temps d’y penser sans quoi, avec l’arrivée de Vista et la popularité grandissante de MacOS, on rique de rater le train...

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 10 février 2006

Mmmh, ca te dirait pas de rester dans le sujet ? Juste pour repondre en une toute petite phrase : C’est la diversité qui fait la force du logiciel libre. Oui. Et les incompatibilités qui s’ensuivent. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il existe des formats et des standarts ouverts.

"Comment NE PAS tuer l’open source sur les postes de travail ? En transformant Linux/BSD/Solaris de façon à simplifier" Et tu crois qu’ils font quoi chez Mandriva, Novell, Ubuntu, Fedora, PC-BSD et tout ce gentil monde la ? Il se tournent les pouces en attendant que ca passe ?

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 19 mai 2005 par Raoul ta caisse (5 rép.)

STOPPPPPP !!!!!! Non mais, il faut arreter de vouloir a tout pris transformer GNU/linux en windows. Si vous n’etes pas content, rester sous windows, c’est aussi simple que cela. Qui vous a dit que nous voulions que tout le monde passe sous GNU/Linux ( au passage c’est comme sa qu’il s’ appel notre systeme d’exploitation et pas que Linux ). La situation est simple, GNU/Linux existe avec ses applications, vous etes les bienvenues pour voir comment il fonctionne, faire partie d’ une communaute, ensuite libre a vous de faire les efforts necessaires pour apprendre a l’utiliser, faire des efforts pour s’integrer a une communaute existante, apprendre a partager les petites choses de la vie, les joies et les deboires de notre systemes avec les constructeurs de matos. Ensuite que des societes comme Suse, Mandriva ect... developpe des assistants pour regler le systeme, tant mieux pour tous du debutants au experts. Il ne faut pas tout confondre, ces assistants justement c’est fait pour faciliter la vie de tous et pas a transformer GNU/Linux en un truc comme windows. Bref, si vous voulez quelque chose qui est comme ou qui resemble a windows, ne chercher plus, vous l’avez et c’est windows. Maintenant vous voulez autre chose ? vous l’avez et c’est GNU/Linux avec tout son univers et en particulier la premiere lecon :RTFM. Ensuite que des constructeurs vous ont fait croire que l’informatique etait un truc facile, eh bien ces canailles : ILS VOUS ONT MENTIS. C’est faux, sa na jamais ete facile et sa ne le serra jamais ( un tantinet vraix pour ceux qui ne formate pas toute les 3 semaines pour un rien. La voiture ??? c’est facile ?? La machine à laver le linge pour les mecs celibataire ??? c’est facile ??? l’ orthographe ?? la conjugaison ??? c’est facile ?? Le français ???? c’est facile ??? Allons !! jeunes filles, jeunnes hommes, mesdames, monsieurs revenez sur terre et ouvrez les yeux.

-----> Stop y en a marre

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 19 mai 2005

Il n’est pas du tout question de transformer Linux, oops, pardon GNU/Linux, en Zindaubes -que Dieu nous engarde !!!- : Il est simplement question de faciliter et d’harmoniser au maximum cette huitième merveille qu’est GNU/Linux pour le rendre accessible à tous : le débutant a la tâche facilitée et l’expert pourra tjrs chipoter comme bon lui semble . Tout simplement ...

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 19 mai 2005

RTFM = ? . merci de mentionner signification.

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 21 mai 2005 par Fredx

c’est TON point de vue, mais manifestement pas celui de tout le monde. Je pense que la communauté est suffisamment grande et diversifiée pour que tu puisses rester avec un distrib purement linux ou GNU. Mais il y en a d’autres qui voient Linux comme une alternative win et qui aimenraient bien que ça soit plus simple.... il faut de tout pour faire un monde et pour cela il faut s’ouvrir. alors, oui, je suis preneur pour que les novices comme moi habitués depuis 20 ans à win puissent avoir à dispo une distrib qui soit plus simple que tout ce qu’ils connaissent aujourd’hui... et c’est ce qui est en train d’arriver à certaines distrib Linux... et je ne peux que les féliciter pour leur travail de titan. Tout le monde ne fait pas d’informatique, et il ne s’agit pas de faire de GNU/Linux un clone de win, mais c’est aussi une question de vie... ou de survie parfois. Je cherche à m’adapter et je n’ai pas forcément beaucoup de temps à passer pour taper de la ligne de commande, et pourtant j’essaye. Et, devines sous quel SE je tourne en ce moment ? .... certainement pas win.... qui l’eût cru ?

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 24 mai 2005

Ok, ok je répond à la question : RTFM = Read the fucking manual ( Lis ce putain de manuel ). Ensuite pour répondre au autres, je ne critique pas les outils fait pour faciliter l’usage d’une distribution, mais je critique ceux qui couinnent pour un oui ou un non. Par exemple, juste par exemple, cette question idiote : que veux dire rtfm ? Moi je ne sait pas, je répond car je suis gentil, mais en général quand je ne sait pas , je google ma question. Alors quand je tappe rtfm dans google, eh ben j’ai ma réponse, seul et sans faire ch*** le monde avec ce genre de question bete et fainiante. C’est aussi une façon de réflechir, de faire des efforts pour apprendre l’utilisation de cet OS. GNU/Linux est né grâce à internet, toutes les questions sur son mode de fonctionnement ce trouve aussi sur internet. Alors, pour les petits nouveaux, voici une petite astuce : Quand vous voulez avoir des réponses qui concerne GNU/Linux , Google éxiste en plusieurs saveurs. www.google.fr ( le normal ) www.google.fr/linux ( devinez ) www.google.fr/mac ( pour la pomme ) Ect...

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 24 mai 2005

Avant d’utiliser l’outil Internet Google, je crois que je vais commencer par apprendre l’amabilité et l’orthographe. Merci quand même...

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 15 mai 2005 (1 rép.)

après lecture de cet article et du forum, je pense que le jour où les fabriquants de matos feront tous des divers Linux (et pas des trucs compliqués comme le driver de nVidia) ET le jour où les distros linux seront unifiées et compatibles (ex : un et un seul format de paquets pour installation de logiciels ou alors, plusieurs formats mais tous utilisables quelle que soit la distro et qui s’installent et compilent gentillement et automatiquement après un simple click ; autre exemple : uniformisation des menus entre diffèrentes distros mais aussi entre les types diffèrents de bureaux Gnome, KDE, Xfce, Ice, etc.), je crois que le jour où cela sera réalité, il n’y aura plus du tout photo quant à l’utilisation grandissante de linux chez les particuliers ni photo quant à la supérioté de linux ; tout en conservant des versions gratuites, bien entendu, c’est aussi un des plus gros avantages de linux !

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 18 mai 2005 par Fredx

ENTIEREMENT D’ACCORD ! Et, les deux partis se soutiennent. Mais si pour certains, pas assez nombreux je l’entends, le passage à linux via la découverte d’un logiciel libre sur plateforme win, s’est réalisé, tout le monde ne migrera pas comme ça. En effet, pour de nombreux utilisateurs, l’informatique n’est qu’utilitaire. Pour ceux-là, il leur faut une plateforme aussi simple que ce qu’ils font sur win depuis qu’ils l’utilisent... et c’est pas encore le cas de linux. Maintenant que FF, OOo et les autres ont démontré qu’il existait une alternative, il faut que les Pigouins unissent leurs efforts pour rendre linux imbattable : unification des extensions de fichier, installables en mode graphique, quelle que soit la distrib, compilation auto.... la liste est longue.... alors, là il n’y aura plus photo effectivement.

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 26 avril 2005 par jakady (1 rép.)

Utilisateur de logiciels libres sous windows XP, j’ai tenté de basculer sous linux, avec une distribution pour débuttant (ce que je suis), à savoir mandrake. Je n’ai pas vraiment été convaincu. Pour qu’un système ait du succès, il faut qu’il soit simple pour l’utilisateur final. Exemple : je suis un inconditionnel d’openoffice.org. Le mise à jour sur windows d’une nouvelle version est d’une simplicité admirable. Sur Mandrake, j’ai galéré comme un dingue pour passer de la version 1.1.3 à la version 1.1.4. Je pense qu’il appartient aux développeurs de logiciels libres de créer une distribution qui soit aussi simple d’utilisation que ne l’est XP. Lorsque je veux installer un programme, je veux pouvoir double-cliquer sur un fichier est que tous s’installe tout seul, sans recevoir de messages d’erreurs, du genre dépendances non trouvées, version de GCC trop ancienne pour pouvoir compiler ledit programme etc...

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 12 mai 2005 par eric

difficile la mise à jour sous linux ? Avec debian : "apt-get install openoffice"

et voilà, la mise à jour est faite !

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 26 avril 2005 par pimpampoum (2 rép.)

Bonjour ,

Je ne suis qu’un utilisateur expérimenté de winXP, 2000 et anciennement 98.

J’apprécie beaucoup les applications libres, tout simpement parcequ’elles sont gratuites et trés fonctionnelles. OOo est une merveille (nécessitant tout de même un petit effort de logique pour l’utilisateur venant de MS-Office). Nvu, 7zip, mozilla, GIMP et consorts sont une bouffée d’oxygène pour l’utilisateur au porte-feuille léger et n’on rien à envier aux équivalents commerciaux. MERCI !

J’ai donc voulu passer sous Linux. Je suis actuellement en dual-doot Win/Mandrake. Cependant, je m’apperçois que, une fois passée la période de découverte de la nouveauté, je n’utilise plus la mandrake, pour une raison toute simple : c’est moins pratique. Interface graphique plus lente, applications qui ne plantent pas moins que sous WinXP (si si !), et surtout gros problemes de pilotes. Prise de tête, manips en tout genres, nuits blanches : rien à faire, toujours des problemes avec du matériel courant, pourtant ni trés vieux ni tout récent (modem ADSL archi connu, ports USB de ma carte mère agée de 2 ans, scaner de grande marque, etc...).

Je fais partie des déçus de Linux, de ceux à qui on avait promis le meilleur des mondes, qui y ont cru, et qui ne sont pas convaincus. Le meilleur des mondes pour informaticien sans doute, mais par pour l’utilisateur lambda !

Alors, au risque de me faire des ennemis, j’affirme que tant que Linux n’aura pas fait des progrés de convivialités (la ligne de commande, c’est pas top pour le newbie) et surtout de compatibilités avec le matériel, peu de gens l’utiliseront au quotidien. Et si OOo n’existait pas ? passerais-je définitivement sous linux ? non, désolé... J’utiliserais une version piratée de Office, tout simplement, aprés m’être cassé les dents sur Linux. Piratée ?? mon dieu, mais c’est pas bien !! C’est ce que font beaucoup de gens de connaissant pas encore OOo... soyons réalistes !

Donc, je pense que les versions win des applications libres sont indispensables et ont un bel avenir devant elles. L’émulation et la compétition avec les applications commerciales ne pourront que les rendres meilleures ce qui profitera à Linux au final.

Si Linux connait un jour un grand succés, il le devra tant à lui même qu’aux applications libres tournant dessus, issues de la compétition avec les versions commerciales. C’est uniquement à ce moment-là qu’arriveront les logiciels commerciaux spécifiques plus ou moins grand public puis les appli professionelles.

Linux aura alors gagné !

-----> Vive l’open source, donc vive windows ! (sic !)

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 12 mai 2005 par hervé couvelard

Je crois que vous confondez libre et gratuit : Vous aimez la bouffé d’oxygène que vous procure les équivalents libres (et gratuits) de photoshop, illustrator, microsoft office, winzip ... parce qu’ils sont gratuits, pas parce qu’ils sont llbres.

Probablement que Mandrake est moins ’facile’ et moins ’out-of-the-box’ que windows, mais c’est le prix à payer pour cette liberté. Libre ne veut pas dire facile, bien au contraire. Linux ne gagnera pas lorsque ’tout sera facile’ et que monsieur tout le monde pourra l’installer pour ’économiser’ les 100 euros de son xp home oem (car il deviendra de plus en plus difficile de pirater son windows), à ce moment là arriveront en masse ceux qui ne sont pas attachés au libre mais au gratuit.

A ce moment là Linux sera confronté à son pire péril : la perte de sa philosophie du libre pour celle du gratuit. Preuve en est, la polémique de l’intégration de plus en plus forte de java (de sun - non libre) dans Ooo met en émoi la communauté du libre (au moins une partie d’entre elle) et pas du tout celle des utilisateur de 0oo windows. Rien que cette différence de traitement de l’information devrait vous mettre la puce à l’oreille.

Windows est probablement vraiment bien pour plein de choses mais n’est pas libre, effectivement on peut faire avec et vivre bien avec (les croquemitaines à la barbe longue ne vont pas venir vous tirer les pieds la nuit), mais ce n’est pas libre et son objectif premier est de vous garder chez lui, mises à jour après mises à jour, machines après machines, os après os, quelques soient les moyens mis en oeuvre (problème de compatibilité descendante, formats fermés non documentés pour vous garder captifs à cause de vos travaux passés). C’est cela qui est mal(tm) : utiliser un monopole pour ’fausser’ la concurrence avec les autres systèmes (entente avec les intégrateurs, contrats d’exclusivités, vente forcé....)

C’est cela que le libre combat. Il défend la liberté de chacun de pouvoir choisir. Oui vous avez le droit de choisir windows mais ne parlez pas de libre et d’open source si vous trouvez que windows c’est mieux car chez_moi_ca_marche_mieux (tm)

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 17 août 2005 par Noé

"C’est cela que le libre combat. Il défend la liberté de chacun de pouvoir choisir. Oui vous avez le droit de choisir windows mais ne parlez pas de libre et d’open source si vous trouvez que windows c’est mieux car chez_moi_ca_marche_mieux (tm)"

Donc tu es libre de choisir mais tu dois pas choisir celui qui marche le mieux ? étrange comme raisonnement.

Et personellement je préfère un bon logiciel propriétaite qu’un mauvais libre. Et c’est le cas de 99% des utilisateurs d’ordinateur.

(Juste pour préciser, je suis sous Linux quand même)

Répondre à ce message

gnu/linux, unix au taf xp a la maison ! , le 26 avril 2005 par fifi (0 rép.)

Je suis admin dans une ssii, beaucoup de nos serveurs sont sous debian, nos dev sont multi plateformes (java), nous disposons de machines de test pour la plupart des plateformes courantes (red hat, mandrake, debian, fedora core, suse, aix, hp-ux ,sco, solaris ...) je serais donc un bon ’client’ pour une solution 100% free à la maison (j’ai les connaissances nécessaires, ces systèmes me sont plus ’naturels’ que xp).

Malgré cela je suis sous xp chez moi pour une seule et unique raison : chez moi je travaille pas, je joue.

Je rêve du jour où le portage des jeux sera aussi simple que celui des autres applis (depuis que gtk est porté sous win pour the gimp des tonnes d’applis ont suivi). Il faudrait une couche graphique 3D existante sur les deux plateformes (il y a bien opengl mais c’est abandonné au profit de directx par la plupart des developpeurs)

Donc j’utilise un tas d’applis propriétaires sous win (les jeux) non dispos sous gnu/linux (malheureusement, et ne me parlez pas de wine pour l’instant : chez moi je veux passer le peut de temps dont je dispose a jouer et pas a configurer une surcouche logiciel qui me laisse entrevoir la possibilité de jouer, un jour peut être, a quelques jeux !), a coté de ça et d’adobe photo-album (si qqun connait un logiciel libre équivalent je suis preneur) j’utilise que du libre : OOO, firefox, thunderbird, dia, the gimp, gaim .....

Je n’ai pas de dual boot : j’en ai installe un pour n’utiliser xp que pour le jeu puis j’ai abandoné cette solution car rebooter pour lire mes mails ou discuter sur gaim a eu raison de mes bonnes résolutions en deux jours !

Donc vive le libre sous windows et vivement des jeux (j’ai dis des jeux pas tux racer !) et autres logiciels proprietaires sous gnu/linux

Répondre à ce message

alors l’idée ce serait de passer sous linux ? , le 21 avril 2005 par opm (2 rép.)

J’utilise plein d’applications libres sous windows. Windows en soit je m’en fous mais certaines applications (non libres pour la plupart) sans équivalent sérieux sous linux me sont nécessaires. Si ces applications existaient pour linux... j’utiliserai sans doute linux.

Conclusion : que vivent les applications propriétaires pour linux :-)

(ben oui, je vais pas attendre 10 ans que les applis libres arrivent au niveau de celles que j’utilise pour le plaisir d’utiliser kde, dont je me fout autant que du bureau windows)

 ;-)

> alors l’idée ce serait de passer sous linux ? , le 22 avril 2005 par JP

Ton message amene quelques commentaires :

1- Je sais pas pourquoi, mais moi je prefere voir les applications libres envahir l’univers Windows, plutot que celles proprietaires (et payantes) envahir Linux !

2- Ceci dit, j’aimerais aussi voir certaines applications tres professionnelles avoir leur equivallent sous Linux (ou Mac) ; je crois que l’avenir est au multiplateforme... mais cela releve de la responsabilite des developpeurs...

3- Afin de te faire gagner du temps, installe un double systeme d’exploitation, ainsi tu pouras travailler avec toutes ces applications Linux qui n’ont pas d’equivallent serieux sous Windows !

> alors l’idée ce serait de passer sous linux ? , le 22 avril 2005 par opm

héhé... évidemment j’avais bien conscience que mon raisonnement était totalement réversible et que sa simplicité était aussi une gentille provocation ;-)

Encore que je ne vois pas d’applications libres succeptibles de m’intéresser qui ne soient pas disponibles en binaires pour windows. Mon commentaire voulait plutôt dire que passer son "desktop" sous linux n’est pas une fin. De façon plus globale, passer au "tout libre" ne me parait pas réalisable avant longtemps (pour ce que je fais en tout cas).

Je vais préciser mon cas : J’utilise Firefox, vlc, apache (pour préparer des pages php pour mon site perso) entre autres. Je ne les utilise pas parce qu’il sont libres mais parce qu’ils sont à mon avis meilleurs que leur équvalent non-libres (fussent-ils gratuits). Plein de fonctionnalités utiles, avec une bonne ergonomie et une interface agréable (encore que vlc des fois...). A coté de cette utilisation "banale" d’un ordinateur, j’ai aussi un dada : la musique assistée par ordinateur. Et c’est là que ça se gâte... les applications libres sont généralement trés en-dessous (de plusieurs points de vue : fonctions, ergonomie, facilité de mise en oeuvre, etc... et je passe le problème des drivers !) des applications non-libres (fussent-elles gratuites). Tout le monde utilise un navigateur, du coup le projet firefox fédère de nombreux développeurs, testeurs, etc... En revanche tout le monde ne fait pas de la musique et une application comme Rosengarden ne bénéficie sans doute pas d’autant d’attention que firefox. Evidemment si j’étais compétent j’aiderai à son développement... mais ce n’est pas le cas et il me reste à trouver mon bonheur dans le propriétaire (quasiment jamais porté vers linux dans le domaine de l’audio)

ceci dit je vais reprendre tes 3 points :

1/ je préfère que les applications libres envahissent windows ET que les applications non-libres envahissent linux. J’aime bien avoir le choix, quelque soit le système d’exploitation que j’utilise ;-) Et mon but n’est pas de ne rien payer... mon but est de pouvoir utiliser l’application qui me convient le mieux pour une tâche donnée.

2/ entièrement d’accord... faut être patient ou mieux si on est compétent (pas comme moi !), retrousser ses manches.

3/ la formule "double boot" j’ai pratiqué un temps... avant de me rendre compte que toutes les applications libres qui m’étaient utiles étaient proposées pour windows. En plus c’est d’un lourdingue.... redémarrer sa machine pour utiliser une application, gérer différentes arborescences, etc... mauvaise solution (temporaire j’en conviens)

Bref, pour moi il ne s’agit pas d’avoir tout en libre, ou tout en gratuit, ou tout en propiétaire. Il s’agit d’avoir du choix entres des applications concurrentes, parce que la concurrence (loyale) pousse à la qualité.

Le libre c’est un ballon d’oxygène, un moteur, quelque chose qui dynamise le logiciel... et ça le restera parce que le libre n’est pas à vendre :-)

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 16 avril 2005 (3 rép.)

Vu le cout de Windows et vu le cout d’un Linux (Xandros) équivalent, je choisis Windows. Pourquoi changé, pour "tuer" Microsoft, c’est n’importe quoi. Ce n’est pas mon ennemi, ni mon ami, c’est juste un éditeur qui fait son travail pour survivre et payer ses milliers de salariés.

Au passage la couche "primaire" de windows on s’en fiche, cela fait depuis belle lurette que les développeurs utilisent des langages multi-plate-formes.

Bref j’utilise aussi IE que Firefox, Windows que Linux, et c’est très bien ainsi. Et j’estime légitime de devoir payer pour un logiciel sur lequel des gens travaillent.

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 22 avril 2005 par RC70

Microsoft...[...]...c’est juste un éditeur qui fait son travail pour survivre

C’est une plaisanterie, j’espère !!!! Sinon, c’est vraiment pas drôle.

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 22 avril 2005 par Mirovinben

...donc payer pour Linux, FireFox, ThunderBird, theGimp...etc... ??

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 22 août 2006

deja entre linux et windows le prix n’est pas le meme linux 30€ windows 600€ et pourtant les societe comme celle qui font mandriva aussi ont beacoup de salariez faut pas croire en plus tu dis gagnier honnetement sa vie mais pour le moment bill gate et l’homme le plus riche du monde et pour te dire telement c’est un creuvard il met de la pub sur msn alors que gaim et amsn eu les gens aussi se casse le cul pour que tu soit au mieux chez toi sans avoir trop de beug et pourtant tu na pas de pub alors excuse moi jsuis daccord que sous linux rare sont les jeux je pense que tu fais reference a cela pour windows et ben ta qua juste dire a activision et compagnie de bouger leur cul a adapter les jeux sur linux et la tu ne pourra plus reprocher linux (stable, de plus en plus facile a utiliser avec les packet (jsuis debutant alors tu peux pas chercher d’excuse) et un aide sur les forum irreprochable) tape pour voir probleme carte graphique sous ubuntu et tu vera maintenant tape probleme carte graphique windows xp et ben regarde la difference de reponse donc moi jsuis daccord que tu fais le pigeon a depenser 600€ tout les 4 ans mais moi j’ai pas les moyen et puis si etendre ta culture ca te derange et ben reste sous windob mais le jour ou tu ne pourra plus lire tes dvd compresser sous windows parceque une lois comme dadsvi te l’interdira et que windows te bloqueras et ben ptetre que tu reflechira et que tu te dira ba merde il avait raison linux c’est mieux et gratuit jvient juste de me faire avoir

Répondre à ce message

Pas d’accord.... , le 16 avril 2005 par simonpca (1 rép.)

En gros ce débat dit : "allez, on enlève Firefox à windows parce que c’est pas bon pour le libre".

Ça sort de l’esprit du libre...

Les logiciels libres ne sont pas prévus pour être attachée systématiquement à Linux. On peut mettre des logiciels libres sous Windows...

Exactement , le 16 avril 2007 par fan2linux

Il faut arrêter avec ce débat idiot. Les logiciels libres doivent être des logiciels dont l’utilisation est libre. Où est la liberté si les gens sont obligés d’utiliser linux pour faire tourner un logiciel ? Un logiciels libre doit tourner sur un maximum de plateformes et d’environnements afin que l’utilisateur soit libre de l’utiliser sur l’environnement de son choix qu’il soit open-source (linux, BSD, Hurd...) ou propriétaire (Windows, MacOS X, BeOS...). La liberté qu’offre Firefox est celle de pouvoir choisir d’être sous Windows, sous linux ou sous macOS X et de pouvoir l’utiliser.

En réservant les logiciels open-source aux OS open-source, vous pratiquez la même "politique" que Microsoft, celle de dire mon logiciel sur mon OS. Cette même politique que nous critiquons tous.

Il y a de la place pour tout le monde, alors arrêtez de vous battre sur des notion "philosophique" et concentrez-vous sur l’essentiel : faire mieux que les autres.

Pour finir, n’oubliez pas une chose : la liberté c’est d’abord la diversité, la possibilité de choisir quoi utiliser.

Signé : un programmeur open-source mais surtout multi-plateforme sous linux et OS X.

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 15 avril 2005 par alexmyself (0 rép.)

honnetement , ne croyez vous pas que lorsque GNU/linux aura une simplicité équivalente a celle de windowz pour l’utilisateur ces problemes ne se poseront plus...tout le monde ne veut que passer a linux , mais personne , du moins tres peu , n’est pret a s’emmerder a y comprendre quoique ce soit , et c’est bien normal...prenons firefox : windowz=1clic et ca s’install impecc , linux=ba nan...console pour lancer l’install , demerde toi de lancer le bon fichier...ah ! ca y est ! installé !...ba comment je fait pour l’utiliser..y’a pas de raccourci.... je pense qu’il manque encore un morceau dédié a l’utilisateur standard , un seul format d’install(z’avez vu autopackage ?enorme...)et un outil de configuration qui permette de gerer les fonctions "basique"...a la rigueur un ensemble de /etc universel et ultra simple...... enfin voila l’avis d’un utilisateur qu’en ras le bol d’utiliser une ferrari qu’il est obligé de pousser parcequ’il est incapable d’ouvrir le bouchon du reservoir...pas faute d’essayer , mais marre... donc les libres sous winbouze ba je suis fondamentalement contre parceque trop facile pour redmond , mais finalement assez content parceque le pingouin va etre obligé de devenir utilisable par la masse et ca ca me plait bien comme consequence

Répondre à ce message

> Il y a des inconnues dans l’équation... , le 15 avril 2005 par André Cotte (0 rép.)

Je crois que l’auteur néglige deux facteurs essentiels. Les formats libres et la pagaille dans les distributions Linux.

Je n’ai pas le temps d’élaborer mais tant que des formats libres ne gouverneront pas le monde des fichiers, le passage à une autre plateforme sera pénalisant pour celui qui ne travaille pas en vase clos. Essayez de vous coller à .ogg et vous verrez que vos échanges vont diminuer grandement avec votre entourage.

Trop de distributions ayant des comportements différents et nécessitant des « packages » différents nuit grandement à la pénétration de Linux chez Monsieur et Madame Tout le monde.

Quand ces conditions seront remplies, je crois qu’on pourra revenir sur ce sujet. En attendant, je suis bien heureux d’utiliser OOo, Firefox, Gimp, etc. sous Windows.

Sans rancune

-----> Linux pour Monsieur et Madame Tout le monde

Répondre à ce message

Une communauté Libre , le 15 avril 2005 par Jérémie (1 rép.)

J’ai du mal à comprendre cette volonté d’attirer les utilisateurs vers le libre. C’est une démarche commerciale que j’associais plutôt à Microsoft, justement.

Les communautés libres, jusqu’à présent, portent bien leur nom : chacun fait ce qu’il veut. Si Firefox est développé sur Windows, c’est qu’il y a eu un besoin, et des gens pour le développer. C’est tout simple, et c’est tout l’intérêt.

Tant mieux si ça incite Microsoft à contre attaquer et améliorer ses logiciels. Ce que les utilisateurs veulent, ce sont de bons logiciels, quels que soient les développeurs.

Et vouloir restreindre son développement à certains OS (avec une stratégie commerciale), ça n’a rien de libre...

> Une communauté Libre , le 16 avril 2005

Je pense que les défenseurs du libre ont l’impression d’avoir compris et assimilé les enjeux d’un domaine, en l’occurrence l’informatique, et qu’il fait partie de leur envie (devoir ?) de faire partager leur point de vue, non pas par opposition à celui des autres, mais comme une évolution éclairée de celui des autres, d’où l’envie parfois un peu pressante de permettre à tous d’accéder à cette comprehension.

Mon avis peut paraître un peu abstrait et éloigné du "problème" soulevé, mais je pense vraiment que c’est dans les convictions personnelles que l’on trouve la raison de ce "prosélytisme".

/glattering

Répondre à ce message

le gaspillage n’est pas cette discution ? , le 14 avril 2005 (0 rép.)

Pourquoi chacun ne fait pas ce qu’il a envie de faire ? On n’oblige personne à arreter de programmer sous linux pour programmer sous windows, et il existe des programmeurs sous windows qui seraient peut etre heureux de participer au projet...

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 13 avril 2005 par glattering (3 rép.)

Une autre chose que j’ai oubliée : ma mère est un utilisatrice (et utilisatrice uniquement, j’insiste) novice d’un ordinateur. Après quelques temps sous windows ou elle a appris à se servir de logiciels comme IE et word, je lui ai installé firefox, openoffice et consort.

Ca a été pour elle un chamboulement assez difficile à maîtriser (dès que ça change, elle est perdue, meme entre firefox et IE pour vous dire !!).

Après quelques temps et beaucoup d’efforts, elle a complètement passé ce cap et utilise aussi facilement ces nouveaux logiciels que ceux qu’elles utilisaient auparavant.

Enfin, dernièrement, j’ai remplacé windows par linux, d’un coup. Je l’ai prévenue, et rassurée maintes et maintes fois. Résultat : transition sans aucun problème. Elle m’a même dit qu’en fait c’était pareil qu’avant, que seul la première image était différente (comprendre le bureau).

Ce que j’en conclue, c’est que, du moins pour les utlisateurs purs (pas administrateurs), ce qui importe ce sont surtout les applicatifs directs (traitement de texte, navigateurs etc) qui sont les critères de changement.

Cependant, je vois bien que ma mère était dans une situation où quelqu’un (en l’occurrence moi) s’occupait de prendre les intiatives, elle ne faisant qu’utiliser ce que je faisais pour elle.

Le cas d’un utilisateur autodidacte, mais surtout indépendant, est évidemment différent.

Pour l’instant, d’après ce que j’ai pu en voir, le modèle d’expansion de linux se base surtout sur une sorte de compagnonnage ou apprentissage (un maitre, un apprenti). Seuls certains se sont fait d’internet leur maitre et se sont formés tout seul il me semble (je suis un peu dans ce cas).

Le prochain cap décisif est de parvenir a amené les gens à s’intéresser à linux et au libre d’eux mêmes, et pour cela il est nécessaire qu’ils soit préalablement informés, et à mon avis, le fait de fournir sous windows des logiciels libres est un moyen d’information.

/glattering

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 14 avril 2005 par Cyrille

J’ai lu attentivement vos interventions successives, et je me permet de vous faire part de mon humble experience. Je dispose du même ordinateur depuis 4 ans (Athlon 600MHz, 384 de ram. Il était très performant à l’époque mais s’est vu immédiatement supplanter par beaucoup plus performant ! De sorte qu’aujourd’hui je me retrouve confronté à l’impossibilité materielle de fonctionner sous XP par exemple. J’ai commencé par tester la suite OpenOffice qui me semble très similaire à celle de MS, je suis disposé à essayer tout autre logiciel libre, mais de là à passer sous Linux, j’avoue que j’ai des a priori très ancrés. Le discours que vous tenez tous, je l’entend régulièrement depuis déjà plusieurs années. Mais l’idée demeure que Linux est en construction constante et que seuls des utilisateurs expérimentés par opposition aux utilisateurs purs (comme moi) peuvent s’en sortir. Alors je vais prendre mon courage à deux mains et tenter l’experience Linux mais à condition de pouvoir vous faire part de temps en temps de mes avancés (et de mes déboires... ; ce sera ma petite participation au libre) et éventuellement de solliciter l’aide d’un “maître” s’il s’en trouve un qui veuille bien de ce lourd fardeau ! En tout cas, merci à vous de réfléchir comme vous le faite à ce que l’on peut appeler à mon sens, la démocratisation vertueuse de l’informatique personnelle.

-----> Témoignage d’un novice

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 14 avril 2005 par Cyrille

J’ai lu attentivement vos interventions successives, et je me permet de vous faire part de mon humble experience. Je dispose du même ordinateur depuis 4 ans (Athlon 600MHz, 384 de ram. Il était très performant à l’époque mais s’est vu immédiatement supplanter par beaucoup plus performant ! De sorte qu’aujourd’hui je me retrouve confronté à l’impossibilité materielle de fonctionner sous XP par exemple. Tout autre “homme du sens commun” changerai immédiatement d’ordinateur, mais mes finances ne me le permettent pas. J’ai donc cherché des solutions alternatives à Microsoft en commençant par les logiciels. J’ai donc testé la suite OpenOffice qui me semble très similaire à celle de MS, je suis disposé à essayer tout autre logiciel libre, mais de là à passer sous Linux, j’avoue que j’ai des a priori très ancrés. Le discours que vous tenez tous, je l’entend régulièrement depuis déjà plusieurs années. Mais l’idée demeure que Linux est en construction constante et que seuls des utilisateurs expérimentés par opposition aux utilisateurs purs (comme moi) peuvent s’en sortir. En fait, je crois qu’il y a du pour et du contre dans ce débat et Aaron ne fait que le souligner. Vous n’opposez pas Linux à Windows, mais des logiciels libres à Windows. Je m’explique : à la lecture de l’intervention d’Aaron, on constate que des logiciels libres (Firefox en est un exemple) parviennent à ce faire une pub énorme par leur qualité. Linux n’y parvient pas. Commencer par utiliser des logiciels libres, c’est effectivement à la portée de tout le monde, et je rejoins l’idée que le choix de l’os dépend des logiciels compatibles. Offrir au public de beaux logiciels comme OpenOffice, Firefox, Gimp, etc... est je crois le meilleurs moyen de montrer au plus grand nombre que l’alternative en matière de software existe. Présenter Linux sous une version démo compatible windows voilà une gageure qui pourrait convaincre les hésitants dans un premier temps de tenter la même expérience avec l’os. Pour ma part, je vais prendre mon courage à deux mains et tenter l’experience Linux mais à condition de pouvoir vous faire part de temps en temps de mes avancés (et de mes déboires... ; ce sera ma petite participation au libre) et éventuellement de solliciter l’aide d’un “maître” s’il s’en trouve un qui veuille bien de ce lourd fardeau !

En tout cas, merci à vous de réfléchir comme vous le faite à ce que l’on peut appeler à mon sens, la démocratisation vertueuse de l’informatique personnelle.

-----> Témoignage d’un novice

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 16 avril 2005

« Pour ma part, je vais prendre mon courage à deux mains et tenter l’experience Linux mais à condition de pouvoir vous faire part de temps en temps de mes avancés (et de mes déboires... »

Je vous souhaite bonne chance dans vos essais, en espérant qu’ils soient fructeux et enrichissants. Je tiens à vous dire qu’il faut dans tous les cas de la patience ! Ce qui ne veut pas forcément dire beaucoup de temps, seulement de la patience ! Sinon, c’est frustration à la clé.

Pour les utilisateurs avancés de windows, cela nécessite d’autant plus de patience qu’il pourra paraître frustrant de devoir réapprendre des choses acquises sous windows. Le meilleur moyen d’y parvenir (à mon avis) est d’être motivé par les idées véhiculées par le libre.

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 13 avril 2005 par glattering (0 rép.)

Voilà mon témoignage personnel qui n’a aucune valeur générale, c’est un simple exemple : C’est un peu raccourci mais néanmoins vrai, je suis passé sous Linux grâce à firefox.

/glattering

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 12 avril 2005 par FAWTS (2 rép.)

Je ne suis pas vraiment d’accord avec ce monsieur. J’ai voulu passer sous Linux. Et tout allais bien au niveau des logiciels. Le vrai problème, ce sont les drivers. Ma carte Wifi n’est pas utilisable sous linux, ni mon imprimante (et pourtant, j’ai cherché des semaines entières et je continue encore !!!)

Je ne comprend pas que les fabriquants de matériel informatique ne soient pas obligés de créer des pilotes pour Linux, ce serait un minimum.

Je pense que vous comprendrez aisément qu’un ordinateur sans imprimante et sans internet n’a que très peu d’interet.

Enfin, si vous avez une solution pour faire tourner une carte wifi speedtouch 120 g de thomson et un imprimante Canon PIXMA ip 1500, je suis preneur !!!!.

FAWTS

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 13 avril 2005 par jujusl

As-tu essayé ndiswrapper pour utiliser ton driver wifi Windows sous Linux ? Ca peut marcher...

(cela dit, avec ma carte wifi Belkin, ça plante Knoppix ! Il paraît qu’avec un driver pour PC Dell ça marche mieux, mais je n’ai pas encore vraiment testé...)

-----> ndiswrapper

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source sur les postes de travail ? , le 2 octobre 2005 par ossip

Bonjour ! Pour ce qui concerne l’imprimante, il semble qu’un pilote soit disponible pour suse linux 9.1 ; je ne l’ai pas encore essayé mais cela marchera peut etre avec d’autres distributions ? Bon courage.

http://software.canon-europe.com/Printers/Bubble_Jet_Printers/PIXMA_iP150010092.asp

-----> http://software.canon-europe.com/Printers/Bubble_Jet_Printers/PIXMA_iP150010092.asp

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source ? , le 12 avril 2005 par Jerome (0 rép.)

Je suis d’accord avec l’auteur lorsqu’il dit que les logiciels libres sous Windows n’incitent pas au changement vers Linux, mais l’auteur fait 2 omissions importantes :

- 90 % de part de marché, le libre n’a plus le choix pour faire découvrir ces applications, et si cela n’incite pas forcement au passage sous Linux, c’est sans compter la communaute toujours plus puissante, les administration et les entreprises ... Au final, c’est une etape qui peut-etre retarde qq migrations mais cela se traduira et se traduit déja par des migrations (J’ai fais le pas l’ete dernier et comptez sur moi pour faire suivre tout mon entourage et le club info dans lequel je m’investi). Si le début de la découverte ne pouvait s’effectuer sous Windows personne ne passerait d’un seul coup sous Linux avec les efforts que cela represente pour retrouver ses marques... Si encore tout le monde partait de zéro, mais ce n’est pas le cas, plus de 90 % des gens commencent sous Windows.

La deuxieme chose, c’est de faire comme Microsoft et sous-estimer la communauté du libre et l’envie pour les autres de se débarrasser de Windows ( Microsoft a une image déplorable et c’est ce qui finira par lui porter préjudice. )

-----> Club-Micronet

Répondre à ce message

Open Source et Apple , le 12 avril 2005 par Tiff (0 rép.)

On pourra aller consulter l’article de MacGénération sur Apple et le libre

-----> ici

Répondre à ce message

> Débat contradictoire - Partie 1 : Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 par Benoit (0 rép.)

Je ne suis vraiment pas d’accord avec cet article qui ne part que du point de vue du développeur (d’autant plus qu’il est de KDE, qui a sans doute un intérêt limité sous Windows même s’il fonctionne) et qui « oublie » l’utilisateur.

Or, il est indéniable que plus de 90% des utilisateurs sont sous Windows. Comment auraient-ils vent des logiciels libres si les logiciels libres ne venaient pas à eux ? Je vois une seule autre alternative, c’est en les forçant (haha je t’ai enlevé Windows et j’ai mis un autre truc que tu connaissais pas à la place).

Je crois aussi que le choix, ça reste une composante essentielle de la liberté.

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 (1 rép.)

Bonsoir,

Je suis passé à Linux sans difficultés particulières après m’être familiarisé aux logiciels libres sous Windows.

Linux a 4 points faibles :

1) Le manque de compatibilité avec le matériel. Je vous rassure d’après les infos que j’ai pu glaner ici où là dans les 3 ans qui viennent cela ne sera plus que de l’histoire ancienne.

2) Le manque d’offre de logiciels propriétaires (eh oui), d’après les mêmes infos certains éditeurs de logiciels de comptabilité et de gestion envisagent de s’introduire sur ce marché d’ici 3 ans.

3) Le conflit d’intérêt avec les magasins d’informatique, qui pensent être victime d’un manque à gagner s’ils vendent du Linux.

4) 5% de part de marché

Microsoft a 1 point faible :

a) Cette multinationale vend de la marchandise.qu’elle doit renouveller régulièrement si elle veut maintenir son C.A. (problème structurel).

Les marchés d’avenir, dans tous les secteurs d’activités, seront conditionnés par la notion de service, de communication et d’information. Aujourd’hui déjà dans certains domaînes, on offre le produit et on tire les revenus des services qui l’accompagne. Les acteurs du libre ne mesurent pas à quel point ils révolutionnent les relations sociaux-économiques dans beaucoup de secteurs d’activité. Je comprend le découragement et les interrogations de certains informatitiens, à savoir comment gagner sa vie tout en privillègiant le logiciel libre, je comprend également les partisans des brevets logiciels qui veulent s’assurer des revenus réguliers (même malhonnètes), leur réactions sont guidées par leurs conditionnements. Par contre je ne crois pas que l’on puisse durablement aller contre les progrès technologiques et l’évolution qui les accompagne.

pour conclure l’avenir ce n’est pas, ni Linux, ni Microsoft mais les services rémunérés qui les accompagne. Personnellement ce qui m’a amené techniquement à linux, ce sont les logiciels libre sous Windaube. L’avenir de l’Open source ce sont les services, notamment le code source disponible qui rassure, que l’on peut modifier et adapter à chaque usage, qui vaccine contre l’espionnite, les bugs qui sont corrigés très rapidement grace à la communauté, etc... Le chemin c’est le travail collaboratif, le partage du savoir et de l’expérience, c’est nouveau, c’est en train de naître et ça va complètement changer la donne.

La plus grande faculté de l’homme c’est l’adaptation.

Christian.

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 17 avril 2005 par freeornot

Pour conclure, l’avenir se sont les logiciels absolument pas libre, mais fiable et très efficace qui permettront aux clients d’économiser du service vendu cher sous couvert de logiciel libre obscure. Le discours sur le travail collaboratif, c’est de l’utopie de bazard que même le régime communiste Chinois n’ose pas émettre.

Bref avec le libre, l’avenir c’est la robotisation logiciel, tout comme la robotisation dans l’industrie.

L’informaticien avait tout pour se protéger de cela, mais non !

Répondre à ce message

Laisser la porte ouverte et savoir séduire... , le 12 avril 2005 par Eric (0 rép.)

J’ai lu cet article et je ne m’y retrouve pas.

Croyez vous vraiment qu’un

utilisateur choisit son système d’exploitation en fonction des applications disponibles pour ce dernier

Croyez vous vraiment que

Si les applications souhaitées par les utilisateurs sont disponibles sous Windows, ils resteront accrochés à Windows. Inversement, si les applications qu’ils veulent n’existent que sous Linux/BSD, ils finiront par utiliser Linux/BSD

Personnellement, je ne le pense pas, mieux, je ne l’ai pas fait. En effet, après moults tentatives, j’ai réussi à me défaire de Windows, et à basculer sous linux grâce au monde du libre, et je vais le dire : grâce également aux applications open-source sous Windows.

Je pense qu’il ne faut pas oublier une réalité : la plupart des utilisateurs sont sous windows. Ce n’est pas un choix mais c’est ce qu’ils ont trouvé sur leur lieu de travail, dans leurs écoles, dans leur entourage familial... (ou mac dans certain cas). Autre petit constat, le niveau informatique de la plupart des utilisateurs est faible et ils ont déjà du mal à se servir de Windows et de ses applications...

Alors croyez vous qu’en limitant les logiciels open-source à l’utilisation exclusive des systèmes d’exploitation libres, les utilisateurs lambdas se tourneront un jour vers le libre ?

Dans mon entourage direct, je peux vous répondre que non, tant en milieu professionel, familial ou amical. La plupart ne soupçonne même pas l’existence du libre...

Personnellement, j’y suis parvenu, mais ce fut une longue quête, semée d’embûches. C’est une idée qui me trotte dans la tête depuis longtemps mais ce n’était pas très acessible pour le non informaticien que je suis. Cela fait quelques années que je teste les différentes versions de Linux mais j’avais toujours trouvé ce système incompréhensible et inexploitable. J’ai même fait une tentative appréciée avec Beos dont j’avais acheté une license à l’époque (4.5 si ma mémoire est bonne) mais son développement ayant été abandonné => retour à la case windows...

Aujourd’hui la donne a changé :
- Je trouve que les distributions Linux ont fait de réels progrès et sont presque accessibles au grand public (ce n’est pas encore gagné mais on s’en approche vraiment)
- La pluralité de l’offre des logiciels open source permet à chacun de trouver son bonheur
- Le développement des liaisons haut-débit et des forums d’entre-aide rendant le libre plus accessible

En fermant la possibilité aux utilisateurs de windows de découvrir les joyaux du libre, comment voulez vous vous faire connaitre ? Cela fait des années que macintosh existe et propose une excellente alternative mais quel est le pourcentage des macs/pc dans le monde informatique actuel ?

Je pense vraiment qu’il faut que cette possibilité perdure, permettant au monde libre d’exposer au plus grand nombre son savoir faire pour séduire petit à petit. Et cela permet de faire la transition en plusieurs étapes :
- Au départ : tout OS et logiciels propriétaires
- OS propriétaire + logiciels libres auxquels je m’habitue
- Dual boot OS propriétaire / OS libre + logiciels libre dont j’ai pris l’habitude de me servir (sans oublier le reste de la petite famille qui utilise le même poste que moi)
- J’arrive enfin à refaire en 100% ce que je faisais avec mon OS et logiciel propriétaire, donc je peux enfin passer intégralement sous OS libre

Alors évidemment, les périodes de transition seront plus ou moins longues en fonction des utilisateurs, mais vous avez des alliés... toutes ces cochonneries que sont les virus, troyens ou autres vers qui pourissent la vie de l’utilisateur moyen découvrant les "joies" d’internet... Quand il aura perdu 2/3 fois toutes se données persos , il commencera à réfléchir et à se tourner vers d’autres solutions !

Personnellement, je milite constamment pour le libre et j’encourage vivement toutes mes connaissances à en découvrir les petits bijoux. C’est ma modeste contribution au monde libre.

Alors je comprends le sentiment des développeurs qui ont un peu l’impression de faire le jeu de Microsoft, mais s’ils coupent cette passerelle, ils ne se feront jamais connaitre. Moi même, à mon modeste niveau, j’ai l’impression de prêcher dans le désert, mais je vous promets que je trouve des pélerins et que petit à petit le mot "libre" commence à avoir une signification dans mon entourage.

Alors je voudrais conclure en disant merci à tous ceux oeuvrant pour le libre, avec une petite mention spéciale pour Framasoft qui me permet de donner une superbe porte d’entrée pour le monde du libre à mes différents interlocuteurs.

En espérant que la commision européenne ne vienne pas tout gâcher avec ses brevets logiciels.

Longue vie au libre.

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 par Glorfindel (0 rép.)

Je ne suis pas franchement d’accord avec cet article, je pense que le logiciel libre sous Windows permet d’initier le Windowsien au libre et provoquer son envie de migration, je compte faire une tentative de passage a Linux cette été apres le passage de mon bac et cette tentative que je compte faire je n’aurais jamais eu envi de la faire si je n’avais pas été initier sous Windows à de si bon logiciels comme Firefox ou OpenOffice, certes une certaine partie de personnes comme moi n’auront jamais envi de passer à Linux mais l’aurait elle eut sans ???

Répondre à ce message

Firefox, une arme pour faire respecter les standards , le 11 avril 2005 par Brice (0 rép.)

Sans Firefox sous Windows, on parlerait beaucoup moins de Firefox donc des standards du Web et de l’OpenSource. Firefox sous Windows est une vitrine de l’OpenSource. Il montre que le Libre a la capacité d’être plus performant que ses concurrents pour le grand public.

Sans Firefox, MS aurait le champ libre en ce qui concerne les normes à adopter pour le Web : et ça c’est le début de la fin, cela signifie un internet sans Microsoft est impossible puisque l’utilisation de IE deviendrait obligatoire !

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 (1 rép.)

je trouve cet article tres realiste. Je suis utilisateur de windows depuis pres de 10 ans. J’ai deja essayer de migrer vers linux a travers une mandrake mais sans succes. Des problemes de compatibilite materiels notamment. Je reste sous windows encore car comme le dis tres bien cet article, je beneficie de tous les logiciels que je veux et dont j’ai besoin en open-source ou en freeware. Et encore je suis un cas un peu particulier car j’aimerais passer sous linux uniquement pour etre 100% libre.

Loic

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 par Ulmo

Je te conseille d’essayer régulièrement les nouvelles versions de Linux (Les Live CD par exemple).
Linux fait ENORMEMENT de progrès. Ce serait domage de pas en profiter car on peut y faire des choses que Windows ne permet pas ;)

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 par claude (4 rép.)

>Cette « stratégie » assure aux environnements libres de ne rester qu’à 5 % de part de marché.

Je voudrai dire que depuis que ma passion et mon metier est d’etre programmeur, je vois de moins en moins de chose à faire pour gagner ma vie quand tout devient libre donc gratuit !

Pourtant je ne suis pas contre, mais bon. A t’on meusurer l’impact du logiciel libre sur l’economie ? si microsoft a gagner (car il a fait, les autres non) beaucoup de societes, de services, de technologies ont ete devellopés. C’est pas grace au mac pourtant concurent dit "mieux" à l’epoque.

Ce que je remarque, c’est que depuis que je fais ce metier, j’ai l’impression que j’ai choisi le mauvais metier, pourtant passionné depuis l’age de 10 ans quand il y avais tout juste le 6809. Que vais je faire pour manger demain ?

Y a t’il des maison libre, legume libre, restaut libre ou ma famille et moi puissent conssomer, puisse qu’on le fait pour les produits de mon metier ? Qui veut venir me construire une maison, vue que dans mon secteur d’activité si cela continue, je n’aurai jamais les moyen de m’en payer une ?

Vision bizarre mais resentie.

C’est chiant d’entendre dire par le client que c’est trop cher quand on fait des devis raz les paquerettes pour juste payer les charge, et qu’il te sort que t’elle truc ou tel autre truc c’est gratuit. dur dur.

Enfin, on verra bien

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005

Il y aura toujours besoin de consultants, d’experts, de support technique, de programmeurs d’applis spécialisées etc. La différence majeure : une boîte de Seattle n’empochera plus des milliards en proposant un stystème qui, avec le fric qu’il génère, aurait depuis longtemps pu et dû bénéficier d’une foule d’améliorations, débuggages etc...

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 par Slach

Ll faut bien distinguer les concepts de logiciel à code source ouvert (« open source »), de logiciel libre, de logiciel propriétaire et de logiciel payant. Un logiciel peut très bien être à code source ouvert et payant, ou propriétaire et gratuit ; tout dépend de la license.

Etendre le libre , le 12 avril 2005 par Ndjee

Claude,

tu demandes s’il y a des maisons libres, des légumes libres, restos libres,...

Je sais que tu ne le demandes pas sérieusement, mais je vais essayer de te répondre sérieusement. Je suis de ceux qui croient que c’est possible, et à vrai dire je crois bien que ça se fera, et dans pas si longtemps.

Ca ne sera pas simple et il faudra émettre des règles, certains comportements seront rendus possibles qui seront considérés par certains, à tort ou à raison, comme des abus.

Mais, en très gros, il suffit de quelques bonnes volontés, de gens qui s’entraident, qui s’échangent des services, qui mettent en commun leurs perspectives et leur enthousiasme (un enthousiasme un peu plus profond et signifiant que celui qui nous pousse à nous lever tous les jours pour aller faire tourner La Machine avec des gens qu’on préférerait connaître selon d’autres rapports - La Machine c’est un peu ce qu’on veut, la mienne s’appelle l’Etat et son principal défaut c’est qu’on ne peut jamais l’arrêter pour voir ce qui déconne vraiment)

Il faut du terrain, des outils, des savoir-faire et des savoir-vivre, y croire et le vouloir vraiment.

En ce qui concerne les Logiciels Libres, il me semble que ça marche. Alors des Sociétés Libres, on peut espérer... et s’y mettre (certains ont commencé)

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 15 avril 2005 par alexmyself

l’humain étant fainéant , il tendra a en faire le moins possible , du moins pour tout ce qu’il n’aura pas decider de faire (genre aller bosser..) donc mecanisation a mort de toutes les taches , donc des logiciels pour concevoir et animer tout ce "peuple rouillant" (pensez a des usines telles celles de renault...pas besoin d’humains...) donc si windows c’est la merde definitivement , si linux ca pourrait finir par un truc bien sympa l’humanité....puis meme sans aller si loin , l’electronique envahi tout , en perdre le controle c’est subir l’avenir de quelques super structures financieres....moi ca me botte pas du tout...linux , pardon GNU/linux, c’est a mon sens bien plus important pour notre futur que nous ne pouvons l’imaginer aujourd’hui...ce n’est meme pas tant GNU/linux que leurs philosophie qui soit vraiment importante. ...descendre du nuage..pourquoi ? c’est interdit aussi ca ?....

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 par jv2759 (0 rép.)

Je connais bien firefox, et je participe au forum sur ce logiciel. Et bien combien de fois on voix arriver des personnes qui demande, y a-t-il un risque à utiliser firefox ?

C’est sur demain cette personne ce met à linux...

Pour être attrayant il faut que l’utilisateur connaisse et ais confience dans les logiciel qu’il vas rencontré... Si les logiciel libre son tous sous linux et les propriétaire son sous windows, alors les utilisateur n’irons jamais linux... Car il auront peur. Certe les bidoullieur testeront, mais cela s’arreteras la. Les paniquer de l’informatique 80% des utilisateurs n’irons jamais vers linux.

On parle de cout de migration ? C’est sur changer 100% de logiciel à un cout plus faible que si on doit changer que l’os...

L’article dit : "Rien ne justifierait une telle migration.", et le prix ? Et les drm et les virus et... La migration est justifier, mais elle fait peur, il faut la rendre la plus facile possible...

Pourquoi être toujours extrémiste. Le monde n’est pas blanc ou noir, propriétaire libre... Il faut les deux, il faut savoir faire vivre les deux... Chaqu’un apporte son lot d’avantage. Au lieux de ce faire la guerre essayont plutot de tirais partie de chaque model... Aucun extrémisme n’as jamais était bénéfique...

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 par ludo (0 rép.)

Ben moi les logiciels open source m’ont permis de me passer de windows a 90%. J’ai commencé a utiliser beos en parallele avec windows, ce qui m’a fait decouvrir qu’un systeme alternatif a windows etait fiable, je suis donc passé a redhat puis mandrake, d’abord par curiosite, puis mandrake est devenu mon systeme principal, windows ne me sert plus qu’ faire de la video (pinnacle dc10 analogique et studio9), pour le reste, tout ce dont j’ai besoin est sur mandrake. Le jour ou la video sera totalement bien supportee sous linux, je pourrais me passer de windows.

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 par PhiX (0 rép.)

Je ne partage pas l’analyse d’Aaron, même si je comprends ses inquiétudes.

L’argument selon lequel les utilisateurs de Windows migreraient sous Linux afin d’utiliser Firefox ou autre application, ne me parait pas pertinent, pour la bonne et simple raison que les "microsoftiens" ignorent - à une écrasante majorité - jusqu’à l’existence d’une alternative. Autrement dit, pour eux, Linux n’existe pas !

Les résultats d’un récent sondage, dont j’ai perdu les références, établissait en effet que les internautes utilisateurs de Linux ne représentent qu’un minuscule pour cent !

Répondre à ce message

> Oui, mais... , le 11 avril 2005 par jlemoine (1 rép.)

Je comprends et partage les inquiétudes de Aaron J. Seigo. Cependant la situation qu’il décrit vaut surtout pour l’informatique personnelle, non par opposition à professionnelle, mais plutôt à une utilisation collective.

Dans une entreprise les utilisateurs ne choisissent pas leurs outils, mais les services informatiques doivent compter avec eux. Il est délicat de changer radicalement d’outil de travail, informatique ou pas.

Un logiciel libre, disponible sur plateformes GNU/Linux et Win32 permet de former en douceur les utilisateurs et d’envisager, à plus long terme il est vrai, le passage au tout libre.

La plupart des utilisateurs de logiciels ne savent même pas ce que sont les logiciels libres, et la disponibilité de ceux-ci sur Windows permet de les faire connaître.

Dans le cas de Firefox, sa généralisation sur tous les postes, y compris sous Windows, permet aussi de mettre à niveau les sites internet ou intranet de l’entreprise, qui utilise bien souvent des rustines spécifique à Internet Explorer.

Librement vôtre.

-----> > logicielslibres.u-paris10.fr

> Oui, mais... ( totalement d’accord ) , le 19 avril 2005

Je suis totalement d’accord.

Quel bonheur j’ai eu ( moi utilisateur Win32 ) de garder mon Firefox en migrant sous Linux ( je sais, cette façon de voir peut faire sourir les plus tuxés d’entre vous, mais c’est une réalité ). J’ai pas essayé, mais jchuis sûr qu’il y a moyen de migrer les "MarquePages" d’un système à l’autre.

Le fait de disposer des mêmes applications sous plusieurs OS permet en effet de se former à leur utilisation et donc de pouvoir changer d’OS comme de chemise, tant que les softs ont le même look’n feel.

Répondre à ce message

Ce qui est rare est cher... , le 11 avril 2005 par Ulmo (0 rép.)

un Windows pas cher, c’est rare : donc ce qui est pas cher est cher.
Bons arguments, mauvaise réfexion.
Pour faire court : pour convaincre madame Michu de migrer sous Linux, il faut lui fournir les memes (ou presque) applications que sous Windows.
Puisque MS ne fait pas d’application Linux (tant mieux), les applications Linux iront voir Windows.
Une fois libre avec ses applications, elle pourra se libèrer de son OS sans être perdue.
La force des logiciels OpenSource, c’est l’ouverture.
Vivement demain pour la seconde partie :D

Répondre à ce message

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 par rezki (5 rép.)

Excellent article. Le risque est grand en effet. Je me reconnais bien dans cette situation : j’ai les mêmes logiciels sous Windows et Linux. J’ai Firefox, Thunderbird, VLC... et que j’utillise Windows 9 fois sur 10, au lieu de Linux. J’attrape des virus, la machine ralentie. Sous Linux les problèmes sont différents : mon modem ne se connecte au réseau qu’une fois sur deux, la jauge de batterie n’est pas reconnue. On a donc le choix entre flirter avec du propriétaire pret à l’emploi ou fourrer ses mains dans le cambouis. Le problème c’est qu’on a rarement le temps de réparer une erreur quand on a un travail à faire sur sa machine.

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005

Depuis le temps de linux est si bien et qu’il est gratuit tout le monde l’aurait, mais ce n’est pas le cas ! Malgré que cela soit un bon produit, il n’est pas aboutit, facile, ... Cela ne servira a rien de faire la gueguerre entre windows et linux, si linux n’enleve pas la couche bidouillage pour installer quoique ce soit .... on est plus dans les années 90, c’est fini. Faut du click and go. Puis la couche X est a virer, puisque que tout le monde en fait un poste monoutilisateur, elle n’a plus lieu d’être. dur de trainer un gros boulet !!!

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 11 avril 2005 par mellarede

Les logiciels libres qui fonctionnent à la fois sous Windows et sous Linux constituent une transition intéressante de Windows à Linux. Dans une première phase, on apprend à utiliser des logiciels applicatifs libres sous Windows. Dans une deuxième étape, lorsqu’on passe à Linux, on peut se concentrer sur les problèmes liés au changement de système d’exploitation (et ils sont bien assez nombreux comme cela !), les logiciels applicatifs étant déjà maîtrisés.

Ces dernières années, j’ai tenté deux passages de Windows à Linux, sans succès. Mon ordinateur devenait une fin en soi et non un outil : je passais beaucoup plus de temps avec, pour arriver à faire beaucoup moins de choses avec.

Fin 2003, j’ai progressivement remplacé tous mes applicatifs propriétaires par du libre. J’ai rapidement récupéré mes données et je me suis familiarisé avec ces nouveaux logiciels, arrivant à en faire autant, voire plus qu’avec les anciens.

En novembre 2004, ma troisième tentative de passage sous Linux a été la bonne ! Et comme au bureau, je n’ai pas le choix de l’OS, je suis content de pouvoir retrouver mes applications libres favorites sous Windows. Je peux même les montrer à mes visiteurs, qui souvent ne savent pas de quoi il s’agit, ou bien en ont vaguement entendu parlé, sans jamais avoir cherché à s’y intéresser.

Bref, s’il n’y a avait pas eu de logiciels libres sous Windows, je serai encore sous Windows !

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 par Philippe

Le débat est intéressant, et il ne fait aucun doute que le logiciel libre est promis à un bel avenir. Le point faible du logiciel libre me semble pour ma part rester Linux.

Je ne suis pas du tout programmeur, mais mes activités professionnelles me rendent l’ordinateur indispensable. Je fais entre autres de la CAO électronique et de l’infographie 3D. Je me considère comme un utilisateur avancé, mais je n’ai pas réussi à migrer vers Linux.

J’ai pourtant essayé quasiment toutes les distributions possibles, sans trouver celle qui me conviendrait (Red Hat, Fedora, Suze, Mandrake...) Je me heurte toujours à des problèmes de compatibilité matérielle, ou de logiciels non disponibles. L’installation de prériphériques en particulier, est loin d’être souple.

Les logiciels de CAO électroniques dont j’ai besoin ne tournent pas sous Linux et n’ont pas d’équivalent en libre sous ce système d’exploitation.

Mes nombreux périphériques, tels que scanner, programmeurs de composants, imprimante, n’ont pas de drivers développés pour telle ou telle distribution de Linux, ce qui fait que je n’ai jamais pu faire fonctionner tout mon matériel avec une même version.

Je suis donc contraint d’utiliser sous Windows des applications commerciales conçues pour Windows , ainsi que des logiciels libres (L’excellent BLENDER pour la 3D, en particulier).

> la CAO, l’oubliée des LL , le 12 avril 2005 par libercad

C’est vrai (malgré Blender, DIA, Qcad,...) la CAO est globalement le domaine d’activités boudé par les programmeurs de Logiciels Libres

La faute à qui ? à quoi ?

Je n’ai pas trouver de réponses viables. En attendant aidez les projet cités ci dessus à attendre LA maturité

> Comment tuer l’Open Source dans un environnement graphique ? , le 12 avril 2005 par Jerome

Ne te décourage pas, Linux avance tres vite, il est deux fois plus jeune que Windows et déja tout aussi competitif pour le poste de travail (Internet/Bureautique).

Tous les 6 mois les nouveautés sont nombreuses alors que le prochain Windows n’arriverra pas avant 2 ans (annoncé mi 2006 puis fin 2006 et maintenant debut 2007)

Tous les contructeurs sont contraints de faire leur pilotes sous linux les uns apres les autres sous peine d’etre sanctionnés par le marche de demain (l’ASIE) qui a tres clairement fait le choix de Linux

Teste la distribution ubuntu http://ubuntu-fr.org elle prend deja le dessus sur Fedora, Suse & Mandriva (ex-mandrake). C’est celle qu’on fait découvrir au club informatique.

-----> Club-Micronet

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

Smile ! Smile !
Creative Commons BY