• Auteur : PhiX
  • Date : 17 mars 2004 (25 juillet 2004)

Pourquoi et comment transformer son gratuiciel en Logiciel Libre

Imaginez que la somme des développeurs qui ont choisi la plateforme Windows pour écrire leurs applications placent ces dernières sous GPL (Licence Publique Générale GNU) et rejoignent, par ce fait même, la communauté des développeurs libres.

Imaginez tous les gratuiciels, ces logiciels gratuits que l’on ne peut pas modifier, devenir des Logiciels Libres sous GPL. La communauté des développeurs libres, issue du monde GNU/Linux, y gagnerait des développeurs Windows.

La disponibilité des sources donnerait aux apprentis programmeurs matière à apprendre et à progresser beaucoup plus rapidement.

Le modèle du Libre gagnerait en visibilité en touchant les utilisateurs du célèbre système d’exploitation américain.

Seulement voilà, lorsqu’un auteur découvre le modèle de développement des Logiciels Libres, il est souvent quelque peu décontenancé : voilà qu’on lui propose de donner son travail afin que d’autres en profitent, sans contrepartie, et au risque de se le faire voler !

Cet article a pour objectif d’une part, de relativiser ces craintes, d’autre part de présenter tous les bénéfices que les développeurs tirent de la GPL, et enfin d’indiquer la démarche à suivre pour la mise sous GPL d’un logiciel.

Avertissement : Il existe d’autres licences qualifiées de libres par la Fondation pour le Logiciel Libre (FSF), mais aucune ne garantit mieux les libertés que la GPL. [1]

la GPL : deux contraintes pour quatre libertés

  1. liberté d’utilisation du logiciel pour tous usages
  2. liberté d’étudier le fonctionnement du logiciel
  3. liberté de modifier, ou de faire modifier par un tiers, le logiciel
  4. liberté de copie et de redistribution illimitées de la version originale ou modifiée du logiciel
  5. obligation de respecter le droit d’auteur des développeurs du logiciel en laissant la mention de leurs noms et commentaires
  6. obligation, dans le cas où l’on publie une version modifiée du logiciel, de fournir gratuitement (hors frais d’enregistrement sur support physique et de distribution postale) l’accès au source à tous ceux qui en font la demande

Peur du vol contre éloge du don

« on va me voler mon travail »

C’est la crainte la plus communément entendue. Pourtant, est-il juste de parler de vol quand l’objet dérobé est toujours présent après le passage du cambrioleur ? Il faudrait plutôt parler de risque de plagiat, c’est à dire de violation du droit d’auteur plutôt que de vol, ce dernier ne s’appliquant correctement qu’aux objets matériels.

Hormis le cas - rare - où les développements nécessitent de lourds investissements financiers, dites-vous bien que n’importe quel développeur disposant des mêmes compétences que vous sera de toute façon à-même de développer un logiciel comparable...s’il ne l’a pas déjà fait !

A l’inverse, grâce à la GPL, vous pouvez profiter du travail déjà réalisé par d’autres et vous concentrer sur la partie réellement innovante et intéressante du soft que vous développez. Dès lors pourquoi ne pas rendre accessible votre travail et accueillir les bonnes idées d’autres développeurs ? vous resterez maître de votre projet car vous serez libre d’accepter ou non les contributions.

Signalons que vous avez la possibilité de donner deux licences à votre logiciel, dont l’une est la GPL et l’autre une licence propriétaire. C’est qu’ont choisi les sociétés scandinaves Trolltech et MySQLAB pour, respectivement, la bibliothèque Qt et MySQL.

La GPL n’interdit même pas à l’auteur d’un logiciel de changer de licence en cours de route s’il décide de propriétariser son œuvre. Il ne pourra par contre pas s’opposer à ce que la dernière version sous GPL de son programme continue sa vie. C’est ce qui va peut-être arriver au logiciel libre CamStudio, racheté par un éditeur qui produit un logiciel concurrent propriétaire.

Les bénéfices attendus

« dans la pratique, quels avantages la GPL peut-elle m’apporter ? »

- allègement du travail de codage

Le Logiciel Libre accélère le développement en autorisant le développeur à puiser dans un pot commun de solutions les parties du code qui ont déjà été publiées par d’autres : il n’a plus à "réinventer la roue" et peut se concentrer sur la partie réellement novatrice de son logiciel. En somme, un développement plus rapide, en prenant le meilleur de l’existant comme base.

- débogage plus poussé et plus rapide, donc plus efficace

Classiquement, dans le cycle de développement d’un logiciel, l’étape la plus longue est celle du débogage et de la maintenance. Corriger un bogue est plus facile lorsqu’on dispose de nombreux bêta-testeurs et quand on peut lire le code !

- travaux de rédaction de la documentation et d’assistance technique partagés entre tous les utilisateurs

- évolutivité accrue du logiciel grâce à l’apport d’idées nouvelles

- diffusion du logiciel la plus large possible

C’est un des objectifs poursuivis par cette licence. Une conséquence de la disponibilité des sources est qu’un portage sous une autre plateforme (Linux, MacOS, etc) de votre application par des contributeurs est rendu possible. De plus, des contributeurs originaires de pays non francophones peuvent en réaliser plus aisément l’internationalisation.

- accès à des sites comme sourceforge, freshmeat, BerliOS ou encore jesuislibre.org qui proposent gratuitement l’hébergement, une plate-forme de développement collaboratif et une visibilité à votre projet.

- sécurisation légale de votre oeuvre

En plus de la protection que confère le droit d’auteur en France, la sécurisation légale de votre logiciel libre sous GPL est assurée par les juristes et avocats de la Free Software Foundation (n’hésitez pas à contacter son antenne française pour de plus amples renseignements).

- pérennité du logiciel

Le code de votre logiciel ne pourra plus jamais être fermé. Votre logiciel vivra tant qu’il aura des utilisateurs et des contributeurs.

- un plus sur votre CV

un plus sur le CV car le futur employeur peut juger sur pièce de la qualité du code que vous avez écrit, de vos qualités de chef de projet/mainteneur, ou encore de vos capacités de travail en équipe.

- trouver une certaine forme de reconnaissance parmi ses pairs.

je suis intéressé, mais concrètement, qu’ai-je à faire pour que mon application soit sous GPL ?

Mise en fonction de la GPL

Il suffit de faire mention au début de chaque fichier source :

  • d’une notice de copyright (p. ex. « Copyright 2001, 2003 Richard Stallman ») comprenant la (ou les) date(s) à laquelle vous avez terminé une version de votre programme ;
  • des notices de copyright des programmes tiers que vous avez modifiés ;
  • d’une déclaration sur les droits de copie précisant que le programme est distribué sous les termes de la Licence Publique Générale GNU.

Il est d’usage de livrer le texte intégral, au format texte brut (ASCII) et en anglais, de la GPL dans un fichier nommé COPYING.

Si vous programmez sous MSWindows, il y a de grandes chances pour que vous utilisiez des bibliothèques non-libres.

le cas de l’utilisation de bibliothèques non-libres

  • Premier cas : la bibliothèque en question fait partie intégrante de MSWindows (p. ex. dlls, DirectX, ActiveX, ODBC...)

La GPL autorise l’édition de liens entre cette bibliothèque et votre programme.

  • Deuxième cas : la bibliothèque en question ne fait pas partie intégrante de MSWindows

Vous devrez ajouter votre propre exception à la suite, mais de façon distincte, de la GPL.

Si vous n’êtes pas le détenteur du copyright de la portion de code qui fait usage de la bibliothèque non-libre, il faut préalablement demander l’autorisation à l’auteur.

le cas du développement alors que vous êtes étudiant dans un labo d’université ou salarié d’une entreprise

Pour pouvoir bénéficier de la GPL, assurez-vous que votre école ou votre entreprise ne seront pas détenteurs du copyright (à négocier au cas par cas).

un exemple de rédaction

Voici, pour résumer, un exemple concret de formulation.

Copyright (c) 2003 Nom prénom. Ce fichier fait partie de MonLogiciel.

MonLogiciel est un logiciel libre; vous pouvez le redistribuer et/ou le modifier selon les termes de la GNU General Public License (Licence Publique Générale GNU) telle qu'elle a été publiée par la Free Software Foundation; soit la version 2 de la licence, soit (comme vous le souhaitez) toute version ultérieure.

MonLogiciel est distribué dans l'espoir qu'il sera utile, mais SANS LA MOINDRE GARANTIE; pas même la garantie implicite de COMMERCIABILITE ou d'ADEQUATION A UN BUT PARTICULIER.
Voir la GNU General Public License pour plus de détails.

Vous devriez avoir reçu une copie de la GNU General Public License en même temps que ce programme; sinon, merci d'écrire à la Free Software Foundation, Inc, 59 Temple Place, Suite 330, Boston, MA02111-1307 USA.

De plus, à titre exceptionnel, NomDétenteurCopyright donne l'autorisation de réaliser une édition de lien du code de ce programme avec la bibliothèque NomBibliothèque (ou avec des versions modifiées de NomBibliothèque qui utilisent la même licence que NomBibliothèque), et de distribuer des combinaisons par édition de lien intégrant les deux.

Vous devez respecter la GNU General Public License à tous les égards pour tout code utilisé autre que NomBibliothèque. Si vous modifiez ce fichier, vous pouvez étendre cette exception à votre version du fichier, mais n'êtes pas obligé de le faire. Si vous ne souhaitez pas le faire, supprimez cette déclaration l'exception de votre version.

Conclusion

La mise sous GPL de votre application

- est facile à mettre en oeuvre ;

- offre une garantie de pérennité du programme ;

- en accélère le développement ;

- en augmente l’audience ;

- facilite et réduit le travail de débogage.

Le modèle de développement du Logiciel Libre est calqué sur celui, éprouvé, de la coopération scientifique, faite de partage des découvertes et de mutualisation des efforts.

Avantage connexe : le Libre permet de lutter contre les dérives protectionnistes et liberticides des avocats (double-sens) de la "Propriété Intellectuelle".

Bien sûr, vous vous en doutez, la libération de votre logiciel ne va pas vous amener des contributions du jour au lendemain. Peut-être en aurez vous dix, peut-être n’en aurez vous aucune. Le nombre de contributeurs dépendra de plusieurs facteurs, dont l’intérêt des programmeurs/utilisateurs pour votre logiciel, la lisibilité du code, la popularité du langage utilisé, etc.

Votre logiciel rejoindra-t-il la liste des logiciels pour MSWindows qui ont fait le choix du développement Open Source ? et après, jusqu’où irez-vous ? ;)

[1] Le joli logo sous Free Art licence qui illustre l’article s’intitule "Europa and the GNU" et est l’oeuvre de Anja Gerwinski.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

> Voila c’est fait , le 8 septembre 2004 par Léviathan (2 rép.)

j’avais créé 4 logiciels que j’avais mis en telechargement sur mon site internet en tant que freeware. et depuis quelques mois je frequente de plus en plus des sites parlant du libre alors quand je suis tombé sur votre site et sur cet article j’ai decidé de transformer mes freeware en logiciel libre avec une toute nouvelle licence pour eux : la GPL. d’ici 2 a 3 semaines le temps de retouché mes sources et de les mettre en ligne, je serais donc un developpeur libre !

> Voila c’est fait , le 8 septembre 2004 par xA

Et c’est où qu’il est où ton site ? :)

> Voila c’est fait , le 3 octobre 2004 par Léviathan

mon site c’est http://dhost.info/leviathan666

Répondre à ce message

> Pourquoi et comment transformer son gratuiciel en Logiciel Libre , le 12 août 2004 par Vent d ’ Est (0 rép.)

En fait pour reprendre la celebre expression de richard stallman et pour eviter les confusion surtout pour les anglophone

not free as free beer but as freedom of speech

un freeware cest comme la biere gratuite et un free software , cest comme avoir la recette de la biere

Répondre à ce message

> transformer son gratuiciel en Logiciel Libre : des exemples de réussite , le 22 mars 2004 par rhyd (0 rép.)

A ce propos un article en anglais écrit par MySQL AB, Sleepycat Software et Trolltech AS, trois grandes entreprises du libre, explique comment ils obtiennent leur principal revenu par la vente des licences logiciels.

Des explications et des commentaires sont disponibles sur linuxfr.

Répondre à ce message

> Pourquoi et comment transformer son gratuiciel en Logiciel Libre , le 17 mars 2004 par PhiX (0 rép.)

Merci à Julien Noël pour ses commentaires avisés.

Répondre à ce message

> Des deux mains, j’applaudis , le 9 mars 2004 par sdj (0 rép.)

J’emboîte le pas de Thierry, en félicitant la très grande clarté, une argumentation sans faille et la précision de l’article. Mais que reste-t-il encore à la gratuité ? Donc, bravo Phix, et merci.

Sdj

Répondre à ce message

Excellent article , le 9 mars 2004 par tbernard (0 rép.)

Tout simplement merci Phix d’avoir crée cet article.

Qu’il puisse répondre à de nombreuses interrogations des développeurs.

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

J & C J & C
Creative Commons BY-SA