• Auteur : Rui Nibau (RNB)
  • Date : 17 avril 2003 (17 décembre 2004)
  • Licence : Creative Commons BY-NC-SA link_license

Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes

Les succès du logiciel libre sous Windows ne vont-ils pas finir par remettre en cause la salutaire migration vers Linux ? Et dans ce contexte, un site comme le notre ne manquerait-il pas l’un de ses principaux objectifs ?

C’est en tout cas l’hypothèse de Rui Nibau, fidèle visiteur du site, et ça n’est pas peu dire que c’est un sujet qui nous turlupine depuis quelques temps à Framasoft (depuis la création du site en fait).

N’hésitez pas à laisser votre avis en participant au forum attaché à cet article qui se trouve en bas de page.

Sur ce même sujet, qui décidément fait débat, lire aussi ces deux points de vue diamètralement opposés :

Je sais, je sais, le titre est un brin provocateur. Loin de moi l’idée de jeter la pierre aux animateurs du site, qui offrent un service inestimable (et bénévole) aux internautes : je ne parle pas uniquement des annuaires de logiciels libres et gratuits, mais aussi (et surtout) de la somme d’informations mise à notre disposition via les tutoriaux et les liens que je ne me lasse pas de parcourir. Cette accroche est juste une ruse de titraille dont les journalistes usent (et abusent - comme moi ici même) pour attirer l’attention.
Attirer l’attention sur quoi direz-vous ? Et bien sur une curieuse idée qui a peut-être - sans doute - déjà traversé l’esprit de certains d’entre vous, qui m’a en tout cas interpellé, et que je traduirais par l’hypothèse suivante : la promotion des logiciels libres sous Windows ne serait-elle pas un sacerdoce à double tranchant ? Autrement dit : n’y aurait-il pas contradiction entre la défense du libre sous Windows et l’incitation à migrer vers un système d’exploitation Linux ?

Je m’explique.

Première étape réussie

La philosophie de Framasoft pourrait se résumer ainsi (corrigez moi si je me trompe) : faire découvrir l’étonnante diversité et les potentialités des logiciels libres, qui rivalisent, et parfois surpassent, les logiciels propriétaires. Avec, en ligne de mire, et comme l’indique le nom d’un des trois forums proposés sur le site, le passage de Windows à Linux.
L’utilité d’une telle démarche est évidente, et se justifie pleinement. Trop de gens pensent encore qu’il n’existe rien en matière de traitement de texte en dehors de Word, ou croient qu’Internet est forcément synonyme d’Internet Explorer. Lorsque vous avez la (presque) totalité des ordinateurs grand public vendus avec des outils bureautiques et internet Windows pré-installés, cette attitude est aisément compréhensible. Le citoyen lambda qui vient d’acquérir un PC familial, sans connaissances informatiques particulières, n’a aucun moyen de savoir que la réalité est tout autre, et considèrera que, puisque ces logiciels pré-installés sont les plus utilisés à travers le monde, c’est certainement qu’ils sont les meilleurs, et que s’il existe des concurrents, ils ne doivent pas leur arriver à la cheville. Ce n’est qu’après avoir écumé pendant un certains temps la toile mondiale, suivit quelques liens pertinents, lus des articles ou discuté avec des personnes un peu mieux informés, qu’il découvrira un autre monde, celui du logiciel libre.
Framasoft est le genre de site qui contribue à cet "éveil", cette éducation, et comme je l’ai dit plus haut, rien que cela justifie amplement sa raison d’être. Mais poursuivons notre petit jeu de rôle, et essayons de comprendre quel pourrait être le comportement d’un nouvel utilisateur de PC qui découvre ce continent mystérieux dévoilé par le site. Il teste les logiciels libres, les trouve performant et "compétitifs". Alors c’est décidé : il n’achètera pas la prochaine version de Microsoft Office à plusieurs centaines d’euros, mais installera Open Office.org à la place. La première "mission" de Framasoft est pleinement accomplit.

Seconde étape avortée

Il ne s’agit cependant que d’une escale, puisque qu’on lui propose ensuite d’aller plus loin. L’exploration ne doit pas s’arrêter à l’utilisation des logiciels libres sous Windows, considérée comme une simple période de transition : dans le vaste monde du libre, il existe aussi les systèmes d’exploitation. La seconde étape devrait donc tout naturellement amené notre explorateur à passer de Windows à Linux.
Et c’est là qu’apparaît la contradiction, que la promotion du logiciel libre sous Windows atteint ses limites, et révèle même une certaine ambiguïté. Car ceux qui auront découvert le monde du libre par ce biais pourraient légitimement se poser la question suivante : pourquoi aller vers le libre, si le libre vient à nous ? Pourquoi se convertir à Linux, alors que le libre se convertit, s’adapte ou se créé sous Windows ?
En restant sous l’OS de Microsoft, et en utilisant des logiciels comme Open Office.org, The Gimp ou Mozilla, ils ont à leur disposition "The best of both world’s" [1] : les avantages du système d’exploitation le plus utilisé dans le monde, et ceux d’une communauté de développeurs à l’écoute des besoins des utilisateurs et non plus uniquement de ceux des actionnaires. Dés lors, il n’y aurait plus véritablement de raisons pratiques d’abandonner Windows. Pourquoi voudrait-on s’amputer volontairement, se couper par exemple de la multitude de freewares développés pour l’OS de Microsoft, et que l’on trouve sur le site de Framasoft lui-même ? D’un point de vue purement pratique, ce sacrifice n’aurait aucun sens. En restant sous Windows, l’utilisateur tire avantage des deux mondes. [2]

Des arguments qui ne convaincraient pas

Bien sur, les linuxiens les plus "durs" argumenteront avec force que leur OS est 100 (1 000, 10 000 ?) fois mieux que "windaube" (plus stable, plus sécurisé, etc. On peut d’ailleurs s’interroger sur cette sécurité, dans le cas des virus par exemple : si ceux-ci "s’attaquent " essentiellement à Windows, c’est parce qu’il est dominant sur le marché - et la raison d’être d’un virus, c’est de faire le plus de dégâts chez le plus de gens possible. Linux serait-il aussi sûr s’il était présent sur 80% des PC du monde ?). Tachons cependant de rester objectif (belle utopie), et ne dénigrons pas systématiquement l’entreprise de Bill Gates qui - quoi qu’on en dise et malgré les critiques (nombreuses et justifiées) que l’on peut lui faire, à un mérite de taille, du moins à mes yeux : le développement de l’informatique personnelle et, par voie de conséquence, une démocratisation de celle-ci. Et tout comme Linux n’est pas le système d’exploitation parfait et absolu comme quelques uns veulent nous le faire croire, Windows n’est pas non plus la pire des calamités qui puisse exister pour un PC.
Si migration vers Linux il doit y avoir, elle se justifiera dés lors plus par des questions de principes ou philosophiques que pour des raisons pratiques et d’efficacité : pour faire simple, la volonté d’être libre totalement et complètement (En vrac : lutter contre le monopole, ne pas accepter d’être "cornaquer" sur son propre PC, d’être tracer ou espionner dans ces moindres mouvements sur le web, etc. Chacun complétera selon ses informations et ses convictions). Est-ce que cela sera suffisant ? Peut-être, mais dans ce cas là, la migration vers Linux sera plus le fait d’une prise de conscience que de l’utilisation de softwares libres sous Windows (la prise de conscience pouvant se faire sans cette utilisation).

Promotion du Libre et promotion de Linux

Dans cette optique d’une migration en deux étapes (1. injecter un peu de libre dans Windows, puis 2. offrir une liberté complète à son ordinateur en passant à Linux), les logiciels libres sous Win sont envisagés un peu comme des produits d’appel. On pourrait rapprocher cela de la politique de certains éditeurs de softwares qui mettent à disposition du public une version Light gratuite de leurs produits, en espérant que les consommateurs finiront par acheter la version Pro. Sauf bien sur que Mozilla pour Windows n’est pas une version bridée du Mozilla pour Linux. Il s’agit du même logiciel, avec les mêmes fonctionnalités et les mêmes potentialités. Par ailleurs, il existe aujourd’hui des tas de softwares développés sous différentes licences libres (GPL, MPL, etc.) qui vivent naturellement sous Windows. Et si certains logiciels sont des migrations (Gimp), d’autres sont pensés comme des programmes multiplateformes (Mozilla, OOo). Ce qui veut dire que convaincre son entourage d’abandonner Microsoft Office au profit d’open Office.org n’amènera pas forcément plus de monde sur la banquise.
La promotion du Libre et la promotion de Linux devraient peut-être être envisagées comme deux actions distinctes, qui peuvent parfois être antinomiques. "Libre" et "Linux" ne sont pas - ou plus - synonymes, et la réussite de la première étape n’entraînera donc pas automatiquement l’accomplissement de la seconde.

Une promotion involontaire de Windows ?

Il est indéniable que grâce à Framasoft, les internautes découvriront les logiciels libres sous Windows et qu’ils finiront par en adopter quelques uns (étape 1) ; cette évolution n’est pas inutile, bien au contraire. Certains iront même jusqu’à installer une partition Linux. Mais la migration sera-t-elle totale ? Au final, est-ce que cette stratégie d’approche développera les "parts de marché" du pingouin dans les foyers (étape 2) ? Pas sur, comme le suppose l’hypothèse développée ci-dessus...
Le résultat d’une telle approche pourrait même être inverse de celui escompté, c’est-à-dire accentuer la domination de Microsoft dans l’univers impitoyable des OS, car dans la situation actuelle, le meilleur des deux mondes se retrouve sous Windows. Il y a plus souvent (voir presque exclusivement) des adaptions de logiciels linux vers Windows que l’inverse. Il existe bien les émulateurs type Wine sous Linux, mais avouons tout de même que l’utilisation d’un software par leur intermédiaire n’est pas aussi aisée que sous l’OS natif. Il ne manquerait plus que les développeurs adaptent les bureaux Gnome et KDE sur Win XP et s’en serait fini de Linux en tant que système d’exploitation d’ordinateur familial... [3]
Si les logiciels libres sous Windows permettent peu à peu de réduire la domination de produits comme Microsoft Office ou Internet Explorer, j’ai parfois l’impression qu’ils pourraient aussi conforter celle du système d’exploitation en lui-même. Leur promotion en ferait involontairement de même.

Alors, la stratégie consistant à promouvoir les logiciels libres sous Windows est-elle un cul de sac lorsque l’on souhaite amener l’internaute sous Linux ? Le portage même de certains logiciels libres sous Windows ne serait-il pas un danger ? La philosophie de Framasoft (et celle d’autres sites partageant les mêmes ambitions) est-elle paradoxale ? Idéalisme et pragmatisme seront-ils toujours incompatibles ? La schizophrénie nous menace-t-elle tous ?

A vous de me le dire.

[1] N.B. chanson des Oils.

[2] Cette avantage pratique bénéficie pour l’instant à Windows, parce qu’il est dominant sur le marché. Il ne serait pas si évident si cette domination était moins prononcée, ou si elle s’inversait (rêvons un peu !). Néanmoins, l’évolution du marché ne semble pas prendre cette voie (du moins pour l’informatique familiale), et le libre pourrait même la renforcer (voir plus bas : Une promotion involontaire de Windows ?).

[3] Ce que l’on commence à voir - indirectement et partiellement - avec des softwares qui offrent sous Windows le système multibureaux typique de Linux. On peut d’ailleurs remarquer de manière générale la convergence progressive entre les deux systèmes d’exploitation (dans la forme principalement). Cette convergence risque de se faire au profit d’une seule partie, celle qui domine, puisqu’elle se fait essentiellement dans un seul sens.

Commentaires

<< Poster un message >>
:: question :: précision :: avis :: commentaire :: bug ::

et si on relisait ce qui a été écrit par les membres de la fsf , le 13 novembre 2007 par simplenux (0 rép.)

Microsoft est-il le Grand Satan ?

De nombreuses personnes voient en Microsoft la menace monstrueuse de l’industrie du logiciel. Il y a même une campagne pour boycotter Microsoft. Ce sentiment s’est accru depuis que Microsoft a exprimé une forte hostilité à l’encontre du logiciel libre.

Dans le mouvement du logiciel libre, notre point de vue est différent. Nous estimons que Microsoft pratique une politique néfaste pour les utilisateurs de logiciels : créer des logiciels propriétaires, et refuser de ce fait aux utilisateurs leur liberté légitime.

Mais Microsoft n’est pas la seule dans ce cas ; presque toutes les compagnies font de même. Si les autres compagnies touchent moins d’utilisateurs que Microsoft, ce n’est pas faute d’essayer.

Ce n’est pas une excuse pour Microsoft. Mieux, ceci est là pour rappeler que Microsoft est le développement normal d’une industrie du logiciel basée sur la division des utilisateurs et le refus de leur liberté. Quand nous critiquons Microsoft, nous ne devons pas absoudre pour autant les autres compagnies qui font du logiciel propriétaire. À la FSF, nous n’utilisons aucun logiciel propriétaire --- qu’il provienne de Microsoft ou d’ailleurs.

Dans les « documents Halloween », diffusés à la fin du mois d’octobre 1998, les cadres de Microsoft énonçaient leur intention d’utiliser diverses méthodes pour limiter le développement du logiciel libre : spécifiquement, en concevant des protocoles et des formats de fichiers secrets, et en faisant breveter les algorithmes et les caractéristiques des logiciels.

Ces pratiques d’obstruction ne sont pas nouvelles : Microsoft, et de nombreux autres éditeurs de logiciel, les ont utilisées pendant des années. Dans le passé, probablement, leur motivation était de s’attaquer entre eux ; maintenant, il semble que nous faisons partie des cibles. Mais, ce changement de motivation n’a aucune conséquence pratique, car les conventions secrètes et les brevets sur les logiciels gênent tout le monde, indépendamment de la « cible ».

Le secret et les brevets menacent le logiciel libre. Ils nous ont considérablement gêné dans le passé, et nous devons nous attendre à ce qu’ils continuent à l’avenir. Mais, même si Microsoft ne nous avait jamais remarqué, cela n’aurait rien changé. La seule vraie signification des « documents Halloween » est que Microsoft semble penser que le système GNU/Linux a un fort potentiel de réussite.

Merci Microsoft, et s’il vous plaît dégagez le passage.

Copyright © 1997, 1998, 1999, 2000, 2007 Free Software Foundation, Inc., 51 Franklin St - Fifth Floor, Boston, MA 02110, USA

Verbatim copying and distribution of this entire article is permitted in any medium, provided this notice is preserved.

La reproduction exacte et la distribution intégrale de cet article est permise sur n’importe quel support d’archivage, pourvu que cette notice soit préservée.

-----> http://www.gnu.org/philosophy/micro...

Répondre à ce message

Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 6 mars 2007 par Fabien Palencia (1 rép.)

Tout d’abord bonjour, Je suis un utilisateur de Windows, Linux, de logiciels commerciaux et de logiciels libres. Je travaille dans une structure du gouvernement, qui a des interactions avec des entreprises privées extérieures.

Et nous sommes obligés d’utiliser WORD pour communiqué les échanges DOC -> ODT ne sont compatible qu’a 99.9% et se 0.1% demande trop de travail de mise en page. De fait utiliser WORD impose Windows, et bien sur d’autre logiciels n’existe que sous Windows et malheureusement sans équivalence en libre et/ou sous Linux.

Cependant en interne je peut dire VIVE LyX, OpenDraw, JabRef, TeX, ...

J’utilise des logiciels commerciaux d’instrumentation sous Windows qui existe en version Linux et Unix, mais qui sont malheureusement inexploitable à cause des drivers. Recompiler ses drivers pour le noyaux X.Y.ZZ tous les mois je suis désolé mais j’ai autre chose à faire.

A l’inverse le site Web de mon Laboratoire fonctionne sous Linux, pour une raison simple il n’y a pas mieux à tout point de vue.

En conclusion Linux est un système EXPERT qui n’est pas à la portée de monsieur tout le monde ça viendra mais pas aujourd’hui. Windows est simple d’installation et quoi que l’on dise suffisamment stable. ( J’entends, "VISTA il n’y a pas de drivers, trop gourmand, trop ci trop la, ...", ça fais plus de 2 ans que des version alpha sont utilisable par les entreprises pour les développement de drivers, comme pour Linux les fabricant de matériels attende la demande, et pour avoir un bureau en 3D avec des icônes qui bouge dans tous les sens sous Linux, un P2 avec 64Mo de ram et une CG avec 2Mo de ram c’est suffisant peut-être ? ) La machine que j’utilise pour taper ce message ne redémarre que pour les mise à niveaux je m’en sert tous les jours sous Windows XP je fais du développement sous LabView, du WORD, TeX, LyX, Mathematica, ... depuis 57 jours pas mal pour un système instable c’est un P3 800Mhz avec 768Mo de Ram est 100 Go de DD qui tourne depuis 1999.

Allez tous pour dire qu’il faut utiliser les outils les plus adaptés aux travaux demandés

Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 14 novembre 2007 par heineken

"En conclusion Linux est un système EXPERT qui n’est pas à la portée de monsieur tout le monde (...)"

je voulais juste vous dire de ne pas généraliser à partir de VOTRE utilisation professionnelle et/ou personnelle, car si je le faisais moi aussi,le bilan serait exactement inverse et ne ferait pas plus avancer le "débat" ...

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 11 novembre 2004 (3 rép.)

Je suis d’accord avec vous que windows est dominant, et cela fait déjà quelques décennies. Le grand problème est que linux est moins évident d’utilisation, et le monde va vite, donc les gens vont au plus facile, car avec windows les choses sont certes moins élaborées, mais procure un résultat plus rapide, comment faire pour rendre linux plus attractif sans suivre forcément les traces de son rival. Les tribunaux n’y sont pas vraiment parvenus, à vous de vous casser la tête ?.

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 12 novembre 2004 par ppkc

La réponse est : faire "simple" et "compréhensible" pour tous. Ce n’est pas pour demain et, c’est.. humain ! Les "Linuxiens" (purs et durs) sont des spécialistes qui se gargarisent de leur savoir et se font avant tout.. plaisir. Demandez-leur une explication et vous recevrez 200 lignes de signes cabalistiques ! Même les versions "commerçiales" restent hors de portée d’un néophyte. Pour vous en convaincre, demandez par exemple à un novice de configurer la version 10.0 de Mandrake... Sur le site qui suit un informaticien explique assez bien (et plus aimablement que moi) la situation : http://www.indexel.net/1_6_3549__3_/4/51/1/Open_Source_sous_Wiows_a_defaut_de_Linux__.htm

-----> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 12 novembre 2004

J’en ai assez de ces messages qui prétendent que Windows est plus simple d’utilisation. Va faire un tour dans la base de registres lorsque tu as un problème et tu verras qu’entre cela et un petit fichier conf. Je préfère mon fichier conf. Je suis un utilisateur de base, pas un geek, et non windows n’est pas plus facile, je n’appelle pas cela plus facile quand tous les 6 mois ton système est rendu instable, fonctionne moins vite et que tu te tapes des heures de réinstallation alors qu’avec Linux, c’est configuré une fois pour toutes ou presque... De plus, chez moi, une décennie fait 10 ans, et non, windows n’est pas dominant depuis des décennies, à peine une et encore, à cette époque le mac était bien plus en avance...

Songe enfin aux heures que tu as passé depuis tout ce temps à apprendre windows par petit bout, le DOS, tous les réflexes que tu as acquis pendant tout ce temps. Il faut un peu de temps pour s’habituer au nouveau système mais je ne trouve rien de plus facile que KDE (dans mon cas, ce n’est pas un jugement) et encore une fois, cela tourne à long terme. Je ne tremble pas à chaque instant en me disant que je vais récupérer 3 tonnes de virus (viri ???). Je ne perds pas des heures à réinstaller, réparer tous mes logiciels au bout d’un temps ou à défragmenter mon disque dur, ou à chercher pourquoi alors que j’avais encore quelques gigas de libres l’autre jour et sans avoir rien installé, je me retrouve avec une multitude de fichiers temporaires qui encombrent mon disque dur et me bouffent les gigas en question... Est-ce que défragmenter est une démarche normale sur un OS moderne ???

Quant au résultat plus rapide, je te mets au défi d’installer aussi rapidement qu’avec Linux ton OS, toutes les applis que l’on obtient avec un petit jeu de 3 cds par exemple... J’en ai au max pour 30 minutes pour installer une nouvelle machine versus une bonne après-midi pour windows. Donc dans un monde qui va vite, les gens ne vont vers windows que par manque d’information sur Linux. Encore une fois, je ne suis pas un geek, ni un linuxien fou et aveugle, d’ailleurs, j’écris même ce texte sous Windows car je pense qu’il faut bien connaître et l’un et l’autre avant de se permettre un jugement.

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 12 novembre 2004 par Brice

Bien dit ! tout a fait d’accord

Moi aussi je suis débutant linux et je ne trouve pas ça si compliqué linux avec KDE ou Gnome

Moi aussi j’écris ce texte sous Windows, donc je peux me permettre de comparer !!! :)

Répondre à ce message

KDE existe aussi sous MS-Win , le 14 octobre 2004 par kim_hijah (1 rép.)

Complément d’info. oui c’est vrai

http://gniarf.nerim.net/colinux/colinux6.gif

http://gniarf.nerim.net/colinux/colinux12.gif

http://www.colinux.org/wiki/index.php/Gniarf

> KDE existe aussi sous MS-Win , le 14 octobre 2004

Qt n’est libre que sous X, sinon, il faut payer une licence pro à Trolltech, donc c’est possible à condition d’installer un serveur X11 sur windows. c’est une des raisons pour laquelle la plupart des applis Qt n’ont pas de version windows contrairement aux applis GTK.

Répondre à ce message

>portage d’un code activeX vers Unix , le 24 septembre 2004 (0 rép.)

Je recherche des outils ou un qui permet de faire exécuter des fonctions ActiveX (code source en C++) vers des serveurs UNIX, AIX.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? Se poser la question c’est se mordre la queue ! , le 16 juillet 2004 par xhaman (1 rép.)

Imaginons que je soit concepteur d’un logiciel libre (c’est pas le cas ;)). Je suppose que si je fais du libre, c’est que mon but est de faire un logiciel cool que je vais avoir envie de partager, d’échanger...

Or il y a quelques constats : 1. Si je défends le libre, ok forcément je défends Linux. 2. L’écransante majorité des gens avec qui partager, eux cependant, sont sous Windows. Les raisons sont multiples mais peu importe, c’est comme ça (je ne juge pas, je constate). Seul un pourcentage de la minorité restante est sous Linux, les autres étant sous MacOS.

Conclusion du point 1 : je programme pour Linux. Conclusion du point 2 : je programme pour Windows, et si je veux vraiment partager avec tout le monde, ce qui est bien dans l’esprit du libre, je programme aussi pour Mac.

Je m’insurge donc contre cette forme d’intégrisme qui postule que le "libre" sous windows ferait du tord à Linux (ça reste à prouver...) car c’est à mon sens renier le concept même du libre, qui est le partage !!! Vive Linux quand même :). Et vive Framasoft pour leur fabuleux travail qui sers merveilleusement à tous, quelque soit l’OS. Il faut arrêter avec cette équation foireuse libre=Linux. L’union fait la force.

> Framasoft contre-productif ? Se poser la question c’est se mordre la queue ! , le 17 juillet 2004 par Alex

Parfaitement d’accord. Linux reste assez inaccessible pour ceux qui n’ont pas le temps de s’y intéresser (déjà que Windows est mal maîtrisé par une majorité d’utilisateurs). Par contre les logiciels libres, c’est pas dur d’essayer et de s’en servir à la place des logiciels propriétaires (et pourquoi pas susciter un intérêt croissant pour le libre, et à terme pour les OS alternatifs comme Linux)

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 8 mai 2004 par jahrynx (1 rép.)

Je ne suis pas d’accord, un site comme framasoft est une bénédiction pour beaucoup de personnes qui, comme moi, envisagent de passer à Linux sans avoir encore le courage de franchire le pas. Je m’explique, j’utilise win depuis des années avec un certains nombre de logiciels inexistant sous linux (ils se raréfient ces temps ci sur mon pc) et je désire passer en douceur sous linux. Les logiciels que j’utilise, je les connais parfaitement, à la fois du point de vue des fonctions et du point de vue des interfaces. Si je veux passer a Linux sans faire tomber ma productivité d’un seul coup je dois faire ca par étape : 1- remplacer peu à peu tout les logiciels propriétaires de mon pc par les alternatives libres disponibles à la fois sur win et sur linux 2- remplacer le dernier, windows lui meme et récupérer tout les logiciels que j’ai l’habitude d’utiliser sous MS en version Linux. Ainsi, la dernière étape de la transition sera équivalente à un changement de version et le seul changement auquel j’aurais à m’habituer sera celui du bureau...

En cela des sites comme Framasoft aident les utilisateurs à franchire le pas, chose que l’on ne peut faire en une seul fois.

Voilà, de mon coté, je n’ai pas encore planifié ma dernière étape, un seul logiciel m’en empeche, la suite office, j’ai déjà OOo d’installé, mais quand on a utilisé l’office de MS pdt des années le passage à OOo ne se fait pas comme celà, je sais que les fonctionnalité sont au moins aussi importantes mais je travail plus vite avec la MS et donc, j’utilise OOo très souvent mais lorsque je suis pressé (et c’est souvent le cas lorsque je tappe un rapport et que je suis à la bourre), je n’ai d’autre choix que de retourné à celle de ms. Juste besoin de faire un rapport en entier sous OOo et je passe à Linux sans perdre de tps ds le futur

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 16 novembre 2004 par Citan

J’approuve totalement les deux posts précédents, et spécialement celui de Jahrinx : vouloir un passage direct est stupide et sans fondement, quand on voit le temps nécéssaire à l’apprivoisement d’un PC ! J’appuie le propos, étant dans la même situation : maintenant que OpenOffice, Mozilla, pour ne citer qu’eux, ne sont plus de parfaits inconnus, je suis beaucoup plus partant pour migrer, car je sais que je serai au moins en partie fonctionnel sans passer des heures à tout redécouvrir ! (en ce moment je télécharge knoppix, j’ai hâte de l’essayer !). De plus, la migration en tant que mouvement de masse prend forcément beaucoup de temps ! En tant que Windosien qui fouine de temps en temps en kiosque, je ne vois que depuis environ un an des magazines pour Linux qui s’étalent au grand jour (je ne dis pas qu’ils n’existaient pas avant, mais simplement que je ne les voyais pas sur le devant, signe de manque de popularité) ! L’image qu’à la plupart des gens de Linux bouge petit à petit, et à force de tester des logiciels libres, quelques-uns (dont moi normalement d’ici quelques jours) franchiront le pas, au bout de quelques semaines il maîtriseront suffisamment pour conseiller aux autres et les aider à comprendre, etc... Alors, Linuxiens purs et durs, cessez cet intégrisme qui ne fait que décridibiliser votre propos, et gardez patience ! Le mouvement est lent mais sûr (exponentiel dirais-je) ! (grandement aidé au passage par les distributions "Live", très attrayantes par leur côté "sans engagement") !

Voilà, désolé pour ce long post, j’espère avoir apporté des éléments nouveaux (hm, pas sûr...)

-----> Tout à fait d’accord !

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 8 mai 2004 par kfri (0 rép.)

le problème de linux est à mon avis un exemple concret du mythe de la caverne que bcp ont surement dû voir en philo et à ce sens tt espoir de voir migrer les gens d’OS co windows vers linux reste envisageable à condition que ceux ci soient déja + sensibilisés sur sa simple existence co lis le sont pr windows.

Répondre à ce message

"IL FAUT SAVOIR ETRE MINORITAIRE" (V.I. Lénine) - à propos du "meilleur des deux mondes" , le 23 décembre 2003 par Loki (0 rép.)

Cher RNB, chers "usagers" de Framasoft

Je n’ai rien d’un spécialiste de l’informatique, que ce soit du point de vue technique ou économique... Mon PC me sert dans mon métier d’enseignant et dans mes loisirs de musicien (enregistrement, composition).

Aussi j’ai lu cette série de contributions sur le thème "pour ou contre les logiciels libres sous windows" avec une curiosité amusée.

Du point de vue des principes éthiques, du perfectionnement des logiciels, et du respect de l’usager, je comprends (et je constate) que le logiciel libre est nettement plus prometteur que le logiciel propriétaire. Nous sommes d’accord. Dans ces conditions, faire la promotion des logiciels libres et de la plate-forme Linux me paraît vital.

Toutefois, j’ai du mal à comprendre l’argument selon lequel les logiciels libres sous windows dissuaderaient les utilisateurs de "migrer" sous Linux. Cet argument est tout à fait logique, mais ne me semble pas d’actualité.

Certes, dans le monde des logiciels, la concurrence (un produit OU un autre, qu’il soit libre ou propriétaire) est concevable : depuis que j’utilise OpenOffice ainsi que GIMP, sous "ixepé" et avec ma Mandrake, je me passe sans aucun problème de leurs équivalents commerciaux, et j’en fais la promotion aussi souvent que possible. J’attends avec impatience d’avoir trouvé des concurrents libres qui me permettent de me passer de Cubase.

Par contre, aujourd’hui, cette concurrence n’existe pas entre les systèmes d’exploitation. Pour le grand public, et pour son marchand, un PC est toujours équipé de Windows. Je ne vois pas quel détaillant serait assez anticonformiste pour vendre un PC équipé du seul Linux. De même, peu de périphériques sont livrés avec des pilotes pour Linux. Mon scanner sur port USB n’est pas reconnu, ma carte son non plus, etc.

Il s’agit donc pour l’instant, aussi bien pour les diffuseurs que pour les utilisateurs de Linux, de lutter contre un monopole. Cela n’est possible qu’en touchant le plus large public possible, et en amenant le plus possible d’utilisateurs courants à utiliser des logiciels libres, qui sont les seuls ambassadeurs possibles pour une plateforme entièrement libre.


Pour généraliser, je crois que le logiciel libre ne résoudra ses problèmes de diffusion qu’en se prêtant aux contraintes du cadre commercial actuel. Les applications Windows libres peuvent concurrencer et remplacer leurs équivalents propriétaires, parce qu’il y a déjà une concurrence parmi les applications propriétaires.

Par contre, vous imaginez Adobe distribuant un OS concurrent ? Ou un "Mac OS" pour Windows ? C’est à l’idée même de concurrence que le grand public, la distribution, et les fabriquants de matériel doivent être habitués. Pour cela, il faut utiliser tous les supports de promotion possibles (et les logiciels libres en sont un), mais aussi, justement, rendre la migration d’un OS à l’autre aussi facile que possible. Pour ceux qui développent Linux, la promotion auprès du grand public pourrait sans doute aussi passer par une transition plus harmonieuse : mieux émuler Win lorsque c’est nécessaire, élargir le choix des drivers, rendre les installations de paquetages aussi simples que possible...

Ne serait-il pas amusant de prendre M. Gates à son propre jeu, c’est-à-dire d’être plus universel que ce qu’il prétend être ?

J’attends avec impatience la suite des débats.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 7 septembre 2003 par Dryp (1 rép.)

Bonjour à vous et un p’tit nouveau dans le monde du libre =). Je ne pense pas que le portage de logiciels libres sous windaube soit un probleme. Si les gens se tournent vers ce type de logiciels c’est qu’ils commencent à fatiguer de ces logiciels propriétaires ce n’est qu’une étape. Je prends mon cas il n’y a pas si longtemps Linux était pour moi un ET au niveau os je pensais que je n’arriverai pas à le faire fonctionner alors je me suis intéressé au libre en particulier. A force d’utiliser j’ai installé Linux sur une partition tout en me servant principalement de win puis j’ai commencé à vraiment "travaillé" (je ne suis pas informaticien=)) sous Linux au jour d’aujourd’hui j’utilise windows seulement pour jouer aux jeux non compatible avec wine encore un peu et adios windows. Donc bien au contraire ça ne fera qu’intéresser un peu plus les gens de ce qu’ils peut se faire d’autres qu’il n’y a pas que crosoft dans la vie.

-----> ge

> Framasoft contre-productif ?
ou le meilleur des (deux) mondes
, le 15 décembre 2003 par Amon Ra

Bonjour Je suis nouveau dans le monde de Linux. A la base mon idée première était de passer à autre chose que Windows. Deux solutions : m’acheter un Mac ou installer Linux. Après avoir visité quelques sites sur le sujet (lea-linux.org, framasoft et d’autres...) je me suis dit que Linux était bien trop compliqué (mots barbares : noyau, kernel, recompiler, CHMOD,....). Je suis donc retourné à Win XP Pro. Mais petit à petit je me suis posé les bonnes questions. Aujourd’hui j’ai installé la version 9.2 de Mandrake et je peux dire que l’install s’est déroulée impeccablement bien ! Pas de prob de reconnaissance de mon Speed Touch, installation de tous mes drivers, installation de mon PALM Vx, de mon ZIP, etc.... D’autre part, je pense que ceux qui utilisent Windows oublient juste un petit détail : environ 75% des utilisateurs de cet OS possèdent plus de 90 % de logiciels "crackés". Clikez sur Démarrer/Programmes et faites le compte des logiciels que vous utilisez illégalement. Sans compter l’OS en lui-même. Vous seriez surpris. Maintenant imaginez vous en train d’acheter ces logiciels ! C’est tout bonnement impensable : quelques exemples :

- Windows XP : 448 euros
- Photoshop : 1199 euros
- Office XP : 567 euros
- Nero 6 : 67,50 euros
- Norton antivirus : 49,29 euros (+ abonnement MAJ)

(total : 2330.79 € soit 15289 FF)

Deux mots brûlent mes lèvres : UNE HONTE !

Alors, oui : Linux n’est pas aussi convivial que Windows, oui : Linux ne peut faire tourner des jeux sans prob., oui : les éditeurs ne développent pas ou très peu sur Linux mais seul Linux est capable d’offrir un OS dans lequel tout est prévu pour l’utilisateur final : traitement de texte, logiciel d’images, gestion du palm, tableur, jeux, etc... sans que celui ci ne débourse le moindre centimes !

En un mot : aujourd’hui Linux est le seul qui ne se foute pas de la gueule de l’utilisateur lambda comme vous et moi !

A suivre.....

Répondre à ce message

Please do not port software to Windows ! , le 31 juillet 2003 par AK pour Framasoft (2 rép.)

Un créateur de logiciels libres sous licence GNU/GPL vous suggère pour des questions de principe de ne pas porter ses applications sous Windows (bien que la licence vous y autorise bien entendu).

En anglais et pas inintéressant de placer ce lien ici.

J’en profite du reste pour lancer un petit appel à la traduction française de cette page si une bonne âme anglophone nous écoute...

-----> Please do not port software to Windows ! (de Felix von Leitner)

> Please do not port software to Windows ! , le 31 juillet 2003 par Framatof

Je ne suis pas trop d’accord. Porter les logiciels sous Windows, c’est un acte social, pour tous les gens qui par méconnaissance, par obligation professionnel, ou part choix(aprés tout on à le droit d’aimer Windows...) utilise le systême d’exploitation de Microsoft. Mais je respecte le point de vue, même si il est trop intégriste.

> Un grand merci à Harry pour la traduction :-) , le 31 juillet 2003 par AK pour Framasoft

On a décidé d’en faire un petit article à part entière (et donc de ne pas valider le message qui contenait la traduction) :

De grâce, pas de version Windows pour les logiciels !

Serait-il possible d’avoir le mail de ce cher Harry pour le remercier personnellement ainsi que lui faire une proposition malhonnête ?

Pour nous écrire

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 24 juillet 2003 par ouko (0 rép.)

Contre productif....locution négative "guerrière" inventée par ceux qui ont du fric et qui veulent que vous travaillez gratuitement pour eux afin qu’ils en aient encore plus ! Donc, locution malhonnête et méchante à bahnir de votre vocabulaire... Framasoft est tout simplement l’outil créer par des passionnés qui sont, à juste tire persuadés que la vrai démocratisation de l’informatique est possible... Ou en serait le sport en France et l’éducation de nos gosses s’il n’y avait pas tant de bénévoles ?(dont je fais partie et dont je tire parfois le plus grand plaisir). Mais quelque par, faire les choses gratuitement ou poas cher ça emmerde ceux qui s’en font mettre "une longueur dans la vue". Bien sûr que Gates à tous les moyens financiers qu’il veut, mais la planète ne lui appartient pas, est si des petis malins parviennent à lui faire des pieds de nez, c’est sûrement qu’il le sont plus que lui... L’argent ne commande pas tout, surtout pas l’intelligence ni l’honnêteté, ça se saurait depuis longtemps. Libre ou Gratuit il faut que ça continue et si j’installe un logiciel sur un micro qui n’est pas relié à Internet son palladium il se le met.... Je ne suis pas un saint et pense que la fronde est une arme qui doit être utilisée correctement et quand il le faut, car quand la pierre a atteint son but celui qui l’a reçue sait qu’il n’aurait pas dû se trouver à l’endroit. Libre ou Gratuit, pourquoi pas.... Plus d’usines d’armement ??? il suffit de les reconvertir en usine a fabriquer des équipements hospitaliers pour tous ceux que les armes ont blessé. Voilà le problème....toujours plus de fric. Pourquoi devrions nous utiliser des "lessiveuses" quand des gens honnêtes nous proposent des logiciels simples et aussi efficaces ? Je crois que tout travaille mérite salaire et que celui qui a travaillé longtemps à un projet et demande 5 ou 10 euros pour avoir le droit de s’en servir sans contrainte, on peut dire que c’est cher. Il y en a même qui le propose gratuitement...pourvu qu’on en parle. Alors faisons le, et ainsi on se parlera plus....ce sera encore mieux. Alors à tous les passionnés qui sont des malades de faire plaisir aux autres je dis MERCI et surtout ENCORE !!!! Ah, au fait, si Gates se ramasse...c’est même pas la peine de m’en parler car je m’en fous, j’apprendrais autre chose, ça me fera marcher le neuronne... Framasoft ne brade pas mais participe au développement de démocratique de l’informatique, quel est le c.. qui a dit que ce n’est pas productif. Je lui laisse mon adresse...sauf si c’est pour lire des discours hypocrites....

Répondre à ce message

NON, car FRMSFT n’a pas à être productif. NON, car M$ disparaîtra, et pas le libre. , le 19 mai 2003 par LS. (1 rép.)

le texte est sympa et le raisonnement amusant, mais ça me semble trop théorique, et son auteur est d’une trop grande honnêteté intellectuelle par rapport à son postulat.

D’excellentes réponses ont été apportées dans plusieurs posts, je me limiterai à être expéditif, pardon théorique, voire simplement formel, ou logique : le libre survivra à M$, comme les concepts survivent aux empires. Et qu’importe si le business model de FRMSFT ne lui permettra pas de dominer le monde libre, ce n’est pas l’objectif. Enfin, la question n’est pas de détruire M$, mais de ne plus être soumis à son hégémonie : chacun son truc, à condition d’être en mesure de choisir librement. La coexistence n’est pas problématique tant que le fair-play est de mise. Ce que l’on reproche à M$, c’est les méthodes utilisées pour imposer ses produits.

FRMSFT est un site essentiel, d’utilité publique, socialement nécessaire, qui dispense une information vitale. La pédagogie dispensée sur ce site portera nécessairement ses fruits, et tant pis si 100 % des lecteurs ne sont pas instantanément et par magie transfigurés en pingouins dès que leurs yeux se posent sur le nom du site. Nous ne sommes encore qu’humains, et les évolutions prennent un temps relatif. L’aventure M$ ne sera un jour qu’une aventure, comme d’autres.

Excellente continuation à toutes et tous.

> le libre peut disparaître , le 24 mai 2003

"le libre survivra à M$"

oui, si on a encore la possibilité matérielle et légale d’utiliser des logiciels libres et des formats de documents non certifiés par un tiers. (cf.TCPA palladium)

non, si on laisse les lobbies des multinationales de l’immatériel (industrie du disque, du film, du logiciel, office européen des brevets) influencer nos députés européens et les journalistes.

Répondre à ce message

> Un soft tournant sur .NET est-il libre ? , le 18 mai 2003 par leviking (1 rép.)

Est-ce productif de promouvoir des logiciels tel que DVX qui ne tourne qu’avec .NET donc que sur la plateforme windows ?

La question est posée !

> > Un soft tournant sur .NET est-il libre ? , le 19 mai 2003

Un peu d’information ne saurait nuire. Voici le lien vers le Mono Project (pour la question de la portabilité).

Attendons maintenant avec impatience le courageux qui osera la question : un soft GPL tournant sur du hardware propriétaire est-il libre ?

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 15 mai 2003 par bionet (0 rép.)

Je connais déjà beaucoup de collègues qui sont passés intégralement à Linux après avoir essayé StarOffice puis OpenOffice sur leur PC. Idem avec le Gimp, Sylpheed Claws, Scribus... Il y a vraiment tout pour tout faire avec le libre.

Alors, moi je dis, Framasoft permet ce passage évident vers le tout Libre en commençant par supprimer les saletés sous Windows.

Un collègue parlait du passage de PC sous Linux ; dans mon lycée, j’ai décidé de passer une petite salle (4 PC) intégralement sous Linux car c’est toujours moi que l’on appelle quand les configurations sautent sous Windows (mon imprimante marche plus ! le driver à disparu ! l’écran est en 800x600 au lieu de 1280x1024...). Je vais profiter des grèves et faire tout cela avec la dernière Mandrake qui est vraiment très efficace.

-----> biospip

Répondre à ce message

Coût de fonctionnement , le 12 mai 2003 par Etienne intendant (0 rép.)

Framasoft fait bien quelque chose de bien. Pas un instant je ne pense que ce travail puisse nuire à l’extension en cours des systèmes d’exploitation libres.

En effet, je pense que l’informatique est "tirée" par le monde de l’entreprise (on récupère les anciennes machines de sa boîte pour le petit, on s’équipe en fonction de ce qu’on connaît...) Or, dans les milieux professionnels, si le prix des logiciels et des OS de M$ n’est pas nécessairement un problème, en revance petit à petit se fait jour le coût exorbitant de la maintenance des machines tournant sous Windows. Je ne parle même pas du gâchis faramineux induit par les failles des productions M$, comme la perméabilité aux virus et les plantages.

...si les employeurs, qui ont besoin tout spécialement d’OS sûrs, stables, faciles à maintenir, fortement adaptés aux réseaux, adoptent Linux, la messe sera dite.

Bon, et maintenant, je vous dis mon rêve : si, dans mon collège, y avait Linux sur les pécés des salles de cours, et bien on ne viendrait pas m’emmerder à l’intendance pour me dire que ouin le machin y marche pas.

Accessoirement, je pourrais acheter 40% de matériel en plus. (40% de 0 = 0, je sais, mais un jour, je pourrai remplacer nos P150+ par de vrais ordinateurs)

Répondre à ce message

C’est tout un processus :) , le 10 mai 2003 par bou-jebba (0 rép.)

Si je me tien à la GNU/GPL, par libre, on entend : * La liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0). * La liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de l’adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l’accès au code source est une condition requise. * La liberté de redistribuer des copies, donc d’aider votre voisin, (liberté 2). * La liberté d’améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci l’accès au code source est une condition requise. (source http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html)

Autrement dit un utilisateur qui se limite à l’utilisation du logiciel, n’utilise qu’une seule liberté. S’il en parle et donne des copies à ses amis/proches... il en utilises 2. Jusqu’ici, l’utilisation de windows linux ou n’importe quel autre système ne change pas grande chose. Maintenant, si l’utilisateur jette un coup d’oeuil aux sources, c’est qu’il a forcément un niveau technique minimum et surtout essaye de l’améliorer et finira donc par modifier ces sources et user ainsi ces 4 libertées fondamentales. Il ai clair qu’à ce niveux, la migration vers un OS LIBRE se fait naturellement, il est aussi évident que maleureusement la majorité s’arrètera à l’utilisation et la redistribution.

-----> www.linuxtn.org

Répondre à ce message

KDE sous windows , le 8 mai 2003 (1 rép.)

512Mo RAM conseille :

Installer cygwin http://www.cygwin.com Installer XFree86 pour cygwin :http://xfree.cygwin.com/

Et enfin, KDE pour cygwin : http://kde-cygwin.sourceforge.net/

et voila

> KDE sous windows sous linux , le 26 mai 2003

installer linux sur sa machine

installer Kde

installer wine (windows emulator)

installer cygwin sous wine sous linux

installer XFree sous cygwin

....

Si le but de cette manip est de faire decourvir aux gens, mieux vaut utiliser demolinux : linux depuis un cd-rom bootable sans intallation

Répondre à ce message

Un linux (Unix) grand public : ça existe déjà , le 8 mai 2003 par Thierry (2 rép.)

Pour ceux qui cherchent un Unix grand public, sachez que Linux est bien en retard. Il existe déjà et s’appelle Mac Os X.

Ceux qui l’ont essayé le savent et beaucoup de Linuxiens le savent aussi.....

> Un linux (Unix) grand public : ça existe déjà : et bien sur, et la marmotte , le 29 juillet 2003 par laurent

Désolé, pour moi grand public, c’est pas un Os et une machine plus chère que les autres et qui se base sur un marketing élitiste (soit dit en passant pour certains secteurs, c’est vraiment une machine formidable).

> LInux en retard par rapport à Mac OS : mensonge ! , le 15 août 2003

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre analyse sur un éventuel retard de Linux sur MacOS.

Je pense que vous savez que MacIntosh a essayé pendant plus de 10 ans de développer un système basé sur unix et que tout avait été voué à l’échec.

Il a fallu que Mac se base sur les possibilités de la licence BSD pour sortir son système (ce qui lui autorise à utiliser du code libre BSD et à le rendre propriétaire pour ses programmes). Linux existait déjà depuis une dizaine d’années (j’ai commencé à utiliser chez moi linux sur PC et au bureau un mac en 1998, il n’y avait pas photo sur le retard quant aux possibilités de gérer sa machine comme on le voulait).

De plus, Linux est sauf erreur de ma part sous licence GNU, et je ne crois pas que l’on puisse encore acheter un mac sans être obligé de payer l’OS et son interface (est-il librement téléchargeable ?) ; j’ai pu payer mon PC sans OS et librement télécharger mon Linux.Tjs en retard...

Je reconnais en effet par contre que le passage d’OS 9 à OS X est un réel gain dans le monde de Mac, car je trouvais (et un copain travaillant chez Mac pensait comme moi) que Mac OS 9 était encore pire que Windows en ce qui s’agit des possibilités de configurer sa machine.

Notre Ingénieur système, pourtant habitué à gérer plusieurs machines unix de différents types, a trouvé OS 10 assez médiocre et on est passé à PC au bureau.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? Pas pour l’instant , le 7 mai 2003 par André Cotte (1 rép.)

Le raisonnement théorique est très intéressant mais... en pratique, c’est autre chose.

Voilà plus de 18 mois que j’essaie (je ne suis pas informaticien, c’est là mon tort) de faire fonctionner complètement une partition GNU/Linux sur mon portable ThinkPad 600E. J’ai essayé plusieurs distribution dont Knoppix. Jamais en 18 mois, j’ai pu dire que tout fonctionnait en même temps.

Je passe plus de temps à essayer de configurer mon OS ou mes logiciels qu’à les faire fonctionner.

Donc pour moi, le Libre sous Windows reste la solution en attendant ... qu’un manufacturier de PC nous vende un PC avec GNU/Linux pré-installé et pré-configuré avec en plus un CD de réinstallation. D’ici là, GNU/Linux restera le choix des informaticiens ou des gens très très patients.

André Cotte

> > Framasoft contre-productif ? Pas pour l’instant , le 9 mai 2003 par Le Glaude

André, vos déboires dans l’installation de Linux sur Thinkpad me surprennent. Une recherche sur google (par exemple) donne plusieurs dizaines de liens sur le sujet. J’ai moi même un thinkpad 600 sous linux depuis deux ans qui fonctionne correctement. Il existe même un pilote pour le modem intégré.

Quand à l’aspect ’grand public’ ou non de Linux, le jour ou Microsoft fera des produits impossibles à pirater, Linux et les logiciels libres deviendront soudain beaucoup plus ’conviviaux’ aux yeux d’une majorité d’utilisateurs :-)) Pour citer le regretté Coluche "A force de prendre les gens pour des c..., ils le deviennent !" Il y avait déjà des utilisateurs ’lambda’ de PC sous DOS, vous vous rappellez de sa ’convivialité’ ?, alors ne désespérons pas de l’utilisateur qui est toujours capable d’apprendre. Et un Linux actuel, c’est quand même pas si compliqué que ça.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 7 mai 2003 par concombre masqué (1 rép.)

tout à fait exact ; j’essaie de faire "tout Linux" mais ce n’est pas très facile. certains soirs de déprime je me demande si un véhicule de course si souvent au garage est bien utile... Mais s’il est long et parfois pénible à paramétrer les logiciels y sont plus "solides" (bien que les gels existent) le GIMP par exemple... et avec de la perseverance j’espére arriver à me passer de power point... A+ le concombre masqué

PowerPoint et Open Office Impress , le 7 mai 2003 par Impress

Vous avez écrit notamment : "[...]avec de la perseverance j’espére arriver à me passer de power point..."
Open Office Impress (compatible en lecture et en écriture) est l’équivalent de PowerPoint. Ne vous satisfait-il pas au niveau des fonctionnalités ? Personnellement, j’ai constaté quelques bugs au niveau de l’insertion des vidéos et des liens...J’espère que la vidéo et les liens seront gérés parfaitement (sans bug) dans un avenir très proche.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? brillante analyse ! , le 7 mai 2003 par pied (3 rép.)

Brillante analyse !! Cet article décrit sans nul doute l’état d’esprit qui anime les adeptes de Windows. Il est vrai que depuis l’arrivée de WinXP j’ai viré Linux de mon bureau de travail et cela malgrés l’obligation de s’enregistrer et l’installation des espions Windows (heureusement qu’il existe des AntiSpy-XP). Quel est le problème du changement d’OS ? Quel est ce frein ? Pour moi (et peut être d’autres) le choix de Windows (pour un outils de bureau) est clair : il n’est pas indispensable de connaître l’OS. L’installation, les mise à jour, l’évolution, l’installation de nouveau soft, etc est très largement simplifiée. Je n’ai pas besoin d’être administrateur réseau ou spécialisé dans l’informatique pour l’utiliser. C’est cela le frein de Linux !!! Evidemment Linux s’est sacrément amélioré pour se mettre à la porté des non informaticiens, mais il est et reste (pour l’instant) un OS qui a besoin d’être administré et qui donc nécessite des connaissances (parfois approfondies) des mécanismes qui font trouner la machine. Evidemment, je n’utilise que Linux lorsque j’installe un serveur dans mon service (je suis informaticien et responsable d’un service info) parce que l’environnement informatique (les connaissances, les techniciens, etc ...) est présent, ce qui n’est pas le cas à la maison lorsque mes enfants ou ma femme utilisent l’ordinateur !! Le seule chose qui me ferait passer totalement (même à la maison) à Linux serait de trouver une distribution grand public de cet OS avec toutes les facilités d’installation, de mise à jour, de login, etc. comme avec WinXP. Pour ce qui est des utilitaires en Freeware pour windows, je pense qu’à partir du moment ou une distribution Linux sera grand public (et non plus nécessitant des connaissances en informatique) ces logiciels apparaitront comme les mouches sur le poisson.

Pierre

> > Framasoft contre-productif ? brillante analyse ! , le 8 mai 2003

Je ne vous jète pas la pierre , Pierre. Mais il faut reconnaître que se sont les cordonniers les plus mal chaussés.

J’ai mdk-linux ’à la maison’ et mes enfants en sont très contents. Les aspects du bureau sont 100 fois plus rigolos que sous win.

Seul ma femme qui utilise win au boulot (comme moi ) trouve à redire et va jusqu’à nier l’existance de "l’aperçu avant impression" dans openoffice (Quel mauvaise fois) enfin comme tous ceux qui ne veulent pas faire d’effort.

Mais on est libre de choisir son système d’exploitation et d’utiliser des logiciels libres ou pas, mais pour combien de temps encore ?

> > Framasoft contre-productif ? brillante analyse ! , le 9 mai 2003 par Philippe Gay

Rien à dire ... tout est dit ... c’est simple et juste ... et c’est bien là ce qui fait mal (aux Unixiens pleins d’espoir) alors on se console en se disant qu’il y a mac OsX !

> > Framasoft contre-productif ? brillante analyse ! , le 16 mai 2003 par Christian

Je suis absolument d’accord ! Personnellement petit bidouilleur en informatique, je sais au moins une chose : Quand LINUX voudra manger Window$,il le fera, et sans tomber dans le rève, comme j’ai lu plus haut... On peut se poser la question :Linux est-il vraiment indépendant de Windows ? J’en doute !Les linuxiens sont pour la plupart des informaticiens de valeur et entendent bien le rester... De quel droit le commun des mortels pourrait "mounter" un RPM ? Allons, si rève il y a, c’est de sortir de windows ! L’arrivée prochaine du 64 bits mettra tout le monde d’accord. Il fallait déja racheter la moitié du matériel pour passer à Linux, il faudra changer d’ordinateur pour ....tiens, il faut lui trouver un nom : Je propose "Windolinux". DOMMAGE

Répondre à ce message

Merci de respecter MON choix , le 5 mai 2003 par Zenitram (2 rép.)

De quel droit m’obligerait-on à choisir Linux ?

Ce texte est écrit par une personne qui a exactement la MEME philosophie que Microsoft : brider l’utilisateur.

Ca peut choquer, mais c’est la triste vériter : imposer un système d’exploitation avec des logiciels en plus.

Heuresement que le libre ne fonctionne pas comme ca, et qu’un developpeur compétant developpe un produit multi-plateforme.

J’ai choisi des logiciels libres qui me plaient (OpenOffice, Mozilla Firebird etc...) car ceux-ci me conviennent MAINTENANT. Je n’ai pas choisi Linux car il ne me convient pas (pour moi, qu’on ne m’argumente pas, ce n’est pas l’objet...). Lorsque Linux me conviendra, je passerai à lui, et aurai déja mes outils préférés.

C’est ce que j’appelle liberté, liberté de choisir mes éléments suivant mon besoin : merci aux personnes lisant ce texte de ne pas chercher à limiter ma liberté comme préconisé...

> Merci de respecter MON choix , le 9 mai 2003 par PhiX

Vos propos sont parfaitement légitimes.

Si vous utilisez déjà OOo et Mozilla, nul doute que vous passerez à Linux lorsqu’il sera prêt pour vous...ou lorsque vous vous heurterez aux limitations de XP et aux atteintes à la vie privée.

Personnellement, je pense que le passage à Linux doit se faire si et seulement si on y trouve un réel avantage, comme c’est mon cas.

> Merci de respecter MON choix , le 18 mai 2003 par mimas

Exactement car le logiciel libre n’a pas vocation d’éradiquer tout les logiciels propriétaires de la surface de la planète.

Puisque l’auteur semble vouloir que tout le monde passe sous Linux en méprisant Windows, il devrait se renseigner sur les dégats qu’a fait GNU/Linux dans la famille Unix (HP, IBM, Sun, ... abandonnant tour à tour des OS dont les qualités étaient reconnues au profit de distrib. Linux douteuses). Mais Linux (puisque j’ai employé ce terme jusque là) n’est qu’un kernel qui aurait croupi au fond de quelques PC sans les logiciels libres GNU. Ainsi chaque OS devrait avoir droit à sa part de logiciels libres. Pour conclure, ce n’est pas jouer le jeu de GNU/Linux d’être extremiste mais celui de Redmond. c’est ici que se trouve le paradoxe ! Vive le libre et la liberté de choisir !

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 5 mai 2003 par Patrick (1 rép.)

Utilisant des logiciels libres sous win et linux, aucun doute à ce propos, quand on compare le fonctionnement sous les 2 OS, il est plus efficace sous linux, par la simple gestion efficace de la mémoire.

> > Framasoft contre-productif ? , le 8 mai 2003 par Sylvain

J’ai lu ça et là que OpenOffice.org était plus rapide sous windows que sous Linux. Était-ce une grossière erreur ou je ne sais quoi encore ? Je ne peux pas tester, car je n’utilise plus que des logiciels et systèmes libres depuis plusieurs années, mais vous, qui semblez pouvoir faire de tels tests, qu’en pensez vous ?

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 5 mai 2003 (1 rép.)

Un exemple : J’ai monté un ordinateur pour mes parents il y a un an, j’y ai installé un win2k "minimaliste" + plein de gnuterie (merci au travail de Gnu-Win par ailleur) ce qui fait que mes parents ont appris le web sous mozilla, le mail sous sylpheed, et le traitement de texte sous Oo.

Suite à des modifications profondes du hard, win2k ne pouvait plus fonctionner sur ladite machine, j’y ai mis une knoppix (fortement customisée quand même, le harware étant VRAIMENT pas standard) et la machine tourne comme avant.

Les parents appréhendaient le passage à linux, certe, mais ils ont été bien contents d’apprendre qu’ils continueraient d’utiliser sylpheed, mozilla et Oo comme avant.

Je pense vraiment que ces initiatives préparent bien le terrain.

> > Framasoft contre-productif ? , le 6 mai 2003 par kikou

Merci de m’avoir fait découvrir sylpheed !

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 2 mai 2003 par Jean Louis Benoist (3 rép.)

Le seul problème qui m’empêche de passer à LINUX (à part la trouiulle de ne pas savoir faire ) est que je ne connais pas d’équivalent à Autocad et autres Turbocad fonctionnants sous Linux, ce qui est absolument indispensable à un Architecte. Jean Louis Benoist.

> > QCAD , le 5 mai 2003 par PhiX

QCAD est un logiciel équivalent à autocad.

Pour plus de détails voir le lien ci-dessous.

-----> photos d’écran de QCAD

> > Framasoft contre-productif ? , le 5 mai 2003 par milo

qcad peut-être ? (http://www.qcad.org/)

ou linuxcad ? (http://www.linuxcad.com/)

> > Framasoft contre-productif ? , le 5 mai 2003 par patrick

logiciel pour architecte cycas existe pour win et linux mais non libre.

-----> cycas

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 1er mai 2003 par iri (0 rép.)

Un simple avis personnel ...

Framasoft n’a pas pour vocation à faire migrer les utilisateurs de Windows et des logiciels propriétaires vers GNU/Linux et autres LL.

L’utilisateur lambda a acheté son PC dans une grande enseigne avec Windows préinstallé. Pourquoi changerait-il le système d’exploitation alors qu’il n’a aucune connaissance ? Ce n’est pas si difficile que ça d’installer une distribution Mandrake par exemple. Certes, mais ce n’est pas pour cela qu’il franchira le pas ! Ce qui l’intéresse, c’est que la procédure soit automatisée : il double-clique sur un fichier "setup.exe", il laisse les parmaètres par défaut et vogue la galère ! :) Il ne faut pas se leurrer, plus de 90% des utilisateurs "grand public" fonctionne de la sorte ! D’où l’intérêt majeur des logiciels libres portés (ou créés) sur Windows !

Le jour où les PC "made in Carrefour" seront massivement vendus avec une distribution GNU/Linux préinstallés, alors oui, les LL seront promis au plus bel avenir :-))

Bref, il ne changera pas de lui-même Windows pour Linux : 1- Si Windows n’est pas cracké, le prix de la licence est incluse dans le prix d’achat du PC. S’il fallait acheter Windows en sus (même avec un prix du pc moindre), l’acquéreur y regarderait à deux fois .... 2- Son PC ne lui sert qu’à des taches spécifiques. Il ne se plonge pas dans les méandres du système d’exploitation !Ce qui compte est la convivialité du logiciel qu’il utilise et non le système qui le sous-tend. Malheureusement ...

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? Et depuis quand ? , le 25 avril 2003 par Thierry BERNARD (0 rép.)

Et depuis quand le libre devrait se limiter à une seule plate-forme ?

Et depuis quand cela poserait-il un quelconque problème de pensée, de morale, d’éthique ou pire encore ?

Le propre du libre est de s’ouvrir au monde, aux gens, qu’aucun code ne soit hermétique afin qu’il ne soit pas la possession d’un mais de tous.

Comme cela a été dit il en va à chacun de savoir s’il passera à linux ou bien s’il continuera sous Windows, on est très loin d’avoir un jour un Windows libre, et le prix des licences va croissant.

Répondre à ce message

> Linux != GNU/Linux , le 22 avril 2003 par philou (1 rép.)

Pour décrire la plateforme libre l’utilisation "GNU/Linux" est préférable à "Linux". La raison est la même que celle developpée sur cette article. Linux n’est qu’un logiciel parmi tant d’autres.

> > Linux != GNU/Linux , le 9 mai 2003 par jfdl

Linux n’est pas un logiciel, mais UN OS de Type Unix La raison d’etre de Microsoft$, est justement la difficulté pour m lambda de installer un OS unix libre ou pas, de le configurer correctement et de l’administrer. Si m lamda achete son PC dans une grand surface juste pour visiter des sites X sur le net, faire jouer ses momes et pour que bobonne trouve des recettes de cuisine. Microdaube est vraiment un bon choix pour lui. Lui donner la possibilite, d’utiliser des softs libres, fruit de beaucoup d’efforts. Est pour moi donner de la confiture aux cochons

"La liberte se merite, elle n’est pas un du "

Répondre à ce message

> modeste contribution , le 21 avril 2003 (0 rép.)

La question de savoir si Framasoft est contre-productif ne s’est jamais réellement posée pour moi. Je ne vois pas en quoi la cohabitation de logiciels libres et de logiciels propriétaires serait en soi une mauvaise chose. Que ce soit sur le site de Framasoft ou dans un pc. J’utilise linux parce que je l’ai choisi. J’ai gardé une partition windows pour continuer à utiliser un logiciel propriétaire qui n’a pas d’équivalent sous linux. Si une version linux de ce logiciel est mise en vente demain, je l’achèterai.

La liberté, c’est d’abord la liberté de choisir. Framasoft propose, à chacun et à chacune de choisir. Et si c’est linux, tant mieux.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 19 avril 2003 par Xunk (1 rép.)

Très bel exposé. Etant moi-même passé au stade 2 (linux majoritaire), je me suis également posé cette fameuse question : pourquoi passer à linux si on peux utiliser Windows comme OS en complément au LL ?

La réponse est en fait très simple : il suffit de continuer votre raisonnement pour la trouver... L’utilisateur lambda n’achêtera pas la prochaine version de Word puisque OpenOffice.org peut remplacer toute la suite de microsoft... le moteur de toute l’histoire ? l’argent tiens !

Combien d’utilisateurs ont acheté leur license Windows ???? combien ??? Donc pour être tout à fait en règle (légale) et avec sa conscience, le passage à linux est tout à fait logique et n’est que le prolongement de toute l’histoire, des LL (logiciels libres) à un OS libre...

Dans la série "arguments" ( http://rdereel.free.fr/volLQ1.html#debut ) , oui, outre la non-virusabilité de linux (argument facile), ajoutons également la grande problématique du tracking (suivi à distance) et télé-contrôle de votre PC avec des projets comme Palladium ( http://www.cl.cam.ac.uk/ rja14/tcpa-faq.html ) qui sont bien plus graves ; suite logique de la stratégie commerciale et despotique de Bill. ( cf. http://gnuwin.epfl.ch/articles/fr/piege/index.html) Le mérite des sites tels que celui-ci est d’engendrer le déclic qui permettra à l’utilisateur lambda d’ouvrir grand (très grand) les yeux afin de voir l’énormité du système dans lequel il a été embarqué, bien malgré lui.

Les LL ne sont donc qu’une étape, dans le cheminement d’une "conscience libre", conscience qui permettra d’éviter les pièges tentaculaires du monde commercial à outrance.

Un linuxien convaincu. ;-) Un grand coup de chapeau à ce site, que je suis régulièrement aussi, histoire de tuyauter les copains !

Xunk

> > Pirates et espionnite aigu , le 21 avril 2003 par RNB

Vous exposez deux types d’arguments qui sont en effet souvent utilisés pour convaincre les windowsiens de passer sous Linux, à savoir le prix et la prolifération "d’espionnite aigu" dans l’entreprise de Bill Gates. Mais j’aimerai encore une fois jouer l’avocat du Diable et comprendre pourquoi certains ne seraient pas convaincus par ces arguments.

Je connais beaucoup de personnes (vous aussi sans doute) qui n’en ont que faire que Microsoft puisse savoir quelle genre de musique ils écoutent, quels logiciels sont installés sur leur machine, ou que ces logiciels soient propriétaires. Les arguments économiques ("gratuité" de Linux versus prix exorbitant de Windows, copies légales) n’ont pas plus de prise chez ceux qui possèdent "une bécane sur laquelle tout est cracké !". La légitimité d’une telle position prête clairement à discussion, c’est évident, mais elle existe, et elle est plus répandu qu’on ne le pense (en tout cas elle n’est pas minoritaire, puisque le pourcentage de logiciels (propriétaires) copiés en France est estimé à 46% par le BSA - lire l’article de Libération du 09/04/03 : Des calculs antipirates simplistes - http://www.liberation.fr/page.php ?Article=102290#).

On peut par ailleurs supposer que des petits malins arriveront aussi à un moment ou à un autre à se "libérer" du carcan sécuritaire et protectionniste qui nous attend avec des nouveautés du type de Palladium (http://www.stoppalladium.org/html/index.php ?newlang=french). De petits utilitaires permettent déjà de désinstaller IE (ce qui est impossible simplement avec le désinstalleur de Windows), d’effacer les numéros d’identification des documents office, de désactiver facilement les connections internet automatiques de Windows XP, alors pourquoi pas un anti-palladium !? Et si en plus les meilleurs logiciels du pingouin viennent gentiment leur rendre visite sur Windows 2000... Que demande le peuple... ? Bien sur, si un informaticien expliquait que ce ne sera pas si simple de passer outre le système Palladium - ou tout autre système équivalent -, certains réviseraient sans doute leurs positions.

Comme vous le dites, le passage aux LL ou à Linux sera surtout le fait d’une prise de conscience (grâce à des sites comme Framasoft). Mais d’un point de vue pratique, l’intérêt de l’utilisateur lambda sera je pense de rester sous Win, même si c’est au prix de l’illégalité ou de bidouillages plus ou moins complexes. Pour que la migration soit complète, il faudra que Linux ne soit pas seulement une alternative, mais qu’il offre beaucoup plus que Windows (toujours d’un point de vue pragmatique) ; De sorte que même ceux qui possèdent des versions piratées de softs sous Windows trouveront bien un avantage à passer sous Linux. que la situation ne soit plus Windows + le meilleur du libre, mais puisse aussi être Linux + le meilleur de Windows (comme je l’ai dit dans l’article, les émulateurs n’offrent pas vraiment cette équivalence). Là, les deux OS se vaudraient (d’un point de vue pratique toujours), et les arguments que vous avancez prendraient effectivement tout leur poids.

Ce rééquilibrage pourrait se traduire de différentes façons. En voici une, qui vaut ce qu’elle vaut. George S. le remarque dans son post : l’attrait des softs multiplateformes est évident. Si une partie des freewares (non libres) sous Windows étaient développée de la sorte, cela fournirait à n’en pas douté un coup de pouce aux OS libres. Prenons l’exemple des gratuits proposés sur le site de Framasoft : je n’en ai pas fait une liste exhaustive, loin de là, mais il me semble que très peu d’entre eux sont portés sous Linux ; personnellement, je n’en ai trouvé qu’un seul : Treepad (Teepad pour Linux : http://www.treepad.com/linux/treepadlite/). Il y en a certainement d’autres, mais la proportion doit être très faible.

Une autre chose serait aussi que tous les logiciels libres de Windows aient une version Linux, ce qui n’est pas le cas. Mais comme le dit Otto plus haut, le libre, c’est aussi la liberté de choisir, la liberté de ne pas développer un logiciel libre sur un OS libre (faute de temps, de connaissances, etc..., ou d’envie). La grande majorité de ces auteurs écrivent des programmes par passion, sans en attendre rémunération, en les offrant gracieusement aux utilisateurs, alors je n’aurais pas l’arrogance ni la prétention de les critiquer pour cela. De plus, étant donné que les sources sont libres, rien n’empêchera quelqu’un d’adapter le soft si l’auteur original ne le peut pas.

Ce point amène peut-être à poser le problème de "l’éducation au libre" d’une manière différente : avant de le faire découvrir aux utilisateurs, n’y aurait-il pas besoin d’une éducation des programmeurs ? C’est un peu dans ce sens que je comprend par exemple la campagne de promotion du libre dans l’éducation nationale (à laquelle participe Framasoft) : avant de s’adresser aux élèves, adressons-nous aux institutions, aux professeurs, qui s’adresseront ensuite aux élèves ? Si les auteurs offrent des versions Linux de leurs softs, les utilisateurs seront plus enclin à essayer la migration. Ensuite, qu’ils adoptent ou non Linux sera leur choix, mais l’argument que j’ai avancé dans l’article selon lequel on trouve le meilleur des deux mondes sous Win ne tiendra plus.

Mais cette histoire est un serpent qui se mord la queue : il n’y aura pas plus de développeurs sous Linux tant que Windows sera dominant. Les utilisateurs ne passeront pas sous Linux en masse tant que l’avantage de cette domination existera. Cette avantage persistera tant qu’il n’y aura pas une offre plus importante sous Linux. Cette offre ne sera pas plus importante tant qu’il n’y aura pas plus de développeurs sous Linux. Il n’y aura pas plus de développeurs sous Linux tant que Windows sera dominant, etc...

Comment, dans la situation actuelle, linux pourrait-il grapiller quelques points, même avec une promotion du libre sous Windows ? Et si on ne compte que sur ceux qui souhaitent être "(...) tout à fait en règle (légale) et avec [leur] conscience (...)", Microsoft risque d’avoir la main-mise sur le monde informatique encore pour de nombreuses années (à moins que la lutte de plus en plus féroce contre le piratage n’aide involontairement les OS libres :-)). C’est triste à dire, mais j’ai peur que ce ne soit le cas. Le chemin de Damas semble encore bien long pour les animateurs de Framasoft et pour tout ceux qui aspirent à un peu plus de pluralité. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il faille abandonner en route.

NB : Tout ceci ne concerne évidemment que l’informatique "domestique", personnelle. La situation est tout autre dans les milieux professionnels.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? Curieux ! , le 18 avril 2003 par OTTO (1 rép.)

La contradiction soulevée est vraie à la condition que la volonté de framasoft soit d’établir un programme spécifique qui se déroulerait suivant les étapes que vous décrivez : a) découverte du libre ; b)essai d’un logiciel libre sous windows ; c)installation d’un système d’exploitation libre et de ses applications.

La liberté est justement de pouvoir choisir non pas de respecter un programme établi par quelqu’un d’autre ou de le subodorer. Pour ma part, je n’ai jamais ressenti ce passage obligé qui suivrait une sorte de chemin initiatique vers le libre. C’est en soi renier le libre choix.

L’avantage des logiciels libres et des logiciels gratuits repose sur la capacité réelle du choix, de tester les logiciels pour voir s’ils correspondent vraiment à mes besoins ou à ceux de mon association par exemple.

Avec les propriétaires non gratuits non shareware, je n’ai pas d’autre choix que le bouche à oreille, la lecture de tel ou tel magazine, le copain du pote qui se prétend doué en informatique, la publicité mise en oeuvre par la société qui le vend et son prix qui fera que je l’achète ou non. Avec l’option que le produit ne corresponde pas à mes besoins ou corresponde à un phantasme et au bout de trois jours, il est rangé dans le placard.

Avec le libre, le gratuit et, dans une certaine mesure, le shareware, je possède un avantage conséquent sur le propriétaire non gratuit non shareware. Je me répète mais c’est tellement essentiel : la possibilité de choisir véritablement.

Dès lors que le choix existe il ne peut y avoir de programme voulu par quelqu’un de manière consciente ou inconsciente donc il ne peut pas y avoir de contradiction sauf si votre désir est de voir une signification là où il n’y en a pas forcément.

Framasoft est une proposition parmi d’autres et sur internet il existe bien d’autres choix qui n’ont rien à voir avec le logiciel libre et la question quasi mythique du passage ou non à linux.

De même linux et les logiciels libres ne sont qu’une des propositions alternatives. Le monde ne s’arrête pas à microsoft et à linux.

Il existe une richesse humaine quasi inépuisable dont framasoft, linux en sont des parties précises ; je vous invite à découvrir le reste et vous risquez d’être bien étonné.

Le programme n’existe que dans la tête de ceux qui l’imaginent ou qui prétendent suivre un chemin initiatique qui les mènerait vers quoi exactement ? S’apercevoir que linux et les application gnu ben c’est pas si difficile que ça ?

En même temps se convaincre ou tenter de convaincre les autres qu’il existe un programme, c’est admettre de fait la nature hiérarchique du monde et donc aller à l’encontre du libre qui prétend le contraire du moins dans l’apparence.

Reconnaître que framasoft est contre productif revient à faire de framasoft un objet d’influence ou qui possèderait le moyen d’influencer ; framasoft n’a pas inventé le logiciel libre ou gratuit, en conséquence, framasoft reste un outil pur et simple d’information en ce sens que l’information, comme on la comprend aujourd’hui et uniquement dans ce sens, n’est pas un objet d’influence mais à pour objet de donner une forme à quelque chose.

A ce propos framasoft vient du monde éducatif et dans l’éducation donner une forme à un objet n’est pas chose simple pour la simple raison que les objets qui reçoivent cette forme sont des êtres humains. Et en tant qu’êtres humains, il y aura autant de réponses différentes qu’il y a d’êtres humains.

Certains y verront un programme, d’autre non. En résumé c’est cela être libre.

> > Framasoft contre-productif ? Curieux ! , le 19 avril 2003 par RNB

"Reconnaître que Framasoft est contre productif (...)" "En même temps se convaincre ou tenter de convaincre les autres qu’il existe un programme, (...)"

Peut-être est-ce du à un travers de formation, et que cela n’est pas clairement compréhensible dans le texte, mais en science, on fait la distinction entre un fait, une théorie et une hypothèse. je n’ai pas tenté d’établir des faits, d’échafauder une théorie, mais de tester une hypothèse. Ce test consiste à imaginer la découverte des logiciels libres par un utilisateur lambda, puis de comprendre si des raisons factuelles l’amèneraient à sauter le pas en direction de Linux. Il ne s’agit pas d’une "expérience de laboratoire" (qui nécessiterait par exemple une étude statistique sur les nouveaux venus sous Linux, et le poids des logiciels libres sous Windows dans cette migration), mais simplement d’observations empiriques (sur ma propre expérience et celles de certaines personnes de mon entourage), avec les inévitables biais que cela implique. Par ailleurs, j’espère avoir parsemé le texte de suffisamment de points d’interrogations pour que la confusion ne puisse se faire. L’éventuelle contre productivité de Framasoft (et d’autres) est une question que je me pose d’abord à moi-même. Ce texte n’a pas pour but d’affirmer, mais de partager ces interrogations avec les internautes. La construction du test influence certainement l’interprétation de l’hypothèse, mais d’autres arguments sont là pour la contredire (voir plus bas dans ce post, et les autres posts).

"Dès lors que le choix existe il ne peut y avoir de programme voulu par quelqu’un de manière consciente ou inconsciente donc il ne peut pas y avoir de contradiction sauf si votre désir est de voir une signification là où il n’y en a pas forcément."

En fait, ce que vous semblez rejeter, ce sont les prémisses de l’hypothèse : cette démarche du "chemin initiatique" de Windows vers Linux est-elle vraiment celle de Framasoft, ou n’est-ce qu’un fantasme de ma part ? S’il n’y a pas de programme qui nous entraînerait de force sur Linux, il y a tout de même une invitation plus ou moins affichée. Ce "prosélytisme" apparaît sur le site de Framasoft ("Outre un annuaire conséquent de logiciels gratuits, ce site, maintenu par une équipe d’enseignants, se propose de "partir de Windows pour... découvrir le libre" (au sens propre et au sens figuré)) ; il est notable dans certaines manifestations comme les installations publiques de distributions linux, la diffusion de CD de logiciels libres (c’est pourquoi j’ai signalé en fin d’article "La philosophie de Framasoft (et celle d’autres sites partageant les mêmes ambitions) est-elle paradoxale ?". Cette philosophie me semble en effet articulée en deux phases : 1. la découverte des logiciels libres sous Windows. 2. Une migration en douceur vers Linux après cette découverte. Mais comme vous le dites, il ne s’agit peut-être que d’une vue de l’esprit : si cette articulation n’est que le fruit de mon imagination, alors effectivement l’hypothèse est construite sur de mauvais prémisses, et le paradoxe s’évanouit.

"Framasoft est une proposition parmi d’autres et sur internet il existe bien d’autres choix qui n’ont rien à voir avec le logiciel libre et la question quasi mythique du passage ou non à linux." "De même linux et les logiciels libres ne sont qu’une des propositions alternatives. Le monde ne s’arrête pas à Microsoft et à linux."

J’avoue mon ignorance sur le sujet. Existe-t-il des systèmes d’exploitation grand public autres que Windows et les distributions Linux (et leur ancêtre Unix, et les OS de Mac bien sur) ? Il est certain que le monde ne se résume pas à Framasoft, ou à la gue-guerre entre Windows et Linux. Mais le texte n’ambitionne ni à l’exhaustivité, ni à l’universalité, et ne traite pas du Libre dans son ensemble. Il traite simplement d’une question ponctuelle qui a prit forme au contact des logiciels libres sous Windows et durant les visites du site.

"(...) framasoft reste un outil pur et simple d’information en ce sens que l’information, comme on la comprend aujourd’hui et uniquement dans ce sens, n’est pas un objet d’influence mais à pour objet de donner une forme à quelque chose."

Un outil d’information n’est pas un objet d’influence... Point intéressant que j’aurais aimé développer, mais la question sort du cadre de ce texte. Disons pour simplifier que ma modeste expérience dans le journalisme scientifique m’incite à penser que la pureté objective du fait brut n’existe pas. Il y a toujours construction, sélection de l’information en fonction de l’émetteur, du media utilisé et du récepteur. Les dépêches AFP sont formatées dans un but précis ; les témoins d’un même accident donneront des récits différents du fait ; etc. L’information n’est jamais libre de la subjectivité de l’émetteur, que vous soyez journaliste, enseignant, homme politique, responsable de la com d’une entreprise ou simple citoyen. Vous construisez le message par votre regard sur le monde - ou celui de la communauté à laquelle vous appartenez -, et selon vos buts. En cela, Framasoft est aussi un objet d’influence (et cela n’a rien de péjoratif ou de répréhensible) dés qu’il communique (ce qui est inévitable pour tout site internet, non ?). Le texte ci-dessus est lui-même objet d’influence et construit, puisque l’hypothèse défendue est argumentée par mon expérience du sujet. D’autres internautes trouveront des contre-arguments, certains l’invalideront même, en fonction de leur subjectivité. Je ne vois là aucun programme, ni aucune négation de la liberté de choisir.

Répondre à ce message

Logiciels gratuits et multiplateformes :-) , le 18 avril 2003 par Georges S. (1 rép.)

Pour la grande majorité des utilisateurs, ce qui compte c’est d’avoir un véritable choix de logiciels gratuits et multiplateformes (c’est-à-dire fonctionnant avec plusieurs systèmes d’exploitations), sans se laisser enfermer dans un système d’exploitation, quel qu’il soit, même si celui-ci est libre. Ouh là, je sens que je vais en choquer plus d’un :-). XML, PHP etc... et les normes du W3C vont dans le sens des logiciels et des technologies "multiplateformes". Bref, pour résumer ma pensée : au niveau des utilisateurs (je dis bien bien au niveau des utilisateurs, je ne parle pas des développeurs, des programmeurs ! ), l’aspect multiplateforme est tout aussi important (voire plus important)que la dimension "libre". En effet le grand public et moi-même se moquent de savoir que tel logiciel est libre et génial s’il ne marche qu’avec Linux. La réaction spontanée des gens est de dire : est-ce que ça marche aussi sous Windows, sous Mac, ou sous tel autre système d’exploitation... ?

> Logiciels gratuits et multiplateformes :-) , le 18 avril 2003 par PhiX

Je suis d’accord avec vous, seulement j’ajouterai que l’aspect multiplateforme que vous évoquez est une conséquence obligatoire lorsqu’on utilise des logiciels libres.

Donc la liberté entraîne l’interopérabilité.

Répondre à ce message

> Framasoft contre-productif ? , le 17 avril 2003 (2 rép.)

En fait, à mon sens, le principal "problême" rencontré sous linux est l’installation des logiciels.

Il reste toujours beaucoup plus facile d’installer un logiciel sous Windo$ que sous linux.

Ceci étant peut-être dû aux multiples bibliothèques nécessaires aux logiciels.

En fait, il semble qu’il n’y ait pas de convergence sur les bibliothèques utilisées, et que chacun défend l’utilisation de son environnement graphique, au lieu d’améliorer un environnement donné (KDE, gnome, ou utilisation de qt).

La création d’United-Linux semble être une bonne chose pour résoudre ce problême, mais sans la participation de Red-hat, cela semble un peu compromis ...

> > Framasoft contre-productif ? , le 18 avril 2003 par PhiX

Le problème de la difficulté d’installation des logiciels sous Linux n’est pas intrinsèque à Linux et les distributions apportent déjà des solutions à la portée des débutants. Installer un logiciel présent sur un CD de Mandrake est d’ores-et-déjà plus facile que sous Windows. Ce n’est donc qu’une question de temps...

Hacker et cracker , le 9 mai 2003 par Fejack

Il reste toujours beaucoup plus facile d’installer un logiciel sous Windo$ que sous linux.

Utilisan principalement des logiciels graphiques pour le travail, j’ai pu personnellement constater que l’utilisation du format RPM de Mandrake et RedHat sur GNU Linux nécessitait parfois moins de recherche que celle d’un crack pour Windows, sans parler de la différence éthique entre les deux.

Certes, il faut souvent chercher LA librairie qui manque, avec parfois des problèmes de conflits ou d’incompatibilés entre librairies, mais la disponibilité de fichiers binaires facilite beaucoup les choses au néophite de GNU/Linux. Je pense que c’est une uniformisation dans se sens qui permettra une réelle démocratisation de GNU/Linux, qui pour l’instant est surtout réservé à une élite aux hautes connaissances informatiques.

Le concept des RPM est très proche de celui du fichier EXE, qu’il suffit d’exécuter par un double clic pour installer le logiciel.

Répondre à ce message

> Liberté chérie , le 17 avril 2003 par PhiX (1 rép.)

Linux n’est après tout qu’un logiciel libre parmi d’autres.

Ce qui doit être défendu ce sont, selon moi, plus la liberté qu’offrent les différentes licences libres, qu’un logiciel donné.

L’objectif de Framasoft est, me semble-t’il, de sensibiliser les utilisateurs de PC au Libre.

De plus, l’enjeu - le contrôle de l’information numérisée - dépasse largement le choix de l’utilisation de Linux.

Les piliers du monopole de Microsoft Corporation sont le format secret Word et la vente forçée.

Si l’entreprise livrait les spécifications du format Word, elle perdrait une grande partie de son pouvoir de coercition et la concurrence pourrait exister plus librement.

Rappelons que le monopole est une situation anormale et illégale et que ce qu’il faut combattre, ce n’est pas l’utilisation de MSWindows, c’est cette situation ubuesque d’une entreprise qui entend exercer sur ses clients toujours plus de contrôle.

L’action de Framasoft, qui vise la promotion du Libre et des standards ouverts pour MSWindows, ne peut qu’entamer le monopole, à mon avis.

> > Liberté chérie , le 18 avril 2003 par Gizmo

Juste pour faire une petite correction à ce qui est écrit plus haut concernant le format de WORD.

Le format de word n’est pas, comme beaucoup le croient, secret. La version ’97 est même dispo intégralement et gratuitement sur internet. Les autres ne le sont qu’en ayant accès aux MSDN, mais il s’agit d’un buget ridicule pour des sociétés comme Corel, Lotus ou encore Sun.

Cependant, aucune suite n’est actuellement capable de transcrire correctement un document word97 (soit 6 ans après sa parution). Alors certes, les spécifications de ce langage sont tordues au possible, mais c’est une manière comme une autre de le protéger.

Cependant, ce que les entreprises cherchent à faire avant tout (y compris OOo), c’est promouvoir LEUR format de donnée, plutôt que d’attendre qu’un autre fasse une avancée pour essayer de le copier. Il ne faut donc pas tenir grief à Microsoft si les autres suites ne supportent pas correctement leur format de donnée.

Répondre à ce message

La moins pire des solutions , le 17 avril 2003 par Boris New (1 rép.)

Personnellement je suis grand consommateur de logiciels libres tels que Gawk, Perl, PHP, Apache, etc. D’un autre côté j’utilise aussi les logiciels commerciaux. Je pense qu’il y a deux possibilités :
- soit avoir des utilisateurs de Windows connaissant les logiciels libres et leur mentalité.
- soit avoir des utilisateurs de Windows ne connaissant que les logiciels commerciaux.

Je pense que la première solution est meilleure. Ces utilisateurs en viendront alors forcément à connaître Linux même si ils n’y passeront peut-être pas. Et à mon avis le monde et la mentalité de "logiciel libre" est plus importante que "Linux" (même si Linux est très important). Plus les utilisateurs de Windows connaitront le libre, plus les logiciels libres auront le vent en poupe (étant donné qu’il y a bcp de windowsiens), plus un jour cela pourra avoir des retombées positives pour Linux. (même si à court terme le libre windows peut être un désavantage pour Linux). Je me résume :
- un windowsien libre est plus intéressant qu’un windowsien non libre pour la communauté du libre
- à long terme l’affluence de windowsiens libres devrait avoir une influence positive pour Linux

-----> Lexique.org

> La moins pire des solutions , le 9 octobre 2004 par Marcos

"- un windowsien libre est plus intéressant qu’un windowsien non libre pour la communauté du libre
- à long terme l’affluence de windowsiens libres devrait avoir une influence positive pour Linux"

Tout à fait d’accord, je suis le "monde de l’informatique" depuis maintenant une quinzaine d’années... depuis le bon vieux ZX Spectrum à nos jours, un espèce d’"enfant d’Internet" donc. J’ai toujours été "celui à qui on téléphone" pour résoudre ses problèmes de souris, de carte-mère, de site à construire, de courriel mal configuré, etc. Pour être tout à fait précis je suis un "windowsien", mais je ne travaille pas pour M$ ni ne nourrit aucune affection particulière pour Mr Gates ou Ellison ou autres "papes" des logiciels/société/net. Je suis seulement "libre" dans mes choix et selon mes connaissances limitées et les contraintes du marché informatique/légal et de la "coutume" et et et...

Aujourd’hui je travaille dans une association (type loi 1901) en Belgique. Notre association s’occupe de rendre divers services informatiques à d’autres associations qui n’en ont pas les moyens, connaissances ou simplement parce que ce n’est pas leur domaine d’activité. L’informatique (et internet) constitue néanmois un outil pour eux. Nous sommes une équipe de 10 personnes à temps plein. Depuis quelques temps nous nous intérrogions sur le faisabilité de "passer" à l’open source. Nous avons engagé deux personnes supplémentaires, l’une maîtrisant l’aspect serveurs, l’autre le côté programmation et ensemble (les pingouins comme je les appelle affectuesement -ils m’ont déjà interpellé à ce sujet pour que je les surnomme plutôt "manchots nain"... :-) - et nous, les windowsiens), nous réflechissons à un "passage" pour nos associations membres. Le public auquel nous nous adressons (grosso modo 50.000 personnes par an) -via les associations- est composé principalement d’analphabètes, de demandeurs d’emploi, in fine d’un public dit "fragilisé".

Force est de constater que LA meilleure stratégie n’existe pas. Force est aussi de constater que je ne suis personne pour imposer aux utilisateurs d’être des programmeurs (ou même bidouilleurs).

Quelle solution alors ? Simplifier ! (simplifier un thème complexe, bonjour la gageure)

Dans cette optique on se retrouve confrontés face à la complexité du monde informatique, les contraintes de la "coutume" (à titre d’exemple 95% des internautes qui passent sur la centaine de sites que nous hébergeons sont sur IE —> qui ne respecte pas le standards aussi bien que Mozilla), les difficultés d’adaptation, les OS montés d’origine sur les PC, les documents Access, les astuces MS, les facilités d’échange de logiciel crackés, ... (vous pouvez allonger et compléter la liste à souhait).

Alors, profiter de windows pour pousser le libre c’est une forme de simplifier l’accès au libre. Planter des milliers de chevaux de Troie et continuer à diffuser par l’éducation et tous les moyens possibles la philosophie et le(s) propos du libre.

Pour terminer un truc que j’ai toujours voulu dire : Pour moi, la différence du logiciel libre et du propriétaire est simple si vous avez la réponse à la question suivante : "Entre rémunérer le capital (propriétaire) et le travail (le logiciel libre), où va ma préférence ?"

Marcos Peebles

Répondre à ce message

Informations complémentaires

Faire un don ? (défiscalisé)

Faire un DON

Aidez-nous à atteindre notre objectif de 800 donateurs récurrents pour assurer notre pérennité et notre développement ! (nous n’y sommes plus très loin).

Je soutiens Framasoft pour 10€/mois

Informations générales

Juste une image

Lepidoptera sp. Lepidoptera sp.
Creative Commons BY