Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien

C’est un mouvement qui à l’évidence se généralise : de plus en plus de gouvernements se tournent vers les logiciels libres. Alors que le géant Microsoft exerce encore dans le monde de l’informatique un monopole sans aucun équivalent dans d’autres secteurs économiques, on peut aisément comprendre que cette vague « émancipatrice » ne soit pas du goût de ses dirigeants, et qu’ils tentent de l’enrayer par tout les moyens en s’attaquant aux entreprises rivales, bien sûr, mais aussi aux gouvernements des pays qui auraient l’outrecuidance d’équiper les ordinateurs de leurs administrations avec autre chose que Windows.

Un précédent célèbre avait déjà opposé la multinationale aux autorités péruviennes. La réponse du député Nunez est à ce titre un parfait exemple d’argumentaire en faveur de l’utilisation des logiciels libres dans les administrations publiques [1].

Aujourd’hui, c’est Sergio Amadeu, responsable de l’implentation des logiciels libres dans l’administration brésilienne, qui subit les foudres juridiques de la multinationale. L’article ci-dessous est la traduction de la nouvelle parue le 15 juin 2004 sur le site Software Livre, un groupe non gouvernemental qui réunit au Brésil pouvoir public, universités, entreprises, utilisateurs et hackers dans la défense et la promotion des logiciels libres.

Microsoft intente un procès à Sergio Amadeu, haute autorité du gouvernement brésilien pour l’utilisation du Logiciel Libre, et un fonctionnaire brésilien de l’entreprise monopolistique lance des menaces véhiculées en première page par The New York Times, en pleine semaine du cinquième FISL [2] qui se tient à Porto Alegre.

Incommodée par la politique de promotion du Logiciel Libre du gouvernement brésilien -qui est en train d’en finir avec la *réserve de marché* de Microsoft dans le domaine de l’achat de programmes équipant les ordinateurs gouvernementaux- l’entreprise lance une offensive en vue d’intimider le gouvernement brésilien.

En pleine semaine du plus grand événement consacré au logiciel libre en Amérique latine et un des plus importants dans le monde, le président de Microsoft Brésil, Emilio Umeoka, lance une tentative d’intimidation, déclarant que la décision du gouvernement brésilien appuyant le Logiciel libre dans le secteur public est influencée par l’idéologie. Le vendeur de la mega-entreprise-monopolisatrice, Mr Umeoka, va plus loin en affirmant que la décision souveraine de notre gouvernement, légitimement élu, peut mener le pays dans la mauvaise direction. La bonne, selon le vendeur, serait sans doute de maintenir la *réserve de marché* publique pour Microsoft, afin de grossir les poches de l’homme le plus riche du monde, et que l’on continue à envoyer, annuellement, des milliards de dollars à l’extérieur, sous forme de payement de royalties, dans un pays où 22 millions de personnes ont faim et 46 millions vivent en dessous du seuil de pauvreté.

La recherche d’alternatives pour notre développement, initiée par le gouvernement à travers le pari d’un nouveau modèle de marché basé sur le Logiciel Libre et ouvert, reçoit un ample soutien des petites et moyennes entreprises nationales qui sont actives sur le marché de l’informatique, et même de grandes entreprises internationales comme SUN, IBM, et HP, qui investissent lourdement dans le domaine. De plus, cette politique a un fort soutien du parlement, à travers Le Front Parlementaire pour le Logiciel Libre et l’intégration numérique, mené par le Président du Congrès National du Brésil, le sénateur José Sarney, et par Mme la sénateur Serys Slhssarenko, avec les députés Walter Pinheiro et Sergio Miranda. C’est l’un des plus importants Front du Congrès National !

Mais dans la semaine où les média du monde entier exaltaient positivement les initiatives de notre pays, par la réalisation et par le contenu des débats du cinquième Forum International du Logiciel Libre à Porto Alegre, le journal The New York Times, encore une fois, au lieu de couvrir « journalistiquement » cet événement positif, a préféré faire de la « publicité » aux déclarations « patriotiques » du fonctionnaire de Microsoft, Mr Emilio Umeoka, critiquant les initiatives brésiliennes : d’ici 10 ans, nous aurons une position dominante sur quelque chose d’insignifiant.

Pratique d’intimidation

Nous tous savions que Microsoft n’admettait pas de perdre et était contre la libre concurrence, mais le géant a marché sur le ballon et a dépassé les limites de l’acceptable cette semaine. Dans une évidente tentative d’intimidation lancée par le géant contre le gouvernement du brésil, l’entreprise monopolisatrice a intenté un procès criminel contre la plus haute autorité du gouvernement brésilien en charge de l’implantation des logiciel libres, Sergio Amadeu, Président de l’ITI [3]. L’autorité brésilienne a en effet reçu la notification de l’ouverture d’un procès criminel mené par l’entreprise contre les déclarations de celui-ci dans l’hebdomadaire Carta Capital [4], où il aurait dit que la donation de logiciels aux gouvernements est une pratique semblable à celle des trafiquants. Cette déclaration, attribuée par la revue à Sergio Amadeu, n’est pas originale. Le président de SUN et plusieurs activistes du mouvement Software Livre utilisent cette analogie : la première dose de logiciel propriétaire distribuée gratuitement est comme une drogue, après avoir créé la dépendance des utilisateurs l’entreprise commence à facturer.

Mais pourquoi le procès a-t-il été intenté uniquement à l’autorité brésilienne ?

De plus, l’entreprise veut que Sergio Amadeu explique pourquoi, dans la revue, il qualifie la stratégie commercial de Microsoft de FUD [5] dirigé vers le marché du Logiciel Libre. Cela aussi n’est pas une nouveauté. Une semaine avant, une déclaration intitulé Déclaration de Barcelone pour l’avancement du Logiciel Libre (Pt), signée par plusieurs expert internationaux, entre autre Manuel Castells et Vinton Cerf, l’un des créateurs d’internet, remarquait déjà ce point : le Logiciel Libre doit travailler fermement pour combattre les techniques de FUD qui sont utilisées contre lui.

Mais pourquoi le procès a-t-il été intenté uniquement à l’autorité brésilienne ?

La réponse est simple. C’est une tentative limpide d’intimider les actions du gouvernement brésilien [6]. Cette initiative de Microsoft mérite d’être répudiée par la communauté internationale. Nous devons, plus que toujours, être solidaire et aider notre pays sur la route de l’indépendance technologique [7].

[1] Voir le dossier complet établit par l’AFUL : Proposition de loi pour les logiciels libres dans l’administration au Pérou. NdE.

[2] Forum international du logiciel libre. NdE.

[3] Institut National de technologie de l’information. NdE.

[4] Voir l’article incriminé : O pingüim avança (Pt). Voir aussi le communiqué de presse de l’ITI annonçant la procédure judiciaire à l’encontre de son président : Multinacional processa presidente do ITI (Pt). NdE.

[5] Peur, incertitude et doute. Technique de désinformation qui consiste à émettre un doute sur l’efficacité, le sérieux ou la stabilité d’un produit concurrent pour instiller la peur et l’incertitude chez les clients potentiels. Voir aussi le fud expliqué au newbie. NdE.

[6] Notre gouvernement devrait aussi penser à affûter ses arguments juridiques ;-), puisqu’un ministre estime que Microsoft doit devenir un fournisseur de logiciels parmi d’autres. NdE.

[7] Voir la pétition de soutien à Sergio Amadeu (en français). NdE.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

Et vous, vous les payés combien vos licences Microsoft ? , le 28 juin 2004 par Paul (0 rép.)

Aujourd’hui Microsoft a plusieurs tarifs, pour le naïf de service c’est le pris fort, pour celui qui pense migrer vers les logiciels libres on lui propose des réduction de 30% à 90%.

Pour la Thaïlande la baisse a été de 90% car le gouvernement Thaïlandais souhaitait migrer totalement vers le logiciel libre (école, administrations, etc.). Pour la mairie de Paris, aujourd’hui c’est 60% de réduction que propose Microsoft

Et pour vous combien de ristourne ?

-----> Des réductions à la tête du client !

Répondre à ce message

pétition en anglais , le 26 juin 2004 (0 rép.)

pour la pétition en anglais, ca se passe à cette adresse : http://www.petitiononline.com/amadeuus/

Répondre à ce message

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 26 juin 2004 par Patrick Cuenot (2 rép.)

Il faut savoir que Windows XP coûte au Brésil 589 Reais (156Euros) et que le salaire minimum est de 275 Reais (73Euros) Qui veut imposer une telle charge á un Brésilien qui a besoin d’être citoyen de ce monde au même titre que tous les autres est un ........(Ça commence par ENF... et ça finit par ...RÉ). Les Americains abusent l’Amerique latine depuis de trop nombreuses decenies et quand leur victime gemit, le bourreau n’a d’autres resources que de l’insulter et le menacer de pire. Le Brésil n’a aucune autre obligation envers les Américains que de les chasser et les maintenir hors de chez eux. Le Brésil est un pays libre et autonome. Si le Brésil á besoin de quelque chose c’est qu’on lui tende une main amicale, pas qu’on lui marche sur la tête. Vive le piratage et les routes alternatives. A bas l’amirauté Microsoft. Bonne chance á nos frères Brésiliens.

> Le piratage profite à Microsoft , le 28 juin 2004

Le piratage profite à Microsoft dans la mesure où cela lui permet de tenir à l’écart ses concurrents et finalement maintenir ses parts de marché.

Celui qui pirate Microsoft n’utilise pas Linux.

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 16 mars 2006 par xavprog

C faux. Personnelement j’utilise linux Ubuntu. Mais un Xp (piraté, j’accepterais pas de payer pou ça) reste sur un partion pour rejouer à Trackmania TM Nations, NFSU2 et SimCity4

On dit que linux et les jeux vidéo sont incompatble... C pas vrais !!!

Il y ade bon jeu sous linux :

Slune, Wormux, TuxKart, Cube, Nexuiz, Mars Battle arena, quake 4 en sont de très bon exemple...

Sinon les dual boot ne sont pas fait pour les chiens...

Et rien ne vous empêche d’utiliser win98 SE + directx 9.c toujours compatbile avec les jeu dernier cri, léger et dont la lycense à été abandonné !!!

Autrement dis on n’a plus besoin de l’acheter.

-----> http://xavprog.fr.tc

Répondre à ce message

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 25 juin 2004 par guyran (0 rép.)

Bravo pour l’article - tout à fait d’accord avec vos propos. J’ajouterai qu’il serait utile de faire connaître cette information auprès de collègues qui utilisent les produits M$ régulièrement ou d’afficher cet article dans nos salles des profs pour que tout le monde se rendent compte des méfaits de ce géant, maître des techniques monopolistiques. Les pratiques dénoncées par Sergio Amadeu ne datent pas d’hier car M$ a fait la même chose en Namibie, qui le premier parmi les pays du Tiers Monde a rejeté la "dose accrocheuse" de logiciels distribués gratuitement (ou presque) ; puis c’était le tour de l’Afrique de sud et de l’Inde. Mais aussi les pratiques d’intimidation ont également été tentées en Espagne où les gouverneurs de l’état d’Estremadure ont été menacés de procès pour avoir choisi Linex, leur distro éducative, pour équiper toutes les écoles de la région.

-----> Microsoft : Dona 25 millones a España para frenar a Linux

Répondre à ce message

Microsoft et le gouvernement brésilien : précisions , le 25 juin 2004 par RNB (1 rép.)

Bonsoir.

Petites précisions.

Cet article est une traduction d’une news postée sur le site software livre, site d’un organisme qui défend l’utilisation des LL dans les administrations publiques brésiliennes.

Nous avons considéré qu’il était important de publier cette traduction (1) pour rebondir sur une actualité et (2) parce que la situation qu’elle décrit trouve echo dans d’autres pays (il n’y a qu’à lire les news sur LinuxFr parlant de telle ou telle ville qui a décidé d’adopter des LL dans leurs administrations).

Cette nouvelle ne fait que résumer "l’affaire Amadeu". D’autres liens placés en notes permettent d’approfondir le sujet. Et si vous comprenez le portugais, je vous invite à lire d’autres nouvelles liées à l’affaire publiées sur le site Software Livre, notamment :

Amicalement.

> Microsoft et le gouvernement brésilien : précisions , le 27 août 2004 par Edyta

Linux+ DVD 2/2004 en vente à partir du septembre Dans ce numéro de Linux+ DVD :
- Actualités du monde de Linux et du Logiciel Libre
- Linux dans un studio d’enregistrement audio
- Entretien avec Ton Roosendaal et Eric S. Raymond
- Afficheur console de fichiers graphiques
- Gérer l’énergie sous Linux
- Blender - graphismes 3D
- Jeux - TuxKart, Hyperspace Delivery Boy Demo
- Astuces - Imprimer avec PostScript

Sur les DVDs, vous trouverez Debian 3.0r2, Gentoo 2004.1, NVIDIA 1.0-6106, ATI 3.9.0 et SuperKaramba 0.34

/www.lpmagazine.org/fr">

-----> Linux+ DVD

Répondre à ce message

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 24 juin 2004 par Hugues Goyé (1 rép.)

Très bon ton article. Je me sens d’autant plus concerné que j’ai vécu au brésil où l’on sent toujours l’omniprésence américaine (doctrine Monroe quand tu nous tiens).

Le Brésil peut tout à fait se passer de Microsoft comme beaucoup de pays d’ailleurs. Les Chinois sont en train de concevoir un nouveau standard de DVD pour ne plus payer de royalties aux propriétaires du format. Le jour où ils se lanceront dans la conception et la distribution d’un nouvel OS ça fera mal (en espérant que cet OS soit libre), j’imagine que ce jour là Micro$oft se montrera moins intransigeant.

Pour en revenir au Brésil, il est clair que ce pays est parfois animé de soubressauts rappelant à qui veut l’entendre qu’un pan de l’économie brésilienne est presque mûre pour voler de ses propres ailes. Je suis en revanche surpris de voir José Sarney (ex président brésilien) s’investire autant dans la promotion du libre. Lors de son mandat, Sarney n’avait pas fait montre d’une grande volonté à développer l’économie brésilienne rongée à l’époque par une inflation dépassant tout ce que l’on peut imaginer.

En tout état de cause, la position brésilienne est aujourd’hui en adéquation avec l’idéologie pragmatique de Lula et son équipe. Sauront-ils résister à l’emprise de Micro$oft ???

Pour la chine, c’est deja en cours , le 28 juin 2004 par Chag

Bonjour,

En ce qui concerne Linux et la chine, c’est deja en cours depuis le debut de l’année il me semble : http://www.zdnet.fr/actualites/technologie/0,39020809,39135984,00.htm http://linuxfr.org/2003/09/01/13800.html http://www.pcinpact.com/actu/news/Des_nouvelles_dAsianux.htm

A l’epoque, Microsoft avait fait connaitre son mecontentement : http://www.toolinux.com/news/media/microsoft_ne_veut_pas_d_un_linux_asiatique_ar3815.html ?var_recherche=chine+coree+microsoft http://www.weblmi.com/news_store/2003_09_08_Microsoft_se_pose_en_93/News_view

Chag

Répondre à ce message

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 24 juin 2004 par mougly (0 rép.)

Bon article !

Dommage que la conclusion semble tomber du ciel sans autres argument que "Le méchant Bill contre les Logiciels Libres".

Si, personnellement, je suis d’accord avec cette affirmation, c’est après une certaine rflexion personnelle et partagée. Il ne sert à rien de précher à des convaincus ...

Bien à Vous,

mougly

Répondre à ce message

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 24 juin 2004 par AnT (4 rép.)

Après United Fruits, Microsoft nouveau bras armé de l’influence US en Amérique Latine ?

Lula doit faire gaffe, la CIA a monté des coups d’état pour moins que ca !

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien... , le 24 juin 2004

Vite, vite... Faut prévenir Raff’, Fontaine et les autres...

J’espère que le gouvernement francais et l’Europe ne seront pas aussi irresponsables que ces petits pays d’Amérique Latine. Et que l’envie de passer en "root libre" n’est que pure acte de négociation. Pensons à nos enfants et leur avenir... Le marché du travail est déjà assez difficile comme ça. Les logiciels libres détruisent l’avenir professionnel de nos enfants ; il nous faut donc les préparer au marché du travail et leur formater l’esprit qui va avec. Honte à celui qui prime la liberté de choisir et de penser au détriment de la dépendance économique.

flippoon

-----> Gooo !

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 24 juin 2004

J’espère que c’est une plainsanterie ? En tout cas, c’est d’un très mauvais goût la libreté doit toujours être privilégié par rapport à toute forme de dépendance... Sinon on met à mal toute forme de démocratie. Wald Sébastien.

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 24 juin 2004 par Vincent

Mais non, vive la dependance et la democratie capucpalib.. Mais bien sur que c’est une plaisanterie, et de bonne tournure. On ne rit bien que de choses serieuses (et il ne faut jamais faire de sentences definitives). C’est si dur à comprendre ?, l’humour est devenu impossible ? Ou alors c’est une deformation due aux smileys qui habituent le lecteur feignant à être prevenu quand il y a une once d’humour ou d’ironie dans un texte de trois lignes. Imaginez candide écrit avec des smileys (et il faut cultiver notre jardin ;)

Sinon, arretons de deconner, l’heure est grave et on peut rajouter que :

La guerre c’est pas bien (tm), il faut pas dire nain, ni aveugle, ni noir c’est pas poli, et tu penses aux petits enfants qui meurent de faim, faut pas rire des morts car "yena ki on soufèr en mouran"...

Moi, je pense surtout à ceux qui repondent trop vite aux messages de forum, sans prendre le temps de cliquer sur les liens lorsqu’ils ont un doute quant au intention de l’auteur.

Tous avec moi : vive minidoux car n’oublions pas "la liberté c’est l’esclavage" (Orwel, 1984)

— -
- Vincent

> Microsoft tente d’intimider le gouvernement brésilien , le 25 juin 2004

Je suis désolé mais c’est le genre de propos qui peut être en effet mal interprété. Il faut savoir que ce type de remarques, je l’ai vu exprimé de façon tout à fait sérieuse dans ce site... Wald Sébastien.

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

culture is not a crime culture is not a crime
Creative Commons BY-SA