• Auteur : Hugues
  • Date : 27 décembre 2004 (30 décembre 2004)

OpenOffice.org et les mentalités

Individuellement, nous sommes nombreux à nous être heurtés à la résistance de nos proches lors de nos actions d’incitation à découvrir puis adopter quelques logiciels libres, voire même pour les plus téméraires le système d’exploitation en entier avec GNU/Linux.

Bien que la problématique soit différente, nous pouvons alors fort bien imaginer ce que cela peut donner dans un contexte professionnel.

Une situation qui devrait toutefois s’améliorer avec le temps. Le temps justement que les mentalités (mais aussi pratiques, habitudes et conditionnements) évoluent. Le temps également ici pour OpenOffice.org de nous sortir sa prochaine et très attendue nouvelle version 2.

Oh douce litanie !


— Bonjour Madame, j’aimerais vous rencontrer pour vous faire la démonstration d’une suite bureautique gratuite !
— Nous ne somme pas intéressés, nous possédons déjà Microsoft Office XP qui fonctionne parfaitement !
— Vous voulez dire que vous souhaitez continuer de payer des licences ?
— Euh, vous savez moi je n’y connais rien en informatique et puis, quelle garantie m’apporte un logiciel gratuit ?
— Je ne parle pas d’une seule garantie mais de plusieurs. En premier lieu la liberté de ne pas payer de licence pour un logiciel, en second celui de ne pas être assujetti aux exigences d’un éditeur qui fait évoluer ses produits sans proposer de réelle compatibilité entre eux.
— Notre entreprise produit de nombreux documents et je n’ai pas envie de courir le risque de perdre ceux-ci, nous ne pouvons nous résoudre à des des solutions d’amateurs !
— Si je puis me permettre, un logiciel libre n’est pas synonyme de travail d’amateur, loin de là. Pouvez-vous au moins me donner un rendez-vous afin que je puisse vous faire une démonstration ?
— Non franchement, nous ne sommes pas intéressés, au revoir Monsieur !

Voici en substance le genre de réponse que j’obtenais lors de mes tentatives de prise de rendez-vous chez les clients.

Le cas d’une SSLL

Je suis collaborateur dans une SSLL depuis deux ans et je suis chargé de promouvoir le logiciel libre au sein des PMI PME de Haute et Basse Normandie. Si vous concluez que je suis un pourvoyeur de services, que je prends le logiciel libre comme une opportunité visant à gagner de l’argent et qu’il est bien regrettable d’agir de la sorte, alors nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde. Le logiciel libre est parfaitement compatible avec la prestation de services et en ce qui me concerne : la formation et l’intégration.

La plupart du temps, il est hors de question de parler de Linux car la simple prononciation de ce mot fait fuir les clients. Comment leur en vouloir, ils ne sont pas tous spécialistes en informatique.

Notre stratégie est donc aujourd’hui plus basée sur des solutions alternatives qui consistent à faire cohabiter des logiciels libres avec des logiciels propriétaires. Nous installons chez nos clients des serveurs Linux et assurons la maintenance à distance. La plupart du temps, ils se contrefichent de savoir qu’un serveur Linux tourne dans leur entreprise, ce n’est pas leur souci à partir du moment où ils obtiennent pleinement satisfaction.

Le choix d’opérer dans une SSLL n’est pas anodin, je suis depuis longtemps convaincu de l’utilité et de l’efficacité des logiciels libres mais qu’en est-il de cet enthousiasme face à des interlocuteurs rompus à l’utilisation des produits Microsoft et qui froncent les sourcils à la simple évocation du mot gratuité ? Vous aurez beau vous parer du plus bel argumentaire, avancer les exemples issus des travaux de Frédéric Labbé, énoncer les recommandations de quelques ministères [1], brandir des témoignages ... En vain. Tout ce blabla pleinement fondé s’effondre devant un scepticisme quasi général.

La technique du phoning, de la prise directe de rendez-vous étant peu concluante, nous avons opté pour une stratégie complètement différente. Nous organisons des réunions informelles auxquelles nous convions des chefs d’entreprise, des DSI [2], des décideurs et même des élus locaux. Au cours de ces réunions, nous procédons à des démonstrations, nous faisons intervenir des clients utilisant des logiciels libres histoire de faire bénéficier tout le monde de leur retour d’expérience.

OpenOffice.org et l’entreprise

La question avait déjà été partiellement abordée chez Framasoft : le logiciel libre est-il une alternative pouvant s’imbriquer dans notre système économique actuel ? A ce titre, vous pouvez lire l’article de Loïc D’Anterroches qui a donné lieu à quelques réactions intéressantes. Cet l’article visait cependant les entreprises éditrices de logiciels. Ma question est plutôt d’ordre général, et concerne tout type d’entreprise. Si l’on se penche sur les statistiques, nous obtenons déjà quelques éléments de réponse : les serveurs Apache, les bases de données MySQL et PostgreSQL, les CMS sont déjà fortement implantés dans des secteurs étrangers à l’informatique. Mais ces exemples ne font référence qu’à des logiciels pointus, intégrés la plupart du temps par des sociétés spécialisées. Qu’en est-il des logiciels libres destinés aux non informaticiens, ces applications que nous rencontrons au détour des rubriques de Framasoft ? C’est la raison pour laquelle je me suis surtout penché sur le cas d’OpenOffice.org.

OpenOffice.org et l’institution

Si nous ne possédons pas de chiffres fiables quant à l’implantation d’OpenOffice.org dans les entreprises françaises, nous avons en revanche quelques témoignages émanant d’institutions publiques. Cela étant, nous pouvons nous demander si sa présence ne reste pas quelque peu marginale [3].

Je me souviens d’une conversation avec quelqu’un travaillant au Ministère du Budget. Je savais que ce ministère utilisait OpenOffice.org et je lui avais demandé s’il était satisfait de cette suite bureautique. Sa réponse ne fut pas celle que j’escomptais. Au lieu d’entendre quelques propos dithyrambiques il m’a simplement avoué que la plupart des employés du ministère rechignait à l’utiliser du fait de son ergonomie peu engageante [4] et que la présence d’OpenOffice.org était surtout le résultat de la volonté de quelques contractuels convaincus de l’utilité des logiciels libres. Bien entendu il faudrait approfondir car ce seul témoignage ne saurait fixer une bonne fois pour toute la réalité des choses.

Pour contrebalancer ce bilan, j’ai personnellement pris contact avec le Directeur Adjoint du centre hospitalier Avranches-Granville [5] qui a tenu un discours autrement plus positif. Grâce à un encadrement et un plan de migration rondement menés, cet hôpital a peu à peu laissé tomber Microsoft Office pour se tourner vers OpenOffice.org. Les utilisateurs sont pleinement satisfaits et les quelques licences propriétaires restantes ne seront probablement pas renouvelées [6].

Voilà donc une première leçon à retenir : la diffusion d’un logiciel libre ne fonctionne pas à l’enthousiasme mais doit s’accompagner d’un encadrement et d’une formation visant à gommer les insatisfactions. On ne saurait pratiquer la politique de la migration imposée sans concertation qui se solderait certainement par une réaction hostile de la part des utilisateurs.

Pragmatisme ou pessimisme ?

Le but de cet article était surtout de faire bénéficier les lecteurs de mon expérience, de démontrer que le tout libre a ses chances mais qu’il n’est pas possible de l’envisager de façon brutale et qu’un minimum de concertation et de pédagogie sont nécessaires.
En attendant, notre chère suite bureautique peine à se développer dans les entreprises françaises qui n’osent franchir le pas et encore, nous ne parlons pas encore de Linux.

Microsoft aurait-il encore de beaux jours devant lui ?

[1] recommandation publiée par l’Agence pour le Développement de l’Administration Electronique (ADAE), plusieurs institutions et ministères utilisent désormais OpenOffice.org comme le Ministère des Finances, des centres hospitaliers, des entreprises comme Chronopost, des lycées, des collèges, des IUFM ...

[2] Directeur des Services Informatiques

[3] La question mérite d’être posée car je pensais il y a quelques mois que la diffusion d’OpenOffice.org n’était pas discutable au sein des administrations, je suis ouvert aux réactions des personnes concernées

[4] J’ai lu dans un article que certains parlaient du look ex RDA d’OpenOffice

[5] Une fois de plus, les travaux de Frédéric Labbé - op. cit. - m’ont été d’un grand secours

[6] Il a énoncé une centaine de milliers d’euros d’économie, cela a pu permettre d’investir dans du matériel informatique neuf

Dans une optique de migration de MS Office à OpenOffice.org, signalons deux livres qui peuvent accompagner l’utilisateur vers la réussite de l’entreprise :

Il y a également de plu en plus de sociétés qui se spécialisent dans la formation à cette suite bureautique, telle Indesko par exemple et pour n’en citer qu’une.

Sans oublier la rubrique de tutoriels dédiés. NdE.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

OpenOffice.org et les mentalités , le 13 mars 2006 (4 rép.)

utilisateur mac et pc j’ai tente un migration vers openoffice mais je suis revenu vers ragtime que j’ai connu grace a vous car au final il correspond mieux a mes attentes un intégré qui fait tout et vite. Ce qui m’a derouté sur openoffice c’est de ne pouvoir pas faire quelque chose qui utilise toutes les fonctions sur une seule page, mais je continu d’utiliser openoffice en occasionnel sans utiliser certaines fonctions que je préfere utiliser sur ragtime productivité oblige . Cette migration sera longue pour moi mais qui sait dans 5 ou 6 ans ....... la version 7 ou 8 me conviendra peut etre

OpenOffice.org et les mentalités , le 13 mars 2006 par kroco

OpenOffice n’est pas un programme de pao ( quark, indesign,...) mais un programme de traitement de texte. Il existe scribus pour ça.

OpenOffice.org et les mentalités , le 13 mars 2006 par isatis39871

Cher ami, tu fais partie de l’immense majorité des personnes qui utilisent un logiciel pour un usage inaproprié. OOo writer est un logiciel de traitement de texte, son but n’est pas la mise en page. Scribus me parait bien plus adapté pour ce que tu souhaites faire.

Appelle à toute personne trouvant qu’un logiciel ne ne lui plait pas : vérifiez qu’il est bien destiné à ce que vous souhaitez en faire. Sinon, vous allez perdre du temps et rager, pour finelament retourner vers des solutions que nous ne nommerons pas.

Bon, ici c’est ragtime donc tout va bien ;-)

OpenOffice.org et les mentalités , le 13 mars 2006

Pour faire une mise en page simple, Writer de OpenOffice est tout de même très bien, mieux que Word. Dès qu’il y a des nombres de colonnes variables et plein de photos, il est vrai que la mise en page a tendance à bouger un peu, même si on arrive, avec un peu d’expérience, à tout remettre en place rapidement. Pour la PAO, je vais tenter Scribus.

OpenOffice.org et les mentalités , le 13 mars 2006 par isatis39871

Bonne découverte, cher anonyme !

Répondre à ce message

OpenOffice.org et les mentalités , le 13 mars 2006 par Eric (0 rép.)

J’ai remarqué une résistance à OpenOffice qui ne se manifeste pas pour d’autres logiciels libres tels FireFox/Thunderbird ou filezilla.

Je crois que la présence (imposée par Sun) de Java et la lenteur/lourdeur qui y est associée est pour beaucoup dans cette réaction.

Aussi, point de vue ergonomie, Microsoft Office a toujours une longueur d’avance. OO 2 est un peu meilleur, mais il reste des efforts à faire.

Plutôt que de blamer l’utilisateur, je crois qu’il y aurait interrêt à songer sérieusement à corriger les défauts constatés.

Répondre à ce message

OpenOffice.org et les mentalités , le 18 janvier 2006 (0 rép.)

La migration vers les logiciels libres se heurte à plusieurs obstacles. Commandant une unité aérienne de l’armée de l’air regroupant 250 personnes, dotée de deux réseaux distincts et de serveurs dont certains tournent sous linux, j’ai il y a près d’un an décidé de tourner la page et de reconfigurer l’ensemble de mes postes informatiques avec Firefox, Thunderbird, VLC et OOo au lieu des produits MS correspondants. Après quelques réticences, les trois premiers logiciels furent rapidement adoptés. Le quatrième, OpenOffice, est plus difficile à imposer pour trois raisons : La première est la résistance au changement, qui vient d’ailleurs surtout des secrétaires habituées à "leur" logiciel MS office Word. La deuxième est en effet le manque de compatibilité entre word et OOo mais finalement cela s’avère un faux problème car on reprend rarement un vieux document et, tant qu’à le faire, la mise en page serait totalement refaite. Disons que les problèmes de compatibilité de mise en page sont largement compensés par la possibilité de sauvegarder les documents émis au format .pdf. La véritable difficulté réside dans le fait que de nombreux applicatifs ont été créés au fil des ans par la plupart des utilisateurs en utilisant les "macros" de word, d’excel ou d’access. Le fait de passer de MS office à OOo obligerait à reprendre tout ce travail sans garantie d’y parvenir, sans compter que "Base" n’est pas encore au niveau d’access 2002/2003.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 14 janvier 2005 par Anthony (8 rép.)

Au 1er janvier 2006, la totalité de la gendarmerie aura migré sous OpenOffice.org, la décision est officielle et signée depuis hier. Aujourd’hui 35 000 utilisateurs, 80 000 au début de l’été et la totalité pour la fin de l’année, voici une idée de la diffusion de OOo.

Élément essentiel de cette migration, la communauté de gendarmes qui a développé un logiciel d’aide à la saisie des procès verbaux et des procédures judiciaires. Ce logiciel, qui nécessite OOo, suscite un plébiscite des utilisateurs qui profitent avec lui des dernières évolutions des textes. Les habitudes sont peu bousculées, une plus-value est offerte, les personnels sont convaincus.

Les logiciels libres au coeur de l’administration française une réalité dans une des plus vieilles institutions !

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 15 janvier 2005 par Hugues G

Voici un retour des plus intéressants, preuve que l’idée du libre ne se diffuse pas partout avec la même rapidité : résultat de l’hermétisme de quelques groupes face à la bonne volonté de bien d’autres. Je crois aussi que la curiosité et l’ouverture d’esprit constituent deux éléments non négligeables qui font progresser l’idée du libre.

C ’est d’ailleurs passionnant pour moi qui observe de près l’évolution de Framasoft depuis ses débuts. Les articles consacrés aux logiciels libres - et d’une manière générale au partage de la connaissance comme patrimoine commun de l’humanité-, deviennent de plus en plus pointus, sans parler de la qualité... Un vrai régal !

Et comme le disait JYK dans son message du 28 décembre dernier :

Alors.........les "militaires" seraient moins psychorigides (arf’) qu’on pourrait le croire/penser !?

Fournir des modèles avec le logiciel pour convaincre , le 15 janvier 2005 par Etienne

Très intéressant, le principe de fournir des jeux de modèles de documents avec le nouveau logiciel. C’est une des choses qui me permet de faire passer OOo dans mon collège aussi.

C’est décidé, je serai sadique à l’avenir : plus de modèles de documents sous Word, je n’ai pas le temps d’aller vérifier leur bonne tenue après leur enregistrement au format MS.

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 15 janvier 2005 par Un militaire fraichement recruté.

Les vieux stéréotypes ont la peau dure. Le militaire n’est plus ce qu’il était. Partisans du logiciel libre, ouverts, adaptables, bref au service de la France démocratique, les militaires ont changé. L’armée, comme certaines administrations françaises sont en train de devenir des exemples de migration vers le LL.

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 16 janvier 2005 par Un gendarme

Il est exact que nous sommes en train de changer toutes nos suites bureautiques, celà va permettre d’économiser plusieurs millions d’euro de licence par an(économies impôts). Je précise que d’autres administrations (ministère de l’intérieur et de l’éducation) sont également en pour parler pour effectuer le même changement. Le gros avantage de openoffice, c’est le mode de fonctionnement quasi identique à Word ce qui fait que les utilisateurs novices ne seront pas perdus. D’autre part en entrant en gendarmerie nous avons tous un passé différent et c’est le mélange de ces origines qui ont permis à cette institution d’avancer très rapidement lors de ces 15 dernières années. La mutation est en cours et loin d’être terminée. A titre personnel, celà fait de nombreuses années que j’utilise les logiciels libres avec plaisir.

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 16 janvier 2005 par Un autre Gendarme

Holla on se calme, non la gendarmerie ne passe pas à l’Open mais elle doit suivre les dispositions ministérielles. A titre d’exemple en 1997 à l’approche de l’an 2000 la question des systèmes serveurs et ordianteurs a été posée (remplacement de Netware, UNIX et Windows 95). L’Open (LINUX) a été proposé mais le résultat a été un virage à 100% vers Windows avec installation de NT4 puis 2000... Maintenant on fait marche arrière et il ne faut oublier que d’autres administrations sont également en cours de passage... C’est aussi une décision dite de commandement : on impose le passage à openoffice, on oublie rapidement les centaines d’applications développées sous access ou en VB excel par les gens du terrain pour simplifier la tâche... Le point positif a été la création d’un module de rédaction des procédures sous Open Office répondant au travail des enquêteurs. Mais il existait d’autres programmes du même style sous word... Enfin les 2 M d’euros "économisés" n’est qu’une obligation suite aux réductions des budgets ordonnées par l’état aux différents ministères... Je reste quand même heureux de ce choix sachant que maintenant on préconise également d’autres logiciels GIMP... A quand Linux (ou plutôt LINSPIRE ou Lycoris) sur chaque poste...

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 16 janvier 2005

Il ne faut pas non plus masquer une réalité : les budgets ne sont déjà pas suffisants pour acheter du matériel, alors il ne reste plus grand chose pour les logiciels. Gendarmeries, tribunaux, commissariats et préfectures se trouvent souvent en situation de piratage de fait, faute de pouvoir acheter assez de licences. Cela fait désordre à l’heure où on leur demande de lutter contre le piratage ! Et c’est pareil dans les autres administrations, notamment les lycées et collèges : 1 versions achetée, n installées. Les fonctionnaires qui installent des logiciels piratés doivent pourtant savoir qu’ils ne sont pas couverts selon la loi par leur hiérarchie (au contraire du privé où le 1er responsable est le chef d’entreprise).

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 18 février 2005

IL faut resituer ce contexte : OPenOffice est livré avec une application pour rédiger des procés verbaux sur la base de (trois) modèles. C’est donc une application métier clé en main qui utilise un outil d’édition, et non une suite bureautique tranversale fournie à tout a chacun.

Même si ce choix est vraisembablement judicieux, il ne faut pas tout mélanger.

> OpenOffice.org et les mentalités : la gendarmerie a passé le cap , le 14 janvier 2006 par Tempsx

Il ne sert à rien de débattre des heures sur le passage à l’Open SOurce en Gendarmerie. Il suffit de lire l’excellent article de Linux Pratique de janvier dans lequel le général Brachet explique les raisons du choix de solutions libres. Si le cahier de marche est suivi, en 2007 - 2008 ce seront tous les postes utilisateurs (soit 70000 environ) qui abandonneront l’OS Windows pour une solution Linux - Firefox - Thunderbird et OOo. Une véritable révolution à l’echelle d’une administration d’état. La police nationale n’impose pas mais laisse le choix à ses fonctionnaires de choisir. Un exemple à suivre

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 12 janvier 2005 par jean-michel (4 rép.)

Bonjour à tous,

Je suis moi même utilisateur de logiciel libre et mon PC personnel tourne sous Linux. Ceci pour préciser je ne suis pas un pro Billou.

Par contre, d’expérience, il n’est pas vrai de dire qu’un document Word 2000 ouvert dans OOO est parfaitement récupéré. Il en va de même pour un document OOO exporté au format Word 2000. Ceci est vrai pour l’ensemble des documents que j’ai fait convertis d’Office vers OOO. Une entreprise qui passe de Word 2000 à 000 risque donc de devoir refaire la mise en page de nombre de ses documents.

L’argument du manque de compatibilité entre Office et Word2000 me semble donc correct. Et c’est bien dommage car OpenOffice et par ailleurs un excellent produit.

> OpenOffice.org et les mentalités , le 12 janvier 2005 par fouloup

Je confirme que la mise en page peut comporter de "légères" altérations lors de l’exportation d’un fichier OOO vers un fichier Word. D’après mes expériences personnelles, cela n’est pas excessivement gènant... mais il faut voir ce que cela donnerait avec des mises en pages très sophistiquées. Par contre l’importation de fichiers Word vers OOO ne m’a jamais posé de problèmes. Je suppose que ces petits inconvénients trouveront des solutions dans les versions ultérieures d’Open Office.

Migration et mise en page des documents existants , le 15 janvier 2005 par Etienne

Il est vrai que l’équipe OOo a du mal à obtenir une mise en page rigoureusement identique au rendu dans Word. Ceci appelle plusieurs remarques :

- D’une version à l’autre de Word, on peut rencontrer bien pire
- La future version 2 d’OOo a largement mis l’accent sur cette question, et des progrès sont déjà observables dans les versions de développement
- Ca m’étonnerait que l’objectif d’une entreprise ou collectivité conserve en archive des documents bureautiques pour pouvoir les ressortir à l’identique plusieurs années après. Soit il s’agit de base de travail pour une édition/modification future, et alors cela n’a aucune importance ; soit il s’agit d’un archivage de longue durée, et alors je retourne l’argument contre Word : on ne peut que repousser l’échéance, mais utiliser un format fermé est une bétise de toutes manières, mieux vaut tout de suite utiliser un format comme OOo qui présente la garantie de sa pleine reconnaissance future.

-----> l

> OpenOffice.org et les mentalités , le 15 janvier 2005

En tant que prof de maths, le passage de Word à Oo n’est pas facilité par l’absence de compatibilité entre leurs générateurs de formules. Taper les formules est long, donc les retaper est franchement décourageant.

> OpenOffice.org et les mentalités , le 18 janvier 2005 par Tiff

Prof de maths également (en lycée), je n’ai jamais utilisé Word pour taper des textes mathématiques. Utilisateur de OOo depuis peu, j’ai fait quelques essais de compatibilité avec une collègue sous M$, ça semble marcher très bien, avec possibilités d’éditer les formules de l’autre. Mais bon, nous n’avons testé que des expressions basiques. De toute façon, la façon la plus rapide d’entrer des formules mathématiques est d’utiliser les balises Latex (\frac pour quotient, \sqrt pour racine carrée), balises que l’on retrouve dans certains logiciels libres (GeoGebra par exemple, mais j’en ai rencontré d’autres).

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 31 décembre 2004 par George CANNARD (1 rép.)

Nous voulions installer OpenOffice sur les ordinateurs d’un centre social. Sur des Compaq Deskpro EN série SFF, équipés de pentium III à 450 Mhz et de 128 Mo de ram, nous avons eu le phénomène suivant

Sur du texte sélectionné, nous pouvons le mettre en gras avec le "G" de la barre d’outils Par contre la même opération en passant par Format -> caractères ....., l’opération plante le logiciel, mais pas le système d’exploitation qui est un Windows 98 SE Même chose pour l’italique

Sur les mêmes ordinateurs équipés de pentium à 650 Mhz : PAS DE PROBLÈME

Avez-vous une idée d’où cela peut provenir ?, il y a-t-il une solution ?

> OpenOffice.org et les mentalités , le 2 janvier 2005 par fOOOnctionnaire

Avez vous essayé de désactiver l’opengl dans les options d’affichage ?

Cela aide parfois.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 30 décembre 2004 par coppo (1 rép.)

bjr je n’ai qu’une question à poser : doit on former les gens à open office.org ? pourquoi faire ? Quelle serait la raison d’une formation sous oo.org alors qu’il s’agit ds la plupart des cas d’une migration de microsoft office vers open office ???

je ne comprends pas ... je n’ai pour ma part jamais été formé sur open office...

comprends pas... on télécharge, on clique sur setup on clique et puis c’est fini meme l’install des dicos est simple et passe par une macro. les LL sont souvent plus simples que les softs proprios... mais bon...

> OpenOffice.org et les mentalités , le 30 décembre 2004 par Hugues Goyé

Effectivement, tout dépend de la culture informatique que l’on possède. Je suis pour ma part passé à OOo en deux clics mais cela ne peut s’appliquer à tout le monde surtout dans une entreprise ou une institution.

Dans une entreprise, l’utilisation d’une suite bureautique est hétérogène, si certains se contentent des fonctions basiques, d’autres utilisent les fonctions avancées telles que les macros, feuilles de calculs complexes et tableaux croisés dynamiques.

Il est donc indispensable de préparer une formation lors d’une phase de migration, la demande vient d’ailleurs parfois des clients. A titre d’exemple, nous avons répondu à un appel d’offre qui demandait un accompagnement total pour un passage à OOo.

Cet accompagnement doit tenir compte des éléments suivants :

- analyse de l’existant (matériel et logiciel),
- analyse des besoins et des contraintes,
- intégration du logiciel et de certains composants,
- formation,
- résolution des problèmes.

Ce travail avait d’ailleurs été réalisé par Frédéric Labbé lors de la migration du Centre Hospitalier Avranches-Granville. Travail soigné et très documenté qui rappelle les étapes et les points à aborder lors d’une migration. Lien vers le document.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 30 décembre 2004 (3 rép.)

Openoffice fait un tabac dans l’ Administration ! Cela n’empèche pas notre gouvernement certainement boosté par la rencontre Chirac-Bill Gates de préparer un magnifique appel d’offre "Microsoft Office " par le biais de l’Ugap ! qui sortira sans doute pour "Solution Linux" histoire de casser le moral ! Bien vu les lobbyiste de Microsoft dans l’ administration (et il y en a !!) ! A quel prix la licence Office : De toute façon trop chère pour mes impôts ! On peut se consoler : Vive le libre qui fait baisser les marges et qui crée des emplois de commerciaux en France (chez Microsoft).

> OpenOffice.org et les mentalités , le 30 décembre 2004 par Phil

Et en plus bill vient bientot en france pour cela ......

> OpenOffice.org et les mentalités , le 30 décembre 2004 par Julien

Oui il est venu à Paris rencontrer Chirac le 17 Novembre : http://www.laboratoire-microsoft.org/n/9051/

Il faudrait connaître l’ intitulé de cet appel d’offre auprès de l’UGAP : Commande de logiciels Bureautiques ou commande de licence Microsoft Office ! Tu parles d’une concurence !!! A moins que ce ne soit une convention de prix comme à l’education Nationale (avec un engagement de volume !!!) Qui passe cet appel d’offre ? l’Elysée ? On peut peut être répondre avec Staroffice ...

Mentalités : une bataille est gagnée , le 4 janvier 2005 par Etienne

Heu, ça n’a plus rien à voir avec OOo, mais j’ai découvert que la société évolue dans ses méandres les plus profondes. En effet, j’ai lu sur une blague dans une papillotte de noël le dialogue suivant, entre l’agent d’accueil d’un hôtel et son client, qu’on voir de dos :

- Je viens pour la suite royale
- Désolé, elle est prise
- Mais c’est incroyable, j’ai réservé par courriel la semaine dernière
- Ah, c’est possible, mais figurez-vous qu’il y a eu un petit problème informatique. Windows a encore planté. Désolé, Mister Gates.

mdr !

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités dur dur , le 29 décembre 2004 (1 rép.)

Un ordi neuf arrivant dans l’école , la directrice me demande de lui installer office. je lui propose 2 solutions : 1 office XP pro piraté 2 Open Office légal (faisant valoir que word et excell ne sont pas mieux que write et calc.) Me disant qu’elle et les autres collègues utilisent office chez eux pour imprimer à l’ecole elle voulait Office. J’indique que OO ouvre ces fichiers. Il fallait aussi un "Publisher" dont les enfants avaient l’habitude sur d’autres machines (version 97 et 98 pirates.) J’ai donc installé un Office XP pro .........

Devoir du fonctionnaire , le 30 décembre 2004 par Etienne

Quelque part dans le statut générale de la fonction publique, il y a un article je sais quelque peu passé de mode, qui enjoint chaque collaborateur de l’Etat de systématiquement participer à l’éradication des comportements illégaux.

La dénonciation est le devoirle plus sacré du fonctionnaire.

Dès lors, tout prof (intendant... ;) ) qui aurait connaissance d’un manquement aux lois sur la propriété intellectuelle a l’obligation la plus absolue de prendre sa plume et d’en avertir le procureur de la République.

Jouez pas au con, n’allez pas aussi informer les affreux de l’association pro-Microsoftienne qui prétend protéger l’intérêt général à ce sujet !

Petite conclusion méchante : si on faisait vraiment cela, je pense qu’il y aurait moins de criminalité en France, vu qu’on est tout de même assez nombreux à être fonctionnaires.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004 (2 rép.)

Jolie la publicité finale pour une société commerciale sinon.

Je crois que je n’oserai jamais faire un sujet sur ce site en osant ce genre de lien ... Enfin ...

M

> OpenOffice.org et les mentalités , le 30 décembre 2004 par Hugues Goyé

Jolie la publicité finale pour une société commerciale sinon.

Je ne recherche pas à faire de la pub pour ma société et vous aurez bien noté que je n’ai mis aucun lien pointant vers elle. Les quelques références à la fin de l’article ne sont pas de moi mais de l’administrateur qui a très bien fait son travail en donnant quelques pistes de réflexion.

Framasoft est et sera toujours à l’écart de tentatives mercantiles, c’est pour cela que nous l’aimons.

Les SSLL sont nombreuses et je pourrais par exemple citer notre concurrente LINAGORA qui commence à faire parler d’elle.

Voilà, ma boite reste anonyme et je fais de la pub pour une autre..

hugues.

Publicité et information , le 4 janvier 2005 par Etienne

Vécu dans mon passé d’animateur à la petite semaine sur une radio libre :

Une fois c’est de l’information, plus d’une fois c’est de la publicité.

Information : Radio Canut, 102.2 FM à Lyon, la plus rebelle des radios http://regardeavue.com/radiocanut/index.htm

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004 par coppo (0 rép.)

bsr ça ne m’étonne pas, si j’ai réussi sans aucun pb à convaincre mes parents retraités de l’utilisation de mozilla, firefox et open office (fiabilité, aucun pb de virus ou de piratage) je dois renoncer pour ma soeur qui travaille mais bon... elle continue sous word... 97 ! et autres norton + IE ... j’ai essayé plusieurs fois, mais là j’en ai marre.

Répondre à ce message

Je ne m’y reconnais pas ! , le 29 décembre 2004 (0 rép.)

Etrange ce retour d’expérience ...

Pour ma part je travaille sur plusieurs projets de migration vers OOo, à petite (qq dizaines de postes) ou grande echelle (plusieurs milliers de postes), et je jamais je n’ai eu l’impression que les utilisateurs étaient peu receptifs au produit.

Et si j’en crois les retours de plusieurs sondages dans les entreprises, collectivités et ministères concernés, les utilisateurs sont les meilleurs défenseurs du produit !

En fait nous appliquons une méthode qui est très parlante : Après une phase de test avec un groupe "pilote", nous demandons aux personnes concernées de nous dire si oui ou non l’outil OOo peut remplacer MS Office pour l’ensemble de leurs collègues, en fonction de leur expérience, et de leur ressenti.

Réponse de plus de 70 % des gens : OUI !

Moins de 8 à 10 % des gens prefèrent MS Office et désirent revenir en arrière.

Je vous invite à vérifier ce pourcentage avec n’importe quel projet de migration, y compris depuis MS Office vers une version plus récente. Vous aurez du mal à ne pas avoir ces 8% de "c’était mieux avant" (c’est toujours plus confortable avant).

Bien sûr il n’y a pas de secret, pour arriver à ce résultat il faut accompagner, expliquer, donner du support ... bref, gérer ce projet comme tout projet de migration ou de mise en place d’un outil informatique.

Et le coup de cet effort est toujours bien moindre que celui des licences MS Office, même au rabais.

Les problèmes de compatibilité ? Cela représente une part tellement négligeable des documents que nous rencontrons que c’est toujours assez amusant de lire cet argument : Les documents mal repris le sont aussi dans les versions successives de MS Office.

Bref, migrer vers OOo n’est pas un problème technique, je pense que l’auteur de cette "tribune" le dit bien, mais ce problème de frein n’en est un que si on installe le logiciel en douce, et sans adresser la parole aux utilisateurs.

Sinon ils sont unanimes, et cet argument du look je l’ai entendu une fois en 2 ans ... Les gens veulent un outil qui leur fasse gagner du temps, et avec OOo on arrive à leur en faire gagner ...

Une tribune qui relance plutot de vieilles peurs sans fondement je trouve ...

M

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités : Attention , le 29 décembre 2004 par Owl_Express (3 rép.)

Open Office j’y crois, dûr comme fer, mais ne dites pas qu’OO est gratuit.

Il n’y à pas de licence à payer, donc le binaire installé est effectivement gratuit.

Mais si une entreprise songe à basculer tout son parc bureautique sous OO il va falloir :

1) Former les utilisateurs

2) Recréer tous les modèles de documents, les macros Excel ( et Word mais c’est plus rare)

sans compter la remise à niveau des applications qui tournaient autour de la gestion bureautique

En ce moment je travaille dans une Grosse société de télécommunication, nous avons un outil d’archivage et de partage de documentation qui est basé sur des macros Word (Win) et interleaf (Solaris), la solution idéale serait d’ouvrir cet outil à OO, et progressivement de ne plus utiliser Word et Interleaf.

Quand je suggère celà on me répond : « sur quel bugdet allons-nous faire ça ? »

Les entreprises ont du mal à débloquer de l’argent en ce moment pour des formations et des développement qu’on ne rentabilisera qu’à moyen-long terme en ne payant plus les licences

> OpenOffice.org et les mentalités : Attention , le 29 décembre 2004 par AnT

C’est oublier que le passage d’une version à l’autre de suite Office comporte aussi des couts d’adaptation humains et techniques.

mais cela curieusement, on ne les compte pas dans les comparatifs...

(et qu’on ne me dise pas que le passage est plus facile, les différentes versions de Word ne st pas plus proches les unes des autres que Word et OOoW.)

> OpenOffice.org et les mentalités : Attention , le 29 décembre 2004

ce qui est curieux c’est que l’on parle toujours du coût de passage de la suite de microsoft à la suite OpenOffice. Le passage des différentes versions de microsoft Office n’auraient t-elles rien couté à nos entreprises ? Qu’en est-il de la pérennité des documents word ? des bases de données Access, des documents Publisher et de l’incontournable (où perçu comme tel) Powerpoint ? Tout ceci est-il gratuit ? et sans formation aucune ? Depuis que j’utilise OpenOffice au bureau je n’ai plus ces problèmes là.

> OpenOffice.org et les mentalités : Attention , le 3 janvier 2005 par Owl_Express

Je ne tiens pas compte du coût induit par les migrations d’une version de MSO à la suivante car nos chefs appliquent à ces coûts la logique des trois singes : « ne pas les voire, ne pas en entendre parler, ne pas les évoquer .... »

C’est malheureux mais en entreprise c’est courrant, à l’employé de s’adapter et de rester « compétitif » s’il veux garder son poste .....

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004 par Glorfinel (4 rép.)

Je suis personnelement en terminale, dans mon lycee et surtout dans la partie ou je travaille (section electronique) nous nous servons beaucoup de l’ordinateur, lorsque je suis arrivé c’etait Office sur tous les ordis (non legalement ainsi que le vieux W98) puis maintenant c’est OpenOffice . Lorsque je regarde le comportement de ceux habitués a Word, beaucoup s’enervent a pres OpenOffice, deja c’est trop long a demarrer (on a des PI 133 a PII400...) voir ca ne demarre pas du tout sur les configurations les plus anciennes (alors que Word demarrait tres bien avec) puis le fonctionnement d’ooo est bizarre, je sois expliquer a tous le monde comment changer la couleur d’un caractere !!! Les insultes fusent contre ce logiciel qui enervent les eleves sur sa lenteur et son mode de fonctionnement bizarre pour des habituer a Word, etant fan de logiciels libre il me tarde grandement l’arrivé de nouveaux ordinateurs prochainement dans notre lycee et surtout l’arrivé d’une version 2 d’OpenOffice beaucoup mieux concu je l’espere et qui plaira aux eleves ! Voila continuer a faire vivre cette esperance d’une informatique meilleur et plus juste, le chemin est encore long mais nous devons reussir !!!

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004

beaucoup s’enervent a pres OpenOffice, deja c’est trop long a demarrer (on a des PI 133 a PII400...) voir ca ne demarre pas du tout sur les configurations les plus anciennes

C’est vrai que le problème mérite d’être soulevé, dans le cadre d’une migration il faut tenir compte de la configuration matérielle qui n’est pas toujours de la première fraîcheur. En tout état de cause, il est clair qu’OOo se développera de plus en plus avec les nouvelles générations de lycéens habitués à l’utiliser.

Hugues.

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004 par alcidi

même chose dans mon collège , j’ai installé OOo sur un poste et c’est.... très long. Mais les Pentium 300 Mhz ne rament pas qu’avec open office de toute façon, même s’il est vrai qu’OOo est particulièrement lent.

Espérons que les prochaines versions ( notamment la 2.0 ) soient plus rapides. Dans les établissements scolaires , les pc sont rarement de la dernière génération.

-----> SkinOOo

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004

Vous en avez de la chance, chez moi (pourtant un lycée scientifique et technique) ce st les profs qui font de la résistance...

mais c’est vrai que les élèves aussi ("c’est nul vot’ truc c’est ou Word ?’)

Matos obsolète dans les collètes , le 30 décembre 2004 par Etienne

Je suis gestionnaire-coptable dans un collège. Je précolnise l’achat en masse de machines d’occasion, à très bas prix. Je connais une boîte à St-Mandé qui céderait à 40 € HT pièce 150 unités centrales Celeron 450 Mhz/64Mo.

Quand on connait l’importance des parcs inférieux à 300Mhz actuellement encore en fonction dans les collèges, ce genre d’info fait rêver, non ? (en plus y a qu’a acheter les UC et garder les vieux écrans ; trouver quelques barrettes pour passer ces machines à 128 Mo n’est pas inutile))

Mais les profs veulent du neuf ou rien. C’est idiot, mieux vaut avoir tout de suite du matériel qui tourne, homogène, avec une ou deux UC dans la réseve pour un échange standard en cas de panne, d’après moi ! Et puis dans deux ans quand on en aura marre, on fera un don à une école primaire, on ouvrira un espace de consultation Internet...

Bref, il y a moyen de faire tourner OOo correctement pour pas cher (bonne installation, disque dur pas plein bien défragmenté, 128 Mo et 400 Mhz, c’est très bien). Pour nettement moins cher que MS Office, même aux prix des licences éducation.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités : des chiens et des chats.... , le 29 décembre 2004 par JF Bardou (0 rép.)

Selon un article paru dans Linux Journal (en anglais), oct 2004, signé de Stephen Forster dont le titre est "Politics of portage" :

Même si toutes les conditions "objectives" pour changer de système ou de logiciel sont réunies, il reste une difficulté d’un autre ordre : le partage de l’humanité entre les chiens et le chats !

Les chiens, attachés à une hiérarchie et un territoire qu’ils connaissent, sont moins enclins à envisager le changement que les chats qui ne reconnaissent ni maître ni limite à la liberté de leurs choix.

Si vous avez cette idée en tête, lorsque désormais vous parlerez de migration vers les logiciels libres, vous aurez la surprise de voir votre interlocuteur se transformer ... en chien ou en chat.

Adaptez votre démarche : on ne parle pas de la même façon aux chiens et aux chats.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par Christophe (0 rép.)

Il y a quelques DSI qui se rejouissent déjà du succés d’Openoffice mais surtout "pour faire baisser le coût" de la license Office ! 200 € , qui dit mieux !!! Un mauvais DSI est un DSI qui paye ses licences Office au prix fort : 350 € ! Et oui, un DSI est maintenant un type qui prend le moins de risque possible au meilleur prix ! Mais un bon DSI ne se contente pas d’être un financier ! Tout l’intérêt du Job est de savoir mener une politique de changement sans provoquer de séisme dans l’entreprise ! Adopter Openoffice est un vrai Challenge et avec la version 2.0 , il n’y aura aucune raisons techniques pour ne pas penser à cette Migration . Alors DSI est un job pépère si on choisi Microsoft et que la Direction n’est pas à quelques centaines d’Euros par postes tous les trois ans ! Encore que même comme ça , on risque encore de manquer l’occasion de replacer la production bureautique dans le système d’information de l’entreprise : ça c’est un vrai projet !

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités au collège , le 28 décembre 2004 par Corentin (5 rép.)

Je suis bien d’accord avec vous. alors pour traiter le mal à la racine : j’ai installé OOo sur les machines du collège où je travaille. Certains collègues ont hurlé, gesticulé...etc je vanais de faire mon mai 68 !

Bref, n’ayant pas eu le temps et les moyens de calmer ces détracteurs par une formation interne. C’est le temps et l’usage qui ont fini par faire taire les médisances. Certes, quelques irréductibles parlent encore de problème de filtres entre OOo et M$. MAIS....

Les élèves sont très contents... et j’ai commencé à proposer OOo sur CD pour qu’ils l’installent à la maison... Changement de l’intérieur... à raison de 100 nouveaux élèves par an... Hélas ! le lycée les ramènent sur la triste voie du logiciel propriétaire...

Corentin

> OpenOffice.org et les mentalités au collège , le 29 décembre 2004

ah tiens, ça me rapelle quand j’étais prof contractuel PR dans un collège et que j’avais moi aussi créé mon mini mai 68 en installant OOo dans la sale info. Que de scepticisme mais bon, OOo commence à se tailler la part du lion dans l’Éducation Nationale grâce à quelques responsables convaincus qui l’intègrent dans les CD déstinés aux PR (Académie de Rouen, merci à Fred D, Stéphane B et à toute l’équipe qui se reconnaîtra, ils font du super boulot.) Hugues

> OpenOffice.org et les mentalités au collège , le 29 décembre 2004 par Steed

Salut Corentin

Je crois que tu vas un peu vite dans tes propos sur le lycée ! Dans mon bahut, je suis "investi" de la mission de faire connaitre les logiciels libres, et à la rentrée de janvier, je proposerai aux élèves, mes aussi aux profs un CD avec quelques logiciels phares du libre et du gratuit.

Par contre, ça serait bien si tous les profs intervenant sur ce forum pouvaient s’entendre pur une action commune.

> OpenOffice.org et les mentalités au collège , le 29 décembre 2004 par Yves Mairesse

Titillé par l’expérience d’un collègue -néophyte en informatique- qui avait acheté un PC muni d’origine d’OpenOffice et, il faut bien l’avouer, avec le soucis de diminuer les frais de logiciels dans mon établissement scolaire, je tente, petit à petit, de faire entrer le logiciel libre dans les moeurs. Je n’ai donc rien d’un prosélyte exalté du LL mais serais plutôt du genre gestionnaire pragmatique.

Première réussite, mais qui n’est pas un haut fait d’arme dans la mesure où elle faisait l’objet d’un quasi consensus auprès de la direction : le serveur de domaine et de fichiers administratif est passé sous Linux (exit NT4) à l’occasion de son remplacement physique. Aucun problème important n’a pu être noté. Seulement quelques petits réglages à effectuer à gauche et à droite. Pour le reste, certains utilisateurs administratifs ignorent même la présence du Pingouin dans nos murs. Il me reste à trouver une formation personnelle sur la gestion d’un serveur Linux ; ce qui semble très difficile dans la région (merci pour toute info relative à Bruxelles et environ, en message personnel).

Deuxième coin enfoncé : du côté des logiciels utilisés sur le matériel pédagogique. Je tente, dans une classe pour commencer, d’initier à l’utilisation d’OpenOffice plutôt que MSO. Aucun problème pour les élèves ayant une pratique relativement limitée de l’informatique. Par contre, fort tir de barrage de la part d’utilisateurs plus avancés. Remarques acerbes au sujet de chaque fonction d’Ooo qui n’est pas implantée de la même façon que dans MSO.
- "Et pourquoi ne peut-on faire de zoulis WordArt sous Ooo ?"
- "Et pourquoi faut-il frapper telle touche plutôt que telle autre ?"
- "On est habitués à MSO. Pourquoi en changer ?"
- "Regardez, ça plante !" (et, effectivement, en frappant frénétiquement F11 pendant 5 secondes sous Ooo Writer 1.1.2 ou 1.1.3 sur un PII 400 128Mo sous Win2k, on provoque un plantage d’Ooo).

Bravo à Bill pour le bourrage de crâne et la rigidification des neurones bien réussis.

Bref, je me fais l’effet d’un missionnaire en terre impie. Malgré un prêche initial utilisant tous les arguments classiques en faveur du LL (en réalité, une recherche web de ces arguments par les élèves eux-mêmes), la machine n’est pas encore vraiment lancée. RV à la rentrée pour la suite des aventures OpenOffice : après Writer, j’attaque le tableur, cette fois (le premier chapitre est en construction et devrait être disponible dans les prochaines heures à l’adresse http://info.sio2.be/calcooo).

Et, en passant, je donnerai un petit coup de NVU (tout est encore à faire sur ce sujet).

Si j’ai un peu de temps, j’implanterai un "espace web catharsis" où chaque élève pourra venir déposer ses plaintes et frustrations à l’utilisation d’OpenOffice : cela pourrait être instructif et permettrait sans doute de nouer un dialogue constructif. Je reviendrai en parler, le cas échéant.

-----> Cours d’informatique OpenOffice Writer

Gestion d’établissement scolaire , le 29 décembre 2004 par Etienne

Je suis aussi gestionnaire dans un collège en banlieue parisienne. De même, je pousse à l’utilisation d’OOo pour les utilisations bureautiques.

Or, tout comme Frédéric Labbé l’avait montré dans son travail sur la migration d’un hôpital, il est essentiel de "faire passer la pilule" par du nouveau matériel qui arrive en même temps.

J’ai remis aux profs et au chef d’établissement l’équation suivante : 3 PC tout Microsoft, ou bien 5 PC Windows/OOo, ou bien 7 PC Linux. Bon, on en est à 5, je suis déjà assez content.

Prochaine étape : contraindre amicalement mes collègues à installer OOo sur leurs machines. J’anime un site d’échange d’infos entre intendants, lequel comporte des fichiers texte ou tableur directement utiles.

A l’occasion de la migration de ce site sur SPIP, je mets tous mes fichiers en format OOo natif, avec instruction aux collègues de s’installer OOo pour le lire, et en commentaire que ça leur prendra moins de temps que redémarrer leur machine suite à un plantage de Word.

-----> Hardangels/Intendance Zone

> OpenOffice.org et les mentalités au collège , le 19 juillet 2006

Prof de maths sous Ubuntu, j’aimerais bien que l’education nationale passe sous Linux et pas seulement Open Office, comme tu le preconises ; le seul probleme que je vois est que presque tous les etablissements utilisent profnotes/pronotes pour gerer les bulletins. Ce logiciel ne tourne QUE sous windows. Rien que pour ca, je suis obligee de garder un double-boot.

... Cette bataille n’est pas qu’ideologique : il faudrait que l’editeur de ce logiciel fasse un effort...

Titaile

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par Philippe Naso (0 rép.)

Bonjour,

On entend si souvent parler de Microsoft office que les logiciels gratuits ont du mal à se faire une place sur ce marché international. Mais de plus en plus d’administrations, de collectivités et d’entreprises privés se mettent aux logiciels libres. Oui, les licences ont un coût et il n’y a pas de petite économie dans toute entreprise, privée ou public. Moi qui travail chez Ophelio, organisme de formation par téléphone, nous avons dés le démarrage de l’activité, mis en place des formations aux logiciels libres. Après tout, un traitement c’est un traitement de texte, si en plus il est gratuit, pourquoi ne pas l’essayer. Je ne suis pas contre microsoft, mais je me dis qu’il faut de tout pour faire un monde et c’est chacun de choisir.

Philippe Naso

Ophelio

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par fOOOnctionnaire (3 rép.)

Bonjour,

Plusieurs directions du ministère des Finances (DGI, DGDDI, Trésor et centrale) s’engagent aujourd’hui clairement dans la diffusion et l’utilisation massive d’OOO.

Ce n’est pas le résultat de la pression d’une poignée de contractuels mais un vrai mouvement de fond (et de fonds) avec un accompagnement par des formations internes.

Dans un premier temps il s’agit de faire des économies de licences, les autres aspects - pérenité, intégration etc..., viendront par la suite. On ne manoeuvre pas un ministère comme une PME de 10 salariés :-)

Cela résoud au moins un problème : La communication avec l’usager (un client en terme administratif) peut se faire avec des formats de documents sinon libres (ooo) du moins gratuits (pdf).

Quand à l’aspect ’ex-rda’ de la suite, franchement... Si vos clients ont besoin d’un clébar qui bouge la queue pour leur donner de l’aide, dirigez les vers ’ADIBOU’ ou Gcompris :-) C’est sans doute l’effet ’Fisher Price’ de XP !

Bonne migration.

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par aKa

ça ferait un bon titre d’article ça :

"Tous fOOonctionnaires !"

 ;-)

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par JYK (un techos info porteur de képi)

Bonjour...

Depuis le mois d’août de cette année (2004), la suite OpenOffice est utilisée (en lieu et place de la suite office de microsoft) par la Gendarmerie Nationale ’française’ ; par la même occasion, les licences pour les produits office de microsoft n’ont pas été renouvelées.

Pour la "fine bouche", il y a "chez nous" un intérêt croissant pour les produits libres que sont : Mozilla, Firefox, Thunderbird, etc. ; et de nombreux regards qui se tournent vers linux...

Alors.........les "militaires" seraient moins psychorigides (arf’) qu’on pourrait le croire/penser !?

Au final, je ne peux qu’enfoncer le clou après le message de fOOOnctionnaire...sortons du "fisher price rulez" et bonne migration !

PS : et ça semble bien parti, même si le changement des habitudes peut paraître "dur" ; mais on va y arriver......même si c’est pas une PME ou une petite entreprise familiale ! arf’ ;-)

> OpenOffice.org et les mentalités , le 29 décembre 2004 par Xhydrogene

Je ne reviendrai pas sur les multiples avantages des solutions OpenSources et Libres. C’est vrai que de nombreuses administrations ont franchi le pas. Mais au delà des aspects techniques et budgétaires, la question de la formation des agents des différents ministères se pose de façon cruciale. De même que l’évolution rapide des versions d’OOo rend l’utilisateur quelque peu dubitatif car non habitué à ces rythmes. D’où les difficultés en terme de communication et de définition de paliers techniques. Les plans de formations doivent être au coeur de la réflexion pour accompagner cette migration. Si l’utilisation d’autres suites bureautiques peut être un acquis, il n’en demeure pas moins que l’on ne peut déployer à grande échelle un produit comme OOo sans mettre en place une véritable campagne d’information et de formation des utilisateurs. Celà a un coût, non négligeable, qu’il convient d’appréhender et d’évaluer dès l’étude de toute migration. Si l’on peut rétorquer que ce coût est conséquent en regard du gain financier obtenu par la gratuité des licences, il est à pondérer (à amortir) sur la durée du fait de la pérennisation attendue. En tous cas, il semble que l’engouement pour l’Open Source ne se dément pas et que les mentalités évoluent.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par David (1 rép.)

Moi quand je conseille un passage à OpenOffice, ce n’est pas pour la gratuité du logiciel car je conseille d’acheter AntiDote en plus.

Pourquoi ? Parce qu’OpenOffice est plus pratique qu’Office (en tout cas moi je préfère) MAIS ne possède pas de correction grammaticale ! Or Antidote coute BEAUCOUP moins cher qu’Office pour une qualité largement suppérieure et s’interface avec OpenOffice et IE pour ceux qui écrivent leur mail via une interface web (pour mon grand malheur il s’interface pas encore avec Firefox :( ).

Je trouve donc le combo des deux logiciels très intéressant. Le logiciel d’appel idéal pour un passage au libre reste pour moi Firefox.

> OpenOffice.org et les mentalités , le 3 janvier 2005 par cosmocat

Je connaissais pas... Par contre, il y a marqué sur leur site internet qu’il s’interface avec Firefox....contrairement à ce que tu as l’air de dire (surement que c’est récent ).

Ca a l’air tres tres bien mais la note est salée !!! 119€ à la fnac !

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 28 décembre 2004 par frenchy (0 rép.)

Dans un cadre professionnel comme personnel, j’ai longtemps utilisé des logiciels propriétaires. Les logiciels propriétaires étaient forcément meilleurs, car célèbres et payants. Faire du traitement de texte sans Word ? Impossible ! Manipuler des images sans Photoshop ? Résultat d’amateur ! On ne peut dire qu’une seule chose aux réticents tels que je l’étais auparavant : testez ces logiciels une fois pour toutes ! Vous vous rendrez compte qu’OpenOffice n’a rien à envier à son équivalent payant y compris pour un usage poussé dans un cadre professionnel (macros, publipostage ...). Les professionnels de la PAO y trouveront peut-être à redire, mais The Gimp est une alternative à Photoshop satisfaisante pour la plupart des utilisateurs. De même Grisbi remplacera honorablement Money.

Ce qui justifie la "faible" percée de ces logiciels :
- les préjugés. Celà s’est concrètement produit sur mon lieu de travail : si des logiciels payants ont été choisis, c’est uniquement parce qu’ils étaient payants et que les solutions gratuites ne paraissaient pas "sérieuses".
- l’ignorance
- la peur du changement
- peut-être le plus justifié des 4 motifs : la compatibilité. Changer, c’est bien, mais quid des documents enregistrés avec des logiciels propriétaires, que l’on souhaiterait lire avec le nouveau système ? Force est de constater que même si la compatibilité est presque parfaite avec Openoffice, dans certains (rares) cas la mise en page est mal restituée. Les macros quand à elles ne sont pas récupérées. celà dit peu de documents sont concernés.

Répondre à ce message

> OpenOffice.org et les mentalités , le 27 décembre 2004 par AnT (0 rép.)

En effet, la + gde opposition au logiciel libre, c’est la résistance au changement.

Je crois que seul quelques petits plus (comme les onglets et le blocage des pop-up) peuvent permettre aux logiciels libres.

et encore, ils ne s’imposeront pas parce qu’ils sont libres, mais parce qu’ils sont meilleurs que les autres.

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

couple couple
Creative Commons BY