Éloge de la simplicité

Ceux qui, comme nous, parcourent régulièrement le blog de notre ami Tristan Nitot n’apprendront rien ici puisqu’il s’agit d’une reprise de deux récents billets du Standblog. Les autres découvriront peut-être ici sa plume alerte et son verbe acéré.

Tristan Nitot est président de l’association Mozilla Europe. Il est à ce titre fort bien placé pour évoquer Firefox, notre navigateur préféré et phénomène du moment dans le monde des logiciels libres. Ainsi nous avons pensé qu’il était intéressant d’extraire du flot continu de son blog cette petite analyse fort pertinente pour vous la présenter ci-dessous.

Bien sûr il y a le volet marketing et les qualités intrinsèques du produit. Mais c’est certainement parce que l’on se place d’emblée du côté de l’utilisateur lambda que Firefox rencontre aujourd’hui un tel succès, potentiellement en germe également chez Ubuntu Linux.

Puissent d’autres projets s’en inspirer ?

Partie I
FIREFOX

lundi 29 novembre 2004 00:40
URL d’origine sur le Standblog

Il est encore trop tôt pour considerer Firefox comme un succès, et pourtant... Cela fait 19 jours que la version 1.0 est sortie, et nous avons sûrement dépassé la barre des 7 millions de téléchargements [1]. Les chiffres parlent d’eux même : 2,1 millions de téléchargements en deux jours ; 6 millions en 15 jours. La bonne nouvelle, c’est que la tendance reste stable et que Firefox gagne des centaines de milliers d’utilisateurs tous les jours, dont beaucoup sont des gens qui ont toujours utilisé IE et n’ont jamais entendu parler de logiciel Libre.

On peut se demander pourquoi Firefox a un tel succès (4,58% d’après OneStat (en)). Après tout, d’excellents navigateurs comme Mozilla 1.x et Opera n’atteignent pas de telles parts de marché (respectivement 2,77% et 1,29%) alors qu’ils sont là depuis longtemps.

On peut tout imaginer pour justifier le succès (encore bien jeune) de Firefox. Certes, la campagne de lancement a été très efficace et très bien reprise dans les medias. La chance a sûrement joué (quoique, si Arafat n’avais pas fait des siennes, je suis à peu près certain que Firefox aurait fait la couv’ de Libé). Mais au départ, le produit est intrinsèquement bon. Il est même excellent. Pourtant, Opera et Mozilla 1.x sont aussi très bons. Ce qui fait, à mon humble avis, la différence avec Firefox, c’est que ce dernier est beau et ultra-simple à aborder :

  • interface très simple,
  • télechargement rapide,
  • installation triviale,
  • import des préférences IE instantanée.

Ensuite, Firefox apporte simplement des fonctionnalités qui sont véritablement un plus pour l’utilisateur, fonctionnalités qui sont facilement découvrables par ce dernier :

  • recherche intégrée,
  • navigation par onglets,
  • extensions.

C’est sûrement là qu’il faut trouver la clé du succès :

Tout d’abord, on se sent en confiance, ensuite on ne peut plus s’en passer.

Et le projet Mozilla, par la visibilité qu’il atteint aujourd’hui, se doit de remercier les initiateurs du projet Firefox (Blake Ross (en) et David Hyatt) pour leur vision, et Ben Goodger (fr) pour avoir maintenu le cap avec adresse (comme dit Bénabar (fr)).

Dans un prochain billet, je reviendrais sur cette idée simple de faire un logiciel simple pour convaincre un très grand nombre d’utilisateurs. Peut-être y a-t-il matière à réflexion pour d’autres projets Libres...

Partie II
LA DISTRIBUTION LINUX

lundi 29 novembre 2004 01:27
URL d’origine sur le Standblog

J’en parlais précédemment, le succès de Firefox tient à la qualité intrinsèque logiciel, à son lancement mais surtout à sa superbe simplicité. Je vais ici me livrer à un exercice difficile, qui est celui de la critique constructive de projets Libres.

J’ai essayé la distribution Linux à la mode, à savoir Ubuntu Linux (en). Il faut savoir qu’avant, j’ai testé successivement Mandrake 10.0, Fedora Core 2, Mandrake 10.1 Community puis Mandrake 10.1 Official. J’ai eu mon lot de soucis avec les quatre. Une partie de mes problèmes est venue du fait que j’ai passé l’essentiel de ma carrière d’utilisateur sous Windows. Et changer de système d’exploitation, surtout pour un utilisateur avancé, ça n’est pas rien. (L’autre partie est venue du fait que j’ai des soucis de matériel avec mon portable, qui donne de graves signes de fatigue, ce qui m’a poussé à changer de machine quelques temps).

Et dernièrement, j’ai piqué un coup de sang et j’ai écouté l’ami Olivier (fr) et je suis donc passé à Ubuntu Linux (en). Ces petits gars-là ont tout compris. Un téléchargement de moins de 600 Mo, ça devient rare (surtout par rapport aux 6 CD de ma Mandrake Official !), une intégration des différents composants qui est un vrai bonheur, et tous les logiciels dont j’ai besoin. Firefox est le navigateur par défaut, et même si c’est Evolution le client de messagerie, un p’tit coup de apt-get install mozilla-thunderbird vous arrange tout ça en deux coups de cuillère à pot. Là où j’ai galéré, c’est en voulant reprendre les comptes utilisateurs de Mandrake. C’est comme dans Ghostbusters, quand on croise les faisceaux. C’est mal, et ça fait mal !

Donc mon installation de Ubuntu n’est pas parfaite, mais elle a le mérite d’exister. Je crois bien que je vais me tenter une ré-installation propre prochainement. Et probablement finir par rester sur Ubuntu ! Par rapport à la Fedora Core, le système est simple, mais mieux fini. Par rapport à la Mandrake (et malgré tout le bien que je pense de cette distribution), on sent que chez Ubuntu, on est parti d’une page blanche, celle des besoins actuels des utilisateurs débutants, là ou Mandrake semble vouloir sans cesse rajouter des fonctionnalités sans enlever les précédentes, pour ne pas frustrer les utilisateurs historiques. C’est un grand classique en informatique, et c’est ce qui nous vaut cette mauvaise blague d’informaticien : Vous savez pourquoi Dieu a pu faire le monde en 6 jours ? Parce qu’il n’y avait pas de reprise de l’existant.

Quoiqu’il en soit, je suppute que Ubuntu, c’est le Firefox des distributions Linux, là ou Mandrake ressemblerait plus à Mozilla 1.x. Puissant, bourré de fonctionnalités, mais plus adaptée à ceux qui s’en servent depuis toujours qu’aux nouveaux arrivants (dont je ne faisais pas partie). Par contre, il faut reconnaître à Mandrake l’intégration de logiciels propriétaires (non, ça n’est pas un troll), comme Java, Real, Flash et les drivers propriétaires nVidia, qu’on a pas sur Ubuntu...

En tous cas, chapeau au projet de monsieur Mark Shuttleworth (en) : Ubuntu est la plus convaincante des distributions que j’ai pu tester à ce jour. Et quelque part, savoir que Ubuntu repose sur une base Debian, ça me rassure... Au fond de moi, j’ai toujours voulu devenir un Geek.

Tristan Nitot

Publication avec l’autorisation de l’auteur.

[1] même si le compteur (en) ne l’indique pas car il n’est pas à jour, la faute au week-end de Thanksgiving.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

> Éloge de la simplicité , le 10 décembre 2004 par Nico (0 rép.)

Il est excellent cet article... !

Clair, concis, il résume à mon sens quelque chose qui est bien connu mais auquel on n’accordera jamais assez d’importance : si on veut que le libre s’impose, il faut séduire l’utilisateur moyen. Et ce n’est plus le même qu’il y a 10 ans. Un utilisateur moyen (enfin, j’extrapole d’après tous ceux que je connais), il veut :
- un produit pas cher (si c’est gratuit, c’est encore mieux), et que ça soit libre ou propriétaire cracké, ça le concerne pas trop...
- un produit qui marche vite - il a pas envie de lire le mode d’emploi, et si ça met trop de temps à se lancer il commnece à cliquer partout...
- un produit joli - et on peut faire des jolies choses sans utiliser beaucoup de ressources, mais trop souvent le codeur n’est pas aussi designer, et ce n’est pas sa priorité... le quidam, lui veut faire joujou
- un produit à la mode

Firefox réunit les 3 premières conditions, et a réussi grâce à sa campagne de lancement à y ajouter la 4ème. Bravo à tous ceux qui ont contribué à ce succès ! Avec 10% de part de marché, je pense que Firefox est un des premiers (le premier ?) logiciels libres à devenir grand public, ... mais pas le dernier ! :)

Nota : les commentaires fait ici concernent surtout l’informatique maison, moins l’informatique au travail, mais une fois qu’on a pris ses habitudes chez soi... :wink :

Bon, ça me donne envie de tester Ubuntu tout ça... je vais télécharger le LiveCD... :)

Ah, j’oubliais, j’ai bien aimé aussi l’analyse qui explique le succès d’Ubuntu par la volonté de repartir d’un cahier des charges vierge... Les premières évolutions d’un logiciel sont essentielles... ensuite, on continue souvent simplement sur la lancée - Firefox a peu évolué globalement depuis Phoenix, il était déjà excellent... Il est important de bien partir :)

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

Poussières nous deviendrons... Poussières nous deviendrons...
Creative Commons BY