• Auteur : Adullact & Scideralle
  • Date : 1er octobre 2003 (24 janvier 2004)

MutuaLibre : mutualisons les solutions serveurs libres dans l’éducation

MutuaLibre est un regroupement de solutions serveurs sous logiciels libres dans l’éducation.

Ce projet de lettre s’adresse donc avant tout aux acteurs du monde éducatif liés aux TICE (personnes ressources, administrateurs réseau, formateurs, développeurs, etc.) mais également par extension aux associations, collectivités territoriales, PME-PMI...

L’URL d’origine du document est située sur le site de Scideralle où vous trouverez la lettre au format OpenOffice pour l’adapter à vos circonstances. Vous y trouverez également un projet de lettre à envoyer aux recteurs d’académie.
C’est en tout cas ici qu’il faut se rendre pour les dernières mises à jour et la prochaine version "définitive" de cette lettre.

C’est aussi l’occasion pour nous de vous présenter une fois encore ces deux associations que sont l’ADULLACT et SCIDERALLE. L’une oeuvre en direction des collectivités territoriales et l’autre en direction de l’éducation au sens le plus large du terme. Ces regroupements sont non seulement cohérents mais également rendus nécessaire pour offrir une assise crédible à des alternatives qui, nous le savons bien et depuis longtemps, le sont également.

http://www.mutualibre.org/

Projet de lettre

Monsieur, Madame,

L’informatique est en train de vivre un extraordinaire changement. Naguère clients captifs de grands éditeurs, les utilisateurs bénéficient aujourd’hui du fantastique travail de mutualisation qui, grâce à l’internet, a permis l’émergence d’excellents systèmes d’exploitation et logiciels libres (que l’on peut, comme les mathématiques depuis vingt cinq siècles utiliser librement, copier, distribuer et améliorer si on le peut). De grands pays d’Asie viennent d’annoncent qu’ils vont investir dans des systèmes libres. De très grandes entreprises mutualisent déjà leurs développements et les publient pour se concentrer sur le service. A Genève, le Sommet Mondial pour la Société de l’Information qui s’est emparé du problème de la solidarité numérique voit remonter de la société civile la question de logiciels libres comme une de ses cinq préoccupations majeures. A Bruxelles, les amendements protégeant les logiciels contre le dépôt abusif de brevets sont passés.

Non contents de permettre une réduction des coûts pour les payeurs (les déploiements n’impliquent en effet aucun surcoût en licence), les logiciels libres respectent scrupuleusement les standards, sont interopérables, permettent une diffusion rapide des bonnes pratiques, et produisent naturellement des effets de communauté, non seulement entre les développeurs, mais aussi avec les utilisateurs. Ils créeront des emplois de proximité en services à valeur ajoutée, et promeuvent une idée de partage de l’intelligence.
Le modèle économique change : le développement des logiciels est en train de devenir un service comme un autre, que des utilisateurs sont prêts à faire faire en se groupant. Nous devons comprendre, comme utilisateurs, que dans un monde où la copie est identique à l’original, si donnons chacun un peu, nous recevrons tous beaucoup.

Le logiciel libre ? liberté, égalité, fraternité.

L’Adullact s’est donnée pour tâche de constituer, développer et promouvoir un patrimoine commun de logiciels libres (en particulier métier) sur fonds publics. L’association regroupe déjà plusieurs régions, des départements, de grandes villes, autour de l’idée que l’argent public ne doit payer qu’une fois. L’Adullact a mis récemment en place un serveur de développement coopératif, dont elle a assuré la traduction française : http://adullact.net.
L’Association Scideralle s’est donnée, elle, pour tâche de participer à la création, la diffusion, l’aide à l’utilisation de logiciels et de ressources libres dans le domaine éducatif au sens large. Elle favorise les solutions économes en ressources, permettant de réduire la fracture numérique, en particulier le recyclage des postes obsolètes pour les systèmes d’exploitation propriétaires en terminaux et clients légers. Ses orientations participent à l’éducation à la citoyenneté informatique et Internet.

Plusieurs solutions serveurs existent dans les académies et rendent déjà de nombreux services par la compétence des équipes qui les ont mis en oeuvre : SambaEdu, SLIS, SLAES, Pingoo, AbulEdu, Eole, ...

Afin de permettre une meilleure lisibilité pour le monde éducatif et les collectivtés, nous avons initié en juin 2003 aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre de Metz un rapprochement de ces projets au sein de Mutualibre afin de travailler à la convergence du meilleur de ces solutions dans une perspective plus générique. Nous vous joignons le communiqué de presse qui précise les orientations et les initiateurs du projet. Il est en effet essentiel pour les collectivités d’encourager une solution de serveur libre qui puisse se décliner dans leurs différents domaines d’intervention, de la petite commune à la mégapole, voire qui puisse être utilisée pour le milieu hospitalier.
Des nombreuses équipes s’engagent ainsi à améliorer l’interopérabilité des solutions existantes et dans le développement d’un système de serveur générique, permettant de gérer des communuautés d’utilisateurs et des applicatifs métiers dans des contextes variés : Educations, Collectivités, Associations, Hôpitaux, Entreprises, Administrations. Un des axes du développement étant d’emblée la déclinaison Education.

Au moment où nous nous apprêtons à solliciter des financements pour l’opération, nous avons besoin de formaliser les choses, afin d’indiquer à nos partenaires quels sont les projets et les développeurs qui acceptent de collaborer au sein du projet Mutualibre. Il ne s’agit pas de se fondre dans un méta-projet, mais clairement, d’arrêter de réinventer la roue chacun de son côté. S’il faut certes assurer l’interopérabilité des solutions existantes, il est nécessaire de changer de braquet et d’unir nos forces, de bâtir une solution générique avec les meilleures de nos solutions afin de montrer que la mutualisation n’est pas un vain mot. L’enjeu dépasse le monde éducatif, mais le monde éducatif a l’occasion ici d’y prendre une place décisive.

Le grand partage a commencé.

Si vous affirmez ou confirmez votre intention de participer et/ou votre soutien au projet Mutualibre, nous vous serions reconnaissant de nous l’adresser très rapidement par courrier papier ou électronique en indiquant les noms des développeurs, les projets impliqués. Même si la structure porteuse du projet n’a pas encore donné d’avis, tout ou partie des développeurs peuvent manifester là leur souhait qu’elle rejoigne Mutualibre. Si vous connaissez des projets et des développeurs dont il vous semble qu’ils n’aient pas connaissance du projet et qui pourraient nous rejoindre, faites-vous nos ambassadeurs pour plaider l’effort de convergence nécessaire.

Toutes les réalisations, ainsi que les outils de développements seront évidemment mis à disposition des équipes. Tous les développements du projet Mutualibre seront placés sous licence GPL (conformément aux guides de choix des licences sur fonds publics) et déposés sur le système de développement coopératif en ligne http://adullact.net.

Merci d’avance,

François Elie - Président d’ADULLACT
Pierre Jarret - Président de SCIDERALLE

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

> MutuaLibre : mutualisons les solutions serveurs libres dans l’éducation , le 10 octobre 2003 (1 rép.)

Je n’ai pas compris grand chose (à part les bons sentiments/intentions) que signifient par exemple ce passage :

"- Académie de...
- Conseil Général de ...
- Conseil Régional de...
- Ville de...
- Ministère de... "

dans la liste des soutiens institutionnels (sur une des très très rare page du site) ?

tous cela sent fort le remplissage poussif.

Sans parler de tous les points discutables/naïfs qui semble tenir lieux d’arguments.

> MutuaLibre : mutualisons les solutions serveurs libres dans l’éducation , le 10 octobre 2003 par Jean Patoux

On peut faire la fine bouche mais c’est assez normal puisque tout ceci n’est en qu’au début, aux balbutiements.

Qu’est-ce qui différencie un élève de Lille à un élève de Marseille ?

Absolument rien puisque l’éducation est nationale !

C’est pareil pour les serveurs Linux et c’est une belle initiative que cette tentative de fédération d’énergies.

Par contre j’imagine que cela ne doit pas être évident de rencontrer l’assentiment de tous les développeurs à l’ego nécessairement fort dès que l’on évoque leur petit bébé.

Répondre à ce message

> à propos du site de MutuaLibre... , le 9 octobre 2003 par Pierre (0 rép.)

Je comprends bien que le site vient de naître et il est donc normal de le trouver quasiment vide.

Si j’ai bien compris il s’agit de convaincre des décideurs, des "politiques".
Ces personnes sont amenées par leurs fonctions à prendre rapidement ces décisions car ils n’ont pas qu’un dossier à gérer.
Dans le domaine informatique il arrive parfois que ces personnes ne soient pas au courant de toutes les subtilités techniques pour faire leur choix.
Autrement dit certains critères qui pour nous peuvent apparaître superficiels sont pour eux importants.

Un site au look "pro" est à mon avis de ceux-là.
Ainsi le site d’Adullact à l’air pro et ça donne confiance.
Scideralle et MutuaLibre ne me donnent pas cette impression.

Je sais bien que c’est dérisoire d’avoir un joli site pour des actions qui se veulent concrètes et sur le terrain mais je pense tout de même que ça n’est pas à négliger.

Pierre
prof de banlieue bleue

Répondre à ce message

> MutuaLibre : mutualisons les solutions serveurs libres dans l’éducation , le 1er octobre 2003 par Adrien93 (2 rép.)

C’est sympa comme projet mais pourquoi le site est "vide" alors que sa création date de cet été ?

Pourquoi n’y a-t-il pas de site www.mutualibre.org ?

Si je frappe à la porte de MutuaLibre et leur demande "quel serveur pour mon école" ?
Que vont-ils alors me répondre parmi tout ce choix ? Et qui va d’ailleurs me répondre exactement ?

C’est pas que je négativise mais ça me fait penser à tous ces sites qui ont pour sujet les logiciels libres.
Si vous leur dites : regroupons-nous, on sera plus fort, ça nous évitera d’écrire dix fois la même chose, etc. Ils vous répondront tous : oui, oui, super idée (difficile de toutes les façons pour un acteur du libre de ne pas être d’accord avec une proposition de collaboration).
Mais dès qu’il s’agit concrètement de mettre la main à la pâte, alors y’a plus trop de monde. Les gens sont trop impliqués à s’occuper de leur petit site...

J’espère juste en fait que MutuaLibre ira au delà des déclarations d’intention.

Sorry d’être plus perplexe qu’enthousiasme en fait.

Adrien

C’est fait ! , le 7 octobre 2003 par Pierre JARRET

Depuis le mardi 7 mars 2003 le site est désormais ouvert à http://www.mutualibre.org Le site, en développement, est réalisé avec SPIP et servira d’espace collaboratif. Vous êtes tous cordialement invités à aider à la réussite de ce projet en participant à la vie du site, ses listes de diffusion, en rejoignant les équipes de développement.

Bien amicalement à tous

-----> Site du projet MutuaLibre

Quel serveur pour mon école ? , le 7 octobre 2003 par Pierre JARRET

Nous avons pour but de :

Rendre interopérable les solutions et alller vers des outils commun. Cela facilitera la maintenance, la formation des techniciens et administrateurs. Cela permettra aux sociétés supports de pouvoir assurer la maintenance. Cela implique la volonté de ne pas continuer à réinventer la roue dans son coin. Mutualibre vous dira quel serveur installer dans votre école. Il suffira de le demander sur le site.

Bien amicalement

-----> Mutualibre

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

bird bird
Creative Commons BY